Les grandes croniques de Bretaigne composées en 1514

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ce texte est en cours d’édition. Sa présentation n’est pas terminée, il est possible qu’il contienne des fautes d’orthographe ou de typographie, et il peut en manquer certaines parties. Vous pouvez cependant participer à son élaboration au cours de votre lecture.


Texte établi par Henri Le Meignen, Hyacinthe Caillière, Libraire-éditeur (p. 1-17).
LES
GRANDES CRONIQUES
DE
BRETAIGNE
Composées en l’an 1514
par
Maistre Alain Bouchart

NOUVELLE ÉDITION PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES
de la
Société des Bibliophiles Bretons
et de l’histoire de Bretagne
par
M. Le Meignen, l’un des Vice-Présidents
Membre du Comité central de la Société Archéologique de Nantes, etc.


Chardin La Légende merveilleuse de monseigneur saint Yves 5eme.jpeg


RENNES
HTHE CAILLIÈRE, LIBRAIRE-ÉDITEUR
M. DCCC. LXXXVI
Les grandes croniques de Bretaigne composées en 1514 - page 2.png

LEs grãdes croniques de

Bretaigne nouuellement imprimees a paris : tant de la grande Bretaigne depuis le roy Brutus qui la cõquiſt et la appella Bretaigne iuſques au tẽps de cadualadrus dernier roy breton dicelle grande Bretaigne enſemble tous les auſtres bretõs y eſtans lors furent cõtrains de habandonner le pays pour les peſtilẽces de maladie qui y ſouruindrent que lors les angloys de ſaxonie y vindrent habiter et la nommerent Angleterre. Que auſſi de noſtre bretaigne de preſent depuis la conqueſte du roy conan meriadec breton / qui lors eſtoit appelle le royaulme darmorique iuſques au temps et treſpas de francoys. ii. de ce nom duc de bretaigne dernier treſpaſſe pere de la feue royne de france nagueres decedee a qui dieu pardoint / eſquelles cronicques eſt mencion faicte daucuns notables faiz aduenuz es royaulmes de France Dangleterre Deſpaigne Deſcoſſe Darragon : et de nauarre / es Allemaignes / es Itales / en Lombardie / en Tartarie / en Ihieruſalem : & aillieurs en pluſieurs auſtres pays et contrees durant le regne dun chaſcun roy et prince deſȣ deux bretaignes.

Bouchart - Les grandes croniques de Bretaigne composées en 1514 - page 3.png

⸿ Imprime a Paris par la permiſſion de treſhault / treſexcellãt / treſpuiſſãt et treſchretien prince Loys. xii. de ce nom roy de france aux deſpens fraiz & miſes de Galliot du pre marchant libraire demourant a paris tenant ſa boutique en la grant ſalle du palays au ſecond pillier / auquel leȣ ſeigneur a permis les faire

imprimer cõme appert par ces lettres patentes eſtant au premier fueillet de ce liure.
Priuilege pour ce preſent liure

⸿ Loys par la grace de dieu roy de france Au preuoſt de paris ou a ſon lieutenant / et a tous auſtres iuſticiers ou a leurs lieuxtenant Salut De la partie de noſtre bien ame Galliot du pre marchant libraire demourant a Paris nous a humblement eſte expoſe quil a intencion de brief faire imprimer vng liure des hiſtoires de bretaigne de tous les princes qui ont eſte iuſques au temps du Duc francoys de Bretaigne dernierement faictz a lhõneur et louenge de feue noſtre treſchere et treſamee cõpaigne la royne q̃ dieu abſoulle / mais il doubte quil ne peuſt ou oſſaſt ce faire ſans noz cõge & licẽce. A ceſte cauſe nous a iceluy expoſant fait ſupplier & requerir que noſtre plaiſir ſoit luy permettre ce faire et que inhibitions et deffiences ſoient faitz a tous aultres quelz quilz ſoiẽt de ne les pouoir imprimer iuſques A troys ans prouchaĩs venans a compter du iour & date de ces preſentes a ce que leȣ expoſant puiſſe eſtre recompenſe de ſes paynes labeurs couſtz et miſes quil luy conuiendra faire a faire imprimer et corriger iceulx liures / Requerãt ſur ce luy octroier noz lettres a ce conuenables Pource eſt il que nous ces choſes conſiderees vous cõmandons & cõmettons & a chaſcun de vous ſi cõme a luy appartiendra que vous permettez et ſouffrez audit expoſant & au quel nous auons permis & ſouffert de grace eſpecial par ces pñtes quil puiſſe & luy loyſe faire imprimer touteſfoys que bon luy ſẽblera ledit liure Et a ce faire ſouffrir et obeir contraingnez ou faictes contraindre royaulment et de fait tous ceux quil appartiendra et qui pour ce feront a cõtraindre par toutes voyes & manieres deuez & raiſõnables En faiſant ou faiſant faire ſur ce expreſſe inhibitiõ et deffence de par nous ſur grans peines a nous a appliquer a toutes manieres de gens de quelque eſtat ou condition que ilz ſoient quilz naient a imprimer ou faire imprimer leſȣ liures iuſques a ce que ledit temps de troys ans ſoit expire et passe : et en cas de debat leſȣ inhibitions et deffenſes tenant et a ce cõtraignez tous ceulx qui pour ce feront a contraindre / non obſtant oppoſitions ou appellations quelzcõques faitz ou a faire et ſans preiudice dicelles pour leſquelles ne voulons eſtre differer faicte et adminiſtrez aux parties ouys raiſon et iuſtice / car ainſi nous plaiſt il eſtre faict non obſtant cõe deſſus et lettres ſubreptices a ce contraires. Dõne a paris le. vi. iour de may mil. v. cens & quatorze & de noſtre regne le dixſeptieſme.

⸿ Par le roy Maiſtre pierre de la Bernade cheualier maiſtre des requeſtes ordinaire de loſtel : et autres preſens.
Et ſygne Geuffroy.
Epiſtole.



