Mozilla.svg

Les Voyages de Cyrus/Lettre de M. Freret

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


G.-F. Quillau (2p. 165-188).


LETTRE DE M. FRERET
à l’Auteur, sur la Chronologie
de son Ouvrage.


MONSIEUR,


L’histoire de Cyrus, & la Chronologie des Rois de Babylone, sont peut-être la partie de toute l’antiquité sur laquelle on a imaginé le plus de systêmes differens ; mais tous ces systêmes sont si défectueux & si mal liés avec les évenemens contemporains, que l’on se trouve arrêté presque à chaque pas, par les contradictions & les embarras de ces Hypotheses. C’est ce qu’on éprouve en lisant les Ouvrages de Scaliger, de Petau, d’Uffer, de Marsham, de l’Evêque de Meaux, & de Prideaux.

Dans votre Ouvrage, Monsieur, vous avez sagement évité ces embarras, & vous avez imaginé ce qu’il y avoit de mieux pour concilier les narrations opposées d’Herodote, de Ctesias, de Xenophon, & des autres anciens au sujet de Cyrus.

Vous avez conservé la guerre de ce Prince contre Astyage son grand-pere. Cette guerre est un point constant dans l’antiquité, & reconnu par Xenophon lui-même dans sa retraite des dix Mille. Il n’a supprimé ce fait dans sa Cyropedie que pour ne pas défigurer le portrait de Cyrus par une guerre qu’il croyoit contraire aux devoirs de la nature. Prideaux après Xenophon a cru la devoir supprimer aussi. Marsham a imaginé un veritable Roman, & a supposé deux differens Royaumes des Medes, sur lesquels regnoient en même temps deux Astyage, l’un grand-pere de Cyrus, & l’autre son ennemi. Le parti que vous avez pris est plus simple & plus conforme à l’ancienne histoire ; vous avez préparé cette guerre, & vous l’avez conduite de telle façon qu’elle ne ternit en rien le caractere de votre Heros.

La suppression d’un évenement si considerable a obligé Xenophon à faire deux anachronismes pour remplir les premieres années de Cyrus. Il a avancé la prise de Sardis de 25 ans, & celle de Babylone de 28.

Comme cet historien n’avoit en vûe pour former son Heros, que les vertus Militaires & les qualités d’un bon Citoyen, il ne trouva point dans le plan de son Ouvrage les mêmes ressources que vous avez eues pour remplir la jeunesse de Cyrus. Il ne pensa, ni à lui donner des principes sûrs pour le garantir des dangers qui assiegent la vertu des Princes, ni à le prévenir contre la corruption des faux politiques, & des faux Philosophes ; deux genres de corruption dont les suites sont également funestes pour la societé.

Xenophon élevé dans la Grece ne connoissoit que les Royaumes de Sparte & de Macedoine, où les Rois n’étoient à proprement parler que les premiers Citoyens de l’Etat, & où les Magistrats étoient leurs Collegues plûtôt que leurs Ministres. Il n’imaginoit point les abus du despotisme, & n’avoit point pensé à les prévenir. Dans votre plan, comme il s’agit de former un Roy plûtôt qu’un Conquerant, & un Prince qui sçache encore mieux rendre les peuples heureux sous son gouvernement, que les contraindre à se soumettre à ses loix ; vous avez trouvé de quoi remplir la jeunesse de Cyrus en le faisant voyager, sans rien déranger dans la veritable Chronologie.

Cyrus est mort l’an 218 de Nabonassar, 530 ans avant Jesus-Christ. C’est un point que je ne m’arrêterai pas à prouver, il est constant parmi tous les Chronologistes. Ce Prince étoit alors âgé de 70 ans selon Dinon auteur d’une Histoire de Perse très-estimée, [1] donc il étoit né l’an 148 de Nabonassar, 600 ou 599 ans avant l’Ere Chrétienne. Il avoit regné neuf ans à Babylone suivant le Canon Astronomique, donc la prise de cette Ville tomboit à la 61e année de son âge, à la 209 de Nabonassar, & 539 avant Jesus-Christ.

La prise de Sardis tombe, suivant Sosicrate dans Diogene Laerce [2], & suivant Solin [3], à la quatriéme année de la cinquante-huitiéme Olympiade. Selon Eusebe, c’est la premiere année de la même Olympiade ; cette année est donc la 545 ou la 548 avant l’Ere Chrétienne, la 55 ou la 52e de la vie de Cyrus.

