Les Femmes de la Révolution/05

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

◄  IV.
VI.  ►


V

LES FEMMES À LA FÉDÉRATION (1790)


« Ainsi finit le meilleur jour de notre vie. » Ce mot, que les fédérés d’un village écrivent le soir de cette grande fête nationale à la fin de leur procès-verbal, j’ai été tenté de l’écrire moi-même, lorsqu’en 1847 j’achevai le récit des fédérations. Rien de semblable ne reviendra pour moi. J’ai eu ma part en ce monde, puisque le premier j’ai eu le bonheur de retrouver dans les actes, de reproduire dans mes récits, ces grandes communions du peuple.

Les fédérations de provinces, de départements, de villes et villages, eurent soin de consigner elles-mêmes et de narrer leur histoire. Elles l’écrivaient à leur mère, l’Assemblée nationale, fidèlement, naïvement, dans une forme bien souvent grossière, enfantine ; elles disaient comme elles pouvaient ; qui savait écrire écrivait. On ne trouvait pas toujours dans les campagnes le scribe habile qui fût digne de consigner ces choses à la mémoire. La bonne volonté suppléait… Véritables monuments de la fraternité naissante, actes informes, mais spontanés, inspirés, de la France, vous resterez à jamais pour témoigner du cœur de nos pères, de leurs transports, quand pour la première fois ils virent la face trois fois aimée de la patrie.

J’ai retrouvé tout cela, entier, brûlant, comme d’hier, au bout de soixante années, quand j’ai ouvert ces papiers, que peu de gens avaient lus. À la première ouverture, je fus saisi de respect ; je ressentis une chose singulière, unique, sur laquelle on ne peut pas se méprendre. Ces récits enthousiastes adressés à la patrie (que représentait l’Assemblée), ce sont des lettres d’amour.

Rien d’officiel ni de commandé. Visiblement, le cœur parle. Ce qu’on y peut trouver d’art, de rhétorique, de déclamation, c’est justement l’absence d’art, c’est l’embarras du jeune homme qui ne sait comment exprimer les sentiments les plus sincères, qui emploie les mots des romans, faute d’autres, pour dire un amour vrai. Mais, de moment en moment, une parole arrachée du cœur proteste contre cette impuissance de langage, et fait mesurer la profondeur réelle du sentiment… Tout cela verbeux ; eh ! dans ces moments, comment finit-on jamais ?… Comment se satisfaire soi-même ?… Le matériel les a fort préoccupés ; nulle écriture assez belle, nul papier assez magnifique, sans parler des somptueux petits rubans tricolores pour relier les cahiers… Quand je les aperçus d’abord, brillants et si peu fanés, je me rappelai ce que dit Rousseau du soin prodigieux qu’il mit à écrire, embellir, parer les manuscrits de sa Julie… Autres ne furent les pensées de nos pères, leurs soins, leurs inquiétudes, lorsque, des objets passagers, imparfaits, l’amour s’éleva en eux à cette beauté éternelle !

Dans ces essais primitifs de la religion nouvelle, toutes les vieilles choses connues, tous les signes du passé, les symboles vénérés jadis, ou pâlissent ou disparaissent. Ce qui en reste, par exemple, les cérémonies du vieux culte, appelé pour consacrer ces fêtes nouvelles, on sent que c’est un accessoire. Il y a dans ces immenses réunions, où le peuple de toute classe et de toute communion ne fait plus qu’un même cœur, une chose plus sacrée qu’un autel. Aucun culte spécial ne prête de sainteté à la chose sainte entre toutes : l’homme fraternisant devant Dieu.

Tous les vieux emblèmes pâlissent, et les nouveaux qu’on essaye ont peu de signification. Qu’on jure sur le vieil autel, devant le Saint-Sacrement, qu’on jure devant la froide image de la Liberté abstraite, le vrai symbole se trouve ailleurs. C’est la beauté, la grandeur, le charme éternel de ces fêtes : le symbole y est vivant.

