100%.png

Les Historiettes/Tome 2/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par Monmerqué, de Chateaugiron, Taschereau, 
A. Levavasseur
(Tome 2p. 306-307).


ARNAULD DU FORT.


On appelle cet Arnauld, Arnauld du Fort, parce que ce fut lui qui s’avisa, après avoir changé de religion, de proposer de faire le fort Louis, pour incommoder ceux de La Rochelle, et il en fut capitaine. Il avoit voulu persuader à ses frères de le pousser dans la guerre, afin qu’il pût devenir maréchal de France, et, pour les y obliger, il leur disoit qu’en Italie, pour faire un cardinal, on en usoit ainsi dans les familles. Au mariage du Roi, il s’avisa de se mettre du carrousel[1] ; on s’en moquoit un peu ; il faisoit le beau, et on disoit que dans une chambre pleine de miroirs il étudioit la bonne grâce. Une fois qu’un moine, faisant la prière, disoit à ses soldats qu’il ne leur servoit de rien d’être vaillant, que Dieu seul donnoit les victoires, il le renvoya bien vite, en lui disant : « Vous gâtez mes gens, il leur faut dire que Dieu est toujours du côté de ceux qui frappent le plus fort. » Le marquis de La Force répliqua aussi à un moine qui disoit : « Recommandez-vous bien à Notre-Dame, » qu’il falloit dire : à Notre-Dame de frappe fort.

Ce M. le maréchal de France en herbe ne fut jamais, comme j’ai dit, que mestre de camp des Carabins. Il fit faire, car il avoit de la vanité en toute chose, à son beau-frère L’Hoste, la plus ridicule dépense du monde à Montfermeil, auprès de Paris ; car, sur le penchant d’une montagne, il lui conseilla de faire un canal, sans considérer qu’il y avoit assez d’eau dans cette maison, et que le terrain ne le permettoit pas : il a coûté vingt-cinq mille écus, et n’a jamais tenu l’eau. Il se piquoit aussi d’écrire, et d’écrire bien sur-le-champ. Il en voulut faire une épreuve en écrivant une lettre en une compagnie où étoit Gombauld ; mais Gombauld, qui avoit le nez bon, connut aisément qu’il n’y avoit rien là qui n’eût été apporté du logis.

  1. Au carrousel de la Place-Royale, qui eut lieu en 1612, à l’occasion du mariage de Louis XIII et d’Anne d’Autriche.