100 percent.svg

Les Petits poèmes grecs/Pindare/Isthmiques/Des jeux isthmiques

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

ISTHMIQUES.




DES JEUX ISTHMIQUES.

Les jeux isthmiques, ainsi nommés de l’isthme de Corinthe qui joint le Péloponèse au reste de la Grèce, se célébraient dans cet isthme, près d’un temple de Neptune et d’un bois de pins consacré à ce Dieu. Ils furent institués en l’honneur de Palœmon ou Mélicerte, fils d’Athamas, roi de Thèbes, et d’Ino, qui, pour échapper à la fureur de son mari, se précipita avec Mélicerte dans la mer, où Neptune les reçut au nombre des divinités. Le corps de Palœmon, porté par un dauphin jusque sur le rivage de Corinthe, fut recueilli par Sisyphe, roi de cette ville, qui lui rendit les devoirs funèbres et consacra des jeux à sa mémoire, environ 1350 ans avant Jésus-Christ.

Une autre tradition nous apprend que Thésée fut le fondateur de ces jeux qu’il consacra à Neptune. L’opinion la plus probable est que leur origine remonte à l’époque de Mélicerte, mais qu’ils reçurent en effet de Thésée une organisation nouvelle.

De tous les peuples de la Grèce, les Éléens seuls étaient exclus de cette solennité. Une formule d’imprécation des plus terribles leur en interdisait l’approche. Ces jeux se célébraient tous les trois ans, ou, selon d’autres, de cinq en cinq ans. Interrompus quelque temps par l’oppression violente que Cypsélus, roi de Corinthe, fit peser sur ses sujets, ils furent repris dans la suite avec plus de splendeur et de magnificence. Les désastres de Corinthe ne les interrompirent nullement ; en attendant que cette ville sortît de ses ruines, les habitans de Sicyone se chargèrent de leur célébration.

Des couronnes de pin et ensuite d’ache ou de persil flétri étaient le prix des vainqueurs ; on supprima par la suite le persil, et le pin reprit ses droits.

Les Romains, après leurs victoires, sous le consul Mummius, 144 ans avant Jésus-Christ, élevèrent la magnificence de ces jeux au plus haut degré de splendeur.