100%.png

Les Précurseurs (Rolland)/À la Russie libre et libératrice

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les PrécurseursÉditions de l’Humanité (p. 39-40).

VII

À la Russie libre et libératrice

Frères de Russie, qui venez d’accomplir votre grande Révolution, nous n’avons pas seulement à vous féliciter ; nous avons à vous remercier. Ce n’est pas pour vous seuls que vous avez travaillé, en conquérant votre liberté, c’est pour nous tous, vos frères du vieil Occident.

Le progrès humain s’accomplit par une évolution des siècles, qui s’époumone vite, se lasse à tous moments, se ralentit, se butte à des obstacles, ou s’endort sur la route comme une mule paresseuse. Il faut, pour la réveiller, de distance en distance, les sursauts d’énergie, les vigoureux élans des révolutions, qui fouettent la volonté, qui bandent tous les muscles et font sauter l’obstacle. Notre Révolution de 1789 fut un de ces réveils d’énergie héroïque, qui arrachent l’humanité à l’ornière où elle est embourbée et la lancent en avant. Mais l’effort accompli et le chariot remis en route, l’humanité a tôt fait de s’enliser de nouveau. Il y a beau temps qu’en Europe la Révolution française a porté tous ses fruits ! Et il vient un moment où ce qui fut jadis les idées fécondes, les forces de vie nouvelle, ne sont plus que des idoles du passé, des forces qui vous tirent en arrière, des obstacles nouveaux. On l’a vu dans cette guerre du monde, où les jacobins de l’Occident se sont montrés souvent les pires ennemis de la liberté.

Aux temps nouveaux, des voies nouvelles et des espoirs nouveaux ! Nos frères de Russie, votre Révolution est venue réveiller notre Europe assoupie dans l’orgueilleux souvenir de ses Révolutions d’autrefois. Marchez de l’avant ! Nous vous suivrons. Chaque peuple à son tour guide l’humanité. Vous, dont les forces jeunes ont été ménagées pendant des siècles d’inaction imposée, reprenez la cognée où nous l’avons laissé tomber, et, dans la forêt vierge des injustices et des mensonges sociaux où erre l’humanité, faites-nous des clairières et des chemins ensoleillés !

Notre Révolution fut l’œuvre de grands bourgeois, dont la race est éteinte. Ils avaient leurs rudes vices et leurs rudes vertus. La civilisation actuelle n’a hérité que des vices : le fanatisme intellectuel et la cupidité. Que votre Révolution soit celle d’un grand peuple, sain, fraternel, humain, évitant les excès où nous sommes tombés !

Surtout, restez unis ! Que notre exemple vous éclaire ! Souvenez-vous de la Convention française, comme Saturne, dévorant ses enfants ! Soyez plus tolérants que nous ne l’avons été. Toutes vos forces ne sont pas de trop pour défendre la sainte cause dont vous êtes les représentants, contre les ennemis acharnés et sournois, qui peut-être en ce moment vous font le gros dos et le ronron comme des chats, mais qui dans la forêt attendent le moment où vous trébucherez, si vous êtes isolés.

Enfin, rappelez-vous, nos frères de Russie, que vous combattez et pour vous et pour nous. Nos pères de 1792 ont voulu porter la liberté au monde. Ils n’ont pas réussi ; et peut-être ne s’y étaient-ils pas très bien pris. Mais la volonté fut haute. Qu’elle soit aussi la vôtre ! Apportez à l’Europe la paix et la liberté !


(Revue Demain, Genève, 1er mai 1917.)