Ce symbole pour l’homme, c’est l’homme. Tout le monde de convention s’écroulant, un saint respect lui revient pour la vraie image de Dieu. Il ne se prend pas pour Dieu ; nul vain orgueil. Ce n’est point comme dominateur ou vainqueur, c’est dans des conditions tout autrement graves et touchantes que l’homme apparaît ici. Les nobles harmonies de la famille, de la nature, de la patrie, suffisent pour remplir ces fêtes d’un intérêt religieux, pathétique.

Partout, le vieillard à la tête du peuple, siégeant à la première place, planant sur la foule. Et, autour de lui, les filles, comme une couronne de fleurs. Dans toutes ces fêtes, l’aimable bataillon marche en robe blanche, ceinture à la nation (cela voulait dire tricolore). Ici, l’une d’elles prononce quelques paroles nobles, charmantes qui feront des héros demain. Ailleurs (dans la procession civique de Romans en Dauphiné), une belle fille marchait, tenant à la main une palme, et cette inscription : Au meilleur citoyen ! … Beaucoup revinrent bien rêveurs.

Le Dauphiné, la sérieuse, la vaillante province qui ouvrit la Révolution, fit des fédérations nombreuses et de la province entière, et de villes, et de villages. Les communes rurales de la frontière, sous le vent de la Savoie, à deux pas des émigrés, labourant près de leurs fusils, n’en firent que plus belles fêtes. Bataillon d’enfants armés, bataillon de femmes armées, autre de filles armées. À Maubec, elles défilaient en bon ordre, le drapeau en tête, tenant, maniant l’épée nue, avec cette vivacité gracieuse qui n’est qu’aux femmes de France.

J’ai dit ailleurs l’héroïque initiative des femmes et filles d’Angers ; elles voulaient partir, suivre la jeune armée d’Anjou, de Bretagne, qui se dirigeait sur Rennes, prendre leur part de cette première croisade de la liberté, nourrir les combattants, soigner les blessés. Elles juraient de n’épouser jamais que de loyaux citoyens, de n’aimer que les vaillants, de n’associer leur vie qu’à ceux qui donnaient la leur à la France.

Elles inspiraient ainsi l’élan dès 88. Et maintenant dans les fédérations de juin, de juillet 90, après tant d’obstacles écartés, dans ces fêtes de la victoire, nul n’était plus ému qu’elles. La famille, pendant l’hiver, dans l’abandon complet de toute protection publique, avait couru tant de dangers !… Elles embrassaient dans ces grandes réunions si rassurantes l’espoir du salut, le pauvre cœur était cependant encore bien gros du passé… de l’avenir !… mais elles ne voulaient d’avenir que le salut de la patrie ! Elles montraient, on le voit dans tous les témoignages écrits, plus d’élan, plus d’ardeur que les hommes mêmes, plus d’impatience de prêter le serment civique.

On éloigne les femmes de la vie publique ; on oublie trop que vraiment elles y ont droit plus que personne. Elles y mettent un enjeu bien autre que nous ; l’homme n’y joue que sa vie, et la femme y met son enfant… Elle est bien plus intéressée à s’informer, à prévoir. Dans la vie solitaire et sédentaire que mènent la plupart des femmes, elles suivent de leurs rêveries inquiètes les crises de la patrie, les mouvements des armées… Vous croyez celle-ci au foyer ? non, elle est en Algérie, elle participe aux privations, aux marches de nos jeunes soldats en Afrique, elle souffre et combat avec eux.

Dans je ne sais quel village, les hommes s’étaient réunis seuls dans un vaste bâtiment, pour faire ensemble une adresse à l’Assemblée nationale. Elles approchent, elles écoutent, elles entrent, les larmes aux yeux, elles veulent en être aussi. Alors on leur relit l’adresse ; elles s’y joignent de tout leur cœur. Cette profonde union de la famille et de la patrie, pénétra toutes les âmes d’un sentiment inconnu.

