Les Noces chymiques de Christian Rosenkreutz/Jour 1

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par Auriger.
Chacornac Frères (Les Écrits rosicruciens) (p. 3-11).

PREMIER JOUR


Un soir, quelque temps avant Pâques, j’étais assis devant ma table et je m’entretenais, selon mon habitude, longuement avec mon Créateur, dans une humble prière. Je méditais profondément les grands secrets, que le Père de la Lumière, dans sa majesté, m’a laissé contempler en grand nombre, plein du désir de préparer dans mon cœur un pain azyme sans tache, avec l’aide de mon agneau de Pâques bien-aimé. Soudain le vent vint à souffler avec tant de violence qu’il me sembla que la montagne dans laquelle ma demeure était creusée, s’écroulerait sous la rafale.

Cependant, comme cette tentative du diable, qui m’a accablé de bien des peines, resta sans succès, je repris courage et persévérai dans ma méditation. Tout à coup je me sens touché au dos ; j’en fus si effrayé que je n’osai me retourner, quoiqu’en même temps j’en ressentisse une joie comme la faiblesse humaine n’en peut connaître que dans de semblables circonstances.

Comme on continuait à me tirer par mes vêtements, à plusieurs reprises, je finis cependant par me retourner et je vis une femme admirablement belle, vêtue d’une robe bleue parsemée délicatement d’étoiles d’or, tel le ciel. Dans sa main droite elle tenait une trompette en or, sur laquelle je lus aisément un nom, que l’on me défendit de révéler par la suite ; dans sa main gauche elle serrait un gros paquet de lettres, écrites dans toutes les langues, qu’elle devait distribuer dans tous les pays comme je l’ai su plus tard. Elle avait des ailes grandes et belles, couvertes vertes d’yeux sur toute leur étendue ; avec ces ailes elle s’élançait et volait plus vite que l’aigle.

Peut-être aurais-je pu faire d’autres remarques encore, mais, comme elle ne resta que très peu de temps près de moi tandis que j’étais encore plein de terreur et de ravissement, je n’en vis pas davantage. Car, dès que je me retournai, elle feuilleta son paquet de lettres, en prit une et la déposa sur la table avec une profonde révérence ; puis elle me quitta sans m’avoir dit une parole. Mais en prenant son essor, elle sonna de sa trompette avec une telle force que la montagne entière en résonna et que je n’entendis plus ma propre voix pendant près d’un quart d’heure.

Ne sachant quel parti prendre dans cette aventure inattendue, je tombai à genoux et priai mon Créateur qu’il me sauvegardât de tout ce qui pourrait être contraire à mon salut éternel. Tout tremblant de crainte je pris alors la lettre et je la trouvai plus pesante que si elle avait été toute en or. En l’examinant avec soin, je découvris le sceau minuscule qui la fermait et qui portait une croix délicate avec l’inscription : In hoc signovinces.

Dès que j’eus aperçu ce signe je repris confiance car ce sceau n’aurait pas plu au diable qui certes n’en faisait pas usage. Je décachetai donc vivement la lettre et je lus les vers suivants, écrits en lettres d’or sur champ bleu :

Symbole noces chymiques.jpg

    Aujourd’hui, aujourd’hui, aujourd’hui,
         Ce sont les noces du roi ;
       Si tu es né pour y prendre part
         Élu par Dieu pour la joie,
            Va vers la montagne
         Qui porte trois temples
           Voir les événements.
           Prends garde à toi,
          Examine-toi toi-même.
     Si tu ne t’es pas purifié assidûment
      Les noces te feront dommage.
      Malheur à qui s’attarde là-bas.
   Que celui qui est trop léger s’abstienne.

Au-dessous comme signature :

Sponsus et Sponsa.

À la lecture de cette lettre je faillis m’évanouir ; mes cheveux se dressèrent et une sueur froide baigna tout mon corps. Je comprenais bien qu’il était question du mariage qui m’avait été annoncé dans une vision formelle sept ans auparavant ; je l’avais attendu et souhaité ardemment pendant longtemps et j’en avais trouvé le terme en calculant soigneusement les aspects de mes planètes ; mais jamais je n’avais soupçonné qu’il aurait lieu dans des conditions si graves et si dangereuses.

