Li estoires de chiaus qui conquisent Constantinople - Robert de Clari

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

LI ESTOIRES DE


CHIAUS QUI CONQUISENT


Coustantinoble, de Robert


de Clari en Aminois,


chevalier.




Clari-Imp87b.jpg
Clari-Imp3a.jpg


LI ESTOIRES


DE CHIAUS QUI CONQUISENT


COUSTANTINOBLE


Clari-Imp87b.jpg


Chi commenche li prologues de Coustantinoble, comment ele fu prise ; après si orres pourcoi on i ala.


Clari-Imp3b.jpg
l avint en ichel tans que li papes Innocens estoit apostoiles de Rome, et Phelippes rois de Franche, uns autres Phelippes 1 ert qui estoit empereres d’Alemaingne, et le Incarnations estoit de m. et cc. et iii. ans ou iv., que uns prestres estoit, maistres Foukes 2 avoit à nom, qui estoit de Nuelli 3, une parroisse qui est en l'evesquié de Paris. Ichis prestres estoit moult preudons et moult boins clers, et aloit preeschant, par les teres, des crois, et 1199


moult de gens le sîvoient pour chou quil estoit si preudons que Dame Diex faisoit moult grans miracles pour lui, et moult conquist chis prestres d’avoir, à porter en le sainte tere d’outre-mer.

Dénombrement des Croisés (Villeh., iii-vii.)

Clari-Imp4-LetA.jpg
dont si fu croisiés li cuens Thiebaus de Champaingne, et Bauduins, li cuens de Flandres, et Henris ses frères, et Loeis, li cuens de Blois, et Hues, li cuens de Saint Pol, et Symons, li cuens de Monfort, et Guis 4 ses frères. Après, si nommerons les vesques qui y furent : il y fu li vesques Nevelons de Sessons 5 qui moult y fu preudons et vaiUans en tous commans y en tous besoins, et li vesques Warniers de Troies 6, et li vesques de Hanetaist 7 en

f. 100 5°, c. 2.


Alemaingne, et maistres Jehans de Noion 8 qui estoit eslis à estre evesques d’Acre. Et si y fu li abbes de Los 9 en Flandres, qui estoit de maisons de Tordre de Chistiax-, ichis abbes estoit moult sages bons et moult preudons ; et autres abbes et autres clers asses, que nous ne vous savons mie tous nommer. Et des barons qui y furent, nous ne les savons mie tous nommer ; mais une partie vous en savons nous nommer : il y fu d’Aminois, mesires Pierres d’Amiens 10, li biax chevaliers et li preus et li vaillans, et mesires Enguerrans de Bove 11, lui quart de frères : li uns en eust à nom Robers, li autres Hues, et uns clers leurs frères ; Bauduins de Biauveoir 12 Mahiex de Wauslaincort 13, li avoes de Betune 14 et Quenes ses frères, Wistasses de Canteleu 15 Ansiax de Caieu 16, Reniers de Trit 17, Wales de Friuses 18, Girars de Manchicort 19 et Nicholes de Malli 20, Bauduins Cavarom 21, Hues de Biauvais 22 et moult d’autres chevaliers haus hommes qui Flament estoient et d’autres païs, que nous ne vous savons mie tous nommer. Et si y fu mesires Jakes d’Avesnes 23 ; et si y fu de Bourgoune, Œdes de Chanlite 24 et Willames ses frères qui moult eurent de gent en Fost, et si en y eut d’autres asses de Bourgoune que nous ne vous savons mie tous nommer. Et de Champaingne y fu li mareschiax 25 et Ogiers de Saint Cherun 26, et Macaires de Sainte Manehout 27,

f. 101, 2e, c. 1.


et Clarembaus de Chapes 28, et Miles de Braibant 29 : ichist estoient de Champaingne. Après, si y fu li castelains de 1200


Couchi 30, Robers de Rouschoi 31, Mahiex de Monmorenchi 32 qui moult y fut preudons, Raous d’Aunoi 33 et Wautiers ses fix, et Gilles d’Aunoi, Pierres de Braichel 34, li preus chevalier et li hardis et li vaillans, et Hues ses frères : et chist que je vous nomme, ichi estoient de Franche. Et de Biauvesis, et de Chartain y fu Gervaise du Castel 35 et Hervius ses fix, et Oliviers de Rochefort 36 et Pierre d’Alos 37 et Paiens d’Orliens 38 Pierres d’Amiens, boins chevaliers et preus, et qui moult y fist de proesches, et Thumas, uns clers, ses frères, qui canoines estoit d’Amiens 39, Manessiers de Lille 40 en Flandres, Mahiex de Monmorenchi, li castelains de Corbie 41. Or y eut il tant d’autres chevaliers de Franche et de Flandres et de Champaingne et de Bourgoune et d’autres pais que nous ne vous savons mie tous nommer, de vaillans chevaliers et de preus ; et chiaus que nous avons chi nommés, li plus rike homme estoient, et si portoient baniere ; et si n’avons nous mie tous chiaus nommés qui portoient banieres. Et de chiaus qui plus y fisent de proesches et d’armes, de rikes et de povres, vous savons nous nommer une partie : Pierre de Braiechel che fu chis, de povres et de rikes, qui plus y fist de proesches, et Hues ses frères, et Andriex de Dureboise 42 et mesires Pierres d’Amiens li preus et

f. 101 1°, c. 2.


li biaus, et Mahiex de Montmorenchi, et Mahiex de Wauslaincourt, et Bauduins de Biauveoir 43, et Henris, li frères le conte de Flandres, et Jakes d’Avesnes, che furent chil des rikes hommes qui plus y fisent d’armes. Et des povres, Bernars d’Arie 44 et Bernars de Soubrengien 45 Wistasses de Heemont 46 et ses frères, Gillebers de Vime 47, Wales de Friuses, Hues de Biauvais, Robers de Rouschoi, Alars Makereaus 48, Nicholes de Malli, Guis de Manchicort 49, Bauduins de Hamelaincourt 50, Willames d’Embreviie 51, Aleaumes de Clari 52 en Aminois, li clercs, qui moult y fu preus et moult y fist de hardement et de proesches, Aleaumes de Sains 53, Willerames de Fontaines 54. Et chiaus que nous avons ichi nommés, che furent chil qui plus y fisent d’armes et de proesches, et moult d’autres boine gent à cheval et à pié, tant de milliers que nous n’en savons le nombre 55. 1201

Le comte de Champagne est élu chef des Croisés ; il meurt.

Clari-Imp4-LetA.jpg
près, s’asamblerent tout li conte et li haut baron qui croisié estoient. Si mandèrent tous les haus hommes qui croisié estoient, et quant il vinrent tout ensamble 56, si prisent consel entr aus de qui il feroient kievetaine d’aus, et seigneur ; tant qu’il prisent le conte Thiebaut de Champaingne, si en fisent lor seigneur, puis si se départirent ; si s’en ala cascuns en son païs. Et puis ne demora mie granment après, que li cuens Thiebaus morut. (24 mai.) Si laissa l.m. livres as croisiés 57 et à chelui qui après lui seroit kieve-

f. 101 v°, C 1.


taine et sires des croisiés, et à mètre là où li croisié vaurroient. Et si morut ausi maistres Foukes 58, dont che fu moult grans damages avec les croisiés.


Voyage du marquis de Montferrat en France (Villeh., XXVI.)

Clari-Imp5-LetQ.jpg
uant li croisié seurent que li cuens de Champaingne, leur sires, fu mors et maistres Foukes ausi, si en furent moult dolent et moult corchié et moult esmari ; et s’asanlerent à i.jor tout à Sessons, et prisent consel entr’aus que il feroient, et de qui il feroient kievetaine et seigneur d’aus ; tant qu’il s’acorderent entr’aus qu’il envoieroient pour le marchis de Monferras en Lombardie ; il i envolèrent moult boins messages pour lui. Li messages s’apareillierent, si s’en alerent au marchis ; quant il vinrent là, si parlèrent au marchis et si li disent que li baron de Franche le saluoient, et qu’il li mandoient et prioient pour Dieu que il venist parler à aus, a i. jor qu’il li nommèrent. Quant li marchis oï che, si se merveilla moult de chou que li baron de Franche l’avoient mandé ; si resporidi as messages qu’il s’en conseilleroit et lendemain leur lairoit savoir qu’il en vaurroit faire, et fist moult feste des messages. Quant che vint lendemain, si leur dist li marchis qu’il iroit parler à aus à Sessons, à tel jor comme il li avoient nommé. Adont li message prisent congié ; si s’en revinrent, et li marchis leur offri de ses chevax et de ses joiaus, mais il n’en vaurrent nul prendre ; et quant il furent revenu, si fisent savoir as barons qu’il avoient fait. Adont atira li marchis sen oirre, et passa les mons de Mongiu et s’en vint en Franche à Sessons, et fist savoir as barons par 1201

101 v° c. 2.


devant que il venoit, et li baron furent là encontre lui, et fisent 1201 moult grant feste de lui.


Le marquis prend la croix (Villeh, xxvii.)

