Les Doïnas/XX

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Doïna d’amour (première édition 1853)
Traduction par J.-E. Voïnesco.
Les DoïnasJoël CherbuliezLittérature roumane (p. 66).




XX

DOÏNA D’AMOUR


La forêt soupire, la forêt gémit pour un jeune petit chevreuil. Hélas ! mon pauvre cœur gémit et soupire comme elle, pour une blonde jeune fille.

La feuille croît, la feuille tombe, et plus de chevreuil pour la ronger de ses dents ! Hélas ! que vais-je devenir ! le doru s’est emparé de mon cœur et le fait gémir sans cesse.

Ô mon cœur ! sois résigné, comme la terre sous les pieds des hommes, jusqu’à ce que la blonde jeune fille et le petit chevreuil reviennent à la forêt.