Les Liaisons dangereuses/Lettre 143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
J Rozez (volume 2p. 203-204).


Lettre CXLIII
La présidente de Tourvel à madame de Rosemonde

Le voile est déchiré, Madame, sur lequel était peinte l’illusion de mon bonheur. La funeste vérité m’éclaire, & ne me laisse voir qu’une mort assurée & prochaine, dont la route m’est tracée entre la honte & le remords. Je la suivrai & je chérirai mes tourments s’ils abrègent mon existence. Je vous envoie la lettre que j’ai reçue hier ; je n’y joindrai aucune réflexion, elle les porte avec elle. Ce n’est plus le temps de se plaindre, il n’y a plus qu’à souffrir. Ce n’est pas de pitié dont j’ai besoin, c’est de force.

Recevez, Madame, le seul adieu que je ferai, & exaucez ma dernière prière ; c’est de me laisser à mon sort, de m’oublier entièrement, de ne plus me compter sur la terre. Il est un terme dans le malheur, où l’amitié même augmente nos souffrances & ne peut les guérir. Quand les blessures sont mortelles, tout secours devient inhumain. Tout autre sentiment m’est étranger, que celui du désespoir. Rien ne peut plus me convenir, que la nuit profonde où je vais ensevelir ma honte. J’y pleurerai mes fautes, si je puis pleurer encore ! car depuis hier, je n’ai pas versé une larme. Mon cœur flétri n’en fournit plus.

Adieu, Madame. Ne me répondez point. J’ai fait le serment sur cette lettre cruelle de n’en plus recevoir aucune.

Paris ce 27 novembre 17…