Les Basques du XIIe siècle. Leurs mœurs et leur langage, Julien Vinson

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
LES BASQUES DU XIIe SIÈCLE
leurs mœurs et leur langue



Au commencement de l’année dernière, on fit grand bruit en Espagne d’une très-importante découverte qui venait d’être faite à Saint-Jacques-de-Compostelle par le père Fidel Fita. M. Fita est un jésuite espagnol, membre de l’Académie de Madrid, qui a pris pour but de son activité scientifique l’étude des antiquités celtiques et « ibériennes » de sa patrie. On annonçait que le savant académicien avait trouvé le manuscrit d’un dictionnaire basque composé au XIIe siècle de notre ère, c’est-à-dire quatre cents ans environ avant le premier document basque écrit jusqu’ici connu. Malheureusement, il a fallu rabattre de l’enthousiasme des premiers jours. La trouvaille de M. Fita, sans cesser d’être d’un fort grand intérêt, a beaucoup moins de portée qu’on l’avait supposé tout d’abord, puisque le « dictionnaire » en question ne comprend qu’une vingtaine de mots. M. Fita a publié le récit de son voyage en Galice dans l’Ilustracion católica des 28 mars, 7, 14, 21 avril, 7 et 14 mai 1880. M. Wentworth Webster, de Saint-Jean-de-Luz, l’un des basquisants les plus zélés de notre époque, a résumé le rapport de M. Fita dans une communication à l’Academy de Londres (n° du 14 août 1880), ainsi conçue :

« The early basque Vocabulary.

« Through the kind intervention of M. d’Abbadie, the well-known Membre de l’Institut, I have received from the padre Fidel Fita, S. J., the numbers (March 28-May 14) of the Ilustracion Católica of Madrid, in which, under the title « Recuerdos de un Viaje », he gives on account of the Mss. preserved at Compostella in Gallicia, and especially of the « Codice de Calixto II », in the fifth and last book of which occurs the now celebrated vocabulary of some twenty Basque words. The Ms. is described as a « codicem a domno papa Calixto primilus editum », and opens with a letter from the Pope dated from the Lateran Palace, January 13 (1121 ?) ; but this letter refers, most probably, to the first book only, which countains extracts from the Fathers, etc., for daily devotional reading. The Ms. also claims to have been presented at Rome (1139 ?) and to have received the sanction of Innocent II and his cardinals, whose letter of approbation is given by P. Fita from the Ms. The Ms. was probably brought to Compostella by the définitive author, Aymeric, a priest of Iscan, a dependence of the Abbey of Vezelai, about 1143. In 1173 the ms. was seen at Compostella by Arnoldo del Monte, a monk of Ripoll in Catalonia. He copied books 2, 3 and 4, and made extracts from the others. This copy was taken from Ripoll by Baluze, and is now in the Bibliothèque Nationale, Paris, vol. 372 of the Coll. Bal. This text was published in 1878 by M. L. Delisle, membre de l’Institut (Note sur le Recueil intitulé : De miraculis Sancti Jacobi). I have not seen this book, but apparently he differs from P. Fita as to the genuineness of certain portions, and especially of the epistle of Innocent II. The fourth book contains the original story of the conquest of Spain by Charlemagne, the chief fountain of the Chanson de Roland, and other Carolingias romances in prose and verse. The fifth and last book, Varia, is the only one which concerns our present purpose.

« The writer, probably Aymeric gives therein a descriptive itinerary of all the roads which lead to Compostella from all parts of Europe. In chap. vii : « de nominibus terrarum et qualitalibus gentium, que in itinere Sancti Jacobi habentur », the Basque words occur. « Deum vocant urcia ; Dei genitricem, andrea Maria ; panem, orgui ; vinum, ardum ; carnem, aragui ; piscem, araign ; domum, echea ; dominum domus, iaona ; dominam, andrea ; ecclesiam, elicera ; presbiterum, belatera, quod interpretatur pulcra terra ; triticum, gari ; aquam, uric ; regem, ereguia ; sanctum jacobum, iaona domne iacue » ; in other passages « duo jacula, aut tria, que auconas vocat, ex more manibus tulit [1] », « sotularibus, quos lavarcas vocant », « palliolis vero laneis, quas vocant saias utuntur ». The modern form of these words is, omitting the suffixed article a : Andre, lady ; ogi, bread ; ardo, wine ; aragi, flesh ; arrain, fish ; etche, house ; Iaun or Yaun, Sir, Mr. ; Eliza, church (era in elicera may be a locative) ; gari, wheat ; ur, water (ik in uric may be a genitive « de l’eau ») ; errege, king ; Auconas, the spanish azcona ; Lavarcas, the Navarese « abarka », a hide sandal ; saia, Larramendi’s seyala, the spanich saya, an upper petticoat.

« Belatera, priest, and Urcia, god, are obsolete. Fita suggers bellator, the mediaeval champion of a monastery, as a derivation. Aphez is the usual term, but we find baldernapez. Oyhenart once uses « Barataria » (prov. 59) as a « Notaire », but the cognates in Spanish, etc., are used in a bad sense. In « Urcia » Fita would see an allusion to Thor, as in Ortzegun, Thunder-day, Donnerstag, Thursday. The symbol, which he engraves in confirmation as found on Cantabrian monuments, is also seen on Christian tombs in the Catacombs.

