Les Amours de Tristan/Le Bracelet

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Amours de TristanP. Billaine, A. Courbé (p. 123).

LE BRACELET.
STANCES.



AMOVR en ſoit beny, le ſujet de mes vœux,
Cette ieune Beauté qui captiue mon Ame,
        De cent chaines de flame,
La veut lier encore auec ſes cheueux.

Cette chere faueur que ie n’oſois pretendre,
Rendra de mon deſtin les Dieux meſmes ialoux ;
        Voyans qu’vn feu ſi doux
Se trouue accompagné d’vne ſi belle cendre.

Agreables chainons, beau fil d’Ambre flottant,
Vous ne faiſiez qu’errer autour de ſon viſage ;
        Estiez vous ſi volage
Pour venir auiourd’huy me rendre ſi conſtant ?

Ô Cieux ! ma ſeruitude est tellement plaiſante,
Que comparant les fers où ie ſuis arreſté
        À quelque Royauté,
I’eſtime vne Couronne importune & peſante.