Les Éblouissements/Chant dionysien

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Comtesse Mathieu de Noailles ()
Calmann-Lévy, éditeurs (p. 90-91).

CHANT DIONYSIEN


C’est un brusque, un brûlant, un éclatant émoi !
Je porte l’univers et ses bonheurs en moi.
Tout ce qui dans la vie amoureuse nous tente,
Les soirs d’Aranjuez, les matins d’Alicante,
Carthagène enfiévré d’un ciel toujours égal,
Un chemin de rosiers dans le vieux Portugal,
Les îles, où l’on voit à la fenêtre ouverte
Pendre l’âpre orchidée et la vanille verte,
Étourdissent mes yeux et mettent dans mon cœur
Leur flamme, leurs soupirs, leur force et leur odeur…

Mais le jour est plus large et plus divin encore,
Je regarde, l’été s’élance, c’est l’aurore !
Le soleil dans les cieux éparpille son blé,
Les coteaux semblent faits d’azur amoncelé,
La terre est une ardente et joyeuse bacchante ;
Sur le sol rose et brun, la fouille de l’acanthe
Etend la pureté de son dessin vivant.

Le parfum pour monter prend les ailes du vent,
La guêpe fait pencher le bord blanc des corolles,
L’air enlace à mon cou ses douces banderoles,
L’univers s’abandonne et veut être porté
Par les bras azurés et tendres de l’été…
Ah ! quelle immense joie en cet instant m’enivre.
Vivre ! chanter la gloire et le plaisir de vivre !
– Et puisqu’on n’entend plus, ô mon Bacchus voilé,
Frissonner ton sanglot et ton désir ailé,
Puisqu’au moment luisant des chaudes promenades
On ne voit plus jouer les bruyantes Ménades,
Puisque nul cœur païen ne dit suffisamment
La splendeur des flots bleus pressés au firmament,
Puisqu’il semble que l’âpre et l’énervante lyre
Ait cessé sa folie, ait cessé son délire,
Puisque dans les forêts jamais ne se répand
L’appel rauque, touffu, farouche du dieu Pan,
Ah qu’il monte de moi, dans le matin unique,
Ce cri brûlant, joyeux, épouvanté, hardi,
Plus fort que le plaisir, plus fort que la musique,
Et qu’un instant l’espace en demeure étourdi…