« The writer of the Ms. gives a very bad account of the Basques, « Navarri et Bascli ». They are a « gens barbara, omni malicia plena, colore atra, visu iniqua, libidinosa, ebriosa, etc. » ; « Bascli facie candidiores Navarris approbantur » ; Either « Navarrus aut Basclus », if he could would kill a Frenchman, « Gallicum », for a single penny. Their good points are : they are brave in war, but better for defense than attack ; they pay tithes, and go to church every day, and never without an offering. There is also a story about Julius Caesar bringing an army of Nubians (Numiani, of Devonshire, Fita’s note), Cornichmen, and Scotch to conquer Spain, who were eventually driven to Navarre and the Basque Provinces. It may also be the origin of the Irish or Norman invasion and settlement, which mediaeval writers refer to in order to account for the fairness of the Basques. The word « Basclus » is curious, as, writing about the same date, Geoffrey of Monmouth, lib. iij, 12, and after him Giraldus Cambrensis, Top. Hib. Dist., iij, 8, 9, 10, have the terms « Basclenses de Hyspaniarum partibus », appearing with thirty ships off the Orkneys and then colonizing Hibernia. Fita remarks on the Ms. story, and the fact of Iberian legions quartered in Britain, as showing relations with people of keltic idiom ; but the Basques, from our earliest notices, have been encicled and interpenetrated by kelts ; the names Gallia, Gallaecia, Keltiberi, and the Keltic toponomy of ancient and modem Spain alone show this at least. The influence of keltic grammatical forms, observed in Latin inscriptions in Spain, can hardly be accounted for by a transfer of Britisch and Iberian legions in Imperial times.

« The next citation of Basque word we have is found in Lucius Marinaeus Siculus, Opus de rebus Hispaniae mirabilibus (Compluti, 1530 and 1533). The passage is quoted in full, pp. 187-90, Mélanges de linguistique et d’anthropologie, par Hovelacque, Picot, Vinson (Paris, 1880).

« It would be a great boon of this fiflh book of the Codex Calixti II were published in a separate form ; and we trust that the « Recuerdos de un Viaje » of P. F. Fita will not remain buried in the pages of a weekly periodical.

« Wentworth Webster. »


À la suite de cette communication, le prince L.-L. Bonaparte adressa à M. Webster un certain nombre d’observations que le savant Anglais crut devoir communiquer à l’Academy (numéro du 28 août 1880) par la lettre ci-après :

« The early basque Vocabulary,
« Saint-Jean-de-Luz, aug. 17, 1880.

« With reference to my letter « the early basque vocabulary », in your number of august 14, Prince L.-Lucien Bonaparte has kindly sent one a letter of his printed in the Courrier de Bayonne, mai 28, 1879, containing the list of Basque words from Marinaeus Siculus in the Spanish edition of 1530. The Prince has thus a double priority over Prof. J. Vinson in having been the first to cite the passage, and also in having given it from the spanish of 1530, instead of the Latin edition of 1533.

« He also adds the following observations which are far too valuable to be lost :

« 1. Urcia, God, is simply orzia thunder, synonymous with ostia, ihurzuria, turmoya, etc. Orzia or ortzia belongs to the Bas-Navarrais dialect, and I have heard it at Mendionde, at Saint-Martin-d’Arberoue, at Briscous, etc. As to ortzegun, thursday, is signifies « day of thunder » ; a fact I remarked upon in october 1878, in a note entitled « the Days of the week in Basque » published in the Sabbath Memorial, january 1879.

« 2. Ardum, wine, is very near the souletin which pronounces ardou giving the « ou » the sound of the nasal « ou » or « um » in Portuguese, as um, one. The final m in ardum probably serves only to nasalize the preceding vowel, since the Basque has no words terminated with m consonant.

« 3. Elicera is « the church » rather than a locative « to the church » ; for it still exists in one dialect, the Salazarais, in which substantives terminated in the in indefmiti de clension by a add ra to the defmite. It is thus that eliza in this dialect signifies « church » while « the church » is elizara.

« 4. Belatera, priest, seems to be nothing but the Roncalais bereterra, which means the same in this dialect. It is derived from beret or barette, as is also the barataria of Oyhenart ; so to say « homme à berret », the man who wears the « barrette ».

5. Uric, water, is not a genitive, although translated by « de l’eau ». Urik is ur plus the indefmite suffix ik which translates the French de, or the English « some ». Urik is thus « some water ».

« Wentworth Webster. »


Je crois utile de présenter à mon tour quelques observations ; mais auparavant il me paraît intéressant de reproduire intégralement les passages cités par M. Fita et relatifs aux mœurs, au caractère, en un mot à l’ethnographie des Basques et des Navarrais de la fin du XIIe siècle [2] :


« Ubicumque Navarrus aut Basclus pergit, cornu ut venator collo suspendit et duo jacula aut tria quae auconas vocat, ex more manibus tulit.

« Sotularibus, quas lavarcas vocant, de piloso corio scilicet non confecto factas, corrigiis circa pedem alligatas, plantis pedum solummodo involutis, basibus nudis, utuntur.

« Palliolis vero laneis, scilicet atris, longis, usque ad cubitos in effigie penule fimbriatis, quos vocant saias, utuntur.

« Hæc est gens barbara, omnibus gentibus dissimilis ritibus et essentia, omni malitia plena, colore atra, visu iniqua, prava, perversa, perfida, fide vacua et corrupta, libidinosa, ebriosa, omni violentia docta, ferox et silvestris, improba et reproba, impia et austera, dira et contentiosa, ullis bonis inculta, cunctis viciis et iniquitatibus edocta, Getis et Sarracenis consimilis malicia, nostre gentis Gallice in omnibus inimica. Pro uno nummo tantum, perimit Navarrus aut Basclus, si potest, Gallicum.

