Les Soldats de la Révolution/Lettre de M. des Roys à Mme Michelet

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes de J. Michelet
(Les Soldats de la Révolutionp. 478-479).


IV


Lettre de M. le marquis des Roys.

Mme Michelet avait communiqué au petit-fils de Hoche, M. le marquis des Roys, le manuscrit de Michelet sur son illustre aïeul, en lui demandant s’il n’aurait pas dans ses papiers de famille quelque document qui pût compléter la biographie du Pacificateur de la Vendée.

M. des Roys répondit à Mme Michelet la lettre qui suit


« Gaillefontaine (Seine-Inférieure).
« Ce 26 novembre 1877.
« Madame,

« J’ai été extrêmement touché de la pensée qui vous a fait me communiquer le travail de M. Michelet sur mon grand-père. Je l’ai lu de suite et avec le plus vif intérêt. Quoique le cadre de l’illustre historien soit volontairement restreint, et se rapproche plus d’une étude que d’une biographie complète, j’y ai trouvé une vie, une animation chaleureuses et rares ; j’y ai appris plusieurs détails qui m’étaient inconnus. Je ne puis être que très reconnaissant de cette nouvelle pierre, qui sera notée entre toutes, apportée au monument qui assure la mémoire du général Hoche contre l’oubli.

« Les papiers que je possède ici, et qui aujourd’hui sont mis en ordre, ont été feuilletés tant de fois qu’il n’en reste que bien peu d’inédits. Ces derniers sont pour la plupart des rapports ou des pièces longues et techniques, qui surchargeraient un travail dont le mérite est d’être rapide comme la vie.

« Moi-même je prépare dans ce moment une publication de tout ce qui pourra intéresser le public dans la vie et les œuvres de ce grand homme. On trouvera là, dans l’avenir, tout ce que la famille du général Hoche a pu arracher au temps et à toutes les causes de destruction qu’il amène avec lui.

« Permettez-moi, madame, de vous dire que, tout enfant, je me rappelle avoir assisté à la visite que M. Michelet vint faire à ma grand’mère. J’ai toujours conservé le souvenir des longs cheveux blancs qui encadraient son visage, il y a plus de trente ans.

« Veuillez agréer, madame, l’expression de ma respectueuse considération.

« Le Mis des Roys. »