Les gouttelettes/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les gouttelettesLibrairie Beauchemin (p. 203).


L’INFIDÈLE


Les insectes s’aimaient sur les fleurs purpurines;
Sur les sillons fumants passait le vieux semeur.
Il montait des vallons une sourde rumeur,
Que déchirait gaiement la chanson des clarines.

Tes grands bœufs humaient l’air de leurs larges narines.
La feuillée émiettait son murmure dormeur,
Et, près du fleuve sombre où voguait un rameur,
Nous cheminions tous deux dans les herbes marines.

Son rire était moqueur, mais son œil, invitant.
Je veux la retenir sur mon cœur palpitant ;
Elle fuit. Je l’appelle et ma voix l’importune.

Le flot allait toujours et ne revenait plus.
L’infidèle de même. O désirs superflus !
Je n’ai pu la rejoindre encor’ !… C’est la fortune !