« In campo tamen belli, probi habentur ; ad assiliendum castrum improbi ; in decimis dandis legitimi ; in oblationibus altarium approbantur. Per unumquemque enim diem ad ecclesiam Navarrus vadit ; aut panis, aut vini, aut tritici, aut alicujus substantiæ oblationem Deo facit.

« Hi vero turpiter vestiuntur, et turpiter comedunt et bibunt. Omnis namque familia domus Navarri, tam servus quam dominus, tam ancilla quam domina, omnia pulmentaria simul mixta in uno catino, nec cum coclearis, sed manibus propriis, solet comedere ; et in uno cipho bibere.

« Navarri pannis nigris et curtis usque ad genua, Scotorum more, induuntur.

« Navarri et Bascli, unius similitudinis et qualitatis, in cibis scilicet et vestibus et lingua utuntur ; sed Bascli facie candidiores Navarris approbantur.

« Si illos comedere videres... porcis eos computares ; sique illos loqui audires, canum latrantium memorares. Barbara enim lingua penitus habetur..... »

Avant d’entrer dans l’examen de ce qui touche aux Euscariens d’il y a sept cents ans, je relève la réclamation parfaitement exacte faite par le prince Bonaparte relativement aux mots basques cités par Marinaeus Siculus. Il est juste d’ajouter que le passage a été signalé pour la première fois par M. Antoine d’Abbadie dans la notice bibliographique qui fait partie de l’Introduction aux études euskariennes de A. Chabo (Paris, 1836, in-8°, p. 38).

La brochure de M. Léopold Delisle, Note sur le recueil intitulé : De miraculis sancti Jacobi (Paris, Alph. Picard, 1878, in-8° de 14 p. ; extrait du Cabinet historique, t. XXIV, p. 1 à 9), n’est en quelque sorte que le complément d’un savant article de V. Le Clerc dans l’Histoire littéraire de la France (t. XXI, 1847, p. 272-292 : Aimeric Picaudi de Parthenai ; cantique et itinéraire des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle). V. Le Clerc avait parlé de deux manuscrits de la Bibliothèque nationale (fonds latin, n° 3550 et n° 13775, 1re partie) et de quatre manuscrits de l’École de médecine de Montpellier (nos 39, 142, 235 et 281). Ces manuscrits, du XIIe ou du XIIIe siècle, contiennent des copies ou des extraits du fameux codex de Saint-Jacques. Le manuscrit 38 de l’abbaye de Ripoll était un extrait de ce genre fait par le frère A. de Mont en 1173 ; la lettre de ce moine, dont il y a deux copies (fos 6 et 38) dans le volume 372 de la collection Baluze, contient la description complète du manuscrit qui nous occupe et qui avait été donné à l’église de Compostelle, vers le milieu du XIIe siècle, par le pèlerin Aimeric Picaud, de Parthenay-le-Vieux, dit aussi Olivier de Yiani (village dépendant de l’abbaye de Sainte-Madeleine de Vézelai), et sa femme Giberte de Flandre.

V. Le Clerc a signalé dans les manuscrits de Paris un chapitre dirigé contre les peuples de Navarre que l’on fait descendre de trois races infidèles envoyées en Espagne par César : Nauarra, c’est-à-dire, selon l’auteur, non vera progenies. Je recommande cette étymologie aux ibéristes.

J’ai parcouru à la Bibliothèque nationale le volume 372 de la collection Baluze et les manuscrits 3550 et 13775 du fonds latin.

Le premier contient deux copies d’une liste, avec quelques extraits textuels, des manuscrits de l’abbaye de Ripoll, datée du 28 août 1649. C’est là qu’est intégralement reproduite la lettre du frère A. de Mont ; outre cette lettre et l’annonce de celle du pape Calixte, il n’y a dans le volume de Baluze, qui comprend une série de catalogues des manuscrits des abbayes de la Catalogne, aucune autre citation du manuscrit de Ripoll. Il n’est donc pas exact de dire que ce dernier manuscrit a été pris et apporté à Paris par Baluze.

Le manuscrit 3550 du fonds latin, le plus ancien des deux à mon avis, contient l’épître de Calixte, le récit de la translation de saint Jacques, le détail des miracles qui lui sont attribués, la passion de saint Eutrope, l’histoire de Charlemagne et de Roland [3], attribuée à l’archevêque Turpin [4], le petit passage sur les Navarrais, le détail des corps saints à visiter sur la route de Saint-Jacques, les quarante-quatre vers d’Aymeric Picaud, et un autre morceau sur la Vierge. Ce manuscrit se compose de 131 feuillets.