Pour plus facillement paruenir a la haulteſſe dhonneur, c’eſt choſe moult conuenable a toute perſonne qui du precieulx don de ſapience deſire faire ſon treſor & ſa richeſſe, de reduire ſouuent a ſa memoire les faiz des precedans hommes notables qui ont dit ou fait choſes dignes de recordacion & icelles bien retenir : car en ce faiſant & en liſant les hiſtoires qui eſcriptes en ont eſté, nous pouons veoir a quelle fin les vngs & les aultres par bien ou mal faire ſont paruenuz. Et dit a ce propos le glorieux amy de Dieu Monſieur ſainct Gregoire au premier chapitre du deuxieſme liure de ſes moralles : Ainſi que en regardant en vng mirouer nous voyons toutes les choſes qui y ſont preſentees & qui le mirouer peuent regarder ſoit bonnes ou mauuaiſes, belles ou laides, petites ou grandes, auſſi eſt il que en liſant les croniques & hiſtoires, les faiz & ouurages qui y ſont redigez nous ſemblent eſtre preſens & deuant noz yeulx. Et dit notamment que lon doit retenir a memoire les choſes deſſuſdictes ſans les mettre en oubly : car, comme recite Marcus Varro, les oreilles de ceulx qui ne retiennent ce que on leur recite, reſemblent a vng tuyau ou goutiere par qui paſſe leaue inceſſamment ſans y faire reſidence. De telz gens faict mencion leuuangille de ſainct Luc au huitieſme chapitre qui dit que la ſemence qui tumbe ſur la pierre deuient aride & ſeiche ſans porter fruict. Tout ainſi eſt il de pluſieurs perſonnes qui ioieuſement eſcoutent & entendent les bonnes & vertueuſes parolles, mais elles ny peuvent prendre racine ne augmentacion pour faulte dicelles retenir a memoire par ferme credence & perſeuerance. Salomon a qui Dieu ottroia telle requeſte quil vouldroit demander, ne demanda point richeſſes terriennes, beaulx enfans, belle femme, longue vie, ſante ne aultres mondaines felicitez, mais ſeullement requiſt le don de ſapience, congnoiſſant que luy qui eſtoit roy pourroit par celuy don regner, dominer & ſeigneurier, ſon royaulme eſlever & entretenir, & ſelon les ſainctes & treſſacrees loix clerement congnoiſtre & iuſtement iuger : auſſi que par iceluy don lhomme eſt faict prochain amy de Dieu, pour eſtre conduit au royaulme eternel qui eſt la fin a laquelle il a eſte faict. Toutes ces choſes nous peuent inciter & donner courage a aymer vertu & fuyr & abhorrer vices, pour craindre & euiter oprobres & reproches, pour auoir bon nom qui dure a iames. Or, eſt il que en liſant & examinant pluſieurs cronicques & hiſtoires ou iay par aucun temps voulu vacquer pour euiter ocioſite qui eſt marratre de vertu, apres auoir vacque a leſtude de ma vocation en les temps & ſaiſons diſpoſez a repos, ay veu & leu pluſieurs cronicques, hiſtoires & aultres liures traictans des faiz & geſtes de moult grant nombre dempereurs, roys & aultres princes, des lieux dont ilz ſont yſſuz, des origines & premieres creacions de leurs empires, royaulmes & principaultez, de leur longue & briefue duree. Mais encores nay ie veu aucun traicte qui ait eſte entierement compoſe du noble pays de Bretaigne : qui iadis fut appelle le royaulme d Armoricque : ne des noms des roys & princes qui ont occupe & poſſide celuy pays depuis quil fut appelle Bretaigne. A celle cauſe conſiderant la belle propoſition de Tulle au premier liure des offices, ou il dit que des noſtre naiſſance nous ſommes naturellement tenuz & obligez non pas ſeullement a noz progeniteurs, mais au pays auquel nous auons prins noſtre natiuite, & ce que recite Macrobe au prologue du liure quil a compoſe du ſonge de Scipion, ou il dit que a tous ceulx qui conſerueront, ayderont & augmenteront la gloire & lhonneur de leur pays, eſt ordonne & diffini es cieulx auecques les ſaincts, lieu glorieux, propice & conuenable, ie qui ſuis Breton natif du pays de Bretaigne ay bien voulu examiner plus auant les anciennes hiſtoires & cronicques & les vieulx volumes & regiſtres inuoluer : que iay quis & ſerchez es lieux ou lon a couſtume de garder lettres de perpetuelle memoire : & ce que ien ay peu trouuer & extraire iay par eſcript redige ſuccintement & en brief, car briefuete eſt amye de memoire, qui fut le premier Breton, comment Angleterre fut premierement appellee Bretaigne, la maniere & le temps que les Bretons conquirent es Gaulles le royaulme d Armoricque, lequel des lors ilz appellerent Bretaigne, & dreſſe par ordre les noms des Roys, Ducz & princes diceluy noble pays iuſques au temps de feu Francoys deuxieſme de ce nom, dernier duc de Bretaigne, pere de tres haulte, tres excellente, tres puiſſante & tres creſtienne princeſſe Anne, qui premierement par le treſpas de ſon deſſuſdit pere fut ducheſſe de Bretagne & depuis royne de France par le mariage de feu le roy Charles huitieſme & par apres le eſpouſa Loys douzieſme de ce nom roy de France a preſent regnant, par le moyen deſquelz deux mariages a bon droit eſtoit appellee royne de France, laquelle eſt puis nagueres treſpaſſée de ce mortel ſiecle, toute plaine de iours, delaiſſee ma tres redoubtee excellente & puiſſante princeſſe Claude par la grace de Dieu Ducheſſe de Bretaigne ſon aiſnee fille & heritiere, femme & compaigne eſpouſe de tres excellent & puiſſant prince Francoys duc de Valoys conte d Angouleſme etc. Et en lendroit du regne de chaſcun diceulx princes, je adiouſteray pour la recreation ſpirituelle des lecteurs & auditeurs aulcuns ſais dignes de memoire aduenus en aultres contrees, & aulcunes ſentences & deciſions afferantes aux propos dont ſera traictie : tout ainſy que ie les ay trouuees ſans y mettre ne adiouſter choſe que ie nay veue & leue par eſcript. Et pour ce que lon pourroit dire que ie ne doy preſumer attribuer a ce liure nom ne tiltre de cronique : attendu que le nom de cronique ſe prent de cronon qui eſt vn nom grec, qui vault autant a dire comme temps ou liure contenant les faiz & geſtes de diuers temps, compoſe par celuy qui a ce faire a eſte commis : car il neſt permis à perſonne compoſer cronique ſil ny a eſte ordonne & depute, laquelle charge ne nous auroit du commencement de ceſte œuure eſte commiſe : touteſfoys depuis que nous auons ce preſent ouurage entrepris & iceluy pourſuyui, iuques au temps du premier duc Jehan de Bretaigne, la deſſuſdicte dame royne de France & ducheſſe de Bretaigne a veu & fait lire en ſa preſence ce que ia en auions fait & puis apres nous a expreſſement encharge & commande tant de bouche que par ſes lettres miſſiues, iceluy ouurage parfaire en toute diligence lequel auions intencion luy preſenter ſi ſon dolant & tres dommageable mortel treſpas ne feuſſe ſitoſt ſouruenue & au moyen du deſſuſdit commandement peult on a ce liure atiltrer nom de cronique & nentendons iceluy eſtre appelle hiſtoire : ce ſeroit abuſer de ce nom. Car hiſtoire vient de hiſtorin qui eſt interpreté veoir ou congnoiſtre. Par quoy ne doibt perſonne eſcripre hiſtoire daucuns faitz ſinon diceulx qui ſont de ſon temps. Hiſtoire ſelon ſon vray entendement eſt la recollection par eſcript des faitz preſens a leſcripuant leſquelz pour leur vetuſte & antiquite ſe peuent par apres eſlongner de memoire des hommes. Or en enſuyuant le ſtille de touz catholiques acteurs compoſiteurs de ſemblables matieres ie veulx au commencement de ce preſent oeuure implorer layde & subuention de la glorieuſe trinite comme nous enſeigne le docteur des gens, veſſeau delection, par ſon epiſtre quil adreſſe a ceulx de Collocenſe en Aſie au troiſieſme chapitre dicelle epiſtre ou il dit : quanque vous ferez en parolle ou en operacion, faictes le au nom de noſtre Seigneur Jeſus Criſt en rendant par luy graces a Dieu le pere car comme recite ſainct Auguſtin, & quil eſt contenu ou canon Qui ſine ſaluatore en la deuxieſme queſtion de la trenteſixieſme cauſe : Celuy qui ſans le Saulueur entreprent ouurage ſalutaire & ſans vraye obedience extime ſoy faire prudent en aſſiduelle enfermete labourera comme fol & en cecite dommageable en permanente demencie. La decretalle Firmiter nous enſeigne que Dieu eſt le commencement de toute choſe : & Noſtreſeigneur en parlant de luy meſmes, diſt aux Iuifz quil eſtoit le commencement de toutes choſes, qui a eulx parloit comme recite ſainct Iehan au viii chapitre de ſon euangile: ceſt le vray fondement de toutes operations auquel nous ſommes & auquel nous viuons comme il eſt eſcript ou xvii chapitre de lacte des apoſtres. A ceſte cauſe, pour ſur ferme fondement entreprendre ce preſent edifice, icelluy correctement conduyre iuſques a la fin, ie implore a ce commencement la puiſſance de Dieu le pere, la ſapience de Dieu le filz, & la bonte & dilection du ſainct Eſperit, qui ſont vng ſeul Dieu en trois perſonnes, a ce quil lui plaiſe nous donner grace deſcrire & declarer choſe proufitable a tous lecteurs & auditeurs.

