Les Deux Lions

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fables de FlorianLouis Fauche-BorelVolume 9 (p. 167-168).


FABLE II

Les Deux Lions


Sur les bords africains, aux lieux inhabités
Où le char du soleil roule en brûlant la terre,
Deux énormes lions, de la soif tourmentés,
Arrivèrent au pied d’un désert solitaire.
Un filet d’eau couloit, foible & dernier effort
De quelque naïade expirante.
Les deux lions courent d’abord
Au bruit de cette eau murmurante ;
Ils pouvoient boire ensemble, & la fraternité,
Le besoin, leur donnoit ce conseil salutaire :
Mais l’orgueil disoit le contraire,
Et l’orgueil fut seul écouté.
Chacun veut boire seul : d’un œil plein de colère
L’un l’autre ils vont se mesurant,
Hérissent de leur cou l’ondoyante crinière :
De leur terrible queue ils se frappent les flancs,
Et s’attaquent avec de tels rugissements,
Qu’à ce bruit, dans le fond de leur sombre tanière,


Les tigres d’alentour vont se cacher tremblants.
Égaux en vigueur, en courage,
Ce combat fut plus long qu’aucun de ces combats
Qui d’Achille ou d’Hector signalèrent la rage ;
Car les dieux ne s’en mêloient pas.
Après une heure ou deux d’efforts & de morsures,
Nos héros, fatigués, déchirés, haletants,
S’arrêtèrent en même temps.
Couverts de sang & de blessures,
N’en pouvant plus, morts à demi,
Se traînant sur le sable, à la source ils vont boire :
Mais pendant le combat la source avoit tari.
Ils expirent auprès.
Vous lisez votre histoire,
Malheureux insensés, dont les divisions,
L’orgueil, les fureurs, la folie,
Consument en douleurs le moment de la vie :
Hommes, vous êtes ces lions ;
Vos jours, c’est l’eau qui s’est tarie.