Les Doïnas/XIV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Hora (première édition 1853)
Traduction par J.-E. Voïnesco.
Les DoïnasJoël CherbuliezLittérature roumane (p. 58-60).




XIV

LA HORA


Voici la hora qui commence au pied du grand chêne ; voici la hora qui tournoie ; viens, ma bien-aimée, près de moi, afin que je puisse te serrer la main, Marie Marioutza, comme hier au soir, à la fontaine.

Allons, fais bien résonner ta kobsa[1], noir esprit de terreur, fantôme de l’enfer[2], si tu ne veux que je change tes épaules en kobsa, et que tes cheveux se hérissent sous mes doigts. Allons, toi, le Fer-Rouge, toi le Long-Jubé[3], appuie ferme avec l’archet, car je possède à ton intention une grosse massue là-bas contre la haie, et beaucoup de pièces de monnaie dans la bourse pendue à ma ceinture.

En avant, ferme, ainsi toujours jusqu’au soir, car ma bien-aimée, Marie Marioutza, est belle comme un beau jour de printemps ; ferme, mes amis, dansez bravement, toujours ainsi : ne me faites pas rougir pour vous, car la jolie petite bouche qui me sourit avec amour m’a mis le diable au corps.

J’ai orné mon chapeau de fleurs, je l’ai orné de fleurs et de perles, afin que ma bien-aimée me regarde avec orgueil ; ma chemise est brodée d’or et de soie ; mon fusil est là sur mon épaule, ma mie est ici près de moi, nargue des soucis et des craintes !

Je ne redoute plus rien au monde, ni le vornik[4], ni le Diable, ni même Satan, le père des esprits infernaux… ......
.... Amis, faites comme moi, dansons ferme. Frappons ensemble le sol en cadence ; faisons-le retentir jusque dans ses profondeurs pour étonner le monde entier, et jusqu’à Dieu, le saint Seigneur.

Je suis las des lourdes contributions, et de la charrue, et de la pelle, et des Ciokoï, et des corvées sans nombre. Aujourd’hui, c’est grand’fête ; les balançoires tournent, chargées de jeunes filles ; ah ! que ma sandale grise se déchire sous mes pieds, et puissé-je mourir en dansant avec toi, Marie Marioutza ?

  1. Espèce de mandoline à huit cordes.
  2. Sobriquets donnés par le peuple aux Tzigani ; en général, les musiciens lautari sont Tzigains.
  3. Les lautari portent le fez grec sur la tête et sont couverts d’une longue robe appelée jubé.
  4. Paysan élu par le village pour prélever les contributions.