Lettres à M. Félix Coudroy/Lettre 20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

◄   23 mai 1845 16 juin 1845   ►

question d’inviter le gouvernement (toujours le gouvernement !) à instituer des chaires d’économie politique. J’ai été chargé de préparer là-dessus quelques idées, c’est un sujet qui me plairait ; mais je me bornerai à ruminer mon opinion, parce que, là comme ailleurs, il y a des amours-propres et des possesseurs qu’il faut ménager. Quant à une association qui me plairait bien mieux, j’attendrai pour en parler que ma traduction ait paru, parce qu’elle pourra y préparer les esprits. Mais, pour s’associer, il faut un principe reconnu ; et je crains bien qu’il ne nous fasse défaut. Je n’ai jamais vu tant de peur de l’absolu, comme si nous ne devions pas laisser à nos adversaires le soin de modérer au besoin notre marche.

À Mugron, je t’expliquerai les raisons qui ne permettent pas de modifier le journal. Au reste, la presse parisienne est maintenant fondée sur les annonces et constituée, sous le rapport financier, sur des bases telles que rien de nouveau n’est possible. Dès lors, il n’y a que l’association et les sacrifices qu’elle seule peut faire qui puissent nous tirer de cette impasse. — Je viens aux choses qui me sont personnelles et t’en parle ouvertement, comme à un ami de cœur, sans fausse modestie. Je crois que l’absence d’aveuglement est un trait qui nous est commun, et je ne crains pas que tu me trouves trop présomptueux.

Mon livre aura trente feuilles, il y en a vingt d’imprimées ; tout sera prêt, j’espère, à la fin du mois. Je n’ai rien changé ou peu de chose à l’introduction que je t’ai lue. La moitié environ paraîtra dans le prochain numéro du Journal des Économistes. L’ignorance des affaires d’Angleterre est telle, même ici, que cet écrit doit, ce me semble, faire quelque impression sur les hommes studieux. Je t’en dirai franchement l’effet.

J’acquiers chaque jour la preuve que les précédents articles ont fait quelque effet. L’éditeur a reçu plusieurs demandes d’abonnement motivées, entre autres une lettre de Nevers qui disait : « Il nous est parvenu deux articles du Moniteur Industriel, qui réfute un article du Journal des Économistes, intitulé : Sophismes. Nous ne connaissons cet écrit que par les citations du Moniteur, mais cela nous suffit pour en avoir une haute opinion ; veuillez nous l’envoyer et nous abonner. » Deux abonnements ont été demandés de Bordeaux. Mais ce qui me fait le plus de plaisir, c’est une conversation que j’ai eue avec M. Raoul Duval, conseiller à la cour de Reims, ville essentiellement prohibitionniste. Il m’a assuré qu’on avait lu à haute voix l’article des tarifs, et qu’à chaque instant les manufacturiers disaient : Mais c’est cela, c’est bien cela, voilà ce qui va nous arriver, il n’y a rien à répondre. Cette scène, mon cher Félix, me signale la route que je devrais suivre. Si je pouvais, je devrais maintenant étudier la situation réelle de nos industries protégées, au flambeau des principes, et pénétrer dans le domaine des faits. M. Guillaumin veut que je passe en revue une douzaine d’autres Sophismes pour les réunir et en faire, à ses frais, une brochure à bon marché qui pourra se répandre.

Il faut que ce soit toi, mon cher Félix, pour que je relate ces faits qui, du reste, me laissent aussi froid que si cela regardait un tiers. J’étais déjà fixé sur mes articles, et ton jugement me servait de garantie suffisante ; seulement je me réjouis qu’il y ait encore quelques autres lecteurs, ce dont je désespérais.

Je te dirai que je suis à peu près décidé à aller toucher la main à Cobden, Fox et Thompson ; la connaissance personnelle de ces hommes pourra nous être utile. J’ai quelque espoir qu’ils me donneront des documents ; en tout cas, je ferai provision de quelques bons ouvrages, et, entre autres, de discours de Fox et Thompson sur d’autres sujets que la liberté commerciale. Si je restais à Paris, je sentirais 16 juin 1845.

Mon cher Félix, je t’annonce que ma Ligue est imprimée ; on est maintenant après l’introduction, et cela ne peut durer plus de huit jours. Il y a donc apparence qu’à la fin du mois, je serai libre de partir pour Londres, et que, le 15 juillet, j’aurai le plaisir de t’embrasser. Demain, je dîne chez Dunoyer avec toute notre secte, Dussard, Reybaud, Fix, Rossi, Say. Je ne fermerai ma lettre qu’après, au cas que j’aie quelque chose à te conter. Dimanche, on me fit une ouverture ; peut-être en sera-t-il question demain. Il y a tant de pour et de contre que je ne saurai jamais me décider sans toi. C’est d’être le directeur du Journal des Économistes. Au point de vue pécuniaire, c’est une misérable