Clari-Imp7-LetQ2.jpg
uant li marchis fu venus à Sessons 59 si demanda as barons pourcoi il Tavoient mandé, et li baron furent (Viiieh., xxvn.) conseillié, se li disent : « Sire, nous vous avons mandé « pour che que li cuens de Champaingne nos sires, « qui estoitnos maistres, est mors, et nous vous mandâmes pour « lepluspreudomme que nous saviemes, et qui le greigneur conte sel pooit mètre en notre afaire, le voie Dame Dieu ; si vous « proions tout, pour Dieu, que vous soies nos sires et que vous, pour l’amour de Dame Dieu, pregnies le crois. « Et à ches paroles, s’agenouillierent li baron devant lui, et se li dirent qu’il ne s’esmaiat mie d’avoir pourcachier, que il li donrroient grant partie de l’avoir que li cuens de Champaingne avoit laissié as croisiés. Li marchis dist que il s’en conseilleroit, et quant il se fu conseilliés, si respondi que, pour l’amour de Dieu et pour secorre le tere d’outre-mer, prendroit il le crois. Et li vesques de Sessons fu tantost apareilliés, si li donna le crois, et, quant il l’eut prise, si li donna on de l’avoir que li cuens de Champaingne avoit laissié as croisiés, xxv.m. livres. Après, quant li marchis fu croisiés, si dist as barons. « Seigneur, (fist li marchis), où vaurres vous passer ? ne en quel tere de Sarrasins ce vaurres vous aler ? » Li baron respondirent que en le tere de Surie ne voloient il mie aller : car il n’i porroient riens forfaire ;

102 i°, c. 2.


mais il avoient pourposé à aler en Babyloine ou en Alexandre, très emmi aus là où il leur peussent plus forfaire, et avoient pourposement de liver estoire qui tous ensanle les y passast. Adont dist li marchis que ch’estoit boins consaus, et que il s’i acordoit bien, et que on y envoiast bons messages des plus sages chevaliers d’aus, ou à Pise, ou à Genvre, ou en Venice. A chest consaus s’acorderent tout li baron. Adont si atirerent leurs messages ; si atirerent tout que mesires Quenes de Betune y ala et li mareschiax de Champaingne 60 ; puis, quant il eurent atiré leur messages, si se départirent li baron, et li marchis s’en en ala en son païs et li autres ausi cascuns. Si kemanda 1201


on as messages que il livaissent vaissiaus à passer iiij. m. chevaliers et leur harnas et cm. hommes à pié.


Ambassade des Croisés à Gênes, à Pise et à Venise. (Villeh. ix-xx)

Clari-Imp8-LetL.jpg
i message atomerent leur oirre et s'en alerent tout droit tant qu'il vinrent à Genvre 61, et parlèrent à Genevois, et disent leur chou qu'il queroient, et li Genevois disent qu'il ne leur en porroient nient aidier. Il s'en alerent après à Pise^- et parlèrent à chiax de Pise, et il leur respondirent qu'il n'aroient mie tant de vaissiaus, et qu'il ne porroient nient faire. Après, si s'en alerent en Venice, si parlèrent au duc de Venice et disent che qu'il estoient quis, que il queroient passage à liver à iiij. m. chevaliers et leur harnas et à cm. hommes à pié. Quant li dux oï che, si dist qu'il s'en conseilleroit ; que de si grant afaire se devoit on bien conseillier. Adont si demanda li dux tous les haus consaus de le vile, et parla à aus et leur monstra chou que on li avoit requis, et quant il se furent bien conseillié , si respondi li dux as messages et leur dist : « Seigneur, nous ferons volentiers markié

f. 102 i°, c. 2.


à vous; si vous troverons asses navie pour c.m. mars, se vous voules, par tel convenant que g'irai avec et le moitié <i qui armes porront porter de toute Venice, et par si que nous aions le njoitié de toutes les conquestes que on y conquerra, et si vous mesrons 1. galies à no coust, et de chu jour que « nous nommerons en i. an, nous vous mesrons en quele tere que vous vaurres, veullies en Babyloine, veuUies en Alexandre. » Quant li message oïrent chou, si respondirent que che seroit trop en cm. mars, et tant parlèrent ensanle qu'il fisent markié par Ixxx.m. mars et vij ; si que li dux et li Venicien et li message jurèrent à tenir chu markié. Après dist li dux que il voloit avoir xxv.m. mars d'ères à commenchier le navie, et li message respondirent qu'il envoiast messages avec aus en Franche, et il leur feroient volentiers paier les xxv.m. mars. Après, li message prisent congié, si s'en revinrent, et li dux envoia avec aus i. haut homme de Venice pour rechevoir les eres^^ Après, si fist li dux crier sen ban par toute Venice, que nus Veniciens ne fust si hardis qu'il alast en 1201-1202


nule markaandise, aiiis aidaissent tout à faire le navie, et il si fîsent ; si commenchierent le plus rike navie qui onques fust veue.

Assemblée de Corbie.

Clari-Imp62-LetQ3.jpg
uant li message vinrent en Franche, si fisent savoir Assemblée de corbie. qu’il estoient venu ; puis si manda on tous les barons croisiés qu’il venissent tout à Corbie 64, et quant il y furent venu tout ensanle, si disent li messages chou qu’il avoient trouvé. Quant li baron Foirent, si en furent

f. 102 v°, c. 2.


moult lié, et moult loerent chou qu’il avoient fait, et fisent moult honneur as messages le duc de Venice ; et si leur bailla on des deniers le conte de Champaingne et des deniers que maistres Foukes avoit pourcachiés, et si i mist li cuens de Flandres de ses deniers, tant qu’il en i eut xxv.m. mars 65 ; si les bailla on au message le duc de Venice, et si bailla on boin conduit à aler avec lui dusques en sen païs. Puis manda on tous les croisiés, par toutes les teres, qu’il meussent à le Pasques, tout à aler en Venice, et qu’il fusent tout en Venice entre le Pentecouste et l’aoust sans nule faille, et il si fisent, et quant le Pasques fu passée, si y vinrent trestout ; asses y eut, pères et mères, sereurs et frères, femjnes et enfans qui grant duel fisent de leur amis.


Les Croisés à Venise (Villeh. xxxiii-xxxvii)

Clari-Imp7-LetQ2.jpg
uant li pèlerin furent tout asanléen Venice 66 et il virrent le rike navie qui faite estoit, les rikes nés, les grans dromons, et les vissiers à mener les chevax, et les galies, si s’en merveillierent moult, et de le grant ri queche que il trouvèrent en le vile ; quant il virrent qu’il ne se pooient mie tout herbergier en le vile, si se conseillierent entr’aus qu’il s’iroient logier en l’ile Saint Nicholai, qui toute estoit enclose de mer, qui estoit à une liuve de Venice ; là s’en alerent li pèlerin et drechierent leur tentes et se logierent au

f. 102 v°, c. 2.


miex qu’il peurent. Quant U dux de Venice vit que toutli pèlerin furent venu, si manda tous chiaus de se tere de Venice, et quant il furent tout venu, si kemanda li dux que le moitié d’aus s’atornaissent et apareillaissent à aler en l’estoire avec les pèlerins. 1202


Quant li Venicien oïrent chou, si sesjoiirent li un ; li autre disent qu’il n’i pooient aler, ne ne se pooient acorder ensanle, comment le moitié d’aus y peust aler ; et tant qu’il lisent un sort, que il faisoient doi et doi ensanle ij. noiaus de chire, si metoient en Tun un brievet et venoient au prestre, se li donnoient ; et li prestres les prinsegnoit, et donnoit à cascun des ij. Veniciens i. de ches noiaus, et chil qui avoit le noiel au brief, si convenoit qu’il alasten Testoire : ensi se partirent 67. Si comme li pèlerin se furent logié en Tisle Saint Nicholai, si ala li dux de Venice et li Venicien parler à aus, et demandèrent leur convenanches du navie qu’il avoient fait atirer, et si leur dist li dux, qu’il avoient mal fait de chou qu’il avoient mandé par leur messages qu’il apareillaissent navie à iiij. m. chevaliers et à leur harnas et à c.m. hommes à pié, et des ches iiij. m. chevaliers, n’i avoit il mie plus d’un millier ; (qu’il estoient alé as autres pors) ; ne de ches c.m. hommes à pié n’i avoit mie plus de l.m. ou de lx. : « Dont nous volons, (fist li dux), que

f. 103 i°, c. 2.


vous nous paies les convenanches que on nous eut en convenent. » Quant li croisié oïrent chou, si parlèrent ensanle, si eswarderent entr’aus que cascuns chevaliers donroit iiij. mars et cascuns chevax iiij., et cascuns serjans à cheval ij. mars, et chis qui mains li donroit, si donroit i. marc. Quant il eurent ches deniers cueillis, si les paierent as Veniciens, si remesent encore l.m. mars à paier. Quant li dux et li Venicien virrent que li pèlerin ne leur avoient plus paie, si furent tout corchié, tant que li dux parla à aus : « Seigneur, fist-il, vous nous aves « mal baillis : car si tost comme vo message eurent fait convent à mi et à me gent, kemandai jou par toute me tere que « nus marcaans n’alast marcaander, ains aidast à apareiller cheste navie, et il y ont puis tous jours atendu, ne n’i waaingnierent rien passé ai. an et demi, ains y ont moult perdu ; et, par chou, veulent mi homme et jou ausi, que vous paies les deniers que vous nous deves, et, se vous ensi nel faites, sachies que vous ne vous moveres de cheste isle devant là que nous serons paie, ne ne troveres qui vous port ne que boire ne que menger. » Li dux fust moult preudons, si ne

1202


laissa mie pour chou, que on ne leur portast asses à boire et à menger.


Les Croisés s’accordent avec les Vénitiens au sujet du paiement de la flotte. (Villeh., xxxviii-xli.)

Clari-Imp62-LetQ3.jpg
uant li conte et li homme croisié oïrent chou que li dux avoit dist, si furent moult dolent et moult es— sujet du paiement de mari ; si refisent une autre cueilloite, et enprunterent’tant de deniers comme il peurent à chiax qu’il qui-

f. 103 i°, c. 2.


doient qui en eussent ; si les paierentas Veniciens, et quant il les eurentpaiés, si demorerent encore à paier xxxvj.m.mars, et si leur disent qu’il estoient maubailli, et que Fos estoit moult apovriiéde chele cueilloite qu’il avoient fait, et qu’il ne pooient plus pourcachier de deniers qu’il leur paiaissent, ains en avoient assez povrement à leur ost maintenir. Quant li duxvit qu’il ne pooient mie tous les deniers paier, ains en estoient moult à malaise, si parla à se gent, et si leur dist : « Seigneur, (fist-il), se nous « laissons aler ches gens en leur pais, nous serons mais tous « jours tenu pour malvais et pour trikeeur, mais alonsdusques « à aus, et si leur disons que, s’il nous veulent rendre ches « xxxvj.m. mars que il nous doivent, des premeraines conques « tes qu’il feront et qu’il aront à leur partie, que nous les mes « rons outre mer. » Li Venicien s’acorderent bien à chou que li dux avoit dit ; dont si alerent as pèlerins là où il s’estoient logié ; si comme il furent là venu, si leur dist li dux : « Seigneur, ( (fist-il), nous avons pris consel entre mi et me gent en tele manière que, se vous nous voles creanter loiaument que vous nouspaieres ches xxxvj. m. mars que vous nous deves, à le premeraine conqueste que vous feres de vo partie, nous vous mesrons outre mer ». Quant li croisié oïrent chou que li dux leur avoit dit et monstre, si en furent moult lié, et se li cairent as pies de goie, et se li creanterent loiaument qu’il feroient moult volentiers chou que li dux avoit devisé 68. Si fisent

f. 103 v°, c. 2.


si grant goie le nuit, qu’il n’i eut si povre qui ne fesist grant luminaire, et portoient enson les lanches grans torkes de candeilles, entor leur loges et par dedens, que che sanloit que toute l’os fust esprise. Départ de Venise. (Villeh., xlv.)