En effet, je m’étais imaginé que je n’avais qu’à me présenter au mariage pour être accueilli en convive bienvenu et voici que tout dépendait de l’élection divine. Je n’étais nullement certain d’être parmi les élus ; bien plus, en m’examinant, je ne trouvais en moi qu’inintelligence et ignorance des mystères, ignorance telle que je n’étais même pas capable de comprendre le sol que foulaient mes pieds et les objets de mes occupations journalières ; à plus forte raison je ne devais pas être destiné à approfondir et à connaître les secrets de la nature. À mon avis, la nature aurait pu trouver partout un disciple plus méritant, à qui elle eût pu confier son trésor si précieux, quoique temporel et périssable. De même je m’aperçus que mon corps, mes mœurs extérieures et l’amour fraternel pour mon prochain n’étaient pas d’une pureté bien éclatante ; ainsi, l’orgueil de la chair perçait encore par sa tendance vers la considération et la pompe mondaines et le manque d’égards pour mon prochain. J’étais encore constamment tourmenté par la pensée d’agir pour mon profit, de me bâtir des palais, de me faire un nom immortel dans le monde et autres choses semblables.

Mais ce furent surtout les paroles obscures, concernant les trois temples, qui me donnèrent une grand inquiétude ; mes méditations ne parvinrent pas à les éclaircir, et, peut-être, ne les aurais-je jamais comprises si la clef ne m’en avait été donnée d’une manière merveilleuse. Ballotté ainsi entre la crainte et l’espérance, je pesais le pour et le contre ; mais je n’arrivais qu’à constater ma faiblesse et mon impuissance. Me sentant incapable de prendre une décision quelconque, rempli d’effroi par cette invitation, je cherchai enfin une solution par ma voie habituelle, la plus certaine : je m’abandonnai au sommeil après une prière sévère et ardente, dans l’espoir que mon ange voudrait m’apparaître avec la permission divine pour mettre un terme à mes doutes, ainsi que cela m’avait été déjà accordé quelques fois auparavant. Et il en fut encore ainsi, à la louange de Dieu, pour mon bien et pour l’exhortation et l’amendement cordial de mon prochain.

Car, à peine m’étais-je endormi, qu’il me sembla que j’étais couché dans une tour sombre avec une multitude d’autres hommes ; et, là, attachés à de lourdes chaînes nous grouillions comme des abeilles sans lumière, même sans la plus faible lueur ; et cela aggravait encore notre affliction. Aucun de nous ne pouvait voir quoi que ce fut et cependant j’entendais mes compagnons s’élever constamment les uns contre les autres, parce que la chaîne de l’un était tant soit peu plus légère que celle de l’autre ; sans considérer qu’il n’y avait pas lieu de se mépriser beaucoup mutuellement, car nous étions tous de pauvres sots.

Après avoir subi ces peines pendant assez longtemps, nous traitant réciproquement d’aveugles et de prisonniers, nous entendîmes enfin sonner de nombreuses trompettes et battre le tambour avec un tel art que nous en fûmes apaisés et réjouis dans notre croix. Pendant que nous écoutions, le toit de la tour fut soulevé et un peu de lumière put pénétrer jusqu’à nous. C’est alors que l’on put nous voir tomber les uns sur les autres, car tout ce monde remuait en désordre, de sorte que celui qui nous dominait tantôt était maintenant sous nos pieds. Quant à moi, je ne restai pas inactif non plus mais je me glissai parmi mes compagnons et, malgré mes liens pesants, je grimpai sur une pierre dont j’avais réussi à, m’emparer ; mais là aussi je fus attaqué par les autres et je les repoussai en me défendant de mon mieux des mains et des pieds. Nous étions convaincus que nous serions tous libérés mais il en fut autrement.

