50%.png

Li Romanz des Franceis

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ajouter un fac-similé pour vérification, — comment faire ?
André de Coutances Li Romanz des Franceis

Li Romanz des Franceis



Reis Arflet de Nohundrelande[1]
As boens bevéors saluz mande,
Les autres à maufez commande,
Quer il ne’s prise une alemande.

l.e viel Arflet fu son ancestre
Qui des Guides fu sire et mestre ;
Cil si enbat destre et senestre
Tant qu’il en set quanqu’en puet estre.

Meslre est des ccrveises estales,
Bien les conoist bones et males,
Bien est sire des escales,
Des gestinges et des eruales.

De lui vos di en dreite fei
Que sevent a béu sanz sei,
Et bien est dreit que endreit sei
Ne veut que déchie guersei

Rimé ont de lui li Franceis
Lez le pot où bollent sis peis,
Par icestes méismes leis
S’en volent vengier li Engleis.

Il ont dit que riens n’a valu,
Et donc à Arflet n’a chalu
Que boté fu par Capalu[2]
Li reis Artur en la palu ;

Et que le chat l’ocist de guerre,
Puis passa outre en Engleterre,
Et ne fu pas lenz de conquerre,
Ainz porta corone en la terre ;

Et fu sire de la contrée
Où ont itel fable trovée ;
Mençonge est, Dex le sot, provée :
One greignor ne fu encontrée.

Mès li chaitif, li espové,
Li mal péu, li tart cové,
Li patarin, li endové,
Où ont-il d’autre contrové ?

Trop ont dit d’Artur grant enfance,
Quer Arlu fu de tel puissance
Que Françeis conquist o sa lance :
Mau éritage mist en France.

Bien savon que Bren et Belin[3],
Maximien et Costentin[4]
Furent à Franceis mal veisin,
Et France orent, c’est la fin.

D’Engleterre furent tuit rei,
Chescun conquist France endroit sei,
Chescun en pleis a le bofei,
Le gorgéir et le desrei.

Au rei Artur le deraain,
De celui sommes-nos certain,
Voudrent fère plet, mès en vain ;
Quer il les out bien sor sa main.

Quant de lor orguil s’averti,
Maugré eus toz les converti,
Et le païs acuverti :
Dites se ce est veir parti ?

Jamès n’iert jor que il n’i père ;
Douce ert France, or est amère ;
Mout ourent en Artur dur père,
Sa sorvenue mout compère.

Mout fu Artur proz et corteis ;
Quant out conquis Chartres et Bleis,
Et Orliens el tot Estampeis,
A Paris vint o ses Engleis.

La vile asist, n’en dotez mie ;
Mout out bone chevalerie
El bien estruite et bien garnie,
Si l’a fièrement asallie.

Engleis fièrement asallirent,
Franceis merdement défendirent ;
Au premier assaut se rendirent,
Et hontosement s’en partirent.

A cel partir fu apelée
Paris, ci n’a nul celée,
Qui primes fu Termes nommée,
Et mout ert de grant renommée.

Frolles ert apelé le reis [5]
Qu’Artur conquist o ses Engleis,
Et de Frolles sont dit Franceis
Qui primes eurent non Bailleis.

Frolles, qui de France fu sire,
Ne sout que faire ne que dire ;
Grant mautalent out et grant ire
Franceis manda à un concire.

Li baron l’ont à ce amis
Qui ses messages a tramis
A Artur, si li a pramis
Qu’encor porroient estre amis,

Se de sa terre s’en issist
Que à mout grant tort saisséist,
Et s’il ne la guerpisséist
De batalle le aastéist

Par eus dous, que plus n’i éust,
Eissi le voleit, ce séust ;
Cous rendist qui cous recéust,
Et plus féist qui plus péust.

Artur respondi : « Dex i valle ;
Défendré mei, s’est qui m’asalle
A Paris en l’isle sanz falle
Seit à demein ceste batalle. »

De çà et de là sunt certain
De la batalle à lendemain :
Qui veincra tot, eit en sa main
Les bois, les viles et le plain.

Frolles durement menaça,
De jurer ne s’apereça,
Dex tot par menbres dépeça,
Que Artur mal s’i aproça,

Artur, qui n’out pas cuer de glace,
Preisa mout petit sa menace ;
Mieux l’amast à tenir en place
Que voer Dieu en mi la face.

Artur, qui out granl desierrer,
Se fist matin aparellier,
Lui et Labagu son destrier,
Et se fist en l’isle nagier.

Frolles jusqu’à tierce dormi,
Et lors quant il se desdormi
Endeseétes s’estormi
Com se l’eussent point formi.

Franceis, qui moroient d’ennui,
Li distrent : « Lèverez-vos hui ? »
II dist aol, et de nullui
N’ont François aol fors de lui.

Tot on gesaunt, sanz sei drecier,
Se fist Frolles aparellier ;
D’ilonc sunt Franceis costumier,
Que en gesant se font chaucier.

Ainz que Frolles se fust armez
S’est tierce fiée pasmez ;
Lors fu des Franceis mout blasmet,
Mes il lor dist :«Ne vos tamez ;

Ce me vient de grant hardement :
Mort est Artur veraement. »
Lors les prist toz par serement,
Qu’il tendront son commandement.