Clari-Imp4-LetA.jpg
près, vint liduxàaus, si leurdist « : Seigneur, il est ore yvers, ne nous ne porriemes passer mie outre mer, ne che n’est mie remés en mi ; car je vous eusse piecha fait passer, s’il ne fust remés en vous ; mais faisons le bien, (fist li dux) : il a une chité près de chi, Jadres a à nom ; chil de le vile nous ont moult mefFait, et jou et mi homme nous volons vengier d’aus, se nous poons ; et, se vous me voles croire, nous y irons chest yver sejorner dusques vers le Pasques ; et adont si atierrons no navie, si nous en irons outre mer à l’aive Dame Dieu ; et le vile de Jadres est moult boine et moult plentive de tous biens. » Li baron et li haut homme croisié s’asentirent à chou que li dux avoit dit ; mes tout chil de Fost ne seurent mie chest consel, fors li plus haut homme 69. Adont si atirerent tout communaument leur oirre, et leur navie tout entirement, si se misent en le mer 70 ; et cascuns des haus hommes avoit se nef à lui et à se gent, et sen vissier à ses chevax mener ; et li dux de Venice avoit avec lui i. galies tout à sen coust. Le galie où ens il estoit, ert toute vermeille, et si avoit un paveillon tendu par deseure lui d’un vermeil samit ; si avoit iiij. buisines d’argent devant lui qui buisinoient, et tymbres qui grant goie demenoient, et tout li haut homme, et clerc et lai, et petit et grant, démenèrent si

f. 103 v°, c. 2.


grant goie à l’esmouvoir, que onques encore si faite goie, ne si fais estoires, ne fu veus, ne oïs. Et si fisent li pèlerin monter as castiaus des nés tous les prestres et les clercs qui canterent : « Veni, Creator Spiritus », et trestout, et grant et petit, plorerent de pes et de le grant goie qu’i eurent, et quant li estoires parti du port de Venice 71, et . . . . . . . . . . 72 dromons, et ches rikes nés, et tant d’autres vaissiaus, que ch’estoit le plus bêle cose à eswarder qui fust très le commenchement du monde ; car il y avoit bien c. paire de buisines, que d’argent, que d’arain, qui toutes sonnèrent à l’esmouvoir, et tant de tymbres et tabours et autres estrumens, que ch’estoit uns fine merveille. Quant il furent en chele mer, et il eurent tendu leur voiles et leur banieres mises haut as castiaus des nés et leurs enseingnes, si sanla bien que le mersformiast toute, et qu’ele fust toute embrasée des nés

1202


qu’il menoient et de le grant goie qu’il demenoient. Adont si alerent tant qu’il vinrent à une chité, Pôles avoit à nom 73 ; illueques ariverent, si se rafreskirent, se y séjournèrent i. peu, tant qu’il furent bien rafreski et qu’il eurent acaté des nouveles viandes à mètre en leur nés. Après se, se remisent en le mer ; s’il eurent grant goie et grant feste démenée par devant, encore démenèrent il adonques ausi grant ou greigneur, si que les gens de le vile s’en merveillierent trop de le grant goie, et de le grant estoire, et de le grant nobleche qu’il demenoient, et si disent bien (et ch’estoit voirs), que onquessi biaus estoires ne si rikes,

f. 104 v°, c. 2.


ne fu veus ne asanlés en nule tere, comme il avoit illueques.


Siége et prise de Zara. (Villeh., xlvi-xlix.) (11 nov.)

Clari-Imp8-LetL.jpg
i Venicien et li pèlerin se singlerent tant qu’il vin— rent à Jadres le nuit de le feste Saint Martin. Chil de le vile de Jadres, quant il virrent ches nés et ches grans estoires venir, si eurent moult grant peur ; si fîsent les portes de le vile fremer, et si s’armèrent au miex qu’il peurent, comme pour aus deffendre. Quant il furent armé, li dux parla à tous les haus hommes de l’ost, si leur dist : « Seigneur, cheste vile a moult meffait à mi et à me gent ; je m’en venjeroie volentiers ; si vous prie que vous m’en soies en aive. » Et li baron et li haut homme li respondirent que il li aideroient volentiers. Or savoient il bien chil de Jadres que chil de Venice les haoient ; si avoient pourcachié unes letres de Rome 74 que trestout chil qui les wexieroient ou qui leur feroient nul damage, qu’il fussent eskemenié ; si envolèrent ches letres, par boins messages, au duc et as pèlerins qui illueques estoient arivé. Quant li message vinrent à l’ost, si lut on les letres devant le duc et devant les pèlerins ; quant les letres furent lûtes, et li dux les eut entendues, il dist qu’il ne lairoit mie, pour l’eskemeniement l’apostoile, qu’il ne se venjast de chiax de le vile ; à tant s’en alerent li message. Li dux parla autre fois as barons; si leur dist:« Seigneur, sachies que je ne le lairoie à nul fuer « que je ne m’en venjaisse d’aus, ne pour l’apostoile »; et pria les barons qu’il li aidaissent. Li baron respondirent tout qu’il li aideroient volentiers, fors seulement li cuens Symons de Mon1202-1203


fort et mesires Enguerrans de Bove. Chil disent qu’il n’iroient mie contre le commandement Fapostoile, ne qu’il ne voloient mie estre eskemenié ; si s’atornerent, si alerent en Honguerie séjourner tôt river 75. Quant lidux vit que li baron liaideroient, si fist drechier ses engiens à assalir à le vile ; tant que chil de le vile virrent qu’il ne pooient avoir durée, si vinrent à merchi, si leur rendirent le vile. Adont si y entrèrent li pèlerin et li Venicien ; si parti on le vile en ij. moitiés, si que li pèlerin en eurent l’une moitié, et li Venicien l’autre 76.


Hivernage des Croisés à Zara. (Villeh., i, liv, lv.)

Clari-Imp4-LetA.jpg
près, si avint que une grans meslée leva entre les Veniciens et le menue gent des pelerins, qui dura bien une nuit et demi jour, et fu si grans chele meslée que à paines les peurent li chevalier desmesler. Quant il les eurent desmeslés, si y misent si bêle pais que onques puis ne furent par mal ensanle 77. Après, li haut homme croisié et li Venicien parlèrent ensanle de l'eskemeniement dont il furent eskemenié, de le vile qu’il avoient prise, tant qu’il se conseillierent entr’aus qu’il envoieroient à Rome pour estre assous ; tant qu’il y envoieroient 78 le vesque de Sessons et monseigneur Robert de Bove pourcachier 79 letres de l’apostoile que tout li pèlerin et tout li Venicien fussent assous. Quant il eurent leur letres, si s’en revint li vesques au plus tost qu’il peut 80 ; et mesires Robers de Bove ne revint mie avec lui, ains s’en ala outre mer droit de Rome 81. Entrementiers que li croisié et li Venicien

f. 104 v°, c. i.


sejornerent illueques l’iver, si se pourpenserent qu’il avoient moult despendu, et parlèrent ensanle, et disent qu’il ne pooient mie aler en Babyloine, ne en Alixandre, ne en Surie ; car il n’avoient mi viandes ne avoir dont il y peussent aler, car il avoient jà près de tout despendu, que ens u sejorner qu’il avoient fait, que ens u grant loier qu’il avoient donné au na vie ; et disent qu’il n’i pooient mie aler, et, s’il y aloient, n’i feroient il nient, qu’il n’avoient ne viande ne avoir dont il se peussent soustenir. Li dux de Venice vit bien que li pèlerin n’estoient mie à aise, si parla à aus, et si leur dist : « Seigneur, en Grèce a mouh rike tere, et moult plentive de tous biens; se nous poiemes avoir « raisnavie acoison d’aler y, el de prendre viandes en le tere et K autres coses, tant que nous fuissiemes bien restoré, che me « sanleroit boins consaus, et si porriemes bien outre meraler ». Adont se leva li marchis, si dist : « Seigneur, je fui antan au « Noël, en Alemaingne, à le court monseigneur l’empereur : « illueques si vi i. vaslet qui estoit frères à le femme l’empereur « d’Alemaingne ^^ : chus vasles si fu fix l’empereur Kyrsaac de « Coustantinoble^-\ que uns siens frères li avoit tolu l’empire « de Coustantinoble par traïson ; qui chu vaslet porroit avoir, « (fist li marchis), il porroit bien aler en le tere de Coustanti<( noble et prendre viandes et autres coses, car li vasles en est « drois oirs, »


f. 104 V", C. 2. f. io5 r », c. I,

r vous lairons chi ester des pèlerins et de Testoire. Si vous dirons de chu vaslet et de l’empereur Kyrsaac sen père comment il vinrent avant. Il eu un empereur en Coustantinoble, Manuaus^+ eut à nom ; si fu moult preudons chis empereres et li plus rikes de tous les crestiens qui onques fuissent, et li plus larges ; ne onques nus ne li demanda du sien qui de le loi de Rome fust, qui à lui peust parler, qu’il ne lifesist donner c. mars:ensi l’avons oï tesmoignier. Chis empereres amoit moult Franchois^^ et moult les creoit; un jouravintque le gent de se tere et si conseillier le blasmerent mioult, (et par maintes fois l’avoient blasmé)^ de chou qu’il estoit si larges, et qu’il amoit si durement les Franchois, et li empereres leur respondi : « Il ne Sont que ij. hommes qui doivent « donner : Dame Diex et jou ; mais, se vous le loes, je donroie « congié as Franchois et à tous chiaus de le loi de Rome qui « entor mi et me pooste sont ». Et li Grieu en furent moult lié et disent : « Ha, Sire, orferies vous moult bien ». Et li empereres kemanda que tout li Franchois s’en alaissent, et li Grieu en furent si lié que trop. Li empereres manda après que tout li Franchois et li autre à qui il avoit donné congié, qu’il venissent parler à lui priveement, et il si fisent ; et quant il furent venu, si leur dist li empereres : « Seigneur, me gent ne me laissent en pais que (( je ne vous doingne nient et que je vous en cache hors de me Manuel Comnène et les Latins. 1143-1180

