Mozilla.svg

Les instruments ajoutés par les modernes aux partitions des maîtres anciens

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


les
INSTRUMENTS AJOUTÉS PAR LES MODERNES
AUX PARTITIONS DES MAÎTRES ANCIENS


· · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

On remarquait dernièrement à l’un des concerts du Conservatoire que, dans le duo de l’Armide de Gluck (Esprits de haine et de rage), les voix étaient très-souvent couvertes par de grands cris de trombones, et perdaient ainsi beaucoup de leur effet. Ces trombones ont été ajoutés à Paris par je ne sais qui, et d’une manière assez plate ; on en a ajouté bien plus encore dans le même ouvrage à Berlin. Or, il n’est pas inutile de dire à ce sujet que, pour Armide comme pour Iphigénie en Aulide, Gluck n’a pas écrit une seule note de trombone. Il ne faut pas répondre que, s’il s’est abstenu d’employer cet instrument dans Armide, c’est qu’il n’y avait pas alors de trombones à l’orchestre de l’Opéra, car ils jouent un grand rôle dans Alceste, il y en a dans Orphée, partitions qui l’une et l’autre furent représentées avant Armide. Il y en a dans Iphigénie en Tauride.

Il est singulier qu’un compositeur, si grand qu’il soit, ne puisse pas écrire son orchestre comme il l’entend, et surtout qu’il ne soit pas libre de s’abstenir de l’emploi de certains instruments quand il le juge convenable. D’illustres maîtres eux-mêmes ont pris maintes fois la liberté de corriger l’instrumentation de leurs prédécesseurs, à qui ils faisaient ainsi l’aumône de leur science et de leur goût. Mozart a instrumenté les oratorios de Handel. La justice divine a voulu que plus tard les opéras de Mozart fussent à leur tour réinstrumentés en Angleterre et qu’on bourrât Figaro et Don Juan de trombones, d’ophicléides et de grosses caisses. Spontini m’avouait un jour avoir ajouté, avec bien de la discrétion il est vrai, des instruments à vent à ceux qui se trouvent déjà dans l’Iphigénie en Tauride de Gluck. Deux ans après, se plaignant avec amertume devant moi des excès de ce genre dont il était témoin, des abominables grossièretés ajoutées à l’orchestre de pauvres morts qui ne pouvaient se défendre contre de telles calomnies, Spontini s’écria : « C’est indigne ! affreux ! Mais on me corrigera donc aussi, moi, quand je serai mort ?… » — Ce à quoi je répondis tristement : « Hélas ! cher maître, vous avez bien corrigé Gluck ! »

Le plus grand symphoniste qui ait jamais existé n’a pas échappé lui-même à ces inqualifiables outrages. Sans compter l’ouverture de Fidelio, trombonisée d’un bout à l’autre en Angleterre, où l’on trouve que Beethoven dans cette ouverture a employé les trombones avec trop de réserve, on a déjà commencé ailleurs à corriger l’instrumentation de la symphonie en ut mineur

Je vous dirai quelque jour, dans un travail spécial, le nom de tous ces ravageurs de chefs-d’œuvre…