Les Gaietés/Petit Vaudeville

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les GaietésAux dépens de la Compagnie (p. 142-145).


PETIT VAUDEVILLE.

Air du vaudeville de l’Avare.


Qu’un vieux baron couvert de rouille,
Exhumé d’un sombre manoir,
Sur la Charte qui le dépouille
Veuille poser son éteignoir,

Passons-lui ce petit manège…
Autrefois, ce bon châtelain
Pendait les gens pour un lapin :
Il n’a plus ce doux privilège.

Qu’aujourd’hui, grâce à la sottise
De nos élégants un peu fous,
Les lourds pantins de la Tamise
Viennent donner le ton chez nous,
D’un tel caprice je me raille,
Car, n’en déplaise à Wellington,
La gloire de donner le ton
Nous revient un jour de bataille.

Certaine pièce courageuse
Allait, dit-on, paraître au jour,
Quand une police ombrageuse
Vient lui jouer un vilain tour [1].
Pauvre auteur ! ta bile s’allume…
Tu me fais rire, en vérité !
Pourquoi parler de liberté
Avant d’avoir vendu ta plume ?

Entendez-vous à la tribune
Cet orateur aux cheveux roux,
Contre un membre qui l’importune,
Par ordre, exhaler son courroux ?

« Eh ! messieurs, regardez au centre…
Du roi voilà les vrais sujets ! »
C’est juste ! ils enflent vos budgets
Selon que vous enflez leur ventre.

Ministres de miséricorde,
Dans vos pieuses missions,
Sans doute, la douce concorde
Conduit vos saintes légions ?
« Pour prêcher la paix, l’Évangile,
Chers frères, nous vous invitons… »
Demandez plutôt aux Bretons
Qui les ont chassés de leur ville [2] ?

Trestaillons du Gard et du Rhône,
Qui voilant vos affreux desseins,
Au nom de l’Église et du Trône,
Naguère étiez nos assassins ;
Monstres souillés de tant de crimes,
Craignez un sanglant souvenir !…
La justice est prête à punir…
On ose pleurer vos victimes.

— Quel outrage ! quelle injustice !
— Quoi donc ? — Fameux par tant d’exploits,
Nos braves souffriraient qu’un Suisse
Gardât le palais de nos rois !…

Calmez l’humeur qui vous emporte ;
Chacun son métier, mes amis :
Le Français bat les ennemis
Et le Suisse garde la porte [3].



  1. Allusion aux désordres excités à la première représentation du Germanicus d’Arnault (22 mars 1817).
  2. Les habitants de Brest s’étaient opposés aux exercices des missionnaires introduits dans leur ville par l’évêque de Quimper.
  3. Proposition du renvoi des Suisses (session de 1817).