Le parfait mareschal/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gervais Clouzier, 1680 (1 / 2, pp. 196-198).
◄  Des Nerfs ferus ⅬⅩⅩⅦ : Des Boulets enflez ou gorgez. Emplâtre de Noix pour resoudre les grosseurs  ►


POur les Boulets qui enflent par le travail si l’enflure est mediocre, le meilleur remede est de se servir de deux parties d’eau de vie, & d’une d’huile de noix battues ensemble, & d’en frotter les Boulets soir & matin, huit ou dix jours de suitte.

Si l’enflure est si grande que cela n’opere point, il faut y appliquer la remolade du Boheme, ou l’emmielure rouge, & les bains ensuitte desenfleront les boulets ; s’il reste de l’enflure, il faut se servir du remede avec les blancs d’œufs, l’esprit de vin, le miel décrit au Chapitre ⅬⅪ. cy-devant, qui sans doute les desenflera : mais comme l’enflure est quelquefois endurcie autour du Boulet, & que l’humeur s’est congelée, il faut un puissant ramolitif, & ensuitte resolutif : ce qui se trouvera au remede suivant. Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/211 Chap.
ⅼⅹⅹⅶ
.
ser ce temps-là, pour dissiper absolument la grosseur.

Tout le monde n’a pas une si grande patience ; c’est pourquoy il faut se servir de l’onguent de Scarabeus ou d’un autre bon retoire qui reduira la matiere en eaux rousses qui suppureront par les pores & gueriront le mal.