Les Soldats de la Révolution/Lettre de La Tour d’Auvergne

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes de J. Michelet
(Les Soldats de la Révolutionp. 471-472).


I


LA TOUR D’AUVERGNE


La lettre suivante de La Tour d’Auvergne, écrite quelques semaines avant sa mort, laisse paraître de la façon la plus touchante les qualités du héros, la bonté, la simplicité, la modestie.

« Passy-sur-Seine, 16 mai 1800.


« Le citoyen La Tour d’Auvergne Corret, au chef de bureau des prisonniers de guerre de la marine.

« Citoyen, je serais extrêmement touché des bontés que vous voudriez bien accorder, à mes très instantes prières, au capitaine Rioux, commandant le corsaire la Sophie de Bordeaux. Ce brave mais infortuné marin, pris par les Anglais et renvoyé en France sur sa parole depuis quatorze mois, est chargé d’une famille nombreuse qui ne subsiste que de son travail. Hors d’état d’exercer sa profession, jusqu’à ce que son échange ait été consommé, il ne lui reste plus aucun espoir que dans vos bontés. Je prends le plus vif intérêt au sort de cet honnête homme plongé dans le malheur. Je n’ai aucun titre en ce moment pour déterminer une intervention en sa faveur, mais je m’efforcerai de m’en faire à l’avenir par une reconnaissance qui ne s’effacera jamais de mon souvenir.

« Salut et profonde estime.

« Le citoyen La Tour d'Auvergne Corret,
« Ancien commandant des grenadiers.»