Personne, dans ces grandes fêtes, n’était simple témoin ; tous étaient acteurs, hommes, femmes, vieillards, enfants, tous, depuis le centenaire jusqu’au nouveau-né ; et celui-ci plus qu’un autre.

On l’apportait, fleur vivante, parmi les fleurs de la moisson. Sa mère l’offrait, le déposait sur l’autel. Mais il n’avait pas seulement le rôle passif d’une offrande, il était actif aussi, il comptait comme personne, il faisait son serment civique par la bouche de sa mère, il réclamait sa dignité d’homme et de Français, il était déjà mis en possession de la patrie, il entrait dans l’espérance.

Oui, l’enfant, l’avenir, c’était le principal acteur. La commune elle-même, dans une fête du Dauphiné, est couronnée dans son principal magistrat par un jeune enfant. Une telle main porte bonheur. Ceux-ci, que je vois ici, sous l’œil attendri de leurs mères, déjà armés, pleins d’élan, donnez-leur deux ans seulement, qu’ils aient quinze ans, seize ans, ils partent : 92 a sonné ; ils suivent leurs aînés à Jemmapes. Ceux-ci, plus petits encore, dont le bras paraît si faible, ce sont les soldats d’Austerlitz… Leur main a porté bonheur ; ils ont rempli ce grand augure, ils ont couronné la France ! Aujourd’hui même, faible et pâle, elle siège sous cette couronne éternelle et impose aux nations.

Grande génération, heureuse, qui naquit dans une telle chose, dont le premier regard tomba sur cette vue sublime ! Enfants apportés, bénis à l’autel de la patrie, voués par leurs mères en pleurs, mais résignées, héroïques, donnés par elles à la France… ah ! quand on naît ainsi, on ne peut plus jamais mourir… Vous reçûtes, ce jour-là, le breuvage d’immortalité. Ceux même d’entre vous que l’histoire n’a pas nommés, ils n’en remplissent pas moins le monde de leur vivant esprit sans nom, de la grande pensée commune, qu’ils portèrent par toute la terre…

Je ne crois pas qu’à aucune époque le cœur de l’homme ait été plus large, plus vaste, que les distinctions de classes, de fortunes et de partis aient été plus oubliées. Dans les villages surtout, il n’y a plus ni riche, ni pauvre, ni noble, ni roturier ; les vivres sont en commun, les tables communes. Les divisions sociales, les discordes ont disparu ; les ennemis se réconcilient, les sectes opposées fraternisent : les croyants, les philosophes, les protestants, les catholiques.

À Saint-Jean-du-Gard, près d’Alais, le curé et le pasteur s’embrassèrent à l’autel. Les catholiques menèrent les protestants à l’église ; le pasteur siégea à la première place du chœur. Mêmes honneurs rendus par les protestants au curé, qui, placé chez eux au lieu le plus honorable, écoute le sermon du ministre. Les religions fraternisent au lieu même de leur combat, à la porte des Cévennes, sur les tombes des aïeux qui se tuèrent les uns les autres, sur les bûchers encore tièdes… Dieu, accusé si longtemps, fut enfin justifié… Les cœurs débordèrent ; la prose n’y suffit pas, une éruption poétique put soulager seule un sentiment si profond ; le curé fit, entonna un hymne à la Liberté ; le maire répondit par des stances ; sa femme, mère de famille respectable, au moment où elle mena ses enfants à l’autel, répandit aussi son cœur dans quelques vers pathétiques.

Ce rôle, quasi pontifical d’une femme, d’une digne mère, ne doit pas nous étonner. La femme est bien plus que pontife : elle est symbole et religion.

Ailleurs, ce fut une fille, jeune et pure, qui, de sa main virginale, tira du soleil, par un verre ardent, le feu qui devait brûler l’encens sur l’autel de la Patrie.

La Révolution, revenant à la nature, aux heureux et naïfs pressentiments de l’Antiquité, n’hésitait point à confier les fonctions les plus saintes à celle qui, comme joie suprême du cœur, comme âme de la famille, comme perpétuité humaine, est elle-même le vivant autel.