« Coment, dist-il, que il m’avienge,
De mes bones mors vos sovienge ;
Mar i aura cil qui Diu crienge
Se léauté à homme lienge.

Cruel séiez à desmesure,
Cruel, fei-mentie, perjure ;
El vostre garder metez cure,
De l’autrui prenez à dreiture.

Àrtur vos voudra del suen tendre,
Prenez-le sanz guerredon rendre,
Ainz vos lessiez ardeir ou pendre
Que le vostre veiez despendre.

De dez séiez boens joeors
Et de Deu bons perjureors,
En autri cort richeeors,
Poi fesanz et boens vanteors.

Acreez, si ne rendés rien,
Haez ceus qui vos ferunt bien ,
Plus ordement vivez que chien,
Et séiez tuit armeneisien. »

Frolles en France mist ces leis ;
Bien le retindrent li Franceis,
Et encor i out-il sordeis ;
Mès je n’en diré or ampleis.

Quant armé fu à quelque paine,
Son mestre chambellenc aceine :
«Va tost, dist-il, et si te paine
Que aie pullente aleine. »

Cil conut bien sa volonté,
Que d’allié s’est démenté,
Plain vessel l’en a présenté
Et il en menja à plenté.

Ne se pout Frolles atenir
Qui! des auz ne féist venir,
Tant por usage maintenir,
Tant por Artur en sus tenir.

Franceis qui devant lui estèrent
D’aler en l’isle le hastèrent,
A quelque paine l’i menèrent :
Laissièrent le, si retornèrcnt.

Frolles remest sor son destrier,
Artur vit venir fort et fier ;
Lors n’out en lui que corrocier
Quant vers lui le vit aprochier.

Andui ès estrius s’afichièrent,
Si que quant il s’entr’aprochèrent
Amedous lor lances bruisèrent
Et lor chevaus s’agenoillèrent.

Frolles acuit à menacier
Et Artur trait le branc d’acier ;
Quant Frolles vit le cop haucier,
A terre se lessa cachier

Et dist : « Merci, Artur, beau sire
Je sui recréant, ne m’ocire. »
Artur ne pout atremper s’ire,
Frolles ocist, n’en puis el dire.

Franceis furent espoenté
Quant lor rei virent graventé,
A Artur se sont présenté
Que d’eus face sa volenté.

Et il qui toz les voleit pendre,
Quant si humblement les vit rendre
Ne vout envers Deu tant mesprendre
Par tote France fist défendre

Que nul ne n’i éust pendu :
Vie et menbre lor a rendu,
En autre sens lor a vendu
Que vers lui se sont défendu ;

Quer il les mist toz en servage
Où encor est tot lor lignage ;
Hoc donna en éritage
Artur, as Franceis, cuvertage.

Franceis en l’isle s’en passèrent,
Lor rei qui mort ert emportèrent,
En un grant feu le cors botèrent
Que por lui ardre alumèrent.

Déables furent en agait
Qui d’enfer ourent le feu trait
Dont il alumèrent l’atrait
Qui por Frolles ardeir fut fait.

Mout out cel feu male ensuiance,
Que d’iloc avient sanz dotance
Qu’encor en art en remenbrance
Del feu d’enfer la gent de France.

De Franceis prist Artur homage,
Et il establi par vitage
Quatre deners de cuvertage
Por raaindre lor cbevetage.

Assez trovent qui lor reconte
Cest hontage, mès rien ne monte,
De ce ne tienent plé ne conte,
Car il ne sevent aveir honte.

Jà Franceis celui n’amera
Qui bien et ennor li fera,
Màs com il plus honi sera
El il deus tanz gorgeiera ;

Quer savez que liu ùesrez,
Jà mar Franceis de rien crerrez :
Se l’querez, jà ne l’troverez ;
Se l’trovez, jà prou n’i aurez.

Quant li Franceis veut cort tenir,
Et il se veut bel contenir,
Deu pain de segle fet venir
Por sei richement contenir ;

Et chescun en est parpartie
Sa droite livreison partie,
La croste se jurent de la mie,
Puis font entre els une aramie,

De sopes faire en la paele,
Qu’il n’i covent autre escuele ;
A trère les jà de berele,
Tel ore est qui n’est mie bele.

Mes il font une autre veisdie,
Ne m’est or lai que ne 1’vos die,
Qu’à traire les n’i ait bondie,
Chescun d’un fil s’asopelie.

Un fil tient chescun en sa main
Tant que il a trempé son pain ;
Si est de sa sope certain
Tant comme il voit son fil sain ;

Mes quant il ront ou il desnoe,
Que Sa soupe deu fil deseroe,
Donc va la chose à mal noe,
Quer chescun dit que ele est soe.

Donc orriez Dex desmembrer,
Ventre, langue, gorge, amenbrer ;
Dieu ne porreit longues durer,
S’il en perout por son jurer.

Sovent a là meinte aatie
Et mainte colée partie ;
Mès il font une autre establie
Qui fet remaindre la folie :

Et il jugent que cil qui a
Icel fil greignor dreit i a ;
Sor sainz jure qui en li a
Cele sope qui deslia.