⸿ La diuiſion de ce preſent liure.


Pour ce que toute choſe par partie diuiſee eſt de plus facile comprehencion nous diuiſerons ceſte petite & abregee cronique en quatre liures ou parties. Au premier liure ſera faicte mencion de Brutus premier Breton & de ſes ſucceſſeurs roys de la grande Bretaigne depuis lan ſoixantieſme apres la deſtruction de Troie iuſques au temps que Conan Meriadec conquiſt le royaulme d Armorique qui fut iii c lxvi ans apres laduenement de noſtre Seigneur.

Le ſecond liure traictera des roys de noſtre Bretaigne armorique depuis celuy Conan Meriadec iuſques a ſaint Salomon dernier roy qui mourut tout plain de ſainctete par cruel martyre lan de grace ixc. Le tiers liure fera mencion des ducz de Bretaigne qui en droit de ſouuerainete ont regne en ceſte Bretaigne depuis Alain le grant premier iuſques au duc Pierre Mauclerc enuiron lan mil iic & xiii. Et le iiiie liure contiendra les nomz & aucuns faitz & geſtes des ducz qui depuis celluy temps ont regne iuſques au dernier duc Francoys lequel treſpaſſa enuiron ſur leure au mois de ſeptembre lan de grace mil iiii c iiiixx & viii.

⸿ Aultre diuiſion.


Pour mieulx dreſſer & donner a entendre les temps & les ſaiſons eſquelz les faitz dont nous auons entreprins traicter ſont aduenuz, nous auons a preſuppoſer la diuiſion des ſix eages du monde que les anciens croniqueurs ont par cy deuant diſtinctement partis & diuiſez depuis la formation de Adam iuſques au temps de la loy euangelique ou nous ſommes a preſent, combien que les docteurs ſoient differens quant a leur cottacion & termine, comme nous dirons cy apres. La premiere eage commence a la Le temps de la premiere eage. creation du monde & dure iuſques au deluge de Noe. Et different moult ceulx qui ont proporcionne le temps de ceſt eage car les Hebrieux le limitent & terminent de mil vc lvi ans & les ſoixante dix interpretes, comme recite Yſidore, dient que ceſt eage dura deux mille iic xlii ans. Le ſecond eage commencaDu ſecond eage. au deluge & dura iuſques a la natiuite d Abraham. Ceſt aſſauoir, ſelon la verite hebraique, iic iiiixx & xii ans & ſelon les lxx interpretes ixc xiii ans. La troyſieſme commencaDu tiers eage. a la natiuite d Abraham & dura iuſques au commencement du regne de Dauid, qui contient ſelon les Hebrieux ixc xli ans, & ſelon les interpretes ixc xl ans. Du iiii eage.La iiiie aage commenca au regne de Dauid & dura iuſques a la tranſmigracion de Babylone qui contient iiii c iiiixx iiii ans ſelon les Hebrieux & ſelon les lxx interpreteurs contient quatre cens iiiixx v ans. Du cinquieſme eage.La cinquieſme aage commenca a la tranſmigracion de Babilone alors que la cite de Hieruſalem fut deſtruicte & le temple bruſle & dura iuſques a lan de grâce que noſtre Sauueur Jefus naquit, qui font v c iiiixx x ans. Et lors commenca le Le commencement de la vie eage.vie eage qui durera iuſques au iour du grant iugement. Et les aduentures & choſes aduenues nous les conterons par les ans des vi premiers eages comme ilz ont eſte cottez par la verite hebraicque & par legliſe, ſelon les ans de chacune des cinq premiers eſt la plus aymee & les aultres depuis aduenues ſelon lan de grace ainſy que par eſcript lauons trouue & trouuerons.



Bouchart - Les grandes croniques de Bretaigne composées en 1514 - page 8.png
Cy commence le Premier Liure de ceſte Cronique.


⸿ En quelz temps les quatre principalles monarchies du monde prindrent leurs commencemens.


Les anciennes hiſtoires nous recitent que entre les principaultez du monde y a eu quatre monarchies empires ou royaulmes qui ont eſte en leurs temps exaulcez & grans par ſur toutes aultres ſeigneuries. La ſituacion des quatre principalles monarchies de la terre du temps de leur commencement.Et furent aſſiz es quatre principalles parties de la terre. Ceſtaſſauoir, Babilonne es parties orientalles, qui eſt ſelon ſainf Hieroſme la principalle cite des Caldeens & des Aſſyriens. Et fut ce regne commence vers la fin de la seconde eage qui lors finiſſoit le regne de Nynus. Et dura ce regne xi cens lxiii ans & iuſques a la fin du vicieux & lubricque Sardanapalus que Arbatus roy des Medes deſtruiſit. Et ny a en ce lieu de Babilonne a prefent que des cerfz & beſtes monſtrueuſes. Et en la meſme annee que ce royaulme & monarchie de Babilonne fut deſtruicte par Arbatus, Romme commenca a eſtre fondee & edifiee. Puis apres auons Cartaige es parties meridionales qui print ſon commencement au temps que les iuges gouuernoient le peuple d Iſrael & que Tholas iuge regnoit & iugeoit le peuple d Iſrael en Samir, lan de la iiie eage viilxxv, MacedoneMacedone. es parties ſeptentrionalles qui print ſon commencement de Alexandre le grant au temps des Machabees qui fut lan de la ve eage ii cens cinquantieſme, & RommeRomme. es parties occidentalles qui print ſon commencement de Romulus, qui fut au temps de Ezechias roy de Iudee l’an iicxxii de la iiiie eage. De ces quatre empires ou royaulmes, les deuxieſme & troiſieſme ont eſte les moindres & de plus brieue duree, & les premier & iiiie ont eſte les plus grans tant de puiſſance que de duree.

⸿ De la premiere fondacion de Troye // en quel temps elle fut deſtruicte // de la naiſſance de Brutus premier Breton // comme il tua ſon pere & ſa mere & comme les Troyens le firent leur duc.