Il avoit regné 30 ans sur les Medes & sur les Perses, selon Herodote & Ctesias, ayant 40 ans lorsqu’il monta sur le trône, selon le témoignage précis de Dinon, ce qui donne pour l’époque du commencement de son regne l’an 188 de Nabonassar, & la premiere année de la 55e Olympiade, 560 ans avant J.C.

Eusebe nous apprend que cette même année de la 55e Olympiade étoit celle où tous les Chronologistes s’accordoient à placer le commencement du regne de Cyrus sur les Medes & sur les Perses. [4] L’histoire ne nous apprend point combien avoit duré la guerre de Cyrus contre les Medes, ni de quels évenemens avoient été remplis les 40 premieres années de sa vie ; & vous avez le champ libre pour imaginer tous ceux qui conviendront au but que vous vous êtes proposé. Votre Chronologie est donc non seulement conforme à celle des Grecs & des Perses, mais encore à celle des Babyloniens.

Xenophon a changé toute cette chronologie : Selon lui, Cyrus à l’âge de 12 ans va à la Cour de Medie, y reste 4 ans, & en revient à 16 ; il entre à 17 dans la classe des Adolescens, & y reste 10 ans. Xenophon ajoute qu’Astyage mourut dans cet intervalle, ce qui est contraire à la verité ; car ce Prince regna jusques à l’an 560 qu’il fut vaincu par Cyrus, & ne mourut que quelques années après. Vous vous êtes écarté de Xenophon, & vous avez bien fait.

Selon le même Auteur, Cyrus âgé de 28 ans passa en Medie à la tête d’une armée de 30 mille hommes, à 29 il soumit les Armeniens, à 30 il marcha contre les Lydiens, & prit Sardis, & à 33 il se rendit maître de Babylone vers l’année 567. Cette année qui est la 179 de Nabonassar, est la 36 de Nabucodonosor qui regna encore sept ans ; ces 7 ans joints aux 23 des quatre Rois qui ont regné à Babylone après lui, font les 30 années d’Anachronisme dont j’ai parlé plus haut.

Le reste de la Chronologie de Xenophon est indifferent à votre Ouvrage. Cet Historien ne détermine pas le tems de la mort de Mandane, ni de Cambyse, & vous a laissé une pleine liberté de placer ces évenemens de la maniere la plus convenable à votre plan.

La ville de Tyr ne fut prise que la 19e année de Nabucodonosor après un siege de 13 ans qui avoit commencé la septiéme année du regne de ce Prince, comme Joseph l’avoit lû dans les Annales Pheniciennes. Le Prophete Ezechiel l’année même de la prise de Jerusalem qui étoit la 18 de Nabucodonosor, menace Tyr d’une ruine prochaine, donc elle n’étoit pas encore prise ; Cyrus avoit alors 15 ans : Or comme ses voyages se font depuis la 28 jusques à la 32e année de son âge, & qu’il ne passe à Tyr qu’après son voyage de Grece, vous ne faites ici aucun anachronisme ; d’ailleurs ce que vous rapportez de l’histoire de cette Ville remplit suffisamment les 15 ou 16 ans écoulez depuis sa conquête par les Babyloniens.

Nous n’avons aucun passage positif pour fixer le tems de la démence de Nabucodonosor ; cette démence est constante par le témoignage de Daniel, & il y a beaucoup d’apparence qu’elle arriva vers la fin de sa vie ; voici sur quoi je me fonderois pour le prouver.

La déportation de Joachim arriva la 8e année du regne de Nabucodonosor sur la Judée, & la quatriéme de son regne à Babylone ; c’est-à-dire l’an 148 de Nabonassar, 600 avant Jesus-Christ, & l’année même de la naissance de Cyrus.

Nous lisons dans Jeremie [5] & dans le 4e livre des Rois [6] que la 37e année de la déportation de Joachim, Evilmerodac monta sur le Trône de Babylone, & tira Joachim de prison pour l’admettre à sa table, & le combler d’honneurs ; cette année étoit la 184 de Nabonassar, la 564 avant Jesus-Christ, & la 37 de la vie de Cyrus ; cependant Nabucodonosor étoit encore vivant, puisqu’il n’est mort que l’an 186 de Nabonassar, 562 avant Jesus-Christ, & la 39 de Cyrus ; donc non seulement Evilmerodach est monté sur le Trône du vivant de son pere, mais il gouvernoit sans le consulter avec assez d’indépendance pour ne pas craindre de l’irriter en tenant une conduite opposée à la sienne, & en comblant d’honneurs un Prince qu’il avoit toujours retenu dans les fers ; Berose donne 10 ans de regne à ce Prince qu’il nomme Evilmaradoch ; le Canon Astronomique lui en donne seulement deux, & le nomme Ilouarodam ; l’Ecriture le fait monter sur le Trône trois ans avant la mort de son pere.

