Les Stoïques/Présentation

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

« Rayons perdus est un livre de franchise ; les Stoïques est un livre de pressentiment. La jeune fille désolée qui avait donné toute son âme à l’amour sentait le souffle de la mort ; elle n’imitera pas la faiblesse de Sapho ; elle cherchera des consolations dans la vie de ces hommes d’acier, les Stoïques. Si Rayons perdus charme et attendrit, les Stoïques étonne et émeut. C’est le cri d’une âme forte. »

Abel Peyrouton, Lyon-revue : recueil littéraire, historique & archéologique, science et beaux-arts, juillet 1880, p. 37-38.