Les rues de Paris/D’Assas et Desilles

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bray et Rétaux (tome 1p. 26-31).


D’ASSAS ET DESILLES



I
D’ASSAS.


D’Assas (chevalier), natif du Vigan, était capitaine au régiment d’Auvergne. Pendant la nuit du 15 au 16 octobre 1760, il commandait près de Closter-Camp, en Westphalie, une garde avancée. Sorti vers l’aube pour inspecter les postes, il tomba tout à coup au milieu d’une division ennemie qui se glissait silencieusement à travers les bois pour surprendre l’armée française endormie dans ses campements. Le capitaine d’Assas se voit aussitôt entouré ; les épées et les baïonnettes se croisent sur sa poitrine, en même temps qu’une voix à l’accent impérieux et menaçant murmure à ses oreilles :

— Pas un cri, pas un mot, ou vous êtes mort !

Se taire cependant pour d’Assas c’était compromettre le salut de l’armée française que l’ennemi ne pouvait manquer de surprendre. Le chevalier l’a compris et il n’hésite pas ; d’une voix éclatante qui retentit dans les plus lointaines profondeurs du bois et que l’écho porte soudain aux avant-postes français, il s’écrie :

— À moi, d’Auvergne, voilà l’ennemi !

À l’instant, il tombe la poitrine criblée de blessures, il tombe, mais en tournant les yeux vers le ciel dont la justice ne refuse jamais sa récompense à l’héroïque accomplissement du devoir. Et sur la terre après lui, avec ce magnanime exemple qui égale s’il ne les surpasse les traits les plus sublimes de l’antiquité trop vantée, d’Assas laissait un renom immortel ; car tant que la France sera la France, tant que dans nos armées le patriotisme et le dévouement seront en honneur, le souvenir du héros de Closter-Camp fera palpiter les cœurs généreux.

D’Assas n’avait point de fortune ; une pension de 1,000 livres fut assurée à sa famille. Cette pension, la Révolution, qui parlait si haut de patriotisme, eut l’indignité de la supprimer, mais les terroristes balayés, elle fut rétablie.



II
DESILLES.


Au nom de d’Assas, il nous semble juste d’associer celui de Desilles, beaucoup moins populaire, et qui cependant méritait de conserver la célébrité dont il a joui naguère, mais trop peu de temps. Car le dévouement de Desilles ne fut pas moins admirable, sinon plus admirable que l’héroïsme de d’Assas, puisqu’il fut conseillé par la réflexion, et se produisit dans des circonstances singulièrement difficiles et douloureuses. Comme on l’a dit, plût à Dieu qu’il eût eu alors un plus grand nombre d’imitateurs !

Après la fédération du 14 juillet 1790, l’armée, ce fut le grand malheur de l’époque, se vit travaillée par l’esprit d’insubordination. À Nancy, notamment, la garnison, composée de trois régiments, ceux du Mestre-de-Camp, de Châteauvieux et de Roi-Infanterie, se mit en pleine révolte. Desilles (Antoine-Joseph-Marc), né à Saint-Malo le 7 mars 1767, et par conséquent âgé de vingt-trois ans seulement, était officier dans le dernier de ces régiments, mais absent par suite d’un congé. À peine a-t-il appris ce qui se passe à Nancy que, malgré les larmes de sa mère et de ses sœurs tourmentées de cruels pressentiments, il repart en poste pour sa garnison et vient rejoindre sa compagnie dans l’espérance de la ramener ou de la maintenir dans le devoir, tout au moins d’empêcher les violences et les excès. Le 31 août, le marquis de Bouillé, à la tête de troupes peu nombreuses, mais sur lesquelles il pouvait compter, se présente devant la place. Avant d’en venir à l’ultima ratio, il voulut essayer des négociations qui paraissaient devoir aboutir, lorsque les meneurs, inquiets de voir les dispositions meilleures de la populace et des soldats, s’efforcèrent de raviver la sédition, et par des calomnies et des mensonges, les provoquèrent à commencer les hostilités.

— Feu, feu, sur ces brigands ! balayez-nous cette canaille ! criaient-ils aux artilleurs qui se tenaient mèche allumée devant une pièce chargée à mitraille, tandis qu’on voyait s’avancer, l’arme au bras, croyant tout arrangé, l’avant-garde de Bouillé, composée de gardes nationaux et de Suisses.