Lorsque les Seigneurs qui nous regardaient d’en haut par l’orifice de la tour se furent égayés quelque peu de cette agitation et de ces gémissements, un vieillard tout blanc nous ordonna de nous taire, et, dès qu’il eut obtenu le silence, il parla, si ma mémoire est fidèle, en ces termes :


Si le pauvre genre humain
Voulait ne pas se révolter,
Il recevrait beaucoup de biens
D’une véritable mère,
Mais refusant d’obéir,
Il reste avec ses soucis,
Et demeure prisonnier.
Toutefois, ma chère mère ne veut pas
Leur tenir rigueur pour leur désobéissance ;
Et laisse ses biens précieux
Arriver à la lumière trop souvent,
Quoiqu’ils y parviennent très rarement,
Afin qu’on les apprécie ;
Sinon on les considère comme fables.
C’est pourquoi, en l’honneur de la fête,
Que nous célébrons aujourd’hui,
Pour qu’on lui rende grâce plus souvent
Elle veut faire une bonne œuvre.
On descendra la corde ;
Celui qui s’y suspendra
Sera délivré.


À peine eut-il achevé ce discours, que la vieille dame ordonna à ses serviteurs de lancer la corde dans la tour à sept reprises et de la ramener avec ceux qui auront pu la saisir.

Oh Dieu ! que ne puis-je décrire avec plus de force l’angoisse qui nous étreignit alors, car nous cherchions tous à nous emparer de la corde et par cela même nous nous en empêchions mutuellement. Sept minutes s’écoulèrent, puis une clochette tinta ; à ce signal les serviteurs ramenèrent la corde pour la première fois avec quatre des nôtres. À ce moment j’étais bien loin de pouvoir saisir la corde, puisque, pour mon grand malheur, j’étais monté sur une pierre contre la paroi de la tour, comme je l’ai dit ; de cet endroit je ne pouvais saisir la corde qui descendait au milieu.

La corde nous fut tendue une seconde fois ; mais beaucoup parmi nous avaient des chaînes trop lourdes et des mains trop délicates pour y rester accrochés, et, en tombant ils en entraînaient beaucoup d’autres qui se seraient peut-être maintenus. Hélas ! j’en vis qui, ne pouvant se saisir de la corde en arrachaient d’autres, tant nous fûmes envieux dans notre grande misère. Mais je plaignis surtout ceux qui étaient tellement lourds que leurs mains s’arrachèrent de leurs corps sans qu’ils parvinssent à monter.

Il arriva donc qu’en cinq allées et venues, bien peu furent délivrés ; car à l’instant même où le signal était donné, les serviteurs ramenaient la corde avec une telle rapidité que la plupart de ceux qui l’avaient saisie tombaient les uns sur les autres. La cinquième fois notamment la corde fut retirée à vide de sorte que beaucoup d’entre nous, dont moi-même désespéraient de leur délivrance ; nous implorâmes donc Dieu pour qu’il eût pitié de nous et nous sortit de cette ténèbre puisque les circonstances étaient propices ; et quelques-uns ont été exaucés.

Comme la corde balançait pendant qu’on la retirait elle vint à passer près de moi, peut-être par la volonté divine ; je la suivis au vol et m’assis par-dessus tous les autres ; et c’est ainsi que j’en sortis contre toute attente. Ma joie fut telle que je ne sentis pas les blessures qu’une pierre aiguë me fit à la tête pendant la montée ; je ne m’en aperçus qu’au moment où, à mon tour, je dus aider les autres délivrés à retirer la corde pour la septième et dernière fois ; alors, par l’effort déployé, le sang se répandit sur tous mes vêtements, sans que je le remarquasse, dans ma joie.

Après ce dernier retrait de la corde, ramenant un plus grand nombre de prisonniers, la dame chargea son très vieux fils (dont l’âge m’étonnait grandement) d’exhorter les prisonniers restant dans la tour ; celui-ci, après une courte réflexion, prit la parole comme suit :


Chers enfants
Qui êtes là-bas,
Voici terminé
Ce qui était prévu depuis longtemps.
Ce que la grâce de ma mère
A accordé à vos frères
Ne leur enviez point.
Des temps joyeux viendront bientôt,
Où tous seront égaux ;
Il n’y aura plus ni pauvre ni riche.
Celui à qui on a commandé beaucoup
Devra apporter beaucoup,
Celui à qui on a confié beaucoup
Devra rendre des comptes sévères.
Cessez donc vos plaintes amères ;
Qu’est-ce que quelques jours.


