Les cruels et horribles torments de Balthazar Gerard

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les cruels et horribles tormens de Balthazar Gerard, Bourguignon, vray martyr, souffertz en l’execution de sa glorieuse et memorable mort, pour avoir tué Guillaume de Nassau, prince d’Orenge, ennemy de son roy et de l’Église catholique.

1584



Les cruels et horribles tormens de Balthazar Gerard, Bourguignon, vrai martyr, souffertz en l’execution de sa glorieuse et memorable mort, pour avoir tué Guillaume de Nassau, prince d’Orenge, ennemy de son roy et de l’Eglise catholique ; mis en françois d’un discours latin envoyé de la ville de Delft au comté de Hollande.
À Paris, chez Jean du Carroy, imprimeur, au mont Saint-Hylaire, ruë d’Ecosse. 1584.
In-8º de 14 pages1.

Amy lecteur, pour veoir de quelle volonté envers Dieu et son Eglise estoit poussé ce Balthazar Gerard tirannicide, tu le pourras congnoistre à l’œil par les vers subsequens, tirez d’un celèbre poëte de nostre temps :

Gerard, c’est à ce coup (disoit-il) que ton bras
Doibt delivrer la Belge. — Hé ! non, ne le fais pas
Si, fais-le. — Mais non fay. — Voy, laisse cette crainte.
— Tu veux donc profaner l’hospitalité saincte ?
— Ce n’est la profaner ; plus saincte elle sera,
Quant par elle ma main les saincts garantira.
— Mais sans honte jamais le traiste ne peut vivre !
— Traiste est cil qui trahit, non qui ses murs delivre.
— Mais contre les meurtriers le ciel est irrité !
— Tout homme qui meurtrit n’est meurtrier reputé.
— Hé ! n’est-il pas meurtrier cil qui meurtrit son prince ?
— Ce Guillaume est tyran, non roy de ma province.
— Mais quoy ! Dieu maintenant nous le donne pour roy.
— Celuy n’est point de Dieu qui guerroye sa loy.
— Tous peuvent estre doncq des tyrans homicides ?
— Jahel, Abod, Jehu, furent tyrannicides.
— Voire ; mais il leur fut commandé du Seigneur ?
— D’une pareille loy je sens forcer mon cueur.
— Las ! pour faire un tel coup ton bras a peu de force.
— Assez fort est celui que l’Eternel enforce.
— Mais, ayant fait le coup, qui te garantira ?
— Dieu m’a conduict icy, Dieu me salevera.
— Que si Dieu te delivre ès mains des infidelles ?
— Luy mort, je ne crains pas les morts les plus cruelles.
— Mais quoy ! tu cognoistras quelle est leur cruauté !
— Mon corps peut estre à eux, et non ma volonté.

Estant doncq de ce point resoult en son courage,
Vers le pole il eslève et ses mains et visage,
Et puis à basse voix prie ainsi l’Eternel :
Ô bon Dieu ! qui tousjours as eu soin paternel
De tes aimez esleuz, fortifie ma dextre,
Afin qu’à ce midy, d’une vigueur adextre,
Elle puisse atterrer ce prince audacieux,
Qui pour te descepter veut escheller les cieux ;
Et puisque ta bonté, nonobstant mille orages,
A faict veoir à ma nef les hollandois rivages,
Permets-moy d’enfondrer de ce plomb venimeux,
Afin que je redonne à la Belge franchise,
À ton nom son honneur, et sa paix à l’Eglise.

Les cruels et horribles tormens de Balthazar Gerard, Bourguignon, vray martyr, soufferts en l’execution de sa glorieuse et memorable mort, pour avoir tué Guillaume de Nassau, prince d’Orenge, ennemi de son roy et de l’Eglise catholique.

