Les Éblouissements/Journée orientale

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Comtesse Mathieu de Noailles ()
Calmann-Lévy, éditeurs (p. 114).

JOURNÉE ORIENTALE


Lumineux ouragan de l’ardente saison !
Il semble que l’été fonce dans ma maison.
Par tous les clairs carreaux le beau soleil se hâte.
Il s’élance, il accourt, c’est une molle pâte
De miel, de cédrat d’or, de sucre oriental ;
C’est un étourdissant nuage de santal…
— Ô bleu soleil épars que tout l’espace incline,
Entre, glisse, bondis, coule sans discipline
Dans mes bras entr’ouverts comme un temple, descends
Sur mes genoux baignés de lotus et d’encens,
Dans mon âme éblouie, odorante, laquée…
Entre, mon cher soleil, dans ta blanche mosquée !