Le n° 13775 est un recueil qui provient de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Le premier manuscrit de ce recueil comprend 86 feuillets ; il renferme à peu près les mêmes matières que le n° 3550 [5] et dans le même ordre. Dans ces deux manuscrits, le seul passage relatif aux Navarrais ou aux Basques est celui qu’a signalé V. Le Clerc, et que je transcris ci-après :


« De hoc quod Nauarri non de uera prosapia sint geniti, xxxvii. — Iulius Cesar ut traditur tres gentes nubianos scilicet et scotos, et cornubianos caudalos [6], ad expugnandum hyspanorum populos, eo quod tributum ei reddere nolebant, ad hispaniam misit : precipiens eis ut omnem sexum masculinum gladio interficerent, femineumque tantum ad uitam reseruarent. Qui cum per mare terram illam ingressi essent : confractis nauibus suis, ab urbe barcinona usque ad [7] Cesaraugustam, et ab urbe barioria usque ad montem oque [8] igne et gladio deuastauerunt. Hos fines transire nequerunt [9] quoniam caslellani coadunati illos expugnantes a finibus suis eiecerunt. Illi autem fugientes uenerunt ad montes marinos qui sunt inter nageram et pampiloniam [10], in terra biscagie et alave, ubi habitantes multa castra hedificauerunt [11] et interfecerunt omnes masculos quorum uxores ui sibi rapuerunt, ex quibus natos genuerunt qui postea a sequentibus nauarri uocantur. Unde nauarrus interpretatur non uerus, id est non uera progenie aut legitima prosapia generatus. Nauarri etiam a quadam urbe quæ nalda... [12] dicitur prius nomen sumpserunt, que est in illis horis ex quibus primitus aduenerunt, quam scilicet urbem, in primis temporibus beatus Matheus apostolus et euangelista sua predicatione ad Dominum conuertit. De corporibus sanctorum quœ in itinere sancti Jacobi requiescunt quœ a peregrinis eius sunt imitandi, etc. » (3550, feuillet 103, recto et verso ; 13775, feuillet 75 verso et 76 recto.)

M, Fita a vu et étudié le codex original. Les passages inédits qu’il en cite sont extrêmement intéressants.

Les affirmations d’Aymeric relativement au peu de civilisation des Basques de son temps sont malheureusement confirmées par d’autres auteurs. Floranes, qui annota au dernier siècle le Compendio historial de Guipuzcoa d’Isasti (publié à Saint-Sébastien en 1850, un vol. gr. in-8), rappelle en ces termes un témoignage de la même époque : « Del uso del bascuence en esta Provincia, y de las gentes de ella en el año 1120 de Cristo tenemos insigne testimonio en el libro 2, cap. 20, p. 298 de la Historia Compostelana que se escribió en ese tiempo y ha publicado el maestro Flores en el tomo 20 de su España sagrada. Cuenta alli el Canónigo de Compostela Giraldo (que es el autor en esta parte) como volvió de Roma D. Hugo Obispo de Porto, enviado á ella, á tratas ciertos negocios con el papa Calixto, por el Arzobispo de Santiago D. Diego Gelmirez, y el camino qui trajo oculto y fuera de carrea por Guipuzcoa, Vizcaya y costas de Santillana á causa de las guerras que ardian á la razon entre Aragon y Castilla : Sapienti itaque usus consilio Portugalensis Episcopus confestim iter suura reciprocat, rediens ad Civitatem Auxum, et ab Auxo ad Labordensem Civitatem. Tunc, depositis pontificalibus vestibus cum duobus vernulis, adhibito sibi quodam indigena, qui et barbaram linguam Blascorum, et viam per invia noverat, Alpes ingreditur. Inde per Ispuciam : et per Navarram, et per Viscayam, et per Asturiam præter mare quod extremis Hispaniæ rupibus alliditur ; nunc eques, nunc pedes præterit. In illis montium remotis atque in viis locis, homines truces, ignotæ linguæ, ad quodlibet nefas prompti habitant, nec immerito locis asperrimis atque inamœnis homines efferi atque effrænes habentur : quippe hæc semita invia per rupes, per dumeta, per loca deserta viam ostendebat. Præterea mare ibi quædam brachia sua ad disterminandum Provincias porrexerat, et iter illac agentibus chaos magnum firmatum est. Verum enim vero Portugalensis Episcopus nec locorum asperitatem, nec incolarum atrocitatem, nec brachiorum Occeani circumquaque porrectorum tumentem sævitiam pertimescens, beati quippe Apostoli Jacobi confisus suffragiis, per devia montium, vallium, atque marium, Carrionem usque pervenit [13] ».


Il faut évidemment faire une large part à l’exagération ; les Gallo-Romains, et les néo-Latins après eux, les clercs surtout, devaient avoir le plus profond mépris pour ces rudes montagnards qui n’entendaient point la langue vulgaire et qui ne se gênaient pas pour détrousser les voyageurs, fussent-ils évêques. L’épisode historique qui a donné naissance à la légende de Roland est parfaitement expliqué par les détails qui précèdent. Les Basques ont laissé passer le gros de l’armée de Charlemagne et ont attaqué l’arrière-garde où se trouvaient les bagages ; après le pillage, ils se sont dispersés avec leur butin : les Basques, en effet, n’étaient point des soldats, et, le coup fait, ils ne pouvaient que se retirer chacun dans sa demeure (Cf. Éginhard, Vita Caroli IX, et les autres auteurs cités par M. L. Gautier dans sa Chanson de Roland). Je me propose de revenir sur l’affaire de Roncevaux dans un article spécial, où j’étudierai, point à mon avis fort important, la question topographique. Il suffira de faire remarquer pour aujourd’hui qu’Éginhard accuse la perfidiam Wasconicam, in summi montis vertice positis insidiis, et qu’il raconte ainsi la fin du combat : direptis impedimentis, noctis beneficio qua jam instabat protecti, summa cum celeritate in diversa dispergimtur. Les Annales d’Angilbert parlent aussi d’insidiis, d’attaques sur l’extremum agmen et des direpta impedimenta par un ennemi qui, propter notitiam locorum, statim in diversa dilapsus est.