Le plus grand et seul victorieux de tous les martyrs est Christ, et en Christ les martyrs ont mis toute leur esperance. Christ a promis de nous donner et langage et sapience ; de Christ les martyrs confessent tenir ce qui est de leur foi pour respondre aux hommes. Balthazar Gerard, Bourguignon de nation2, sa mère native de Bezanson, aagé, comme il monstroit, de vingt et huict ans ou environ3, personnage aultant bien instruict que bien disant, et fort habile au maniement et exécution des affaires d’importance, en l’an mil cinq cens quatre-vingts et quatre, et le dixième jour du mois de juillet4, demi-heure après midi, se mit en deliberation d’executer incontinent, et sans differer d’avantage, la belle entreprise qu’il avoit dès long-temps projetté de faire en son esprit, s’asseurant d’en venir à bout, comme heureusement luy est avenu. Considerant donc Balthazar la perfidie et desloyauté de Guillaume de Nanssau, prince d’Orenge, qui, soubs le faux manteau d’une pretendue franchise, privoit une infinité de personnes de toute liberté aux despens de leurs biens et de leurs corps, et par là frustroit les ames du salut eternel, se proposa, à l’exemple de Christ et suivant les pas et vestiges de ses saincts, de fermer les yeux aux perils et dangers pour le salut de plusieurs et liberté de nostre patrie ; qui fut cause que, cognoissant que le puissant et souverain Dieu se vouloit servir de luy pour executer sa volonté divine, après avoir bien examiné l’affaire, il jura la mort de ce malheureux perfide, desjà condemné par sentence de son prince, duquel il s’estoit rebellé. S’offrant donc l’occasion de luy porter des lettres de la mort de Monsieur, frère du roy de France5, duc d’Alençon, comme il se fut accosté des gentils hommes de sa cour, le dixiesme jour de juillet, demi-heure après midi, sortant Nanssau de sa table, Balthazar luy tira un coup de pistolet chargé de trois balles, qui luy fît un trou soubs la mamelle gauche de deux doigts de largeur6, dont il mourut7 ; et comme Balthazar le vit tomber du coup qu’il luy donna, se voulant sauver, fut incontinent attrappé auprès des murailles de la ville8, mais sans s’estonner aucunement. Armé d’un incredible courage jusques au dernier soupir, il respond prudemment à tous ceux qui l’interrogeoyent. Les gouverneurs de la cité, voulans sçavoir de luy les causes et motifs de son dessaing, il leur fit cognoistre promptement par un beau langage et par vives raisons qu’il pensoit avoir fait un grand sacrifice à Dieu, et avoir beaucoup merité du roy et du peuple chrestien, ne se souciant point que son corps fust tormenté par les mains des bourreaux, comme il avoit bien presagé qu’il seroit. J’ay, disoit-il, executé ce que je devois faire ; parachevez, vous autres, ce qui est de vostre charge. Me voicy tout prest. Parquoy la nuict suivante, ayant esté cruellement par cinq fois fouetté et tormenté de grands coups, il fut oinct de miel, et fit-on venir un bouc pour le leicher, affin que par l’aspreté de sa rude langue il luy emportast avec le miel la peau deschirée, lequel toutefois n’y voulut point toucher. Ce n’est pas tout, car, l’ayant mis à la question, il fut gehenné d’une infinité de sortes ; et après, les mains attachées avec les pieds, il fut mis en un van, où il fut miserablement agité et travaillé expressement, affin qu’il ne dormist point9, ce que neantmoins fut fait sans que le juge l’eust ordonné. Les jours et les nuits suivans, ils desployent tout l’artifice que nature leur avoit enseigné à excogiter nouveaux martyrs, et, pour le tormenter avec plus grand horreur et luy faire descouvrir sa pensée, estant sur la question guindé en l’air, ils attachèrent au pouce de son pied pesant cent cinquante livres, puis après luy chaussent des souliers de cuir tout cru, qu’ils frottent et imbibent d’huille, et, ainsi tout rompu et deschiré de coups, le font approcher tout nud d’un grand feu, où, après luy avoir bruslé d’un flambeau le dessoubs des aisselles, le vestissent d’une chemise trempée dans l’eau ardante qu’ils allument sur son corps, luy piquent de poignantes aiguilles l’entre-deux des ongles, et luy mettent profondement des clous dedans. Mais, voyant qu’il ne crioit point et ne monstroit aucun signe de passion, après luy avoir rasé les poils par dessus tout son corps, le baignent et trempent d’un vieux et puant pissat avec de la graisse bouillante; et, pensant qu’il eust du charme, ils luy mettent une robe qu’ils prirent d’un pauvre de l’Hostel-Dieu (quelques uns pensent que ce fut la robbe d’un sorcier), cuydans par là rompre la force de l’enchantement en vertu duquel, comme ils s’imaginoient, il s’estoit endurci et rendu insensible contre tant de maux10. Pour tout cela, cognoissans qu’ils n’advançoient rien, ils luy demandent plusieurs fois qu’est-ce qu’il pensoit, voyant tous ces tormens. Il respond seulement (Bon Dieu ! patience !). Interrogé de rechef qu’estoit la cause pourquoy il ne s’estonnoit aucunement par tant de passions et martyres : Les prières des saincts, dit-il, en sont cause. Et comme un des consuls de la ville admiroit ceste constance : La constance, monsieur le consul, dit-il, sera considerable en la mort. Il parloit franchement et fort humainement avec tous, estant hors la question, avec un grand estonnement des ministres executeurs, et induisoit chacun à pleurer. Les uns ne pouvans croire qu’il fust humaine créature, les autres portans quelque envie à sa vertu et constance, comme ne croyant rien de Christ ni de son Evangile, tout ainsi que les juifs, luy demandent depuis quel temps il avoit donné son ame au diable. Respond modestement qu’il ne connoissoit point le diable et qu’il n’avoit jamais eu à faire avec luy ; comme aussi il se defendit honnestement contre ceux qui l’appeloient traistre, paricide et autres semblables injures et reproches, donnant temoignage par plusieurs fois, les yeux baissez, qu’il ne se soucioit point de leurs parolles et calomnies. Il respondoit aux juges avec toute humilité et douceur, mesme, ce qui est dur à croire, les remercia de quoy ils l’avoient sustenté en la prison, et leur promit qu’il en prendroit sa revenche. Eux repliquans : Quelle revenche ? respond : Je vous serviray d’avocat en paradis. Voulans sçavoir de quel paradis il entendoit parler : Je n’en cognois (dit-il) qu’un seul. Ainsi tirassé par plusieurs demandes et tormenté par tant de façons, ne disant rien pourtant qui ne leur fust agréable, le treizième jour du mois susdict fut adverti de sa prochaine mort ; et le lendemain, comme on luy prononçoit sa sentence, dict avec S. Cyprian, d’un visage non troublé et d’une contenance asseurée : Deo gratias.