L’estrif remaint et la meslée
Quant il l’a à soe provée,
Mès mout est sovent esgardée
Et envizée et golosée.

Et quant il mêlent pot à feu,
Lez le pot asicent un queu ;
Lors n’i aureit ne ris ne geu
Se il se parteit de cel leu ;

Trop i poreit mésavenir,
Sagement l’estuet contenir,
Que por le bollon retenir
Li estiet la cullier tenir.

Se li bollon n’alout à droit,
A la char qui cuit mescharroit,
Quer tost fors del pot s’en saudroit
Dès que li bollon l’asaudroit ;

Si l’aveient perdue enfin,
Quer le chat entrereit à fin,
Ou la sori ou le poucin
Enportereit tot le bocin.

A traire la deu pot s’esmaient ;
Et quant ce est qu’il s’i essaient,
Ce ne puet estre que il l’aient
Se tôle l’eue anceis ne traient.

El quant l’eue en est purée,
Chescun aguète, chescun bée,
Chescun fet oreison privée
Que Dex dont qu’ele seit trouvée.

Et quant il trovent cel merel,
Lors sachiez que mout lor est bel ;
Gragnor joie en a eu Hamel
Que outre mer deu feu novel.

Donc est aporté li coteaus,
Si est détrenchié par morseaus
Petit, mès de tel granz seuiaus
Com cels dont l’en giue as mériaus.

S’il avient que non per i ait,
Iloc n’a mie grant déhait,
Quer donc sont li dé avant tret :
Qui Dieu donra plus poinz, si l’ait.

Lor dobliers volent nez tenir,
El c’est légier à avenir,
Quer qui lor mengier veit fenir
De lasté li puet sovenir.

Arflet tesmoigne en son brief
Qu’il menjuent tot lor relief ;
Ce est as poures grant meschief,
Et si apelent de cest grief.

Li chien se plaignent d’autre part
Que quant l’os de la table part,
Tant lor vient mègre et tant à tart
Que de tot le trovent bastart ;

Ou li Franceis l’a tôt mengié,
Ou il l’aura si près rungié
Que quant il li done congié
De néent a le chien paie.

D’iluec vient, nient d’autre nature,
Que il ont blanche endentéure,
Quer le rore de l’os lor cure
Les denz et blanchist et escure.

Quant li Franceis se fet seignier,
Si fet alorner un mengier
Dont nus hom ne doit jà pleidier,
Ne s’en sareit fors els aidier,

S’il ne la vet de lor doutrine :
Vivée en gorge de geline,
Si n’est pas deu tot orfeline,
Quer sel i metent et ferine,

El porriez et oignons et alz,
Et de lorer fère granz salz,
Et de l’escost estorcer chauz

…………

Qui o les Franceis mengena,
A quei que seit, escotera ;
Quer ou al noiz entenciera
Ou des escaloignes fera

Franceis à tôt le mains venir
Por sei richement contenir ;
Quer icel ne puet avenir
Que d’escot se sachent tenir

Tant com en lor contrées seient ;
Mes quant fors en sont, mout gorgeient,
Et à autri table richéent
Et blasment quanque il i véent ;

Et quant il sont en lors ostex,
Si conoisson Franceis à tex,
A tant merdes, à tant avex,
Qu’en les devreit tuer o pex.

André [6] sa chartre fine à tant,
A Paris l’envoie batant ;
Qui la lira seit en estant,
Quer Franceis s’iront mout cresçant

S’ele est sus Petit Pont retraite,
Ou de colée ou de retraite
Ara celui la teste fraite
Qui la lira, s’il ne se gaite.

Mout sera isnel, de prinsaut,
Se en Siene ne fet un saut.
André prent congié, Dex vos saut,
Mes savez qu’en sa chartre faut.



Et qu’il a oblié à dire,
Por ce que il n’en veut mesdire
Ne Franceis del tot desconfire.

Tirenlire est pain en allié
Et o la dousse d’al freié,
Jà Franceis ne sera hétié
Le jor qu’il n’en seit commencié.

Ce est un légier companage
Qui tôt le cors lors asoage ;
Mes jà o Dieu n’ait héritage
Qui primes fist tel mariage.

Andreu a sa chartre finée,
Bien l’ont li Engleis graantée,
Que rien nule n’i ont trovée
Qui ne seit vérité provée ;

Bien l’ont graanté li Flamenc,
Et Borgueignon et Loherenc,
Que prendreige tot à renc,
Mès en vérité vos aprenc

Que Engleis, Breton, Angevin,
Mansel, Gascoign, et Peitevin,
Tienent Andreu à bon devin,
Quer partot dit veir. C’est la fin.

Explicit Arflet.

  1. Roi imaginaire d’Angleterre
  2. Chat monstrueux contre lequel se serait battu Arthur mais les Anglo-Normands disaient qu’Arthur avait tué le chat et les Français le contraire
  3. Fils de Donvalo, roi d’Angleterre
  4. Personnages du Roman de Brut
  5. Roi de France sous les Romains
  6. L’auteur du roman