Les Pleurs/Écrivez-moi

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les PleursMadame Goullet, libraire (p. 253-258).

ÉCRIVEZ-MOI !

Je volerais vite, vite, vite
Si j’étais petit oiseau !

— BÉRANGER. —

XLV.

Pour Dieu ! mon amie,
Vivez-vous encor ?
Ou, fleur endormie
Au jardin de mort,
Faites-vous un rêve
Doux comme vos yeux ?

Qu’un ange l’achève,
Et vous porte aux cieux !

Car cette vallée
Est sombre pour nous ;
Notre ame exilée
Y rampe à genoux ;
On coupe nos ailes,
Dans ce lieu d’effroi ;
Je pleure après elles,
Et l’on rit de moi !

Et vous ! si charmante,
Belle au triste accent,
Voyageuse amante
De quelque ange absent ;
Quand vos traits de femme
Dans l’ombre ont passé,
« C’est, dis-je en mon ame,
Un ange blessé ! »

Car votre auréole
Se montrait un peu ;
Dans votre parole
Languissait un feu ;

Vos grâces brûlantes
De divins amours,
Vous rendaient trop lentes
Les nuits de nos jours !

Si, frêle et chérie.
Vous quittez ce lieu,
De votre patrie,
Criez-nous adieu !
Pour moi, désolée
De l’oubli du temps,
Moi, l’autre exilée,
Je prie, et j’attends !