Ayant donc fait toutes les preuves de constance et magnanimité d’un asseuré rencontre, sans se troubler aucunement ; ayant les yeux et le visage tout trempés, les piedz tout escorchés, les arteils disloquez et pendillans à cause du feu, il monte sur l’eschafault, et, d’une grande resolution, se laisse attacher au posteau et à la croix, où il ne monstra aucun signe que ces griefs et cruels tormens l’estonassent tant soit peu, quoique le seul souvenir apportast grand horreur et estonnement ; ce qui fut assez tesmoigné par plusieurs des assistans, lesquels, ne pouvant veoir ces cruelles passions, esvanouirent sur-le-champ. Mais tout ainsi que cest invincible Balthazar auroit porté patiemment les gehennes et cruautez precedentes et pris à gré la sentence de mort, ainsi a-t-il, à la veue de toute la cité, soustenu courageusement les autres assaults, et a benist et consacré de son sang nostre patrie. Il a semé et planté plusieurs martyrs qui, suivans son exemple, viendront après lui. Et ceux-là se trompent lourdement, lesquels, ne pouvans oster la racine des martyrs, qui est Christ, coupent souvent les rejectons, ne s’avisans pas qu’estans ainsi coupez ils renaissent et multiplient plus que jamais. Estant doncq ainsi lié et garotté sur le supplice, cependant que les executeurs bourreaux s’amusoient à rompre à grands coups de marteaux le pistolet duquel il avoit despesché Nanssau, ne le pouvans à peine briser, on despouille le pauvre patient, tout confit en devotion et ravi en prières ; on luy avalle ses chausses jusques sur les piedz, on luy trousse la chemise à l’entour de ses parties honteuses, et tout aussi tost l’un des bourreaux l’empoigne par la main dextre, laquelle il luy met entre deux ardentes platines de fer faictes en forme de gaufrier qu’un autre tenoit, la luy serrent estroictenient, et la bruslent tellement que toute la place estoit remplie de fumée et de mauvaise odeur. Après cela, on a des chaînes de fer exprès toutes chaudes, desquelles estroitement on luy lie l’extremité de ce mesme bras ; chacun des bourreaux à mesme suitte prend une chaine ainsi chaude et bruslante que dessus, et le lient par le haut des bras, le serrent, le tirent, le navrent, le persent cruellement et luy bruslent le reste des cuisses et des jambes. On remarqua une grande playe en l’estomach, qu’on ne sçavoit dire si à ceste heure il la receut, estant adonc Balthazar, comme dict est, du tout reduict en prière et oraison, car on l’entendoit intelligiblement proferer les psalmes de David sans changer de couleur et sans remuer ni pieds, ni mains, ni espaule, sinon en tant que le pieu auquel il estoit attaché se remuoit devant la main dextre, que d’adventure pour lors il eut à delivre, d’une fervente devotion fit le signe de la croix ; et, avant qu’il fust de rechef du tout attaché sur le supplice, il secoua luy-mesme ses chausses bas, et, levant les pieds du mieux qu’il peut, monta volontairement sur le banc qu’on avoit preparé tout exprès pour luy tirer les entrailles. Alors on commença à lui couper premierement la partie honteuse, et, après lui avoir fendu le ventre en croix d’un cousteau, aux plus longues reprises qu’ils pouvoient, affin que par là il sentist plus de mal, luy tirent dehors les intestins, et, non contens de cela, lui arrachent cruellement le cœur de son siége et le luy jettent en la bouche, laquelle ils voyoient encore remuer, tant ses lèvres estoient accoutumées à prier Dieu. Il ne jetta aucun soupir, et monstra lors qu’il ne s’estoit servi ni de langue ni de voix que pour faire preuve de sa vertu. Ainsi, Gerard, vray martyr et père de la patrie, sans aucune alteration de coleur en son visage, rendit à Dieu ceste belle ame, invincible et glorieuse, qui le fera triompher heureusement par dessus tous les martyrs en tousjours florissantes et immortelles années. Ce fut le samedy devant l’octave de la Feste-Dieu, après l’octave de la Pentecoste, quatorzième jour de juillet, demy-heure avant midy, au mesme jour et un peu devant que j’eusse descrit la presente histoire. On luy separa la teste du corps, laquelle on voit encore aujourdh’uy sur les murailles de la ville au bout d’une lance, où elle se manifeste plus belle que jamais ; le corps fut divisé en quatre parties11, pendues à des paux attachez aux quatre principalles portes de la ville12.



