Les Feuilles d’automne/À une femme

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Feuilles d’automneOllendorf17 (p. 69).

XXII

À UNE FEMME.

C’est une âme charmante
Diderot.


Enfant ! si j’étais roi, je donnerais l’empire,
Et mon char, et mon sceptre, et mon peuple à genoux,
Et ma couronne d’or, et mes bains de porphyre,
Et mes flottes, à qui la mer ne peut suffire,
Pour un regard de vous !

Si j’étais Dieu, la terre et l’air avec les ondes,
Les anges, les démons courbés devant ma loi,
Et le profond chaos aux entrailles fécondes,
L’éternité, l’espace, et les cieux, et les mondes,
Pour un baiser de toi !


8 mai 1829.