« tere ; mais or vous en aies tout ensanle, et je vous sivrai « entre mi et toute me gent ; et si soies en i. lieu (qu’il leur *( nomma), et je vous manderai par mes messages que vous « vous envoisies^ et vous me manderes que vous ne vous en « ires mie pour mi ne pour me gent ; ains feres grant <( sanlant de mi corre sus ; adont si verrai comment me gent « se proveront ». Et il le fisent tout si ; et, quant il s’en furent aie, li empereres manda se gent toute, si les sivi ; et quant il vint près d’aus, il leur manda qu’il s’en alaissent esraument, et qu’il widassent se tere ; et chil qui avoient loé l’empereur qu’il les cachast hors de se tere, furent moult lié et disent à l’empereur : « Sire, s’il ne s’en veulent aler esraument, donnes nous congié <( que nous les ochions tous ». Li empereres respondi : « Volen « tiers ». Et quant li message à l’empereur vinrent as Franchois, il leur disent leur message moult orgueilleusement, qu’il s’en alaissent tantost. Li Franchois respondirent as messages : si leur disent qu’il ne s’en iroientmie pour l’empereur, ne pour se gent. Li message s’en revinrent ariere et contèrent chou que li Franchois avoient respondu, dont si kemanda H empereres à se gent qu’il s’armaissent, et qu’il li aidaissent à corre sus les Franchois ; et il s’armèrent tout, si s’en alerent vers les Franchois, et h Franchois vinrent encontre aus, si eurent moult bien leur batailles ordenées. Quant li empereres vit qu’il venoient vers lui et vers se gent pour combatre, si dist à se gent : « Seigneur, or penses du bien faire, or vous « poes vous bien venger d’aus ». Si comme il eut che dit, li Grieu eurent moult grand paour des Latins que il virrent si aprocher d’aus ; (ore apele on tous chi’ax de le loy de Rome Latins). Et li Latin fisent grant sanlant d’aus corre sus ; quant li Grieu virrent chou, si tornent en fuies, si laissent l’empereur trestout seul. Quant li empereres vit chou, si dist as Franchois : « Seigneur, ore revenes ariere et je vous donrai (( plus que je ne fis onques mais. » Si en remena les Franchois et quant il fu revenus, si manda se gent, si leur dist : « Sei « gneur, or puet on bien veir en cui on se doit fier ; vous vous « enfuistes quant vous me deustes aidier, si me laissastes tout

f. io5 r", c. 2. a seul, et se li Latin vausissent, il m’eussent tout decopé en (( pieches ; mais or kemanch jou que nus de vous ne soit si u osés ne si hardis qu’il jamais paraut de me largueche, ne de c( chou que j’aim les Franchois ; car je les aim, et si me fi plus « en aus que en vous, et si leur donrai plus que jou ne leur « ai donné. » Et li Grieu ne furent onques puis si hardi qu’il en osaissent parler^*’. 1180.

f. io5 V", c. 1.

his empereres Manuaus avoit un moult bel fil de sen femme ^7^ et se pourpensa qu’il le voloit marier au plus hautement qu’il porroit, et, par le consel des Franchois qui entor luiestoient, si manda àPhelippon, le roi de Franche ^^, qu’il li donnast se sereur avec sen fil. Si envoia li empereres ses messages en Franche, qui moult estoient haut homme, et moult y alerent rikement ; ne onques ne vit on gens plus rikement ne plus noblement aler que chil fisent, si que li rois de Franche et se gent se merveillierent de le grant nobleche que li message menoient. Quant li message vinrent au roi, se li disent chou que li empereres li mandoit ; et li rois dist qu’il s’en conseilleroit ; et quant li rois se fu conseilliés, si li loerent li baron qu’il envoiast se sereur ^9 à si haut homme et à si rike homme comme li empereres estoit:dont si respondi li rois as messages qu’il envoieroit volentiers se sereur à l’empereur. Adont si atorna li rois moult rikement se sereur ; si l’envoia avec les messages en Coustantinoble, et asses de se gent avec lui; et chevauchierent tant et errèrent qu’il ne cessèrent, si vinrent en Coustantinoble. Quant il furent venu, si en fist li empereres moult grant feste de le damoisele, et grant goie et de lui et de se gent. Mariage d’Alexis Comnène avec Afftiès de France. ntrementiers que li empereres eut envoie pour chele damoisele, si renvoia d’autre part outre mer un sien parent qu’il moult amoit, (Androines9° avoit à nom), pour le roine Tendore^’de Iherusalem qui se suers estoit, qu’ele venist au corounement sen fil, et à se feste. Le roine se mist en mer avec Androine à venir

Andronic Comnène est envoyé en Terre-Sainte (1167). 1182-1183.

en Coustantinoble. Quant il furent bien aie avant en le mer, si ne fait mais el Androines, si aama le roine qui se cousine estoit, et jut à lui à forche ; et quant il eut che fait, si n’osa revenir ariere en Coustantinoble, ains prist le roine, si Tenmena à forche au Coine 92 as Sarrasins : illueques si demora.

f 105 v°, c. 2.

Quant li empereres Manuaus seut les nouveles que Androines eut si faitement le roine se sereur menée, si en fu moult dolens, et pour che ne lassa il mie qu’il ne fesit grant feste et qu’il ne corounast sen fil et le damoisele. Ne demora mie granment après que li empereres morut^^. Andronic Comnène se fait couronner empereur.


uant Androines li traîtres oï dire que li empereres Manuaus fu mors, si envoia à sen fil qui empereres estoit, et se li fist requerre pour Dieu qu’il li pardonnast sen mautalent, et si li fist acroire que che ne fu se menchoingne non que on li avoit mis sus, tant que li empereres qui enfes estoit, li pardonna sen mautalent ; si le manda, tant que chis Androines revint ariere, et fu entor l’enfant, tant que li enfes le fist bailliv de toute se tere, et qu’il fu si orgueillex que trop de le baillie qu’il avoit. Ne demora mie granment après qu’il prist par nuit l’empereur, si le mourdri et se mère ausi 9+ : quant il eut che fait, si prist ij. grandesmes pierres, si leur fist lier as cous, et puis si les fist geter en le mer. Après si se fist corouner tout à forche à empereur ; quant il fu corounés, si fait il prendre trestous chiax que il seut que il en pesoit qu’il estoit empereres, si leur fait il crever les iex, et destruire, el de maie mort morir, et prenoit toutes les bêles femmes que il trouvoit, si gesoit à eles à forche, et prit l’empereris à femme qui estoit suers le roi de Franche 9^, et fist tant de si grans desloiautés que onques nus traîtres, ne nus mourdrissieres tant n’en fist comme il fist. Quant il f— 106 r », c. i. eut faites toutes ches desloiautés, après si demanda à i. sien maistre bailliv qui li aidoit à faire toutes ches malaventures, se il y avoit mais de chiax qu’il en pesast qu’il estoit empereres ; et chis li respondi qu’il n’en savoit mais nul, fors que on disoit qu’il avoit iij. joules vasles en le vile, qui estoient d’un lignage que on apeloit le lignage d’Angle 9*^ ; et estoient haut homme, mais il n’estoient mie rike, ains estoient povre, ne n’estoient mie de grant pooir. Quant li empereres Androines oï que si faitement estoient chil iij. vaslet de chu lignage, si kemanda à chelui sen bailliv qui moult estoit malvais hons et traîtres ausi comme il estoit, qu’il les alast prendre et qu’il les pendist, ou qu’il les fesist de maie mort morir. Li baillivs s’en ala pour prendre ches iij. frères, mais il n’en prist que un, et li doi escaperent. Chelui qui fut pris, on li fist crever les iex, après il se rendi^^. Li doi autre s’enfuirent ; si s’en ala li uns en une tere que on apele Blakie 9^ : chil avoit nom Kyrsaac ; et li autres s’en ala en Anthioche 9^ et fu pris des Sarrasins, par une chevauchié que li chrestien fisent’°°. Chis qui en Blakie estoit fuis, si y fu si povres qu’il ne se pooit \Aarir, tant qu’il s’en revint ariere en Coustantinoble par fine povreté, si se mucha en le maison à une veve dame en le vile. Or n’avoit il nul catel u siècle, fors une mule et i. vaslet ; si waaingnoit chus f. 106 r, c. 2. vasles à se mule en vins qu’ele portoit, en autres coses, chou dont Kyrsaacs ses sires et il vivoient ; tant que les nouveles à l’empereur vinrent Androine le traiteur, que chis estoit si faitement revenus en le vile. Adonc si kemanda à sen bailliv’°' qui moult estoit haï de toute gent pour les max qu’il faisoit cascun jour, qu’il alast prendre chelui Kyrsaac et qu’il le pendist ; tant que chis monta un jour seur sen cheval et prist asses gent avec lui, si s’en ala à le maison le boine femme, où Kyrsaacs estoit. Quant il vint là, si fist apeler à l’uis, et le boine femme vint avant ; si se merveilla moult qu’il voloit, tant qu’i U kemanda qu’ele fesist venir avant cheli qui estoit muchiés en se maison. Le boine femme respondi, si dist : « Ha ! sire, pour Dieu « merchi, il n’a nul homme chaiens muchié ». Et il kemanda autre fois qu’ele le fesist venir avant, ou, s’ele nel fesoit venir, qu’i le feroit pendre l’un et l’autre. Quant le boine femme oï chou, si eut grant peur de chu diable qui tant avoit fait de mal ; si s’en entra en se maison, si vint au vaslet, se li dist : « Ha ! biau « sire Kyrsaac, vous estes mors ; veschi le bailliv l’empereur, et « moult de gent avec li, qui vous sont venu querre pour vous "85. « destruire et pour vous tuer. » Li vasles fu moult esmaris, quant il oï ches nouveles, et tant qu’il vint avant qu’il ne se peut estordre à nul fuer qu’il n’alast hors à chu bailliv. Si ne fait il mais el, si prent il s’espée, si le met il sous son surcot, si s’en ist il hors de le maison, si vient il devant le bailliv, si li dist : K Sire, que plaist vous ? » Et chis li respondi moult fenelessement, se li dist : « Ribaus puans, on vous pendera jà ». Tant que Kyrsaacs vit qu’i li convenoit aler avec aus maugré sien, et moult volentiers s’en venjast d’aucuns d’aus, se se trait il plus près qu’il peut de chu bailliv, si traist il s’espée, si fiert il chu bailliv parmi le teste, si qu’il le pourfendi trestout dusques es dens. Rcvoiution à comtan— [^^^^^^ uant 11 scrjant et le gent qui estoient avec le bailliv f. 106 v tinople ; avènement âs^^^SaT^B • i— i • ■ r i < i —ii— cthaac II l’Ange. L^S J ^i^rent quc 11 vasles a voit si pourrendu le bailliv, si