Au surplus, ce sentiment de mépris pour les « barbares » était si fort dans la société lettrée du temps, qu’on en retrouve l’expression pendant de longs siècles. Le conseiller de Lancre, qui fit brûler en 1609, comme sorcier, une soixantaine de Basques, a contre ces populations peu civilisées des préventions qu’il justifie de la manière la plus étrange. Il leur impute à crime les choses les plus naturelles du monde : il leur reproche de se nourrir de pommes et de boire du cidre extrait de la pomme, « fruit de perdition » ; de vivre le plus souvent en plein air, ce qui les rend « rustres et mal policez » et leur fait « l’esprit volage » ; de s’habiller d’une manière toute particulière ; de laisser les jeunes filles porter les cheveux épars ; d’avoir un extrême orgueil et de s’intituler sieurs et dames de leurs parcs à pourceaux ; de négliger l’agriculture pour la pêche et la navigation ; enfin de n’avoir aucune peur de la mer et de se précipiter avec joie dans cette écume qui jadis engendra Vénus : « Vénus qui renaist si souuent parmy ces gens maritimes par la seule veüe du sperme de la baleine qu’ils prennent chaque année ». Ces étranges appréciations sont longuement développées dans l’un des ouvrages de de Lancre (De l’inconstance des mauvais anges et des démons, Paris, 1610 et 1613, in-4°). Je demande la permission de citer intégralement quelques-uns des passages les plus bizarres :

« Ils n’ayment aussi guieres leurs femmes, & ne les cognoissent pas bonnement, parce qu’ils ne les pratiquēt que la moytié de l’année : & pour leurs enfans, la liberté qu’ils prennent d’essayer leurs femmes quelques années auant les espouser & les prendre comme à l’essay, fait qu’ils ne leur touchent guieres au cœur, comme leur estant perpétuellement en doute, resuant tousiours sur la façon, et sur le mescomte du teps qu’ils sont arriués et départis de leurs maisons, si bien que si elles deuiennent sorcières et endiablées, ils reuiennent sauuages & marins.

« Pour les femmes, elles viuent en pareil et plus grand degoust, d’autant qu’elles n’ont la conuersation de leurs maris qu’à demy, & auec tous ces essays, doutes, incertitudes et longueurs, elles ne les tiennent aussi pour maris qu’à demy, n’en ayans le secours qu’il faudroit pour leurs familles & pour elles-mesmes : n’estant traictées en femmes qu’à demy, si bien que la pluspart trouuent à leur retour que les mères ont choisi et donné à leurs enfans vn autre père, en ayant faict vn présent à Sathan.

« Et comme les Indiens en l’isle espagnolle prenant la fumée d’une certaine herbe appelée cohoba, ont l’esprit troublé, & mettant les mains entre deux genoux & la teste baissée, ayant ainsi demeuré quelque temps en extase, se lèuent tout esperdus et affolés cōtant merueilles de leurs faux Dieux qu’ils appellent Cemis, tout ainsi que font nos sorcières qui reviennent du sabbat. De mesme ceux-cy vsent du Petun ou Nicotiane, en ayant chacun vne plante en leurs Iardins pour petits qu’ils soient, la fumée de laquelle ils prennent pour se descharger le cerueau, & se soutenir aucunement contre la faim. Or ie ne sçay si cette fumée les estourdit comme cette autre herbe des Indiens : mais ie sçay bien et est certain qu’elle leur rend l’haleine & le corps si puant, qu’il n’y a créature qui ne l’ait accoustumé qui le puisse souffrir, et en vsent trois ou quatre fois par iour. Ainsi elles les sentent au sauuage, et les tiennent pour puantes, & leurs enfants pour auortons, maleficiez & bastards, qu’elles font mourir & qu’elles présentent au Diable, comme faicts la plus part à demy carte. Et voyant que la puanteur & cette forte odeur de la marine leur plaist, elle se iettent encore à vne plus abominable puanteur, & ayment plus baiser le Diable en forme de bouc puant, en cette partie sale de derrière où elles font leur adoration, que leurs maris en la bouche...

« D’ailleurs cette nation a vne merueilleuse inclination au sortilége ; les personnes sont légères et mouuantes de corps & d’esprit, promptes & hastées en toutes leurs actions, ayat tousiours vn pied en l’air, & comme on dit, la teste près du bonnet. Aussi hayent-ils en quelque façon, & ie ne sçay pourquoy les chapeaux, & ne prennent plaisir d’en voir en leurs Bilsars ; ils sont plus enclins à l’homicide et à la vengeance qu’au larrecin & au pardon ; ils vont volontiers la nuict comme les chahuans ; ayment les veilles et la dance aussi bien de nuict que de iour. Et non la dance reposée & graue, ains de coupée et turbulente ; celle qui plus leur tourmente et agite le corps, & la plus pénible leur semble la plus noble et la mieux séante, & dancēt avec le mesme tabourin qu’ils ont accoustume de dancer au sabbat ; tesmoin l’aueugle de Sihoro, que plusieurs nous ont dict avoir veu souuent au sabbat. Quelque chose qu’on die, ils sont fidelles ; la gloire les tient en fidélité, quand rien autre chose ne les y porteroit, car ils croient que le larrecin est vne vileté de l’âme & vne soubmission d’vn cœur abiect & nō releué qui tesmoigne seulement qu’il est nécessiteux, sans autre considération de la peine apposée par les loix à ce délict. Ie n’en vy iamais condamner en ce Parlement pour auoir desrobé chose d’importance. Et cōuersant en leur pays, ie n’y vy onc demander l’aumosne, ny gueuser qu’à des étrangers. Enfin, c’est la plus délibérée nation qui soit point, & puis dire auoir veu des filles & enfans tellement précipitez en tout ce qu’on leur commandoit, qu’ils se heurtoyent à tous coups aux portes et fenestres de rencontre iusques à se blesser, tant ils alloient viste. »

