Les gouttelettes/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les gouttelettesLibrairie Beauchemin (p. 150).


PREMIÈRE NEIGE


Le ciel pèse sur nous. Les flocons des brouillards
Tombent, en tournoyant, comme des feuilles blanches.
Ils vont mettre un linceul sur l’éteule des planches
Où venaient braconner tous les oiseaux pillards.

Plus de soleil ardent, plus de chants égrillards.
La porte s’est fermée au tintement des clenches ;
Les flots sont noirs ; le vent a dépouillé les branches,
Et le calme est profond dans les nids babillards.

Rien ne me sourit plus. Ma flamme est refroidie.
En vain contre le ciel mon âme s’est roidie,
Tout m’échappe, et l’espoir ne me dit plus ses chants.

Et partout je suis seul ! Mais pourquoi m’étonné-je ?
Sur mon front qui s’incline, ainsi que sur les champs,
Voici les blancs flocons de la première neige.