Au temps que Saturne vint de Crete en Italie ou ia auoit regne, Janus ſeul roy, que fut ſelon Euſebe lan vic cinquantieſme de la tierce eage, La premiere fondacion de Troye par Tros roy de Dardanie.Tros roy de Dardanie fonda en Aſie vne cite de merueilleux edifice quil appella Troye. En ceſte cite Tros regna par quelque temps & apres luy Laomedon ſon filz. Laomedon fut tue & delaiſſa filz & fille. Et fut Troye deſtruite au temps de Laomedon. Priam fut ſon filz qui reédiffia Troye & Exionne fut ſa fille. Les Grecz enleuerent Exionne a la premiere deſtruction, dont guerres merueilleuſes ſe meurent : pour ce que en reſcompence Paris rauit Helene. De ceſte malediction fut pour la derniere foiz Troie deſtruicte entierement qui nauoit proſpere depuis ſa premiere fondacion que cent iiii vingz cinq ans. Et fut ceſte captive & derniere deſtruction lan troiſieſme que Abdon Thecuites iugeoit en effrain le peuple d Iſrael. Les Troyens qui lors eſtoient la plus noble generation de la terre furent eſpars par le monde en diuers lieux & voirrons cy apres a laide de Dieu que deLes Bretons bretonnants parlent le langaige de Troye. ce peuple de Troye ſont yſſuz les Bretons de noſtre Bretaigne armoricque, auſſi leur langage breton eſt le vray & ancien langage de Troye comme iay leu en aulcunes hiſtoires. ix ans apres ceſte deſtruction que lors Cartaige fut premierement fondee, Aſcanius filz de Enee qui de Troye eſtoit venu en Italie euſt ung filz nomme Siluius. Ce Siluius apres la mort de Aſcanius regna en Italie. Siluius eut a femme vne ieune dame qui fut niepce de la belle royne Lauine fille du roy latin. Ceſte dame fut bien toſt groſſe denfant. Siluius ſon mary voulut par les magiciens ſauoir ſi ſa femme portoit filz ou fille. Si luy declarerent que elle portoit vng filz qui occiroit ſon pere & ſa mere, puys apres paruiendroit a grans honneurs & haulteſſes. Brutus eſt naſqui.La mere enfanta ſon filz & en lenfantant elle treſpaſſa, tant fut trauaillee de douleurs. Lenfant euſt a nom Brutus lequel Brutus paruenu a laage de xv ans, ainſy quil ſuiuoit Siluius ſon pere es foreſtz ou ilz chaſſoient aux beſtes ſauuaiges, il auoit ſon arc entaiſe, euidant aſligner vne beſte il attaignit ſon pere ſoubz la mamelle dont Brutus fiſt mourir ſon pere & ſa mere.il mourut ſur le lieu. Et pour ce il apparut clerement que les magiciens auoient veritablement pronoſtique de luy, puys quil tua ſon pere & ſa mere. Et pour cauſe de telz parricides lenfant Brutus fut tellement en la haine de ſes parens que il fut contrainct de laiſſer le pays de Ytalie & Brutus ſenfuyt en Grece.ſen fuyr en Grece & la trouua Brutus en vne ville & cite de Grece pluſieurs Troyens de la lignee de Priam iadis roy de Troye qui eſtoient detenuz priſonniers soubz la puyſſance & auctorite de Pandraſus roy.Pandraſus lvn des roys de Grece ſeigneur de celle cite. Brutus conuerſoit auec eulx & les frequentoit ſouuent & eſtoit ſi vertueux en faitz de cheualerie que il eſtoit ayme de touz les princes du pays plus que nul autre de ſon aage. Les Troyens qui eſtoient priſonniers en celles parties eſtoient en moult grant nombre. Si prierent Brutus quil luy pluſt les deliurer de la priſon ou ilz eſtoient, ce quil pouoit faire facillement car ilz eſtoient ia en la ville, tant priſonniers que autres gens des parties de Troye qui ſe y eſtoient renduz, vii mille hommes ſans les femmes & enfans. En icelle ville y auoit vng ieune cheualier grec nomme Aſſaracus qui eſtoit filz dune Troyenne. A celle cauſe auoit moult grant deſir que les Troyens feuſſent deliurez des priſons & de la ſeruitudc de Pandraſus. Et auoit Aſſaracus pluſieurs villes & chaſteaulx es enuirons. Brutus ſe acoincta de luy & promiſt aux Troyens les deliurer des priſons de Pandraſus. Les Troyens capitaines en Grece firent Brutus leur duc.Et en lendroit les Troyens le firent leur duc. Ce fait Brutus miſt force de Troyens qui n’eſtoient pas priſonniers en garniſon es villes & cites d Aſſaracus. Et le ſurplus leur fiſt tenir les boys & foreſtz. Et puis apres il eſcripuit au roy Pandraſus comment il le prioit que il voulſiſt mectre hors de captiuite les Troyens quil detenoit en ſes priſons, & par miſericorde leur reſtituer leur liberte.

⸿ Comment Brutus print ſe roy Pandraſus en bataille & comment il eſpouſa Ygnogen ſa fille.


Pandrasus fut moult indigne de lentrepriſe des Troyens & voulut courir ſur contre ceulx qui tenoient les boys & contre ceulx que Brutus auoit mis es garniſons. Mais Brutus acompaigne de troys mille hommes en armes vint au deuant & luy bailla la bataille tellement que Pandraſus avec ſes Grecz fut deffaict & ſen fuirent, & fut Pandraſus contrainct pour ſauluer ſa perſonne paſſer le fleuue de Alralon qui eſtoit ioignant leur bataille au quel fleuue pluſieurs Grecz furent noyez pour haſte deulx en fuyr. Brutus porſuyuit tellement ſa fortune quil print le roy Pandraſus & ſon frere Anacletus & furent ſes priſonniers. Et par traicte de paix faicte entre eulx les Troycns recouuererent leur liberte & Le mariage de Brutus & de Ygnogen fille du roy Pandraſusfut faict le mariage de Brutus & de Ygnogen fille dudict roy Pandraſus car aultrement Pandraſus euſt eſte mis a mort. Au bien duquel mariage le roy Pandraſus leur donna moult grant nombre de treſors & richeſſes & leur donna entre autres biens troys cens nauires aduitaillez leſquelz Brutus equipa de Troyens a bien grant nombre, car il tendoit a paſſer la mer auec ſes Troyens pour conquerir royaulmes & pays nouueaux.

⸿ Comment Brutus & Ygnogen ſa femme paſſerent la mer & deſcendirent en la riuiere de Loire a ſainct Nazare.


Brutus print congie de ſon beau pere Pandraſus & entra en ſes nauires auecque ſa femme Ygnogen & ſes Troyens, miſt de ſes nauires les voilles au vent, tirant a laduenture par la mer ſur les parties meridionales & apres quilz eurent paſſe pluſieurs dangiers & perilz ilz deſcendirent es parties des Maures ou ilz auitaillerent leurs nauires des viures dont meſtier auoient. Et puis ſe miſdrent encores ſur mer a trauers les collunnes de Hercules & vindrent en la mer de Tyr & iouxte les riuaiges de la mer trouuerent quatre generations de gens exillez, yſſuz de Troye la deſtruicte qui auoient ſuyui la fuite de Anthenor deſquelz ung nomme Corineus eſtoit duc & eſtoit homme de tres honorable facunde, de tres prudent & prouffitable conſeil, de grant corſaige, plein de vertu & de audace. Corineus & ſes Troyens ſe ioignirent a BrutusCorineus & ſes gens acompaignerent Brutus & furent les gens dicelluy Corineus nommez Cornubiais leſquelz aidoient a Brutus en tout ce qu’ilz pouoient. Brutus & Corineus se miſdrent ſur la mer enſemble & ſinglerent tant qu’ilz vindrent a lentree de la riuiere de Loire ou a preſent eſt ſainct Nazare, y ficherent leurs ancres & y furent par vii iours a lancre puis apres deſcendirent a terre du coſte du clos de Rais.

⸿ Comment Brutus & Corineus furent combatus par Grofarius roy des Poicteuins & des dix royaulmes des Gaules ſelon aucuns : ou douze ſelon les aultres.