L’excellent magistrat auquel ces citations sont empruntées est d’ailleurs célèbre par l’originalité de ses appréciations. Dans un de ses autres ouvrages, L’inconstance et instabilité de toutes choses (Paris, 1610, in-4°), il prétend (feuillet 20, verso) que ave vient d’eva, car ave s’adresse à Marie, source de tous les biens, et eva, c’est au contraire Ève, source de tous les maux. Dans le même volume, on rencontre cette perle (feuillet 53, verso) : « Ô la belle instruction que Nature donne à la femme, si elle s’en voulait servir ! Lorsqu’une femme s’est noyée, Nature la renverse toute morte, pour couvrir sa honte. »

On voudra bien excuser la longueur de ces citations ; elles n’avaient d’autre but, dans ma pensée, que de montrer à quel point les membres des classes dirigeantes aux derniers siècles étaient pleins de préjugés contre les étrangers et les gens de la campagne. C’est bien le cas de répéter avec le poète :

Barbarus his ego sum, quia non intelligor ulli !

Au demeurant, et pour en revenir au manuscrit de Saint-Jacques de Compostelle, il faut remarquer que si l’on prenait au pied de la lettre les allégations d’Aymeric, les Basques du XIIe siècle se présenteraient à nos yeux comme les plus scélérats et en même temps les plus religieux de tous les hommes. Tant il est vrai que la religion peut seule exercer une influence salutaire et moralisatrice !

Aymeric distingue soigneusement les Basques des Navarrais qui ont, dit-il, le teint plus foncé, bien que parlant la même langue. J’appelle sur ce point l’attention des anthropologistes.

Aymeric écrit Bascle, Basclus, avec un l. Faut-il voir dans ce mot une contraction de Basculi, diminutif de Basci ? Je ne le pense point. Le nom propre des Basques est Escualdun ou euscaldun (pour escuara ou euscaradun « qui a la langue basque »). Nous retrouvons le mot original dans un poète français du moyen âge :

Mentre Girarz paraule dels Escharrans
Qui portent catre dars entre lor mans
E sunt plus acorsat que cers per plans...

(Girart de Rossillon, ms. d’Oxford, fol. 41, Mahn,

Ged., II, 86 ; ms. de Paris, éd. Hofmann, v.

1708-9 ; éd. Michel, p. 54.)

Escharrans est bien notre moderne « euscarien ». Le même poète parle d’ailleurs aussi des Navarrais et des Bascles :

Iste bataille fut a un dimarz.
Quel Navar e li Bascle lancent lor darz.

(Ms. d’Oxford, fol. 92 ; ms. de Paris, éd. Hofmann,

V. 4567-8 ; éd. Michel, p. 144 ; ms. de Londres, éd.

Michel, p. 346) [14].

Ces deux citations montrent les Basques armés de dards ; Aymeric, de son côté, dit qu’ils en ont toujours deux ou trois à la main ; en 1587, Poça décrit encore les Biscayens de la montagne comme portant toujours « vna lança larga, con vn dardo o dos » (De la antigua lingua, etc., de las Españas, Bilbao, 1587, petit in-4°, feuillet 38 recto). De Lancre, de son côté, dit que même les prêtres basques, en 1609, se promenaient « la demy-pique en la main » (Mauvais anges, 1613, p. 425).

M. Webster cite deux autres textes du XIIIe siècle où se trouve avec l le mot qui nous occupe. Je crois utile de reproduire ici ces passages.

Le premier est tiré de la Topographia Hiberniœ, par Gérald Barry, dit de Cambrie [15] (chap. viii, De Gurguntio, Brytonum rege qui Basclenses in Hyberniam transmisit, et eandem ipsis habitandam concessit) : « Sicut Brytannica refert historia : rex Brytonum Gurguntius nobilis ille Belini filius, et Brenni famosissimi nepos, rediens a Dacia, quam olim a patre suo subactam, et sibi jam rebellem iterum subjugaverat : apud insulas Orchadum classem inuenit : quæ Basclenses de Hyspaniarum partibus ilhic advectaverat. Cum ergo duces eorum ad Regem accessissent, et inde huc advenerint, causamque adventus (ut aliquam scilicet terram in Occidentis partibus habitarent) ei proposuissent : cum etiam tantopere jam flagitassent ut aliquam terram eis incolandam traderet. Rex tandem de suorum consilio Insulam istam quæ nunc Hibernia dicitur, et quæ tunc vel vacua prorsus fuerat, vel per ipsum habitata eis habitandam concessit. De suis etiam navigationis duces ipsis adhibuit. Ex quo patet, non nullo jure licet antiquo, Brytanniæ reges Hyberniam contingere. Legitur quoque famosum illum Brytonum regem Arthurum, Hiberniæ reges tributarios habuisse : et ad magnam urbis Legionura Curiam quosdam eorum accessisse. »

