Les Poëmes de l’amour et de la mer/Non, les baisers d’amour n’éveillent point les morts

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

XXXVI.

Non, les baisers d’amour n’éveillent point les morts !
Baise l’amour vivant de ta lèvre divine ;
Et le dernier soupir que rendra ta poitrine
Ne sera point chargé d’inutiles remords.

Non, les baisers d’amour n’éveillent point les morts.
N’en crois pas là-dessus les ballades anciennes !
Chantez, chantez toujours, lèvres musiciennes,
La chanson des amours qui vivent sans remords.

On ne fait point l’amour dans le lit froid des morts !
On ne se cherche pas des yeux dans la nuit noire.
N’en crois pas là-dessus quelque ancienne histoire ;
Sous terre on n’a pas plus d’amour que de remords.


Viens, aime-moi d’amour, ne pensons pas aux morts !
Ne montre pas le ciel de ta belle main blanche.
Cueilles-en les beaux fruits de l’amour, sur la branche
Où ne s’est pas glissé l’affreux ver du remords.