s’enfuirent ; quant li vasles vit qu’il s’enfuioient, Jsi prent il le cheval le bailliv qu’il avoit ochis, si monte il sus, et tint s’espée qui toute ert sanente, si ne fait il mais el, si se met à le voie à aler vers le moustier Sainte Souphie ; si comme il s’en aloit, si crioit merchi as gens qui estoient aval les rues, qui tout estoient esmari de le noise qu’il avoient oie ; si leur disoitli vasles : « Seigneur, pour Dieu « merchi, ne me tues mie, car je ai ochis le diable, et le morte drisseur qui toutes les hontes a faites à chiaus de cheste t( vile et as autres ». Quant il vint au moustier Sainte Souphie, si monta seur l’autel, et si enbracha le crois, pour che qu’il voloit sauver se vie. Après, li cris et le noise fu moult grans en le vile ; tant ala amont et aval li cris, que on le seut par toute le vile comment Kyrsaac eut chu maufé et chu mordrisseur ochis. Quant chil de le vile le seurent, si en furent moult lié, si keurent il qui miex miex au moustier Sainte Souphie pour veir chu vaslet qui chu hardement avoit fait. Si comme il furent là tout asanlé, si commenchierent à dire l’uns à l’autre : a Chis est vaillans et hardis, quant si grant hardement entrées prist à faire ». Tant que li Grieu disent entr’aus : « Faisons le « bien, faisons de chest vaslet empereur « . Tant qu’il s’i accorderent tout entraus. Si envoient il pour [le] patriarciie’°* qui à "ss. meesme d’iluec estoit en sen palais, qu’il venist corouner un novel empereur qu’il avoient eslut. Quant li patriarches oï chou, si dist qu’il n’en feroit nient et commencha à dire. « Seigneur, f. 106 V", c. 2. « mal le faites, soies en pais, vous ne faites mie bien, qui aves « tele cose entreprise ; se joule coroune, liempereresAndroines « me tueroit, et decoperoit tôt en pieches. » Et li Grieu li respondirent que, s’il ne le corounoit, qu’il li couperoient le teste, tant que li patriarches, que par forche, que par peur que il eut, descendi de sen palais, si sen vint au moustier là où Kyrsaacs estoit, en moult povre robe et en moult povre vesteure, que le jour meesme avoit li empereres Androines envoie sen bailliv et ses gens pour lui prendre et destruire, tant que li patriarches se revesti, si le corouna lues esraument, vausist ou ne dengnast. Quant Kyrsaacs fu corounés, si en alerent lesnouveles tant amont et aval, que Androines le Seut, et qu’il avoit sen bailliv ochis, ne ne le peust onques croire devant là que il y envoia ses messages, et quant si message vinrent là, si virrent bien que che fu voirs, si s’en revienent tantost ariere à l’empereur, si disent:« Sire, chest tout voirs. » Quant li empereres seut que che fu voirs, si se leva, si prist moult de se gent avec lui, si s’en ala dusques au moustier Sainte Souphie, par uns alooirs’°^ qui aboient de sen palais dusques au moustier. Quant il vint au moustier, si fist tant qu’il fu seur les vautes du moustier, si vit chelui qui estoit corounés. Quant il le vit, si en fu rnoult dolens, et demanda à se gent s’il y avoit chelui qui eust nul arc, tant que on en aporta un et une saiete, et Androines prent chel arc, si entoise, si cuide ferir Kyrsaac qui corounés f. 107 r, c. I. estoit, parmi le cors ; si comme il entesa, si rumpi le corde ; et il en fu moult esmaris et moult esperdus, si s’en revint ariere ^eu palais, tant qu’il dist à se gent qu’il alaissent fremer les portes du palais, et qu’il s’armaissent, et qu’il deffendissent le palais, et il si fisent. Et il s’en issi entrementiers du palais, si s’en vint à une fause posterne, si s’en ist il de le vile, si s’en entra en une galie, et de ses gens avec lui; si se misten le mer, pour che qu’il ne voloit mie que le gent de le vile le presissent. ii85. | |gM8aig3B^ près, le gcnt de le vile alerent u palais., et menèrent Installation d’haac // ^^j^^S ^^ "ouvel empereuF avec aus, si prisent le palais l’Ange ; mort d’An— ^W/Savi^ <ri— * ^11 « -n dronic. W^M^ ^ lorche, si y menèrent 1 empereur, après si 1 as^^^^sisenten le caiere Coustentin’^^^ et puis qull fu assis en le caiere Coustentin, si Taourerent tout comme saint empereur. Li empereres fu moult liés de le grant houneur que Diex li avoit en tel jour donnée, si dist as gens:« Seigneur, or « vees le grant merveille de le grant houneur que Diex m’a « donnée, que en chel jour meesme que on me devoit prendre « et essillier, en chel jor meesme sui corounés à empereur, « et pour le grant houneur que vous m’aves faite, vous doins « jou trestout le trésor qui est en chest palais, et u palais de « Blakerne’°^ » Quant les gens oïrent chou, si en furent tout lié du grant don que li empereres leur eut donné, si alerent, si effondrèrent le trésor, si y trouvèrent tant d’or et d’argent comme une fine merveille, si le départirent entraus. Le nuit f. meesme que Androines s’enfuioit, leva une si grant tormente en le mer, et une si grant tempeste que de vent, que de tonnoirre, que d’esclistre, que il, ne se gent, ne seurent quel part il aloient; tant que li orages et le tormente les racacha ariere en Coustantinoble, qu’il n’en seurent mot. Quant il virrent qu’il furent à tere et qu’il ne peurent avant aler, si dist Androines à se gent : « Seigneur, esgardes où nous sommes. » Ils esgarderent et virrent bien qu’il estoient revenu en Coustantinoble, tant qu’il disent à Androines : « Sire, nous sommes mort, car nous « sommes revenu ariere en Coustantinoble. » Quant Androines oï chou, si fu si esmaris qu’il ne seut que faire, si dist à se gent : « Seigneur, pour Dieu, menés nous ailleurs de chi. » Et il respondirent qu’il ne pooient avant aler, qu’i leur coperoit les testes ; quant il virrent qu’il ne peurent avant aler à nul fuer, si prisent Androines l’empereur, si Fenmenerent en une taverne, si le muchierent deriere les touniaus. Li taverniers et se femme esgarderent moult chele gent, et si leur fu bien avis que ch’estoit de le gent l’empereur Androine ; tant que le femme au tavernier ala par aventure entor ses touniaus veir qu’il fuissent bien seré, si esgarda amont et aval, si voit ele 107 r", c. 2. Androine seïr deriere les touniauS ;, à tous sesdras emperiaus uss. si le reconnut moult bien, si s’en revint ele ariere à sen baron, se li dist ele : « Sire, Androines li empereres est muchiés chaiens ». Quant li taverniers Yoï, si envoia i. message pour i. haut homme qui manoit près d’iluec en i. grant palais, cui père à chelui Androines avoit destruit, et si avoit jut à forche à le femme chu haut homme’°*’. Quant li messages vint là, si dist à f. 107 V, c. I. chu haut homme que Androines estoit à le maison chu tavernier, si le nomma ; quant li haut hons oï que Androines estoit à le maison chu tavernier, si en fu moult liés ; ^i prent il de se gent avec lui, si va à le maison au tavernier, si prent il Androines, si Fenmaine il en sen palais. Quant che vint lendemain par matin, si prist li haut hons Androine, si Tenmaine il u palais devant l’empereur Kyrsaac. Quant Kyrsaacs le vit, si li demanda : « Androines, pourcoi as tu si faitement tray ton (( seigneur l’empereur Manuel, et pourcoi mordrisis tu se « femme et sen fil, et pourcoi as tu si volentiers fait mal à (( chiax que il en pesoit que tu estoies empereres^ et pourcoi « me voloies tu faire pendre ? » Et Androines li respondi : « Taissies vous, fist il, que je ne vous en dengneroie res « pondre. » Quant li empereres Kyrsaacs oï qu’il ne l’en dengneroit respondre, si fist mander moult de chiaus de le vile qu’il venissent devant lui ; quant il furent devant li venu, si leur dist li empereres : « Seigneur, veschi Androines, qui tant c( a fait de maus et à vous et as autres ; je ne porroie mie, che « mè sanle, faire justiche de lui à le volenté de vous tous, « mais je le vous baille à faire ent chou que vous vaurres. » Adont si en furent chil de le vile moult lié, si le prisent, tant que li un disent que on Farsit, li autre que on le boulist en une caudiere, pour plus vivre longement et pener, li autre que on le trainast ; tant qu’il ne se peurent acorder entr’aus de quel mort, ne quel tormente il le peussent destruire, tant qu’il y eut un sage hons qui dist : « Seigneur, se vous me « volies croire, je vous enseingneroie comment nous nous por « riemes trop bien vengier de lui : je ai un camoel en maison « qui est le plus orde beste, et le plus foireuse, et le plus laide I185-I ig5.