En Acquitaine regnoit lors vng royBrutus & ſes nauires arriverent en loire Grofarius roy de Poitou nomme Grofarius qui eſtoit Poicteuin & eſtoit roy dicelle terre. Il fut aduerti de la venue de Brutus, fi luy fiſt la guerre, en laquelle guerre y eut pluſieurs beaux faictz darmes dune part & daultre : mais Grofarius ny peuſt pas longuement reſiſter & fut contrainct a ſen fuir plus auant es aultres parties de Gaule par deuers ſes parens & aliez. Et eſt aſſauoir que pour lors y auoit es parties Es Gaules y auoit lors dix ou douze royaumes.de Gaule dix royaulmes ſelon Vincent ou douze ſelon la Martiniane. Chacun roy auoit ſon royaulme a part. En ceſte conqueſte Brutus recouura pluſieurs richeſſes dont il diſtribua partie a ceulx de ſa compagnie & le ſurplus miſt en ſes nauires & bruſla tout le pays de Poictou villes & maiſons.

⸿ Comment Brutus tira ſon armee cinquante lieues long la riuiere de Loyre : & y fiſt faire ung fort chaſteau quil nomma Tours.


Quant Brutus eut paracheue de gaſter le pais d’Aquitaine & de Poictou il tira ſon armee par terre contremont la riuiere de Loire enuiron cent dix mil pas & auoit Brutus en ſa compaignee vng ſien nepueu nomme Turnus qui eſtoit moult preux & hardi. Trouuerent ſur la riuiere ung lieu qui leur ſembla moult conuenable pour eulx fortifier : car ilz craiguoient que Grofarius ſe feuſt ralie, comme il fiſt, auec les aultres princes ſes voiſins & parens pour courir ſus a Brutus, & pour tenir ſon camp Brutus fiſt en ce lieu vng fort chaſteau quil fiſt fortifier moult grandement.

⸿ De la mort de Turnus nepueu de Brutus & comme le chaſteau ou il fut mis en terre fut appelle Tours.


Grofarius auec pluſieurs gens de guerre ſes aliez des parties des Gaules vint aſſaillir Brutus & laſſiegea en ſon chaſteau & Grofarius y tint le ſiege par quelque eſpace de temps. Touteffoys Brutus & Corineus qui eſtoient dedens la place delibererent que vne nuyct Corineus ſortiroit auecques trois mil Cornubiais par vne ſecrete porte de leur nouueau chaſteau du coſte dont les aſſaillans neſtoient & ce muceroient es foreſtz denuiron. Ce quilz firent. Et au matin Brutus ſaillit dvne aultre part auecques bon nombre de gens hors de ce chaſteau ſur Groffarius & ſes gens, leſquelz par ce moyen ſe trouuerent en telle neceſſite que Groffarius apres la bataille qui fut moult aſpre & dure fut contraint de leuer ſon ſiege & ſ’en fuir. Turnus le troyen nepueu de Brutus fiſt en ceſte bataille de plus beaux faictz darmes que nulz aultres quelzconques apres Corineus. Et dict le bruit, que Turnus de ſon eſpee occiſt celuy iour ſix cens hommes des gens de Grofarius. Turnus eſt occis en bataille.Touteffoys il y fut occis par les Gaulois dont Brutus ſon oncle & le ſurplus des Troyens menerent moult grant dueil. Le corps de luy fut ſelon la maniere des Troyens haultement enſepulture & mis en ce chaſteau, lequel a celle cauſe fut deſlors & de ſon nom appelle Tours & eſt le lieu ou la ville de Tours eſt a preſent.

⸿ Comment Brutus conquiſt liſle d Albion & lappella Bretaigne.


Brutus fut moult dolent de la perte de Turnus ſon nepueu & de pluſieurs de ſes gens qui furent tuez en ceſte guerre & pour ſauluer le demeurant ſe retira en ces nauires leſquelles il fiſt mectre en mer & tira es parties de liſle d Albion ou il arriua & trouua icelle iſle habitee de geans leſquelz Brutus deſcend en liſle d Albion la conquiſt & la nomma Bretaigne.il combatit & chaſſa hors du pais & ſubmiſt liſle en ſon obeiſſance, ſen fiſt couronner roy, & la fiſt appeler Bretaigne affin que a iamais il fuſt memoire de ſon nom : & eſt liſle qui eſt a preſent appellee Angleterre. Et eſtoit tout le pais d Eſcoſſe des deppendences d Albion & de la conqueſte de Brutus. Ceſte iſle fut Albion appellee pour les blancs rochers dont elle eſtoit auironnee. Brutus fiſt edifier ſur la riuiere de la Tamiſe une cite qu’il nomma la neuue Troye qui depuis fut appellee Ternouatum & eſt a preſent appellee Londres. Volateranus dict que liſle fut appellee Albion de la fille du roy de Syrie nommee Albine pour ce que elle & xxxii de ſes ſeurs elles tuerent leurs maritz en Syrie & leur pere les dechaſſa & relega en icelle iſle. Depuis elles prindrent des maritz dont elles eurent des enfans qui furent geans & de celle Albine fut liſle appellee Albion. Et y a quelque hiſtoire qui contient que incontinent que Brutus fut a terre deſcendu, une petite beſtelette blanche de la forme dune muſtelle que on appelle ermine ſaparut a luy & ſe miſt ſur ſa tergette et ſy tint quelque peu de temps. Et a celle cauſe print deſlors Brutus lermine pour fes armes. Touteffoys aultres ont voulu dire que le roy Artus le preux print les armines en ſes armes pour ce que miraculeuſement la Vierge Marie mere de Dieu ſe apparut a luy ainſi quil combatoit vng payen en liſle de Paris, comme il ſera cy apres recite. Enuiron celluy temps regnoit en Iſrael Dauid roy & prophete. Veniſe & Padoue furent fondees lors. Et en Italie regnoit le roy Latinus Siluius qui compoſa les rigles du latin.

⸿ Du partaige que Brutus fiſt a Corineus.


Brutus après quil fuſt paiſible roy departit a Corineus certaine porcion de ceſte terre a eſtre tenue de luy a tiltre de duche, en laquelle portion ſe tira Corineus auecques ſes gens & fiſt appeller ceſte porcion Cornoaille affin quil fuſt a iamais memoire de ſon nom & auſſi pour ce que le pais eſt ſitue en vne des cornes de liſle de Bretaigne. Et poſſida Brutus liſle de Bretaigne comme roy par le temps de xxiiii ans, comme recite Vincent au xviie liure vie chapiſtre de ſon Speculaire hiſtorial.

⸿ De la mort de Brutus & comment apres ſa mort ſes troys filz partirent le royaulme de Bretaigne.


Apres que Brutus euſt poſſide ce royaulme de Bretaigne par leſpace de xxiiii ans, Brutus treſpassa & laiſſa trois filz : Locrius, Camber, Albanatus il treſpasſſa & delaiſſa troys filz de luy & Ygnogen ſa femme. Le premier fut nomme Locrius, le ii Canber & le iii Albanatus : ces troys freres partirent entre eulx Bretaigne : Locrius filz aiſne qui eſpouſa Gnendolenne fille de Lorinus, pour ſon droit dainſneſſe en euſt la moitie. Camber le ii filz en euſt vne quarte partie qui fut appellee Cambrie que lon appelle a preſent Galles. Et Albanatus tiers filz lautre quarte partie laquelle il appella Albanye & eſt a preſent le pais d Eſcoce.

⸿ Comment Humber roy des Hunes deſcendit & fiſt la guerre en Eſcoce.


