75%.png

Les Frères Zemganno/51

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄   Chapitre XLIX Chapitre LI   ►



L

— « Allons, mon grand, — disait un jour, avec une ironie tendre, Nello à son frère, — un peu de moral, sapristi !… Oui, oui, je le sais bien… voilà encore un de tes enfants sur lequel il faut prononcer un De Profundis. »

— « Tu avais deviné que j’en avais trouvé un ? »

— « Parbleu !… mais, mon Gianni, tu es transparent comme un verre d’eau… tu ne te doutes donc pas, comment ça se passe chez toi… ? Eh bien, voici… Il y a d’abord deux ou trois jours… cinq ou six quelquefois… où tu me réponds oui quand il faut répondre non, et réciproquement… Bon, je dis : c’est sa crise d’invention qui le prend ; puis un matin, tu fais des yeux tendres à ton déjeuner, avec l’air d’adresser des remercîments à tout ce que tu manges pour être si bon… et pendant un temps quelconque… tu ne trouves rien de cher… et toutes les femmes jolies… et le temps beau quand il pleut… tout cela avec des oui et des non pas bien à leur place encore… cet état dure en général de deux à trois semaines… Bref, tout à coup tu prends la figure que tu as aujourd’hui… une figure d’éclipse de soleil… et quand je te vois ainsi… sans rien te dire, je me dis à moi-même : le tour de mon frère est mort ! »

— « Vilain petit blagueur que tu fais… mais pourquoi ne m’aiderais-tu pas un peu… si tu cherchais de ton côté, hein ? »

— «  Oh ! pour ça non !… tout ce que tu trouveras, au risque de me casser le cou, je le ferai… mais trouver, c’est ton affaire… je me repose sur toi… je ne me sens pas mis du tout au monde pour me donner de la peine… à part les petites bêtises que je fourre dans nos clowneries, nisco… Je suis parfaitement satisfait… et heureux de vivre comme nous vivons !… et je n’ai ni faim, ni soif d’immortalité, moi ! »

— « Au fond tu as raison… et c’est moi l’égoïste… ; mais que veux-tu, on n’est pas maître de soi !… il y a en mon individu une toquade, une maladie de trouver quelque chose qui fasse de nous des gens célèbres… des gens dont on parle, entends-tu ? »

— « Ainsi soit-il ! mais je te l’avoue, Gianni, si je faisais encore mes prières, je prierais tous les soirs et tous les matins pour que ce soit le plus tard possible. »

— « Voyons, mais tu en seras aussi fier que moi ! »

— « Certainement, oui que j’en serai fier… mais après, ce sera peut-être idiot… et acheté plus cher que ça ne vaut ! »


◄   Chapitre XLIX Chapitre LI   ►