1. C’est une des pièces trop nombreuses qui furent faites en l’honneur de ce régicide ; mais il faut dire aussi, à la gloire de l’imprimerie parisienne de cette époque, que c’est la seule qui, à notre connoissance, ait été publiée à Paris. M. Leber, qui la possédoit (V. son Catalogue, nº 5625), fait un vif reproche de cette publication à Jean du Carroy. Il y voit une excitation funeste, dont le crime de Jacques Clément et les écrits qui le glorifièrent ne montrèrent que trop bien les effets. « C’étoit en 1583, dit-il, avant la toute-puissance de la Ligue, que Jean du Carroy, imprimeur au Mont-Saint-Hilaire, la providence des libellistes, se proclamoit éditeur d’une première apologie du régicide qui devoit frayer la voie à Jacques Clément. C’étoit sous sa responsabilité personnelle qu’il imprimoit et annonçoit publiquement : « Les cruels et horribles torments de Balthazar Gerard Bourguignon… » (Leber, De l’état réel de la presse et des pamphlets depuis François Ier jusqu’à Louis XIV, Paris, 1834, p. 65). Dans une note, M. Leber donne à penser que cet imprimeur est le même que celui dont il parle à la page 63, et qui, nommé par L’Estoile Gilles du Carroy, fut, ainsi que son correcteur, « fustigé et banni » en 1585. (Journal de Henri III, 1744, in-8, t. 1, p. 496–497.) — La pièce que nous reproduisons ici est tellement rare, qu’elle a échappé à M. Weiss pour son article Gérard de la Biographie universelle, et à M. Œttinger pour sa Bibliographie biographique. Voici le titre de quelques autres livrets publiés à la même occasion et dans le même but ; on ne s’étonnera pas d’en trouver un imprimé à Rome : Le glorieux et triomphant martyre de Balthazar Gerard, advenu en la ville de Delft, Douai, 1584, in-12. — Balth. Gherardi Borgondi morte, costanza, per haver ammazzatto il principe d’Orange, Roma, 1584, in-8 ; — Historie Balth. Gerardt, alias Serach, die den Tyran van’t Nederlandt den prins van Orangie doorschoten heeft, S. l., 1584, in-4. — (B... T... G... A... V...) In honorem inclyti heroes Balth. Gerardi, Tyrannidis Auraicæ fortissimi vindicis, carmen, quo et Gulielmi Nassavii principis Auraici cædes ut percussoris tormenta breviter enarrantur, Lovan., 1588, in-8. — Muse Toscane di diversi nobilissimi ingegni per Gherardo Borgogno, Bergamo, 1594, in-8. Il faut encore ajouter à cette liste l’ode latine que Lævinus Torrentinus, ou vulgairement Van der Becken, évêque d’Anvers, fit pour célébrer le crime de Gérard, et qui se trouve dans ses œuvres. — Cette pièce, que P. Burmann (Sylloge epistolarum, t. 1, p. 480) lui reproche très vivement, a pour titre : In honorem Baltasaris Gherardi fortissimi Tyrannicidæ.