Tous ces embarras disparoîtront, si l’on suppose que la démence de Nabucodonosor a commencé huit ans avant sa mort, & que dès-lors son fils Evilmerodach fut regardé comme Roy, se mit à la tête des Conseils, & gouverna l’Empire avec les Ministres de son pere ; ces huit ans joints aux deux qu’il regna seul après la mort de Nabucodonosor, font les dix ans de Berose ; l’Ecriture-Sainte commence plus tard son Regne, & sans doute du tems au quel il se débarrassa des Ministres dont les conseils le gênoient, ce qui n’arriva que la troisiéme année avant la mort de Nabucodonosor ; la démence de ce Prince ne dura que sept ans, & ayant recouvert son bon sens, il gouverna par lui-même, & donna un Edit en faveur des Juifs qui est rapporté dans Daniel, cependant on n’avoit jamais cessé de mettre son nom dans les Actes publics, & c’est pour cela que le Canon Astronomique ne donne que deux ans de regne à son fils Ilourodam ; ce Canon avoit été dressé sur les Actes publics.

La démence de Nabucodonosor a dû produire de grandes révolutions à la Cour de Babylone, & nous pouvons nous en former une idée, sur ce qui se passa à la Cour de France pendant celle de Charles VI. où les affaires étoient tantôt entre les mains de sa femme, tantôt entre celles de ses enfans, tantôt entre celles des grands Seigneurs & des Princes de son sang.

Suivant cette supposition également simple & nécessaire, la démence de Nabucodonosor sera arrivée l’an de Nabonassar 179, avant Jesus-Christ 569, & la 32e année de la vie de Cyrus ; ce Prince doit en avoir été instruit, car cet évenement étoit d’une grande importance ; on ne peut même douter qu’il n’ait influé dans la guerre des Medes & des Perses. Les Babyloniens étoient alliés des Medes & de leurs Rois, Nabucodonosor ayant épousé une sœur d’Astyage, ils auroient pris quelque part à cette guerre sans la foiblesse de leur gouvernement causée par la démence de ce Prince, & sans les divisions qui regnoient à la Cour entre les différens Partis qui se disputoient la premiere place dans les conseils. Il est même assez probable que la Reine Amytis s’employa pour concilier les Medes & les Perses ; indépendamment des liaisons du sang, son propre interêt demandoit qu’une des deux Nations n’assujettit pas l’autre.

Le spectacle d’un Conquerant si fameux réduit dans cet état déplorable, étoit bien capable d’instruire Cyrus, & vous avez eu grande raison de ne le pas négliger. Cyrus revint de ses voyages, selon votre chronologie, vers la 32e année de son âge ; la démence de Nabucodonosor étoit déja commencée : Il passe près de sept ans dans la Perse, gouvernant sous son pere ; c’est pendant cet espace de tems qu’arrivent toutes les intrigues entre Cyaxare & Soranes ; que Cambyse fait la guerre aux Medes ; qu’Astyage meurt, & que Cyrus va à Babylone pour négocier avec Amytis vers la fin de la maladie de Nabucodonosor ; ce temps est bien choisi pour rendre le spectacle plus touchant & plus instructif.

Votre chronologie sur les évenemens politiques & sur les révolutions arrivées du tems de Cyrus, est donc parfaitement conforme à celle des Grecs, des Babyloniens & des Hébreux ; examinons maintenant si les grands Hommes que vous faites voir à Cyrus pendant ses voyages, ont été ses contemporains ; vous pouvez vous permettre un peu plus de liberté sur cet article que sur l’autre.

Vous sçavez combien les Anciens sont opposés entre-eux sur le tems où Zoroastre a vêcu, ce qui vient sans doute de ce que l’on a donné le nom de Zoroastre à tous ceux qui ont reformé en differens tems la Religion des Mages : le dernier est le plus fameux de tous, & le seul qui ait été connu sous ce nom ou sous celui de Zardouscht par les Orientaux. M. Prideaux le fait contemporain de Cambyse & de Darius fils d’Hystaspe, mais il y a beaucoup d’apparence qu’il étoit un peu plus ancien.