La seconde citation est de Geoffroy de Monmouth (Historia regum Britanniæ, lib. iii, § 12 : Hibernia Basclensibus incolenda datur) : « Ea tempestate cum post istam victoriam domum per insulas Orcades rediret, invenit triginta naves viris et mulieribus plenas : et cum causam adventus eorum inquisivisset, accessit ad eum dux ipsorum Partholoim nomine et adorato eo veniam et pacem rogavit. Dicebat autem se ex partibus Hispaniarum expulsum fuisse et maria illa circuire ut locum mansionis haberet. Petebat etiam ab eo portiunculam Britanniæ ad inhabitandum, ne odiosum iter maris diutius pererraret. Annus enim cum dimidio jam elapsus fuerat ex quo a patria sua pulsus per Oceanum cum sociis navigaret. Ut igitur Gurgiunt Babtruc ipsos ex Hispania venisse et Basclenses esse vocatos, petitionem eorum edoctus fuit, misit homines cum eis ad insulam Hiberniæ quæ tunc vasta ab omni incola erat ; eamque eis concessit. Deinde creverunt illic et multiplicati sunt : insulamque usque in hodiernum diem tenuerunt. Gurgiunt vero Babtruc cum dies vitæ suæ cum pace explevisset, sepultus fuit in urbe Legionum quam post obitum patris, ædificiis et muris decorare studuerat. »

On a vu que l’auteur de la Historia Compostelana écrivait Blasci (gén. Blascorum). Il n’y a sans doute là qu’une métathèse. La supposition la plus admissible serait peut-être celle qui ferait dériver Bascli, basclenses du mot original euskara, eskara, avec prosthèse d’un esprit doux, d’un w, v, b, amené par l’u de la diphthongue initiale, et avec adoucissement du r radical en l.

Quant au caractère du basque, où Aymeric voit une langue penitus barbaram, qu’il compare à l’aboiement des chiens, l’exagération est plus manifeste encore qu’en ce qui concerne la rudesse des mœurs. La prononciation n’a pu changer assez profondément depuis sept siècles pour modifier la nature des sons de la langue. Or, personne ne saurait trouver le basque actuel dur et dépourvu de toute harmonie. On sait ce qu’en pensait déjà Joseph Scaliger, il y a deux cents ans passés :

« Cantabrismus incipit a̍ suburbicariis partibus Baionæ Lapurdensium, et itinere sex aut septem dierum in intima montanæ Hispaniæ extenditur. Galli omnes qui ea lingua vtuntur, vocant Bascos, vel Basculos. Hispani Regionem in qua illa dialectus locum habet, generali nomine Bascuença vocant. Nihil barbari, aut stridoris, aut anhelitus habet : lenissima est et suavissima ; estque sine dubio vetustissima et ante tempora Romanorum illis finibus in vsu erat » (De hodiernis francorum linguis diatriba, in fine ; dans I. I. Scal. opuscula varia, Paris, 1610, in-4°, p. 125-126).

Scaliger avait écrit autre part :

« Basque. Ce langage tient sept journées. Il y en a six et ultra montes ; à une demi-lieuë de Bayonne commence le langage. Il y a Basque en France, Navarre et Espagne. Il faut que les Basques parlent quatre langues : françois, parce qu’ils plaident en françois au présidial de Bayonne, et de là à la sénéchaussée d’Acqs ; gascon, pour le pays ; basque, et espagnol. C’est un langage étrange que le basque ; c’est le vieil espagnol, comme le breton bretonnant est le vieux anglois. On dit qu’ils s’entendent, je n’en croy rien ; ils nomment pain et vin de même, mais le reste est bien différent ; j’ay leur bible » (Scaligerana, Cologne, 1695, in-12, p. 48-49). Les derniers mots font évidemment allusion à la parenté hypothétique des langues basque et bretonne [16].

Les mots basques cités par Aymeric sont au nombre de dix-huit, savoir :

1. urcia « Dieu » ;

2. andrea Maria « la vierge Marie » ;

3. orgui « pain » ;

4. ardum « vin » ;

5. aragui « viande » ;

6. araign « poisson » ;

7. echea « maison » ;

8. iaona « seigneur » ;

9. andrea « dame » ;

10. elicera « église » ;

11. belatera « prêtre » ;

12. gari « froment » ;

13. uric « eau » ;

14. ereguia « roi » ;

15. iaona domne iacue « saint Jacques » ;

16. aucona « dard » ;

17. lavarca « sandale » ;

18. saia « manteau ».

Avant d’examiner ces divers mots, il faut considérer qu’il y a peut-être quelques inexactitudes dans les lectures ou les transcriptions de M. Fita, et que des fautes ont pu se glisser dans son article imprimé. M. Fita rendrait un immense service aux basquisants s’il voulait bien publier en fac-simile ce précieux passage du codex de Saint-Jacques. Il faut tenir compte en outre de ce fait certain, qu’Aymeric a recueilli ces mots par une simple curiosité, et sans aucune préoccupation de l’exactitude linguistique.

Ceci posé, j’admets parfaitement avec le prince Bonaparte que 1. urcia est « le tonnerre » ; mais de ce que ce mot traduit « Dieu », devrait-on conclure que l’abstrait et métaphysique Jaun-goicoa « le seigneur d’en haut » n’existait pas encore ? Je ne l’oserais pas, mais la question mérite d’être posée.

Quant à 4. ardum, 10. elicera, 13. uric, j’estime que le prince Bonaparte est peut-être trop rigoureux et tient un trop grand compte des nuances de prononciation ou de grammaire contemporaines. Elicera est-il proprement « l’Église » ou « à l’église » ? Peu importe, car le manuscrit donne les mots tantôt avec l’article, tantôt sans l’article : l’hypothèse de M. Webster est peut-être plus vraisemblable. De même, pour uric, ardum, il peut y avoir de simples erreurs de transcription : ces formes seraient pour ura, ardua ; le um final s’expliquerait par les habitudes latines.