Peu de temps apres que ces troys freres eurent departi ce royaulme & que chacun fuſt demourant & regnant en ſa partie le roy des Hunes appelle HumberHumber roy des Hunes defcendit a puiſſance darmes en Eſcoce qui eſtoit la porcion dont Albanatus dernier filz de Brutus eſtoit roy. Albanatus aſſembla soubdainement gens darmes eſcoſſoys pour combatre mais peu luy valut, car des la premiere bataille que Humber luy bailla, Albanatus fut occis & ſes Eſcoſſoys mis en fuite, & pour auoir aide & ſecours a recouurer leur pays les Eſcoſſoys apres la mort de leur roy Albanatus ſe retirerent par deuers le roy Locrius ſon frere. Locrius ſe miſt en armes : auſſi fiſt ſon frere Camber, a tout grant nombre de gens de guerre tant a pie que a cheual tirerent au champs & rencontrerent le roy Humber auecques ſes Hunoys & ſe rengerent en bataille les vngz contre les aultres iouxte vne riuiere en Eſcoce, & frapperent tellement dedens que le roy Humber fut contrainct de prendre la fuite a trauers la riuiere en laquelleHumber ceſt noye il ſe noya : & des lors apres fut ceſte riuiere appelle le Humbre, a cauſe de ce que le roy Humber ſe y eſtoit noye : auſſi y furent noyez pluſieurs de ſes gens qui paſſer ne la peurent les autres furent partie deux occis & partie mis en fuite.

⸿ Comment Gnendolenne ducheſſe de Cornoaille liura la bataille au roy Locrius ſon mary en laquelle il fut occis.


Corineus duc de Cornoaille auoit vne tres belle fille nommee Gnendolenne, laquelle, comme il eſt diſt deuant, Locrius roy de Bretaigne filz aiſne de Brutus, eſpouſa & en euſt vng filz qui fut nomme Madan. Bien toſt apres que ce filz Madan naſquit, Corineus ſon ayeul treſpaſſa & apres ſa mort Locrius repudia ſa femme Gnendolenne, & fut pour lamour & affection orde & deſhonnefte quil auoit a vne ieune dame de Germanie nommee Arſtilde de laquelle il auoit entretenue & depuis la print à femme. Gnendolenne qui ſe veoit ainſi habandonnee de ſon mary ſe retira en Cornoaille dont elle eſtoit dame par le treſpas de ſon pere & miſt ſuz moult grant nombre de gens darmes de Cornoaille & vint donner la bataille a Locrius ſonGnendolenne occiſt Locrius ſon mary en bataille mary, & tellement fut Locrius aſſailly que il fut occis en celle bataille & ſes gens furent mis en fuite partie deux & autre partie occis. Quant Madan filz de Locrius & de Gnendollenne fut en cage on le fiſt roy de Bretaigne par ordonnance de ſa mere.

⸿ De pluſieurs roys de Bretaigne qui peu de temps y regnerent lvn apres lautre.


Apres que Madan euſt regneMadan roy de Bretaigne par quarante ans roy de Bretaigne il treſpaſſa & delaiſſa deux filz : lvn eſtoit Mempricius & lautre Malin. Ces deux icy apres la mort de leur pere eurent enſemble moult dure guerre lun contre lautre pour ce que chacun deux vouloit eſtre ſeul roy & finablement Mempricius fiſt en trahiſon tuer ſon frere Malin. A celle cauſe il demoura ſeul roy. Mempricius roy eut vng filz nomme Hebranc qui fut roy de Bretaigne après la mort de ſon pere. Ce Hebrane fut moult cheualereux. Il paſſa la mer auecques moult grant oſt de gens de guerre & deſcendit es Gaulles & y fiſt moult de dommages, & puis ſen retourna en ſon iſle de Bretaigne & depuis ſon retour il fonda & fiſt edifier vne cite oultre le fleuue de Humbre quil appella Kaerbrant, qui vault a dire en langaige francois ville de Hebrane & puis treſpaſſa. Il laiſſa ſon royaulme a ſon filz aiſne nomme Brutus, Brutus ſecond de ce nom fut roy de Bretaigne & eut vng filz nomme Leyr, lequel Leyr fut tellement inutille que par ſa negligence & ocioſite il fut en danger deſtre deiecte hors de ſon royaulme & de perdre nom & couronne de roy & finablement fut contrainct des ſon viuant de faire couronner ſon filz Rudibras roy de Bretaigne. Rudibras regna par long temps & après ſa mort du roy Baldud ſon filz.

¶ De Baldud roy de Bretaigne qui fut nicromancien & de ſes enfans.


Baldud fut roy de Bretaigne & fut moult ingenieux & de fubtil eſperit. Il eſtoit grandememt expert en lart de nicromancie. En celuy temps ſelon Agellius fleuriſſoit Talcs Mileſius qui fut le Lurt <lc premier plùficicn pirilofophc. Vin lors NabunicromniKic. codonofor roy de Dnbilonuc lequel fut aufli roy des Adiricns. Nicroinancic eft vng art de deui- nemens qui fc faift par les corps des mors, qui par cnchantcmens fcmblcnt eftrc reflufeites & rcfpondcnt aux intcrrogacious que on leur faiift & pour ce faire prennent les nicromancicus du fnng liunia’m & le mixtionnent aucc de Icuic & puis eu efcriucnt leurs conturneions dîabu- licqucs, car pour 1.1 couleur de Icnuc qui cil tainclc de fang humain les diables font plus facillcnicnt prouocqitcz Ik incline;: a eux mettre dedans ces corps mors & les font balbucier & parler. Les diables ayment mault le fang humain après quil eft efp.mdu, comme récite Ylïdorc au viii* Hure ixB cbnpiftre des clhhnologies & Vincent de Heauuoys ou xl liurc sxvi’ clin- piftre du miroiter doflrhial. De cette damnee icicncc lilt le roy Balduc peupler l’on rovaulme

et a la fin mourut miſerablement. En celuy temps regnerent en Perſe pluſieurs roys & monarches lvn apres lautre ceſt aſſauoir Darius, Cyrus, Cambices, Ereneides & Darius Itaſpis, qui tous furent enchanteurs comme fut Baldus.

¶ Comment le roy Leyr delaiſſa ſon royaulme a ſes deuy filles & deſherita fa tierce dont il fiſt grande fofie.


Leyr filz de Balduc fut roy de Bretaigne deuxieſme de ce nom & regna par xl ans en grande prudence & proſperite iuſques vers la fin de ſon eage ou le ſens luy dcfTaillit. Il nauoit point de filz, mais auoit trois filles. Lvne fut Gonorcillc, la îi Riigau & la dernière Conlcillc. Vng iour en deuifant nuecques fes trois filles il leur de- manda combien elles le aymoient. Gonoreillc Se Ragnu qui eftoient les deux premières luy reſpondirent que elles laymoicnt connue leurs propres aines & la tierce congnoin’ant que ce vieillart cftoït deceu pour la flaterie de ſes deux feurs refpondit plus fngement & dit : ie tayme comme mon pere car tant que tu as tu vaulx & autant ic tayme. De ceſte reſponce fut le roy Leyr ſi courrouce quil propoſa deſheriter Corileille fi dernière fille Se maria laiſnee a Malganus roy dAtbanyc & la dcuxicfme e lînnin roy de Coruoaillc & des lors leur donna fon royaulme n chacune délies. vue moitié h la charge de le nourrir & entretenir félon fon eftat & voulut priucr Cordctllc fa dernière fille de fa fuc- ccfîïon. Toutefoys Aganpus roy de Ncuftrie qui a prefent eft appelle Norniaiulic es parties de Gaulle la voulut auoira femme & parle eonfcil de fes pareils Cardeillc fut enuoyce cv lîi cfpoufc Agnnpus& lieu eu aucunes pofreffions ne douaire mais feuHemcnt le corps de la belle Cordcille.