Les Orientaux, comme on le peut voir dans l’Ouvrage de M. Hyde, le font vivre sous Gustaspes, ou Hystaspes pere de Darab, qui est le Darius premier des Grecs. Ce Gustaspes étoit plus âgé que Cyrus, & pouvoit être le même que celui que vous faites son Gouverneur. D’où il suit necessairement que la réforme de la Religion des Mages a dû se faire pendant le regne de ce Prince, & que c’étoit alors que Zoroastre vivoit. La réforme faite par Darius suppose que les Mages s’étoient arrogés une très-grande autorité dont il les dépouilla. Il altera même la pureté de la Religion de Zoroastre par le mélange de l’idolatrie étrangere. Ce fut sous son regne que le culte d’Anaitis s’introduisit dans la Perse, & cela ne s’accommode pas avec les hypotheses de M. Prideaux. Le parti que vous avez pris est plus conforme à la suite de l’histoire, telle qu’elle resulte des faits qui sont communs aux Grecs & aux Historiens Persans & Arabes.

Cyrus a pû épouser Cassandane à l’âge de 18 ans, & vivre avec elle neuf ou dix ans ; de cette façon il a pû passer en Egypte vers la 29e année de son âge. Votre chronologie s’accorde parfaitement avec l’âge d’Amasis. Son regne a fini de l’aveu de tous les Chronologistes un an avant l’expedition de Cambyse, c’est-à-dire vers l’an 525 avant J.C. & la 63e Olympiade. Herodote ne donne que 44 ans de durée au regne d’Amasis, & par consequent il le fait commencer en l’année 569 avant Jesus-Christ, & à la 52e Olympiade vers la 30e année de Cyrus.

Diodore qui donne 55 ans de regne à Amasis, suppose qu’il monta sur le trône l’an 579, ou 580 avant l’Ere Chrétienne, & la 20e année de l’âge de Cyrus ; mais ces deux opinions sont faciles à concilier. Herodote a commencé le regne d’Amasis à la fin de la révolution qui le mit sur le trône, & Diodore a compté du commencement de sa révolte.

Apriès vivoit encore peu après la prise de Jerusalem, puisque le Prophete Jeremie [7] prédit sa mort sous le nom de Pharaon Hophra comme un évenement qui devoit arriver dans peu de tems. Cette année est la 589 avant Jesus-Christ & la 63e avant la fin d’Amasis, & montre que les divisions de l’Egypte avoient déja commencé. Dans votre systême Amasis étoit maître tranquille de toute l’Egypte lorsque Cyrus y passa, & il y avoit déja plusieurs années qu’Apriès étoit mort. Ce qui est conforme à l’histoire profane & sacrée, Cyrus ayant 28 à 30 ans lors de ses voyages.

La Chronologie grecque souffrira un peu plus de difficulté, mais l’anachronisme ne passera pas douze ou quatorze ans.

Chilon étoit déja avancé en âge au tems de la 52e Olympiade, ainsi que le rapportoit Hermippus cité par Diogene Laerce [8]. Cette Olympiade commença l’an 573 avant Jesus-Christ, & finit l’an 570, la 30e année de Cyrus. Le tems de son Ephorat est posterieur. Pamphila le plaçoit à la 56e Olympiade, mais ce passage est manifestement corrompu. L’anonyme auteur de la Chronologie des Olympiades détermine le tems de la Magistrature de Chilon par celui de l’Archontat d’Euthydemes à Athenes, c’est-à-dire par l’année 81 avant le passage de Xercès selon la Chronique [9] des marbres d’Arondel. Ce qui donne l’an 561 avant Jesus-Christ, & la 38e année de Cyrus, ce qui s’accorde parfaitement avec votre Chronologie ; car huit ans auparavant Cyrus a pû voir Chilon en passant à Sparte, à l’âge de 30 ans.

Periandre mourut, selon Sosicrate [10], à la fin de la 48e Olympiade l’an 585, & la 16e année de Cyrus. Les anciens nous apprennent qu’il avoit regné quarante ans, & qu’il avoit commencé à fleurir vers la 38e Olympiade. Vous reculés la fin de sa vie de 12 ou 14 ans ; mais comme vous ne le faites que pour rendre Cyrus témoin de sa mort desesperée, l’anachronisme fait une beauté, & il est d’ailleurs peu important.

