Les Amours (1553)/Poème 81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 96-97).

Pour voir ensemble & les chams & le bort,
Ou ma guerriere avec mon coeur demeure,
Alme Soleil, demain avant ton heure,
Monte à cheval, & galope bien fort:

Ainçois les chams, ou l’amiable effort
De ses beaus yeus ordonne, que je meure
Si doucement, qu’il n’est vie meilleure,
Que les soupirs d’une si douce mort.

A costé droit, sus le bord d'un rivage
Reluit apart l’angelique visage,
Que trop avare ardentement je veus:

Là, ne se voit roc, source, ni verdure,
Qui dans son teint, or ne me raffigure
L’une ses yeus, or l’autre ses cheveus.