du siècle^ nous prenderons Androine, si le despouillerons « trestout nu, si le loierons au dos du camoel, si que ses vite

sages li iert droit ens u cul, si le mesrons d’un kief de le vile « 

dusques â l’autre ; si se porront adonques bien vengier tout « chil et toutes cheles à qui il a mefFait. » Si s’acorderent tout à chou que chis eut dit, si prenent il Androine, si le loient il si comme chil eut devisé ; si comme il [le] menoient contre val le vile, si venoient chil à qui il avoit metfait, si le debrocoient, et depicoient, et feroient, li uns de coutiaus, li autres d’alesnes, li tiers d’espees, et disoient : « Vous pendistes men « père, et si geustes à me femme à forche. » Et les femmes qui filles il avoit prises à forche, îe sacoient par les grenons, et fisent li tant de le pure honte, que quant il vinrent à Tautre kief de le vile, n’avoit il mie de char seur le cors de lui, et puis prisent les os, si les geterent en une longaingne ; en tele manière se vengierent il de chel traiteur’°7, Très che jour que Kyrsaacs fu empereres, pourtraist on sus les portaus des moustiers, comment Kyrsaacs avoit esté empereres par miracle, et comment Notre Sires li metoit le coroune u chief d’une part, et Notre Dame d’autre, et comment li angles coupa le corde del arc dont Androines le vaut ferir, pour chou, che disoient, que ses lignages avoit sornom d’Angle’°^. t. 107V », C.2.

Alexis III l’Ange

détrône son frère

Isaac H.

près, si li prit moult grans talens de veir sen frère f—’o^i""’’=

’•

qui en païsnie estoit en prison, tant qu’il prit messages, si les envoia querre sen frère, tant le quisent que on leur fist entendre qu’il estoit en prison, il alerent chele part’°9. Quant il vinrent là, si le demandèrent as Sarrasins, et li Sarrasin avoient oï dire que li vasles estoit frères l’empereur de Coustantinoble, si l’en tinrent moult plus kier, et disent qu’il n’en renderoient mie sans grant avoir ; tant que li message leur donnèrent tant d’or et d’argent comme il demandèrent-, quant il eurent chelui racaté, si s’en revinrent ariere en Coustantinoble. Quant U empereres Kyrsaacs vit sen frère, si en fa moult liés et moult en fist grant feste, et chis refu aussi moult liés de chou que ses frères fu f. io8 r », c.

empereres, et de chou qu’il avoit conquis Tempire par se forche .

Chus vasles avoit nom Alexes ; ne demora waires après que li empereres ses frères le fist bailliv de toute se tere, et kemandeur. Adont si s’enorgueilli si de chele baillie qu’il eut, que les gens de tout l’empire le renommoient trop et redoutoient, pour chou qu’il estoit frères l’empereur, et pour chou que li empereres l’amoit tant. Après, si avint i. jour que li empereres ala cachier en se forest ; si ne fait mais el Alexes ses frères, si vient il en le forest où li empereres estoit, si le prent il par traïson, si li creva les iex°. Après, quant il eut che fait, si le fist mètre en prison, que on n’en seut mot-, quant il eut che fait, si s’en revint ariere en Coustantinoble ,

si fist acroire que li empereres ses frères estoit mors, si se fist corouner à empereur à forche. Quant li maistres au fil l’empereur Kyrsaac vit que li oncles à l’enfant eut tray sen père, et qu’il s’estoit fait empereres par traïson, si ne fait mais el, si print il l’enfant, si le fait mener en Alemaingne, à se sereur qui estoit femme l’empereur d’Alemaingne "’ ^

car il ne voloit

mie que ses oncles ne le fesist destruire, et estoit plus droit oirs que Alexes ses oncles n’estoit. Or aves oï comment Kyrsaacs vint avant, et comment il fu empereres, et comment ses fix ala en Alemaingne, pour qui li croisié et li Venicien envoierent par le consel du marchis de Monferras leur maistre, si comme vos aves oï en l’estoire devant, pour che qu’il eussent acoison d’aler en le tere de Coustantinoble ; or vos dirons de chel enfant et des croisiés, et comment li croisié envoierent pour lui, et comment il alerent en Coustantinoble, et comment il le conquisent.

I igS.

uant li marchis eut dit as pèlerins et as Veniciens, ^ « croisés envoient que qui aroit chel enfant dont nous avons parlé par disaac iiiAngl. devant, il aroit boine acoison d’aler en Coustantinoble et d’aus estoirer, si fisent li croisié atirer ij. chevaliers moult bien et moult bêlement, si les envoierent en Alemaingne pour chu vaslet, qu’il Venist à aus, et se li mandèrent qu’il li aideroient sen droit à conquerre"^ Quant li 12o3.

message vinrent à le court Tempereur d’Alemaingne, là où li vasles estoit, se li disent le message que on leur avoit carquié à dire. Quant li vasles oï chou, et entendi le mandement que li haut homme croisié li avoient mandé, si en fu moult liés, et moult en fist grant feste, et moult fist biau sanlant as messages. Si dist qu’il s’en conseilleroit à l’empereur sen serouge. Quant li empereres l’entendi, si respondi au vaslet que bêle caanche li estoit avenue ; si li loa bien qu’il y alast, et se li dist qu’il n’aroit jamais point de sen hyretage, sen par l’aive de Dieu et des croisiés ne l’avoit.

Alexis l’Ange rejoint

les Croisés à Cor/ou.

(Villeh., LVi-Lvii.)

i vasles entendi bien que li empereres li donnoit boin consel, si s’atorna au plus bêlement qu’il peust, si s’en vint avec les messages, et, devant che que li vasles ne li message fussent venu à Jadres, si sen fu li estores aies en l’isle de Corfaut, pour chou que le Paske estoit jà passée "-^ mais quant li estores mut à aler i, si fist on laiier ij. galies pour atendre les messages et le vaslet, et sejornerent li pèlerin en l’isle de Corfaut, tant que li vasles et li message vinrent. Quant li vasles et li message vinrent à Jadres, si trouvèrent ces ij. galies que on leur avoit laiiés, si se mirent en mer, si s’en alerent tant qu’il vinrent à Corfaut, là où li estores estoit. Quant li homme virrent que li vasles venoit, si alerent tout encontre lui, si le saluèrent et se li fisent moult grant feste. Quant li vasles vit que li haut homme l’ouneroient si, et tous li estores qui lueques estoit, si fu si liés que nus hons si ne fu-, adont si vint li marchis avant, si prist le vaslet, si l’enmena avec lui en se tente. Quant li vasles fu là, adont si s’asanlerent tout li haut baron et li dux de Venice à le tente le marchis, et parlèrent d’unes coses et d’autres, et tant que [il] li demandèrent que il feroit pour aus, s’il le faisoient empereur, et s’il li faisoient coroune porter en Coustantinoble, et il leur respondi qu’il feroit quanque il vaurroient. Tant parlèrent que il dist qu’il donroit à Tost ce. mile mars, et qu’il tenroit le navie i. an à sen coust, et qu’il iroit outre mer avec aus à tout sen pooir, et qu’il tenroit tous les f.io8v°, c.I. jours de se vie x. m. hommes à armes en le tere d’outre mer à f. 108v°, c. 2.

sen coust, et qu’il donroit à tous chiaus de l’ost qui se departiroient de Coustantinoble à aler outre mer, viandes dusques ài. an.

I20’J.

dont furent trestout li baron de l’ost mandé i et li Venicien, et quant il furent tout asanlé, si se leva li dux de Venice, si parla à aus : « Seigneur, (fist li (( dux), or avons nous raisnavle acoison d’aler en « Coustantinoble, se vous le loes, car nous avons le droit oir » .

Or y eut il aucuns qui ne s’acorderent mie à aler en Coustantinoble, ains disoient : « Ba î que ferons nous en Coustantinoble, <i

nous avons no pèlerinage à faire et ausi pourposement « d’aler en Babyloine ou en Alexandre, et no navies ne nous a doit sivir que i. an, et jà est le moitiés de Fanée passée ». Et li autre disoient encontre : « Que ferons nous en Babyloine, ne en Alixandre, quant nous n’avons viande, ne avoir « parcoi nous y puissons aler ; miex nous vient il, anchois « que nous y aillons, que nous conquestons viande et avoir « par raisnavle acoison, que nous y aillons pour morir de fain ; adont si porrons forfaire, et il nous offre à venir avec nous, « et à tenir no navie et notre es tore encore i. an. à sen coust » .