Un artilleur, trop docile à la voix des furieux, approche du canon la mèche enflammée, qu’un officier, Desilles, lui arrache des mains, en même temps qu’il se précipite devant la bouche du canon en criant d’une voix vibrante :

— Mes amis, à quoi pensez-vous ? ne tirez pas ! ce sont des braves comme vous, des compatriotes, des frères ! L’Assemblée nationale les envoie ; voulez-vous désobéir, déshonorer notre drapeau ?

Vaines supplications ! on l’arrache violemment du canon, mais il se précipite aussitôt sur une pièce de vingt-quatre à laquelle on allait mettre le feu et s’asseoit sur la lumière en se cramponnant des deux mains au bronze et murmurant :

— Non, non, vous me tuerez plutôt ! Au nom de la France, mes amis, ne permettez pas cette guerre fratricide, impie…

Il n’achève pas. Quatre coups de feu partis de divers côtés, l’atteignent à la fois ! Tombé du canon, foulé aux pieds, menacé par les baïonnettes, il est enlevé tout sanglant par un brave garde national du nom de Hœner, qui lui fait un rempart de son corps. « Cependant, dit Bouillé dans ses Mémoires, les canons partent et jettent par terre cinquante ou soixante hommes de l’avant-garde ; le reste, suivi des grenadiers français, se précipite avec furie sur les canons, ils s’en emparent ainsi que de la porte de Stainville que ces canons défendaient, » et facilitent le passage aux troupes. L’insurrection put ainsi être réprimée.

Cependant le jeune Desilles, transporté dans une maison voisine, vit poser le premier appareil sur ses blessures qu’on jugeait des plus graves, mais non pas peut-être mortelles. Illusion, hélas ! après six semaines de souffrances cruelles, il succomba (17 octobre 1790), consolé du moins sur son lit de douleur par les espérances chrétiennes et par des témoignages universels de sympathie. Le roi Louis XVI lui avait fait remettre la croix de chevalier de Saint-Louis, en même temps que l’Assemblée nationale, par l’organe de son président, lui adressait ses félicitations. De Saint-Malo, pareillement une députation arrivait pour témoigner à Desilles des sentiments de ses compatriotes. D’un bout de la France à l’autre, l’écho faisait retentir son nom, acclamé avec enthousiasme, mais autour duquel bientôt le silence se fit, quand tonnèrent les refrains de la Carmagnole et du Ça ira et que le peuple égaré, frénétique, prodiguant ses bravos à de monstrueuses apothéoses, conduisait un Marat au Panthéon pour le précipiter plus tard à l’égout.

Pour en revenir à Desilles, on regrette que les Mémoires de Bouillé consacrent si peu de lignes à son sublime dévouement.

« Des soldats, qui n’avaient pas suivi leurs drapeaux, se prennent de querelle avec mon avant-garde composée de Suisses. Ils veulent faire feu sur elle de plusieurs pièces de canon chargées à cartouches qu’ils avaient placées à l’entrée de la porte. Un jeune officier du régiment du roi, nommé Desilles, les arrête quelque temps. Il se met devant la bouche du canon, ils l’en arrachent ; il s’assied sur la lumière d’un canon de vingt-quatre, ils le massacrent… »

Et c’est tout, mais ce n’est pas assez assurément ! On a peine à comprendre qu’un ancien chef d’armée passe aussi rapidement, je pourrais dire légèrement, sur ce sublime épisode. On s’étonne que, dominé par je ne sais quelle préoccupation, il n’ait pas eu davantage à cœur de mettre en relief et de glorifier, pour l’exemple, l’héroïsme de ce martyr de l’honneur et de la discipline militaire.

Voici de la même époque à peu près, un trait d’autant plus admirable que son auteur est resté volontairement inconnu.

Un grenadier garde-française sauve de la mort son chef dont le peuple croyait avoir beaucoup à se plaindre.

« Grenadier, quel est ton nom ? demande le duc de Châtelet reconnaissant.

— Colonel, répond le soldat, mon nom est celui de tous mes camarades. Nous nous appelons : le Régiment. »