Les Écrevisses (1879)

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Écrevisses  : fantaisies en vers
Tresse, éditeur (pp. np-12).


JACQUES NORMAND



LES

ÉCREVISSES

FANTAISIE EN VERS
DITE PAR
M. C. COQUELIN, de la Comédie-Française
DESSINS DE
S. ARCOS



PARIS
TRESSE, ÉDITEUR
GALERIE DU THÉATRE-FRANÇAIS
PALAIS-ROYAL

1879
Tous droits réservés

À

MON AMI C. COQUELIN

LES ÉCREVISSES



Normand - Les Écrevisses, 1879, illustration - 0001.png


I


Trente-neuf ans, fortune ronde,
Célibataire et bon garçon,
Depuis qu’on m’avait mis au monde
J’habitais à Pont-à-Mousson.
Jamais — de mes destins propices
Poursuivant le cours régulier —
Je n’avais mangé d’écrevisses
En cabinet particulier.

Normand - Les Écrevisses, 1879, illustration - 0002.png


II


Fidèle à ma ville natale,
Je n’attachais que peu de prix
Aux plaisirs de la capitale…
Je ne connaissais pas Paris.
De ce foyer de tous les vices
Je savais — détail familier ! —
Qu’on y mangeait des écrevisses
En cabinet particulier.

Normand - Les Écrevisses, 1879, illustration - 0003.png


III


Avez-vous connu Véronique ?…
Ma tante ?… Non ?… — Ça ne fait rien !
Me trouvant son parent unique
Quand elle mourut, j’eus son bien.
Je dus, pour certains bénéfices,
Gagner Paris, comme héritier…
Et je songeais aux écrevisses
En cabinet particulier.

Normand - Les Écrevisses, 1879, illustration - 0004.png


IV


Cependant, réglant mes affaires,
Je refis vite mon paquet,
Car Paris ne me plaisait guères
Et Pont-à-Mousson me manquait.
J’allais partir plein de délices,
Quand j’eus le désir singulier
D’aller manger des écrevisses
En cabinet particulier.

Normand - Les Écrevisses, 1879, illustration - 0005.png


V


C’était ma dernière soirée.
Quand vers six heures moins le quart
— Heure à mon dîner consacrée —
Je descendis au boulevard :
De Brébant, lieu des plus propices,
Je gravis le large escalier…
Et commandai des écrevisses
En cabinet particulier.

Normand - Les Écrevisses, 1879, illustration - 0006.png


VI


Nous avions un salon praline…
Je dis nous, car bien vous pensez
Que seul, j’eusse fait triste mine
Vis-à-vis de mes crustacés.
Une enfant blonde, aux cheveux lisses,
Daignait m’avoir pour cavalier…
Et partageait mes écrevisses
En cabinet particulier.

Normand - Les Écrevisses, 1879, illustration - 0006.png


VII


Que vous dirai-je ?… Elle était belle !
Nos cœurs battaient à l’unisson….
« Ah ! si tu m’aimes, me dit-elle,
« Ne va plus à Pont-à-Mousson ! »
Je dus céder à ses caprices :
Le lendemain, pour varier…
Nous remangions des écrevisses
En cabinet particulier.

Normand - Les Écrevisses, 1879, illustration - 0008.png
VIII


Dès lors un tourbillon m’entraîne…
Par l’engrenage je suis pris…
Deux jours, trois jours, une semaine,
Six mois… et je reste à Paris.
Je glissais dans des précipices,
Cherchant en vain à m’enrayer…
Il me fallait des écrevisses
En cabinet particulier !

Normand - Les Écrevisses, 1879, illustration - 0009.png


IX


Le tête-à-tête obligatoire
Pas une fois ne fut banni :
Mais — brune ou blonde, blanche ou noire —
Il se changeait à l’infini.
Seul, présidant aux sacrifices,
Le menu restait régulier…
C’étaient toujours des écrevisses
En cabinet particulier !

Normand - Les Écrevisses, 1879, illustration - 0010.png


X


Oh ! ces femmes étaient divines !
Des mains ! des dents !… un sans-façon !
Et des œillades assassines
À troubler tout Pont-à-Mousson !
J’aurais voulu que tu les visses,
Saint Antoine, sans sourciller…
Croquant leurs pattes d’écrevisses
En cabinet particulier !

Normand - Les Écrevisses, 1879, illustration - 0011.png


XI


Mais hélas !… Au bout d’une année
Je vis — sans être encore lassé ! —
Qu’en ma course désordonnée
Tout mon avoir était passé !
Plus rien !… Rentes et bénéfices,
Véronique… et mon mobilier…
Absorbés par les écrevisses
En cabinet particulier !

Normand - Les Écrevisses, 1879, illustration - 0012.png


XII


Mais je suis d’une rude étoffe !
Et, guéri par cette leçon,
— Trop tard, hélas ! — en philosophe
Je revins à Pont-à-Mousson.
Pour expier mes anciens vices
J’y suis devenu marguillier…
Ne mangez jamais d’écrevisses
En cabinet particulier !


FIN