Et li marchis de Monferras y metoit plus paine que nus qui y fust, d’aler en Coustantinoble, pour che qu’il se voloit vengier d’un meffait que li empereres de Coustantinoble, qui l’empire tenoit, li avoit fait. Les Croisés tiennenl

conseil.

r vous lairons ichi ester de l’estore ; si vous dirons Démêlés de comad

de Montferrat avec

le meffait dont li marchis haoit l’empereur de Cou— Alexis m l’Ange. stantinoble. Il avint que li marchis Caurras, ses freiJres ^ fu croisiés et qu’il ala outre mer "+, et mena ij. f. 109r°, c.1.

galies, et s’en ala par Coustantinoble, et quant il vint en Coustantinoble, si parla à l’empereur, et li empereres le bienviengna et le salua. Or avoit en chu point uns haus hons de le chité assis l’empereur en Coustantinoble "^, si que li empereur n’en n’osoit issir. Quant li marchis vit chou, si demanda ii85.

comment chestoit que chil l’avoit si faitement assis, ne ne s’osoit il mie combatre à lui ; et li empereres respondi qu’il n’a,

voit mie bien le cuer de ses gens, ne Taiwe ; pour che, si ne se voloit mie combatre à lui. Quant li marchis oï chou, si dist qu’il l’en aideroit, s’il voloit, et li empereres dist que che voloit il et qu’il l’en saroit moult boin gré. Adont dist li marchis à l’empereur qu’il fesist mander tous chiaus de le loy de Rome, tous les Latins de le vile, si les aroit avec lui en se compaingnie, et qu’il se combateroit à aus, et qu’il feroit l’avant warde, et li empereres presist toute se gent avec lui, si le sivroit. Après, si fist li empereur mander tous les Latins de le vile ; quant il furent tout venu, si kemanda li empereres qu’il s’armaissent tout, et quant il furent tout armé et li marchis eut faite toute se gent armer, si prist tous ches Latins avec lui ; si ordena le miex qu’il peut se bataille, — et li empereres fu ausi tous armés et se gent avec lui. Si ne fait mais el li marchis, si se met il à le voie par devant, et li empereres le sivi après. Si comme li marchis fu hors des portes à toute se bataille, et li empereres va, se li fait il fremer le porte après. Si comme li Vernas qui l’empereur avoit assis, vit que li marchis venoit durement pour combatre à lui, si s’esmuet il, et il, et se gent, à venir encontre le marchis ; si comme il venoient, si ne fait mais el li Vernas, si se fiert il des espérons, si se met il devant toute se gent. bien le jetée d’un cailleu, pour soi haster et pour ferir soi en le bataille le marchis. Quant li marchis le vit venir, si point il encontre lui, si le fiert il au primerain coup en l’uel, si l’abat il mort de chu caup "^, si fiert à destre et à senestre, et il et se gent, si en ochient moult. Quant chil virrent que leur sire fu mors, si se commenchent à descortfire, si tornent il en fuies. Quant li empereres li traîtres qui avoit fait les portes fremer après le marchis, vit que il fuioient, se ist il hors de le chité, à toute se gent, si akieut il à cachier chiax qui fuioient, si y waaingnierent moult, et li marchis, et autre, et chevax et autres coses asses ; ensi faitement venja li marchis l’empereur de cheli qui l’avoit assis. Quant il les eurent desconfis, si s’en revinrent ariere en Coustantinoble, et li emf. 109r°, c.2. pereres et li marchis, quant il furent revenu et il se furent denss use.

sarmé, si merchia moult durement li empereres le marchis de chou qu’il Favoit si bien vengié de chu sien anemi, tant que li marchis li demanda pourcoi il avoit fait les portes fremer après lui : « Ba ! ensi est ore (fist ii empereres) ». — « Or, de par Dieu, « (fist H marchis) » "^ Et ne demora waires après que li empereres et si traiteur pourparlerent une grant traïson, que il voloit faire le marchis destruire, tant que uns hons d’aage qui le seut, si en eut pitié du marchis, se vint avant au marchis tout bêlement, se li dist : « Sire, pour Dieu aies vous en de cheste « vile, car se vous y demores tier jour, li empereres et si « traiteur ont pourparlée une grant traïson, qu’il vous prenf. 109V", c. I.

, ( dront et vous ferons destruire ». Quant li marchis oï ches nouveles, si ne fti mie à aise ; si vient il le nuit meesme, si fait ii atorner ses galies, si se met il en mer, anchois qu’il fust jours, si s’en va il, aine ne cessa, si vint à Sur "^. r 1 estoit avenu par devant chou que le tere fust couronnement de Guy 1

1 •

1

Ti

1

r

1 deLusignan.

perdue, que h rois de Iherusalem ru mors"^^ que h royaumes de Iherusalem estoit tous perdus, et que il n’i avoit mais vile qui se tenist, fors Sur et Escaloune’ ^°. Si avoit li rois qui mors fu ij. sereurs mariées : si avoit uns chevaliers, mesires Guis de Luisegnan en Poitau’^’, Tainsnée’^^ à cui li roiames estoit eskeus, et mesires Hainfrois de Toron "2 ^

avoit le mainsnée’^^. Si s’asanlerent i. jor tout U haut baron de le tere, et li cuens de Tripe’^^, et li Temples’^^,

et li Hospitax’^7^ en Iherusalem, au temple’^^ ,

et disent entr’aus

qu’il departesisent monseigneur Guion de se femme, pour chou que li roiames estoit eskeus à se femme, et qu’il li donnaissent autre baron qui fust plus soufisans à estre rois que mesires Guis n’estoit ; et il si fisent, il les départirent’^9^ et quant on les eut départis, si ne se peurent onques acorder à qui il le mariaissent, tant qu’il se misent seur le roine du tout, qui avoit esté femme monseigneur Guion, se le baillierent le coroune, et ele le donnast à cui que ele vausist qui rois fust. Tant qu’il se rasanlerent i. autre jor’^’^ tout li baron, et li Temples, et li ’ 1186-1 187.

Hospitax, et se y fut li cuens de Tripe, qui estoit li mieu dres chevaliers du roiaume, qui cuidoit que le dame li donnast le coroune, et si i fu mesires Guis qui avoit eu le roine à femme. Quant il se furent tout asanlé, et le dame tint le coroune, si esgarda amont et aval, si i voit ele chelui qui avoit esté ses barons, si va ele avant, se li met ele u chief ; ensi si fu mesires Guis rois’^’.

Quant li cuens de Tripe vit chou, si en fu si dolens qu’il s’en ala en sen païs à Tripe, par mautalent’^^. Conrad de Montfer (s^^^srâii près, ^e dcmora mie, si se combati as Sarrasins, si f—’ « 9^ rat refuse Ventrée de K*^^^-’^

.

Tyr à Guy de Lusi §^^^ fu pris’^^, et sc geut toute desconfitc, et li tere fu si xnan.

perdue’^’^,

qu’il n’i avoit mais vile qui se tenist, fors Sur et Escaloune. Quant Salehadins vit qu’il eut si le tere en se main, si vint au roi de Iherusalem que il avoit en se prison ; se li dist que, s’il li faisoit rendre Escaloune, qui le lairoit aler et grant partie de se gent avec U, et li rois li respondi : « Or m’i menés dont, (fist-il), et je le vous ferai rendre » .

Et Salehadins l’i mena ; quant il vinrent là, si parla li Rois à chiaus de le vile, si leur dist qu’il rendissent le vile, qu’i le voloit ensi, et chil alerent, si li rendirent le vile’^^ Quant Salehadins eut le vile en se main, si laissa le rois aler et une partie de se gent avec lui ; et li rois, quant il [fu]’^^ escapés de prison, à tout tant de gent comme il eut, si s’en vint à Sur’^7 ; et entre ches entrefaites que li rois avoit ouvré, si avoit li marchis tous chiaus de Sur, et Genevois’^^ qui i estoient, et uns, et autres, tous à sen acort, et il li avoient tout juré feeuté, et, seur sains, qu’il se tenroient du tout à lui comme à leur seigneur, et il leur aidast le vile à defïendre-, et li marchis avoit trouvé si grant kierté en le vile que on vendoit le mesure de blé de le vile c. besans, qui ne fesist mie plus que sestier et demi à Amiens. Quant li rois vint à Sur, si commenchierent à hukier si serjant : « Ouvres, ouvres le porte, veschileroi, où il f « io’". en vient ». Et chil de dedens respondirent qu’il n’i enterroient, tant que li marchis vint as murs, si dist qu’il n’i enterroit : « Ba î « comment (fist li rois), de ne sui jou sires et rois de laiens ? y^ ((

En nom Dieu (fist H marchis), ne sires ne rois, ne n’estes « VOUS, ne vous n’i enterres, car vous aves tout houni et le tere « toute perdue, et d’autre part le kiertés est si grans chaiens, « que se vous et vo gent i entries, que le vileseroit toute perdue « de fain, et jou ai plus kier (fist li marchis), que vous soies « perdus et vous et vo gent, de qui il n’est waire grans esplois, « que nous qui chaiens sommes ne le vile’^9 ». Quant li rois, vit qu’il n’i peut entrer, si s’entorna à toute se gent, si s’en ala vers Acre en un toron’+° ; là si se loia, et fu illueques tant que li rois de Franche et li rois d’Angletere l’i trouvèrent’*’. Si comme li marchis estoit à Sur en chele grant kierté qui i estoit, si leur envoia Diex confort, que uns markaans i vint qui amena une navie de blé, si commist le blé à x. besans qui estoit à c ; si en fu moult liés li marchis et tout chil de le vile, et si fu tous li blés retenus et acatés en le vile’42. 1 1H7.

e demorawaires après, si vient Salehadins, siassiet saïadin assiège ryr il Sur^^, et par tere et par mer, si que ne viande ne autre cose ne pooit venir en le vile, et tant i sist que le kiertés fu de rekief aussi grande en le vile comme ele i avoit esté. Quant li marchis vit que le kiertés fu si grans en le vile, et qu’il ne pooient avoir soûlas, ne confort de nule part, si manda tous chiaus de le vile et Genevois qu’il i avoit, et uns, et autres ; si parla à aus, et si leur dist : « Seigneur, ((

(fist il), nous sommes maubailli, se Diex ne n’a merchi que « le kiertés est si grans en cheste vile, que il n’i a v^aires « viande, ne blé, dont nous nous puissons longuement soustenir, ne nus confors ne peut venir, ne par mer, ne par « tere ; pour Eiieu, s’il y a nul de vous qui y sache mètre (( consel, se li mette ». Tant que uns Genevois sali avant, si dist : « Se vous me volies croire, (fist il), je vous donrroieboin « consel » — c( Ore quel ? (fit li marchis) » — a Jel vous dirai, (fist « chis) : nous avons chaiens en cheste vile nés et galies et barges c( et autres vaissiax, si vous dirai que je ferai : je prendrai « iiij. galies avec mi, si les ferai armer de le plus aidant « gent que nous arons ; si me meterai ains jour en mer, ausi « 

comme je m’en vausisse fuir, et si tost comme li Sarrasin 1187.