Pour 11. belatera, l’explication du prince Bonaparte est parfaitement admissible, malgré le calembour étymologique d’Aymeric, qui voit dans ce mot le roman « belle terre ».

Dans 3. orgui, le r est une erreur de transcription causée sans doute par la dureté du g suivant. Le mouillement final de 6. araign serait remarquable si j’étais sûr que ign sous la plume d’Aymeric indiquât un mouillement.

7. echea, 8. iaona, 9. andrea n’offrent rien de particulier ; ao pour au ne saurait nous étonner. — 18. saia est le moderne zaia, zaya « robe, jupon, plumage ». — 17. lavarca est certainement « la sandale » alarka. — 16. aucona « dard » est l’espagnol azcona que Pouvreau traduit, dans son dictionnaire manuscrit, en invoquant l’autorité d’Oihenart, par « sorte de dard ».

15. iaona domne iacue est intéressant, en ce qu’il démontre catégoriquement l’origine des formes actuelles Yondoni Paulo « saint Paul », Andredena Maria « sainte Marie » (formes archaïques andredona, andredana), et analogues. Ces expressions sont pléonastiques et composées du basque yaun ou andre et du latin dominus ou domina (Cf. une note de M. J. Duvoisin citée par M. G. Phillips en 1870, dans les Comptes-rendus de l’Académie de Vienne).

Quant à la répartition dialectale de ces mots, remarquons que, de nos jours, ortzi est bas-navarrais ; andre est labourdin, guipuzcoan et biscayen ; ardo est biscayen et guipuzcoan ; zaia est labourdin et bas-navarrais ; gari est guipuzcoan.

Il résulterait de ces dernières observations que les mots cités par Aymeric appartiendraient aux dialectes du centre du pays basque actuel, les plus près à mon avis (le labourdin surtout) de la langue euscarienne primitive.

Julien Vinson.

Paris, 24 février 1881.


  1. Cf. Giraldus Cambrensis, Top. Hib. Dist., iij, 10.
  2. Un ami a bien voulu m’envoyer une copie de ces passages ; car je n’ai pu me procurer encore les articles de M. Fita.
  3. Roncevaux est appelé dans ce manuscrit Runtieuallis (Les passages relatifs à Roland occupent les feuillets 78 à 88).
  4. Cette Histoire a été publiée l’an dernier, d’après sept manuscrits de la Faculté de médecine de Montpellier (H. 31, 39, 78, 139, 142, 235 et 281), par M. F. Castets, professeur à la Faculté des lettres de Montpellier (Publications de la Société pour l’étude des langues romanes, t. VII, in-8, xij-92 p.). En appendice, M. Castets donne le petit passage sur les Navarrais que je reproduis ci-après.
  5. Ici Roncevaux s’appelle Runciauallis (feuillets 61 à 67).
  6. Le manuscrit 13775 a laissé la place de ce surnom en blanc.
  7. Le manuscrit 13775 a ici une ligne omise ; il dit : barcinona usque ad montem.
  8. 13775, oque. ( ?)
  9. Var. 13775, nequiverunt.
  10. 13775 ajoute et beionam. Ce beionam et le barioria antérieur indiquent sans doute la ville de Bayonne.
  11. Var. 13775, edicaverunt.
  12. 1550 naldaú ; 13775 naddatun ( ?).
  13. J’ai collationné sur l’España sagrada (t. XX, p. 298-299) le texte inexactement reproduit par Floranes.
  14. Sur la pièce de Peire Vidal Drogoman, etc., par Paul Meyer, Romania, t. II, 1873, p. 432.
  15. C’est Girald Barry qui avait pris l’habitude d’ajouter aux litanies catholiques le verset : A malicia monachorum, libera nos, Domine ! M. Hyacinthe Loyson rappelait, dans un de ses derniers sermons, un mot de M. Darboy, archevêque de Paris : « Au dicton de Hobbes, homo homini lupus, on ajoute souvent sacerdos sacerdoti lupior ; on pourrait dire encore mieux monachus monacho lupissimus. »
  16. On lit dans le même recueil, au mot Béarn, l’allusion ci-après à la prétendue couvade : « En Béarn, lorsque la femme est accouchée, elle va tirer la charruë, et le mari se met au lict comme la commere. Je croy que cela ne se fait plus (p. 51) » (Cf. nos Études de Linguistique et d’Ethnographie, Paris, 1878, p. 197-209).

    J’emprunte encore aux Scaligerana les deux passages ci-après :

    « Guiennenses, Vascones, Bearnenses et Baschæ, sunt Hispani ; Narbonenses et Provinciales, Itali, et sic de cæteris. Unde nemini mirum videri debet, si tam variis linguis loquantur, qui earum rudimenta a tam diversis popularibus didicerunt ; et quod mirabilius in hac re videtur, Bearnenses Baschis accolæ, ne verbum quidem eorum linguæ intelligunt » (Scaligerana, 1695, p. 181-182).

    « Langues. Il y en a quatre matrices en Europe... et six autres petites langues qui ne tiennent rien de ces grandes, le basque.... Les Basques sont Cantabres, qui est, comme je croy, le vieux langage d’Espagne, comme il appert par des papiers qui se trouvent dans les villes d’Espagne. Cantabrie tenait la Navarre de delà des Pyrénées, les Basques de deçà et une partie delà Gascogne » (Scaligerana, 1695, p. 230).