2. Il étoit né à Villefans, en Franche-Comté.

3. Strada dit vingt-six ans, « erat enim annorum sex et viginti ». (De Bello Belgico, Decadis secundæ liber quintus, anno 1584.)

4. Le même mois où le duc d’Alençon, compétiteur malheureux du prince d’Orange, étoit mort en France des suites du poison que lui avoient fait prendre les agents de l’Espagne. Philippe II ainsi se seroit délivré en même temps de ses deux rivaux dans les Pays-Bas : du fils de Catherine de Médicis par l’empoisonnement, et de Guillaume de Nassau par la main d’un assassin.

5. « Atque extincto Alenconio, obtulit se delaturum ad Orangium litteras aliquorum Alenconii familiarum de obitu ejus. » (Strada, ibid.)

6. Ceci, à quelques détails près, est encore conforme au récit de Strada. Pour exprimer la manière dont Guillaume de Nassau, sortant de table, fut frappé au cœur par les balles du pistolet de Gerard, le jésuite romain se sert de cette singulière phrase : « Assurgentem ab epulis, exeuntemque in aulam, fistula in cor explosa trajicit, confecitque. » Heureusement qu’il met en marge le mot italien pistola.

7. Guillaume tomba mort aux pieds de sa femme, fille de l’amiral Coligny, qui avoit vu de même assassiner son père dans la nuit de la Saint-Barthélemy.

8. « Evolantem inde, jamque egressurum urbe, stipatores insecuti retrahunt. » (Strada, ibid.)

9. On a renouvelé pour tous les régicides l’histoire de ces tourments raffinés, notamment pour Damiens, que, suivant les bruits populaires encore accrédités dans mon enfance, on avoit ainsi empêché de dormir pendant plusieurs nuits.

10. Strada, trop bon historien pour répéter la fable de toutes ces tortures, mais trop vraiment jésuite aussi pour ne pas voir dans Balthazar Gérard une sorte de martyr, ne peut s’empêcher d’admirer le courage du fanatique au milieu des tourments. « Imperterritum, dit-il, tormentisque omnibus majorem. »

11. « Postremo sectum in partes quatuor, per totidem urbis loca distraxere. »

12. M. Weiss, à l’article Gérard (Balthazar) de la Biographie universelle, dit que Philippe II récompensa la famille du meurtrier, et lui donna même des lettres de noblesse, ce qui est vrai ; mais il eût dû ajouter que par ces lettres, semblables à celles que Charles VII avoit accordées à Jeanne d’Arc, le ventre anoblissoit. Les descendants d’une sœur de Gérard jouissoient encore, au milieu du XVIIe siècle, des priviléges de cet anoblissement. Quand Louis XIV s’empara de la Franche-Comté, on les supprima. La famille de l’assassin de Guillaume fut remise à la taille. Elle osa réclamer et présenter ses lettres de noblesse à M. de Vanolles, intendant de la province. Il les foula aux pieds : ce fut toute sa réponse pour cette réclamation effrontée.