Les Quatre livres/Meng Tzeu/Introduction

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
(attribué à)
Traduction par Séraphin Couvreur.
Imprimerie de la mission catholique (p. 297-298).
◄  Meng Tzeu
Livre I.  ►
MENG TZEU. Introduction


ŒUVRES
DE
MENG TZEU
______



Les œuvres de Meng tzeu se divisent en deux parties. La première, Cháng Méng 上孟 comprend trois livres kiuén, et la deuxième, quatre. Chaque livre se divise en deux chapitres. 章句 Tchāng kiú signifie chapitre et phrases.



Meng était le nom de famille de Meng tzeu, K’o son nom propre, et Tzeu iu son surnom. Il naquit dans la principauté de Tcheou. Il était de la famille des Meng suenn, qui descendaient de Houan, prince de Lou. Son père s’appelait Ki Koung i ; le nom de famille de sa mère était Tchang. Meng tzeu perdit son père à l’âge de trois ans. Sa mère, femme d’une grande sagesse, s’appliqua à faire son éducation. Elle se donna la peine de changer trois fois d’habitation.

Dans l’Histoire des Femmes Célèbres, Liou Hiang dit: « La mère de Meng K’o habitait près d’un cimetière. Meng tzeu encore enfant allait au milieu des tombes, et imitait par amusement les cérémonies et les lamentations qui s’y faisaient. Sa mère se dit : « Ce n’est pas un endroit convenable pour la demeure de mon fils. » Elle alla demeurer auprès d’un lieu de marché. Son fils imita par jeu les marchands qui criaient et vendaient leurs marchandises. Elle se dit encore : « Ce n’est pas un endroit convenable pour la demeure de mon fils. » Elle changea de nouveau, et alla demeurer auprès d’une école. Son fils imita par jeu les écoliers qui apprenaient à disposer les supports et les vases de bois pour les offrandes, à saluer, à témoigner du respect, à se présenter et à se retirer avec politesse. Elle se dit : « Cet endroit est vraiment convenable pour la demeure de mon fils. » Elle s’y fixa.

« Lorsqu’il commença à étudier, un jour qu’il revenait de l’école, elle lui demanda où en étaient ses études. Voyant qu’il s’abandonnait à la paresse, elle prit un couteau, brisa son métier à tisser, et dit : « Mon fils traite ses études comme je traite mon métier à tisser. » Meng tzeu, plein de crainte, se mit à étudier avec ardeur et sans relâche du matin au soir. »

Dans le Cheu ki, Seu ma Ts’ien dit : « Meng K’o eut pour maîtres les disciples de Tzeu seu. » Il vécut quatre vingt quatre ans (372-288).