Les Éblouissements/Matin lyrique

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Comtesse Mathieu de Noailles ()
Calmann-Lévy, éditeurs (p. 119).

MATIN LYRIQUE


Ô fraîche et vive promenade !
L’azur est parfumé de thym ;
J’écoute dans l’air, ce matin,
Monter un chant de l’Iliade !
Déesse qui prends par la main
Les guerriers aux belles chlamydes,
Soutiens aussi mes pas timides
Qui tremblent sur le vert chemin.
Déjà tu t’éveilles, tu bouges ;
Ah ! donne-moi le plus joyeux
De tes héros impétueux,
Le Péléide aux lèvres rouges !
Fais bondir vers mon clair regard,
Par la route jaune et salée
Qui longe la vague gonflée,
Un jeune conducteur de char,
Luisant de soleil, de buée,
N’ayant que les dieux pour rivaux,
Et pressant de cris ses chevaux
Amassés comme des nuées !…