La Royauté de Pisistrate sur les Atheniens n’a commencé que l’an 560 avant Jesus-Christ, 71 ans avant la bataille de Marathon selon Thucydide [11], & cent ans avant la tyrannie des 400 à Athenes. Cyrus avoit alors 40 ans, ce n’est qu’un anachronisme de 9 à 10 ans. Il n’y en a point à l’égard de Solon. Son archontat & sa réformation du Gouvernement d’Athenes sont de l’an 597, & de la 3e année de l’Olympiade 46e [12]. Il passa un tems considerable à voyager, & ne revint à Athenes que dans un âge avancé qui ne lui permettoit plus de se mêler des affaires publiques. Il mourut âgé de 80 ans, la seconde année du regne de Pisistrate selon Phanias d’Erese, & la 41e année de la vie de Cyrus. Ce Prince a très-facilement pû s’entretenir avec lui neuf ou dix ans auparavant.

Vous devez être également tranquille sur le synchronisme de Pythagore & de Cyrus. Denis d’Halicarnasse nous apprend [13] que ce fut seulement vers la 50e Olympiade qu’il passa en Italie, c’est-à-dire vers l’an 577. Il se sert du mot environ Κατά, ce qui montre que ce terme se peut étendre. En effet Diogene Laerce nous montre qu’il fleurissoit vers la 60e Olympiade, c’est-à-dire 40 ans après ; & en prenant cela du tems où il est mort âgé de 80 ans, il auroit eu 50 ans lorsqu’il passa en Italie, & seroit né vers l’an 520. Si le Philosophe Pythagore étoit le même que celui qui se presenta aux Jeux Olympiques pour combattre parmi les enfans, & qui ayant été rejetté demanda à être reçu parmi les Hommes, & remporta le prix de la 48e Olympiade ; il avoit 16 ou 17 ans en 585, & n’étoit guéres plus âgé que Cyrus. C’est le sentiment de M. Bentley qui peut se défendre malgré les objections qu’on lui a faites. Mais sans entrer dans cette discussion, il vous suffit que Pythagore ait été de retour de ses voyages, & en état de conferer avec Cyrus, lorsque ce Prince passa dans la Grece en 565. Or c’est ce que l’on ne sçauroit vous refuser dans aucun des systêmes qui partagent les Sçavans sur le tems de Pythagore.

Vous êtes encore fondé à le mettre aux mains avec Anaximandre. Ce Philosophe a dû voir Pythagore, quoiqu’il fut plus âgé que lui, ayant 64 ans la seconde année de la 48e Olympiade, selon le témoignage d’Apollodore dans Diogene Laerce, c’est-à-dire l’an 585. Et c’est encore une beauté dans votre Ouvrage de voir le jeune Pythagore triompher des sophismes du Materialiste. On ne peut douter que le Philosophe Milesien n’ait été le premier auteur de la doctrine des Atomistes, selon le témoignage d’Aristote [14], de Ciceron [15], de Plutarque [16], & de Simplicius [17]. Le τὸ Απετρόν d’Anaximandre étoit une matiere infinie. Sa doctrine est la même que celle de Spinoza.

Vous voyez, Monsieur, que la complaisance n’avoit aucune part à l’approbation que j’ai donnée à la Chronologie de votre Ouvrage. Vous n’aviez pas besoin d’une attention si scrupuleuse au vrai, vous pouviez vous contenter du vrai-semblable. La nature de votre Ouvrage n’en exigeoit pas davantage. Je suis persuadé cependant que cette exactitude ajoutera de nouvelles beautés aux yeux de ceux qui sont instruits de l’ancienne Histoire, l’exactitude n’est pas incompatible avec l’agrément, & ne produit la sécheresse que dans les esprits froids & pesans. Je suis avec l’attachement le plus parfait & le plus tendre, &c.


FRERET.



  1. Cic. de divin. lib. 2.
  2. Diog. Laerce, liv. 1. Periand.
  3. Cap. 8.
  4. Euseb. prepar. Evang. lib. X.
  5. Chap. 52. ℣. 31.
  6. Chap. 25. ℣. 27.
  7. Chap. 44. ℣. dern.
  8. Diog. Laerce, liv. 1.
  9. Marm. Oxon. Chron. Attic. Epoch. 42.
  10. Diog. Laerce, liv. 1.
  11. Lib. VI. p. 449. 452. & Lib. VIII. p. 601. Arist. Pol. Lib. VI. p. 12.
  12. Diog. Laerce & Plutar. vie de Solon.
  13. Den. d’Hal. liv. XII.
  14. Phis. lib. 1. cap. 4.
  15. De Nat. Deor. lib. 1.
  16. Placit. Phil. lib. 1. c. 3.
  17. Comm. in Epict.