Les un pin verdoiant

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean Bodel Les un pin verdoiant

Pastourelle[1]

 



I


Les un pin verdoiant
Trovai l’autrier chantant
Pastore et som pastor.
Cele va lui baisant
Et cil li acolant
Par joie et par arnor.
Tornai m’en un destor :
De veoir lor docor
Oi faim et grant talant.
Mout grant pieche de jor
Fui illoc a ssejor
Por veoir lor samblant.
Cele disoit : « o ! a eo ! »
Et Robins disoit : « Dorenlot ! »


II


Grant pieche fui ensi,
Car forment ma belli
Lor gieus a esgarder,
Tant te jo departi
Vi de li son ami
Et ens el bos entrer.
Lors euc talent d’aler
Veus li pour saluer ;
Si m’asis da li,
Pris le a a parler
S’amor a demander,
Mais mot ne respondi.
Ançois disoit : « o ! a eo ! »
Et Robins el bois : « Dorenlot ! »


III


« Tose, je vos requier,
Dones moi un baisier ;
Se ce non, je morrai.
Bien mi poes laissier
Morir sans recovrier
Se iou le baisier n’ai.
Sor sains vos jurrai :
Ja mal ne vos querrai
Ne forcheur destorbier ».
« Vassal, et jel ferai,
Trois fois vos baiserai
Por vos rasohaigier. »
Ele dist : « o ! a eo ! »
Et Robins el bois : « Dorenlot ! »


IV


A cest mot, plus ne dis ;
Entre mes bras le[2] pris,
Baisai le estroitement ;
Mais an conter mespris,
Por les trois en pris sis.
En riant ele dist :
« Vassal, a vo creant
Ai ge fait largemant
Plus ke ne vos promis ;
Or vos pros boinement
Ke me tenes covant,
Si ne me queres pis ».
Cele redist : « o ! a eo ! »
Et Robins el bos : « Dorenlot ! »


V


Li baisier par amors
Me doblerent l’ardor
Et pluz fui destrois.
Par desos moi la tour,
Et la tose ot pauor
Si s’escria trois fois.
Robins oï la vois,
Gautelos et Guifrois
et cistre autre pastor ;
Corant issent del bois
Et je, jabes, m’en vois,
Car la force en fu lor.
Puis n’i ot : « o ! a eo ! »
Robins ne dit puis : « Dorenlot ! »

  1. Extrait du Chansonnier dit de Noailles, f° 85 v°-86 r°, BNF, Français 12615.
  2. Le pronom le désigne ici une femme