Les Petits poèmes grecs/Pindare/Pythiques/XII

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

XII.

À MIDAS D’AGRIGENTE,

Joueur de flûte.

Ô toi ! la plus belle des cités qu’ait jamais construites la main des mortels, demeure riante de Proserpine, Agrigente, qui t’élèves comme une colonne sur les bords fertiles de l’Acragas, agrée avec cette bienveillance qui charme et les hommes et les dieux la couronne que dans Pytho Midas vient de remporter : daigne accueillir en lui un vainqueur qui a surpassé les Grecs dans l’art inventé par Minerve.

Jadis cette déesse voulut imiter les affreux gémissemens des Gorgones et les sifflemens que poussèrent les serpens entrelacés sur leurs têtes, alors que Persée, les plongeant dans un deuil éternel, trancha la tête à Méduse leur troisième sœur et avec cet horrible trophée porta la mort dans la maritime Sériphe.

Ainsi fut anéantie la race monstrueuse du divin Phorcus par le fils de Danaé qu’une pluie d’or rendit féconde ; ainsi ce héros, après avoir enlevé la tête hideuse de Méduse, rendit funeste à Polydecte l’odieuse hospitalité qu’il en avait reçue, et brisa les liens de l’hymen que la victoire avait imposé à sa mère.

Cependant quand Pallas eut délivré de ces travaux périlleux le mortel cher à son cœur, elle inventa la flûte pour imiter par les sons de cet instrument les cris lugubres que de sa bouche effroyable poussait la féroce Euryale. Bientôt elle en fit présent aux mortels, et lui donna un nom qui leur rappela que ses sons belliqueux font mouvoir des peuples entiers, en donnant le signal des combats. Modifiés ensuite par l’airain et les joncs que produit le bois sacré du Céphise, près de la ville des Grâces, les accens mélodieux de la flûte présidèrent partout à nos danses et à nos concerts.

S’il est parmi les hommes quelque félicité, elle a été acquise par de pénibles efforts. Ce que le Destin nous refuse aujourd’hui, demain peut-être il nous l’accordera : ses décrets sont inévitables ; mais tantôt l’inconstante fortune dispense aux mortels ce qu’ils n’espéraient point obtenir, tantôt elle leur enlève ce qu’ils se croyaient déjà sûrs de posséder.