¶ Comment la derniere fille du roy Leyr le remiſt en ſon rayoulme.


Bien toft après les roys de Albanye & de Cornoaille, par linduction de leurs femmes filles du roy Leyr traicterent leur perc fi très mal quil fut contrainct paſſer la mer & venir a refuge en Neuſtrie par deuers Cordeille ſa dernière fille & deuers le roy Aganpus ſon mary leſquelz le recueillirent moult honorablement. Et apres quil leur euſt remonſtre lingratitude de ſes deux autres filles, le roy Aganpus enuoya par toutes les parties eſquelles il auoit aliances pour auoir gens darmes, & aſſembla moult grant oſt dont il bailla la conduicte a ſa femme & au roy Leyr; car pour ce que Aganpus eſtoit mal aiſe de ſon corps il ne pouoit voyager. Leyr & ſa fille Cordeille paſſerent la mer & defeendirent en Bretaigne auecques ceſte armee : & tellement combatirent que ilz eurent la victoire & demoura Leyr roy comme deuant par la proeſſe de ſa fille Cordcillc laquelle il auoit au commencement la moins aymée. Et trois iours apres ceſte victoire le roy Leyr treſpaſſa. Et bien toſt après treſpaſſa ſemblablement Agampus roy de Neuſtrie dont ſa femme Cordeille fut moult dolente car elle auoit perdu ſon pere & ſon mary. Touteffois elle porta ceſte fortune paciemment, tant par ce que les douleurs ainſi extremes des dames diceluy temps neſtoient de gueres longue duree, que auſſi par ce quelle demoura royne paiſible du royaulme de la grant Bretaigne dont elle auoit auparauant eſté deſheritee, & y regna par le temps de cinq ans paiſible, car les roys Malganus & Ennin maritz de ſes deux ſeurs eſtoient lors treſpaſſez, leſquelz delaiſſerent deux ieunes enfans Maryanus qui filz eſtoit de Malganus & Cymedage filz du roy Ennin.

Comme Marianus & Cymedage firent mourir en priſon la royne Cordeille leur tante.


C{{sc[es}} enffans icy Marianus & Cymcdage furent conſeillez de eux mettre eu armes pour courir ſus à leur tante Cordeillc qui le royaulme occupoit & pour ce faire aſſemblerent gens darmes a puiſſance, & tellement aſſaillirent la royne Cordeille quilz la prindrent & la miſdrent en dure & eſtroicte priſon, & puis après deſpartirent le royaulme entre eulx. Marianus eut la porcion qui eſt oultre le fleuue de Humbre

vers Cathaualie & Cymcdage filz du roy Hniiin eut huître partie qui cil deuers occident & chacun tint la porcion en ttltre de roy. Leur taille la rovue Cordcillc qui prilbuuierc cftoït le veoit toute forclofe defperance. A celle canfe tumba en vue telle trilieflc que maladie la lurprint dont elle mourut en prifon. Bu ce ConkillL temps regnoit Sardanapalus roy des Altiriens meun en lequel tout vicieux & cllemine par les conti- ^J" «u nuelles frequentacioiis des femmes dont ilz t|TcmînL n»veftoit les robes et aucc elles lîlloit, fut par fcs dcs Ailiricn"’ valîiuilx allâilly & par defpît dculx fe brulla fc l«niH.i. miferablenieut. Peu de temps après que la royne Cordeille full trefpalfee, ces deux coulins ii germains icy Marianus &: Cymedage par nianuais amlctl vouUircnt uultrager lvn lautre, & tellement procéda celle liainc que Cymcdage onltragea Marianus & luy fin foufirir plulieurs ilovilcurs & iribulncions dont il fut par mort )̃• deliurc & quitte, en enfuytiant lauctoritc de lapollre qui dit en la vic epîllre quil cfcript a ceulx île Rommc, que la mort crt la lin de tous maulx. Et par cette mort denonce Cymedage roy paiſible, lequel regna par le temps de xxxiiii ans roy de Bretaigne. En ce temps eſtoit Romulus roy des Romains qui fonda la cite de Romme.

Comment les Bretons tindrent leur roy ſa femme & ſes enfans.


De Rouualon yſſit Gurgucius. De Gurgucius fut filz Sicilius, leſquelz furent roys de Bretaigne lvn apres lautre. Et pour ce que alors que Sicilius treſpaſſa, il lailla vng filz nomme Kaymarius qui eſtoit eage de troys moys. Le nepueu de Gurgucius nomme Iago fut roy & ſa vie durant il occupa le royaulme & après ſa mort Kaymarius filz de Sicilius fut couronne roy de Bretaigne. Et a Kaymarius ſucceda ſon filz Gordebugo. Ce Gordebugo roy de Bretaigne eſpouſa vnc dame nommée Nydor dont il euſt deux filz : lvn eſtoit nomme Ferrex & lautre Porrex. Ces deux filz icy des le viuaut de leur pere voulurent oultrager lvn lautre. La mère ſupportoit laffaire de Ferrex laiſne. Touteffoys Porrex oultragea lourdement ſon frère dont la mere fut cy tres courroucee que de ſa propre main elle occiſt ſon dernier filz Porrex & le tua en traiſon. De ceſte diuiſion le peuple de Bretaigne fut cy tres ſcandalize & eſmu quilz occirent pere & mere & enfans : & puis les ſeigneurs du pays ſe bendirent les vngs contre les aultres ſur le deſbat de ceſte couronne, tellement que en vne meſme ſaiſon il y euſt en Bretaigne cinq roys tous enſemble regnans & faiſans la guerre lvn a lautre. Et dura ceſte diuiſion par bien long temps, durant laquelle deux de ces cinq roys furent occis & ny en demoura plus que troys : Statcrius roy dEſcoce, Ruduacus roy de Galles & Pynube roy de Begrie qui menoient lvn a lautre dure guerre & chacun deulx ſe diſoit roy de Bretaigne.

De Donnalon roy de Bretaigne & des foly quil eſtabliſt dont ſon uſe a preſent.


Pendant ceſte cruelle diuiſion ſuruint vng preux & hardy cheualier nomme Donnalon qui filz eſtoit de Clotem roy de Cornoaille. Et pour ce que lon dict communement quil neſt peſcher que en eaue trouble, ce cheualier Donnalon durant le temps de ces diuiſions aſſembla moult grant armée iuſques a xxx mille hommes de guerre & va tellement affaillir ſes autres troys roys lvn apres lautre quil les occiſt en baſtaille. Et par ce moyen fut Douuallon roy vnivcrfal de Lois Molun- tout le royaulme de Brctnigne. Le roy Douuallincs loti fut moult faigc & grant iufticicr. Il cftablift DotiimlSii aux Bretons les loix Moluntincs dont encores a Donnallon. prefent Ion vfe en Engletcrrc. Il affranchift les temples ik les grans chemins & y ordonna les franclùfes pour tous cas de crime. Il lift plu- fleurs aultres. cftablnTcmcns & louables ordon- Douunllon nanecs que Ion y tient encorcs. Puys trefpafTa mon. à1prcs q^ cuft regne par le temps ,uc xi. ans. Rclimss & II auoit cfpoufc vue dame noinmcc Bugucn Hrcnnus dont yfiircnt deux filz Bellinus & Brennus cnenram île fans du Douuallan & comment ilz partirent déparient iv royaulme. Au roy Douuallou fueccutrent fes rov.niIiHf. deux filz Bciinus & Brcniuis. Icfauclx denartirent le royaume de Brctaigne. A Belinus filz aifne demoura le nom & tiltre de roy auccques les fcigncurics de Loegrie Galles & Cornoaille a Brennus furent aflïgnces les fcigneurics de Nor- [ tombric depuys le ficuue de Humbre iufques a Cnthancfic, a icelles tenir foubz la couronne de Brctaigne qui appartenoit a fon iifne frere Bciinus.

