Les Liaisons dangereuses/Lettre 140

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
J Rozez (volume 2p. 194-197).


Lettre CXL

Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil

Comment donc se fait-il, ma belle amie, que je ne reçoive point de réponse de vous ? Ma dernière lettre pourtant me paraissait en mériter une ; & depuis trois jours que je devrais l’avoir reçue, je l’attends encore ! Je suis fâché au moins ; aussi je ne vous parlerai pas du tout de mes grandes affaires.

Que le raccommodement ait eu son plein effet ; qu’au lieu de reproches & de méfiance, il n’ait produit que de nouvelles tendresses ; que ce soit moi actuellement qui reçoive les excuses & les réparations dues à ma candeur soupçonnée, je vous en dirai mot ; & sans l’événement imprévu de la nuit dernière, je ne vous écrirais pas du tout. Mais comme celui-là regarde votre pupille, & que vraisemblablement elle ne sera pas dans le cas de vous en informer de quelque temps, je me charge de ce soin.

Par des raisons que vous devinerez, ou que vous ne devinerez pas, depuis quelques jours Mme de Tourvel ne m’occupait plus ; & comme ces raisons-là ne pouvaient pas exister chez la petite Volanges, j’en étais devenu plus assidu auprès d’elle. Grâce à l’obligeant portier, je n’avais aucun obstacle à vaincre ; & nous menions, votre pupille & moi, une vie commode & réglée. Mais l’habitude amène la négligence ; les premiers jours, nous n’avions jamais pris assez de précautions pour notre sûreté ; nous tremblions encore derrière les verrous. Hier, une incroyable distraction a causé l’accident dont j’ai à vous instruire ; & si, pour mon compte, j’en ai été quitte pour la peur, il en coûte plus cher à la petite fille.

Nous ne dormions pas, mais nous étions dans le repos & l’abandon qui suivent la volupté, quand nous avons entendu la porte de la chambre s’ouvrir tout à coup. Aussitôt je saute à mon épée, tant pour ma défense, que pour celle de notre commune pupille : je m’avance & ne vois personne : mais en effet la porte était ouverte. Comme nous avions de la lumière j’ai été à la recherche, & n’ai trouvé âme qui vive. Alors je me suis rappelé que nous avions oublié nos précautions ordinaires ; & sans doute la porte poussée seulement, ou mal fermée, s’était rouverte d’elle-même.

En allant rejoindre ma timide compagne pour la tranquilliser, je ne l’ai plus trouvée dans son lit ; elle était tombée, ou s’était sauvée dans sa ruelle : enfin elle y était étendue sans connaissance, & sans autre mouvement que d’assez fortes convulsions. Jugez de mon embarras ! Je parvins pourtant à la remettre dans son lit, & même à la faire revenir : mais elle s’était blessée dans sa chute, & elle ne tarda pas à en ressentir les effets.

Des maux de reins, de violentes coliques, des symptômes moins équivoques encore, m’ont eu bientôt éclairé sur son état : mais, pour le lui apprendre, il a fallu lui dire d’abord celui où elle était auparavant ; car elle ne s’en doutait pas. Jamais peut-être, jusqu’à elle, on n’avait conservé tant d’innocence, en faisant si bien tout ce qu’il fallait pour s’en défaire ! Oh ! celle-là ne perd pas son temps à réfléchir !

Mais elle en perdait beaucoup à se désoler, & je sentais qu’il fallait prendre un parti. Je suis donc convenu avec elle que j’irais sur-le-champ chez le médecin & le chirurgien de la maison, & qu’en les prévenant qu’on allait venir les chercher, je leur confierais le tout, sous le secret ; qu’elle, de son côté, sonnerait sa femme de chambre dès que je serais sorti ; qu’elle lui ferait ou ne lui ferait pas sa confidence, comme elle voudrait ; mais qu’elle enverrait chercher du secours, & défendrait surtout qu’on réveillât Mme de Volanges : attention délicate & naturelle d’une fille qui craint d’inquiéter sa mère.

J’ai fait mes deux courses & mes deux confessions le plus lestement que j’ai pu, & de là je suis rentré chez moi, d’où je ne suis pas encore sorti : mais le chirurgien, que je connaissais d’ailleurs, est venu à midi me rendre compte de l’état de la malade. Je ne m’étais pas trompé ; mais il espère que s’il ne survient pas d’autre accident, on ne s’apercevra de rien dans la maison. La femme de chambre est du secret ; le médecin a donné un nom à la maladie ; & cette affaire s’arrangera comme mille autres, à moins que par la suite il ne nous soit utile qu’on en parle.

Mais y a-t-il encore quelque intérêt commun entre vous & moi ? Votre silence m’en ferait douter ; je n’y croirais même plus du tout, si le désir que j’en ai ne m’avait fait chercher tous les moyens d’en conserver l’espoir.

Adieu, ma belle amie : je vous embrasse, rancune tenante.

Paris, ce 21 novembre 17…