Les Merveilleux Voyages de Marco Polo dans l’Asie du XIIIe siècle/Partie II/Chapitre 61

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

CHAPITRE LXI

La province d’Aden


La province d’Aden est soumise à un sultan qui adore Mahomet et déteste les chrétiens. C’est là que les marchands de l’Inde arrivent avec leurs navires. Ils transportent leur marchandise sur des barques qui remontent le fleuve[1] pendant sept jours. Ensuite ils la placent à dos de chameaux et cheminent par terre pendant trente jours. Alors ils atteignent le fleuve d’Alexandrie[2] qu’ils descendent jusqu’à cette ville. C’est par Aden que les Sarrasins d’Égypte reçoivent épices et poivre. Aucune autre route n’est aussi bonne ni aussi sûre. Le sultan d’Aden perçoit de très fortes taxes sur les marchandises qui traversent son royaume, aussi est-il un des plus riches souverains du monde. Il envoya au sultan d’Égypte, quand celui-ci s’empara de Saint-Jean d’Acre, un secours de trente mille cavaliers et de quarante mille chameaux. Il fit cela plus par haine des chrétiens que par attachement au sultan d’Égypte, car les deux princes se détestent.

  1. La Mer Rouge que Marco Polo prend pour un fleuve.
  2. Le Nil.