Dès qu’il eût achevé ce discours, la toiture fut replacée sur la tour. Alors l’appel des trompettes et des tambours retentit de nouveau, mais leur éclat ne parvenait pas à dominer les gémissements des prisonniers de la tour qui s’adressaient à tous ceux qui étaient dehors ; et cela me fit venir les larmes aux yeux.

La vieille dame prit place à côté de son fils sur le siège disposé à son intention et fit compter les délivrés. Quand elle en eut appris le nombre et l’eut marqué sur une tablette en or, elle demanda le nom de chacun qui fut noté par un page. Elle nous regarda ensuite, soupira et dit à son fils (ce que j’entendis fort bien) : « Ah ! que je plains les pauvres hommes dans la tour ; puisse Dieu me permettre de les délivrer tous ». Le fils répondit : « Mère, Dieu l’a ordonné ainsi et nous ne devons pas lui désobéir. Si nous étions tous seigneurs et possesseurs des biens de la terre, qui donc nous servirait quand nous sommes à table ? ». À cela, sa mère ne répliqua rien.

Mais bientôt elle reprit : « Délivrez donc ceux-ci de leurs chaînes ». Cela fut fait rapidement et l’on me débarrassa presque le dernier. Alors, quoiqu’ayant observé d’abord la façon de se comporter de mes compagnons, je ne pus me retenir de m’incliner devant la vieille dame et de remercier Dieu, qui, par son intermédiaire, avait bien voulu me transporter de la ténèbre à la lumière, dans sa grâce paternelle. Les autres suivirent mon exemple et la dame s’inclina.

Enfin chacun reçut comme viatique une médaille, commémorative en or ; elle portait sur l’endroit l’effigie du soleil levant, sur l’envers, si ma mémoire est fidèle, les trois lettres D. L. S. [1].

Puis on nous congédia en nous exhortant à servir notre prochain pour la louange de Dieu, et à tenir secret ce qui nous avait été confié ; nous en fîmes la promesse et nous nous séparâmes.

Or, je ne pouvais marcher qu’avec difficulté, à cause des blessures produites par les anneaux qui m’avaient encerclé les pieds et je boîtais des deux jambes. La vieille dame s’en aperçut, en rit, me rappela et me dit : « Mon fils, ne t’attriste pas pour cette infirmité, mais souviens-toi de tes faiblesses et remercie Dieu qui t’a-laissé parvenir à cette lumière élevée, tandis que tu séjournes encore en ce monde, dans ton imperfection ; supporte ces blessures en souvenir de moi ».

À ce moment, les trompettes sonnèrent inopinément ; j’en fus tellement saisi que je m’éveillai. C’est alors seulement que je m’aperçus que j’avais rêvé. Toutefois, j’avais été si fortement impressionné que ce songe me préoccupe encore aujourd’hui et qu’il me semble que je sens encore les plaies de mes pieds.

En tous cas, je compris que Dieu me permettait d’assister aux noces occultes ; je lui en rendis grâce, en sa majesté divine, dans ma foi filiale, et je le priai de me garder toujours dans sa crainte, de remplir quotidiennement mon cœur de sagesse et d’intelligence et de me conduire enfin, par sa grâce, jusqu’au but désiré, malgré mon peu de mérite.

Puis je me préparai au voyage ; je me vêtis de ma robe de lin blanche et je ceignis un ruban couleur de sang passant sur les épaules et disposé en croix. J’attachai quatre roses rouges à mon chapeau, espérant que tous ces signes distinctifs me feraient remarquer plus vite dans la foule. Comme aliment, je pris du pain, du sel et de l’eau ; j’en usai par la suite dans certains cas, à plusieurs reprises, non sans utilité, en suivant le conseil d’un sage.

Mais avant de quitter ma caverne, prêt pour le départ et paré de mon habit nuptial, je me prosternai à genoux et priai Dieu qu’Il permît que tout ce qui allait advenir fût pour mon bien ; puis je Lui fis la promesse de me servir des révélations qui pourraient m’être faites, non pour l’honneur et la considération mondaines, mais pour répandre Son nom et pour l’utilité de mon prochain. Ayant fait ce vœu, je sortis de ma cellule, plein d’espoir et de joie.

  1. Deus Lux Solis vel Laus Semper : Dieu lumière du Soleil ou À Dieu louange toujours.