Les Liaisons dangereuses/Lettre 112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
J Rozez (volume 2p. 96-97).


Lettre CXII

De Madame de Rosemonde à la Présidente Tourvel (Dictée seulement.)

Je ne reçois qu’à l’instant même, ma chère belle, votre lettre du 11, & les doux reproches qu’elle contient. Convenez que vous aviez bien envie de m’en faire davantage ; & que si vous ne vous étiez pas ressouvenue que vous étiez ma fille, vous m’auriez réellement grondée. Vous auriez été pourtant bien injuste ! C’était le désir & l’espoir de pouvoir vous répondre moi-même, qui me faisait différer chaque jour ; & vous voyez qu’encore aujourd’hui, je suis obligée d’emprunter la main de ma femme de chambre. Mon malheureux rhumatisme m’a repris ; il s’est niché cette fois sur le bras droit, & je suis absolument manchotte. Voilà ce que c’est, jeune & fraîche comme vous êtes, d’avoir une si vieille amie ! on souffre de ses incommodités.

Aussitôt que mes douleurs me donneront un peu de relâche, je me promets bien de causer longuement avec vous. En attendant, sachez seulement que j’ai reçu vos deux lettres ; qu’elles auraient redoublé, s’il était possible, ma tendre amitié pour vous ; & que je ne cesserai jamais de prendre part, bien vivement, à tout ce qui vous intéresse.

Mon neveu est aussi un peu indisposé, mais sans aucun danger, & sans qu’il faille en prendre aucune inquiétude ; c’est une incommodité légère, qui, à ce qu’il me semble, affecte plus son humeur que sa santé. Nous ne le voyons presque plus.

Sa retraite & votre départ ne rendent pas notre petit cercle plus gai. La petite Volanges, surtout, vous trouve furieusement à dire, & bâille, tant que la journée dure, à avaler ses poings. Particulièrement depuis quelques jours, elle nous fait l’honneur de s’endormir profondément toutes les après-dînées.

Adieu, ma chère belle ; je suis pour toujours votre bien bonne amie, votre maman, votre sœur même, si mon grand âge me permettait ce titre. Enfin je vous suis attachée par tous les plus tendres sentiments.

Signé : ADELAIDE, pour Mme DE ROSEMONDE.

Du château de… 14 octobre 17…