»> C *&? fo 0iKtfc <î"’ fut cntve OScfinw ̃t OSrcnnno, Comment TStcnnw fut top bc ~cno CO/ll/llellt felle IQcec fcs naorba $ bepuye paffetent Ca tijcc i bcfccnbhcnt ce tôanïïee,


Ces deux frères régnèrent en paix & concorde chafeun en fi partie le temps de cinq ans, 6c puis après furcnt a difeord, par ce que Brennus fut conſeille de ſe faire roy en fa fetgneurte, ce que fon frère ne voulut fouffrir & pour telle caufe eurent cnfcmbte guerre mcrucillcufc. Brennus qui fc vcoit le plus foiblc de gens darmes fe milt en vng nauire aucc petit nombre ii de cheunlicrs & defeendit cs parties de Gaulle & (e retira par deuers le roy de Àlabrc, qui a prefent cft appelles la cite de Sens. Le roy de Urunmis Alabre, qui moult clieualereux eftoit, le recueillit Jcfecml es bcnigncmcnt, & fut quelque efpace de temps en Gau"cs a fa court ou il fut chcry par les Scnoys qui ^i^brc roy jc eftoient lors vertueufes gens. Er fut trouuc Sens donne u Brcnnus fi chcualercux que le roy de Alabre fi"c cn m;1* qui vne feule fille auoit luy donna fi fille par mse nrt"mariage, puis luy bailla moult grant oft de "cîourne’cn n gens aucc finances, pour conduire fa guerre, iirctaignc anec Brennus retourna auccques Ces gens darmes en imlflimtcarBretaigne. Son frere Belinus en fut aduerty qui Illlîc’ Laro>ik- fe délibéra de foy deffendre. Ces princes icy fe KSu’sT mifdrent aux champs en fi grande compagnie »rcniiu5 les 4° de gens de guerre que de chacune part y auoit accorde. ̃ lx mil combatans & plus en bataille les vngs contre les aultres. Et alors quilz furent aux champs preftz a combatte leur mere Bugucn fe tyra a la bataille & vint etnbraficr Brennus a Se luy rcmonftra fon oultragc & le grant in- conuenient qui pourroit aducnir par lyflue de cefte mortelle guerre, & autant en dift a fon filz aiſne Belinus : & tellement les preſſa quilz furent daccord, & entre eulx fut paix ferme & iuree dont tous les princes nobles hommes & autres gens de guerre furent tres ioieux. Si ſe retirerent ces deux ſeigneurs auec leur mere en la cite de Troye neufue, & la ſe refraichirent & contenterent de chacune part leurs gens darmes ſans les renuoier.

Peu de temps apres ceſte concorde les deux freres Belinus & Brennus voians la grant multitude de gens darmes quilz auoient aſſemblez qui ſe monttoit a cent ou ſix vings mil combatans prindrent enſemble leur deliberacion de paſſer la mer pour venir conquerir les Gaulles, car Brennus auoit eſte ia aduerty que ſon beau pere le roy de Sens eſtoit mort & que le royaulme luy eſtoit a cauſe de ſa femme aduenu par ſon treſpas, & que la ilz pourroient auoir leur retraicte. Et pour paſſer la mer ilz firent preparer nauires a grande multitude aux portz & haures prouchains des parties des Gaulles.

⸿ Des notables philoſophes qui furent enuiron ce temps.


En celuy temps regnoit roy en Perſe Artaxerſes, ſoubz lequel Eſdras vint en Hieruſalem & Neemyas fut ſoubz luy qui par ſon commandement ediffia la cite de Hieruſalem. Floriſſoient auſſi lors ſelon Euſebe moult de notables philoſophes & autres gens de renommee : ceſt aſſauoir. Anaxagoras, Socrates, Empedocles, Platon, Philoſophes lors regnantsSophocles, Democritus, Gorgias, Zeno, Parmenides & Euripides eſcripueur de tragedies, Protagora ſophiſtique, Epicurus, Diogenes, Pindarus & Leontinus qui fut maiſtre de Socrates, Herodotus de Caldee hiſtoriographe eſtoit ſemblablement lors viuant, & fut au temps d Artaxerſes roy de Perſe qui fut iiii cent vings ans par auant laduenement de noſtre ſaulueur Ieſus. Auſſi fleuriſſoit lors a Athenes Ypocras medecin ſouuerain : & dit auſſi, Gellinus que Ypocras deteſtoit ſouuerainement les voluptez & delectations inutiles : il eſtoit petit en corpulence : de tres belle forme, grant chef, graue & tardif eſtoit a ſe mouuoir : peu parloit, ne mangeoit gueres. Il veſquiſt iiii vings xvi ans. Sainct Ieroſme es queſtions ſur Geneſe dit quil eſt eſcript es liures d Ypocras,Ypocras treſchaſte medecin. que quelque ieune dame fut ſuſpectionnee dadultere pour ce que elle auoit enfante vng tres beau filz qui de riens ne reſembloit a elle ne a ſon mary : ne auſſi a perſonne de leur parente : a celle cauſe la iuftice la voulut pugnir de crime dadultere : Ypocras de ce aduerti, admonneſta le iuge de ſauoir ſi en la chambre de ladicte dame enuiron ſon lit, ſe il ny auoit point aucune pourtraiture ou painture dymage ſemblable audit enfant : & fut trouue que ſi. Et par ce moyen fut la dame deliuree & abſoulſe par le iuge. Yſidore au iiiie liure de ſes etymologie, parlant de luy diſt Apollo premier medecin.Apollo fut premier inuenteur de lart de medecine en Grece : Eſculapius filz de Apollo augmenta la ſcience : mais il fut frape dung coup de fouldre dont il mourut : a ceſte cauſe lart & cure de medecine perit, & fut ceſt art depuis ignore ſans en uſer par cinq cens ans iuſques au temps de Artaxerces que par Ypocras fut la ſcience renouuellee. Ypocras fut excellent philoſophe & medecin. Lon trouue xxiii liures quil a compoſez.

⸿ Comment Bellinus & Brennus conquirent les Gaulles & des chauſſees que Brennus fit faire par les chemins qui encores ſont appellees les chauſſees de Brenault.


Or pour retourner a noſtre hiſtoire, ces deux roys icy Bellinus & Brennus auecques leurs gens de guerre paſſerent la mer & deſcendirent en Neuſtrie, qui a preſent eſt appellee Normandie, & de la en conquerant touſiours pays & prouinces, tirerent a la cite de Sens en laquelle Brennus fut receu comme roy. Tantoſt apres Bellinus & Brennus furent durement aſſaillis par les roys & princes d Armoricque, d Acquictaine, de Neuſtrie & des autres parties des Gaulles. Mais les Bretons & les Senoys ſe deffendirent ſi vertueuſement que le champ leur demoura finablement. Par traict de temps ilz ſoubmiſdrent toutes les Gaulles, tant les pays