Les Gaietés/Plainte portée à la Cour de Justice, contre un Homme sans honneur, par une Femme délicate et passionnée

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


PLAINTE

PORTÉE À LA COUR DE JUSTICE, CONTRE UN HOMME SANS HONNEUR, PAR UNE FEMME DÉLICATE ET PASSIONNÉE.


Air : Le petit mot pour rire.


Messieurs, je dénonce à la cour
Un libertin qui, chaque jour

Me fait mainte équipée ;
Quoiqu’il soit presque mon époux,
Je ne m’en plaindrais point à vous,
S’il ne m’avait (ter) trompée.

Mais il me trompera toujours ;
Je sais que vers d’autres amours
Il a pris sa volée ;
Lise lui vend cher ses appas ;
Pourtant, je ne m’en plaindrais pas,
S’il ne m’avait (ter) volée.

Mais il me volera toujours ;
À mon or pour mieux donner cours
À table il s’évertue :
Il s’enivre à tous ses repas ;
Pourtant, je ne m’en plaindrais pas,
S’il ne m’avait (ter) battue.

Messieurs, il me battra toujours,
Mais pour le plus noir de ses tours,
Que je sois écoutée :
Infidélités, vols et coups,
Sont des torts que j’oublierais tous,
S’il ne m’avait (ter) ratée.