K m’aperchevront, si n’arons loisir d’aus armer, ains aront si u grant haste de moi ataindre et de moi cachier qu’il ne s arec

meront nient, ains destendront trestout après mi, et vous c ( ares trestous vos autres vaissiaus et barges et galies moult « bien fait v^arnir de le plus aidant gent que vous ares —, et

« quant vous vesres que eles seront toutes destendues après « mi, et eles seront bien lanchiés avant, adont si bescochies « trestout vos vaissiaus et destendes après, et je retornerai « ariere, si nous combaterons à aus ; ensi si nous envolera « Diex consel, se 11 plaist » A chest consel si s’acorderent tout, si fisent tout ensi comme chis eut devisé. saïadin lève le siège [^ss=^^uant che vint vers le jour, et chis eut ses iiij. galies y^ w^^^% i-Qoult bien atornées et moult bien armées, et tout 11 autres vaissel furent ensement moult bien armé, si nefaitmaisel, sisemetilenlemerunpeuainsle jour. Or estoit 11 port de le mer dedens les murs de le vile de Sur’44^ où par ent les nés issoient et entroient en le vile ; si se ^ "o’^°= ^•

met il à le voie, si s’en commenche à aler grandesme aleure. Quant il fut i. peu loins, et li Sarrasin Taperchoivent, si eurent tele haste de chelui sivir que onquesne s’i armèrent ; si laissent il aler trestoutes leurs c. galies, si acueillent à cachier chelui. Quant eles furent bien lanchiés avant, et chil de le vile destendent après, et chil qui li Sarrasin cachoient retornent ; si acueillent chil Surien ches Sarrasin qui tout estoient desarmé, si en ochient moult, et si les desconfisent, si que onques de toutes les c. galies n’en escapa que ij. que li Surien ne presissent toutes et Salehadins eswardoit tout chou, et faisoit si grant duel que trop, et tiroit se barbe et deschiroit ses caveax de duel qu’il veoit se gent decauper devant lui, ne ne leur pooit aidier ; quant il eut si sen navie perdu, si se desloia, si s’en ala’^^ Ensi faitement fu le vile retenue par le marchis, et li rois Guis estoit en chel toron (chel vers Acre), là où li rois de Franche et li rois d’Engletere l’avoient trouvé’4^. Après, ne demora mie

waires que li rois Guis fu mors, et se femme ausi’^^^. si escay li roiaumes à le femme monseigneur Hainfroi du Toron, qui estoit suers li roine ; si va on, si tant on à monseigneur Hainfroi se femme, si le donna on au marchis ; ensi si fu li marchis rois, puis en eut il une fille’^^ et puis fu li marchis ochis de Haussassis, puis si prist on le roine, si le donna on au conte Henri de Champaingne’^9 ^ et puis après si assist on Acre, et si le prist on’-^°.

r vous avons conté le mefïait dont li marchis de Monferras haoit Fempereur de Coustantinoble, et pourcoi il i metoit greigneur paine et greigneur consel d’aler en Coustantinoble que tout li autre, si revenrons après à no matere de devant. Quant li dux de Venice eut dist as barons que or avoient il boine acoison d’aler en le tere de Coustantinoble, et que il le looit bien, adont si s’acorderent trestout li baron. Après, si fist on demander as vesques se che seroit pechiés d’aler i, et li vesques respondirent, et disent que che n’estoit mie pechiés, ains estoit grans aumosnes, car puisqu’il avoient le droit oir qui deserités estoit, bien li pooient aidier à sen droit conquerre, et de ses enemis vengier. Adont si fisent le vaslet jurer seur sains, que il leur tenroit ches convenanches qu’il leur avoit dit par devant ; adont si s’acorderent tout li pèlerin et li Venicien que on i alast, adont si atirerent leur estoire et leur oirre, si se misent en mer ; tant alerent qu’il vinrent à un port que on apele Bouke d’Ave, qui estoit bien c. liuvesen sus de Coustantinoble : or estoit chis port là où Troies le grant sist, à l’entrée du bras Saint Jorge’^’; de là si se resmurent, et singlerent tant contre mont le bras Saint Jorge, que il vinrent à une liuve de Coustantinoble ; adont si s’entratendirent tant que tout li vaissel furent venu tout ensanle ; quant tout li estoires et tout li vaissel furent tout ensanle, si achesmerent et atornerent leur vaissiaus si bêlement que ch"estoiî le plus bêle cose du monde à eswarder’5^ Quant chil de Coustantinoble virrent chel estoire qui si estoit bêlement apareillés, si l’esw^arderent à merveille, et estoient monté seur les murs et seur les maisons pour eswarder chele merveille, et chil de l’estoire si eswarderent le I203

Départ jft’s Croise:;

pour CnnstanLinoplc.

(7illeli., i.x-Lxi.) Arrivée des Croisai

à Constantinoplc.

(Villcll., I.XII —LXVII.)

grandeur de le vile qui si estoit longue et lée, si s’en remerf

nu-, c. i.

veillierent moult durement. Adont si s’en passèrent outre et prisent port à Mauchidone •", outre le brach Saint Jorge. uant li empereres de Coustantinoble le seut, si leur manda par boins messages que il estoient là quis, et pourcoi il estoient là venu, et si leur manda que il s’il voloient de sen or et de sen argent, qu il leur envoieroit moult volentiers. Quant li haut oïrent chou, si respondirent as messages qu’il n’en voloient nient de sen or, ne de sen argent, ains voloient que li empereres se demesist de l’empire, car il nel tenoit mie à droit, ne loiaument, et se li mandèrent qu’il avoient le droit oir avec aus, Alexe le fil Kyrsaac l’empereur. Adont li message respondirent et disent que li empereres n’en feroit nient ; à tant si s’en alerent. Après, li dux de Venice parla as barons, et si leur dist:« Seigneur, je « loeroie bien que on presist x. galies, et que on mesist le vaslet « en une et gens avec lui, et qu’il alaissent par trives au rivage de Coustantinoble, et qu’il demandaissent à chiaus de « le chité, s’il vausissent le vaslet reconnoistre à seigneur. » Et li haut homme respondirent que che ne seroit se bien non ; si atirerent ches x. galies, et le vaslet, et asses gent armée avec lui. Si nagierent dusques près des murs de le vile, si nagierent amont et aval, et monstroient as gens le vaslet, (Alexes avoit à nom) ; si leur demandoient si le reconnaissoient à seigneur, et chil de le vile respondirent, et disent bien qu’il nel reconnaissoient mie à seigneur, et qu’il ne savoient qui il estoit ; et chil qu’il estoient es galies avec lui (le vaslet), disoient que ch’estoit le fix Kyrsaac l’empereur qui fu, et chil dedens f., , i r », c. 2. respondirent autre fois qu’il n’en savoient nient. Adont si sen revinrent il ariere à Tost, et fist savoir que on leur avoit respondu. Adont kemanda on par toute l’ost qu’i s’armaissent tout, et grant et petit, et quant il furent tout armé, si se confessèrent tout et kemenierent, car il doutoient moult à ariver par devers Coustantinoble. Après, si ordenerent leur batailles et leur nés, et leur vissiers, et les galies; et entrèrent li chevalier es vissiers avec leur chevax, et se misent à le voie ; si fisent ’^ « i

sonner buisines d’argent et darain bien dusques à c. paire, et tabours^ et tymbres, tant que trop’^+.

uant le gent de le vile virrent chel grant navie et lcs croisés attaquent chel grant estoire, et il oïrent les sons des buisines et des tabors qui faisoient grant noise, si s’armèrent trestout et montèrent seur les maisons, et seur les tors de le vile, si leur fu bien avis que toutes le mers et le tere tranlast, et que toute le mers fust couverte de nés ; et entrementiers avoit li empereres fait venir se gent toute armée, seur le rivage, pour deffendre le rivage. Quant li croisié et li Venicien virrent les Grieus qui estoient venu seur le rivage tout armé encontr’aus, si parlèrent ensanle tant que li dux de Venice dist qu’il iroit devant à toute se gent, et qu’il prenderoit le rivage à l’aiwe de Dieu. Adont si prist ses nés, et ses galies, et ses vissiers, si se mist u front de l’ost par devant-, après, si pri sent leur arbalestiers et leur arkiers, si les misent par devant en barges pour délivrer le rivage des Grieus ; quant il se furent si faitement ordené, si alerent vers le rivage. Quant li Grieu virrent que li pèlerin ne lairoient mie pour peur d’aus, qu’il ne venissent au rivage, et il les virrent aprochier d’aus, si se traisent ariere, onques ne les osèrent atendre, tant que li estoires ariva ; et quant il furent arivé, si issirent li chevalier hors des vissiers tout monté, (que li vissier estoient en tele manière fait, que il i avoit vis que on ouvroit bien, si lanchoit on i. pont hors, par où li chevalier pooient issir hors à tere tout monté). Quant li estoires fu arivés, etli Grieu qui s’estoient trait ariere, virrent que il furent tout issu hors, si en furent moult dolent. Or estoient che une gent, chil Grieu qui estoient venu au rivage deffendre, qui s’estoient vanté à l’empereur que jà n’i arriveroient li pèlerin, tant comme il i fussent. Quant li chevalier furent issu hors des vissiers, si acueillent à cachier ches Grieus, si les cachierent dusques à i. pont qui près estoit du kief de le chité’"

; deseur chu pont avoit une porte, où parent 

li Grieu passèrent, et s’enfuirent en Coustantinoble. Quant Constantinople. 2o3

/.l’s Croises prennent

la tour de Galatha

et entrent dans le

port.

il lurent revenu de cachier ches Grieus, si parlèrent ensanle tant que li Venicien disent que leur vaissel n’estoient mie à seur, s’il n’estoient en port. Si prisent consel qu’il les meteroient en port :,

or estoit li pors de Coustantinoble moult bien fremés d une moult grosse caaine de fer qui tenoit en le chité, et d’autre part du port tenoit à le tour de Galatha ichele tours estoit moult bien warnie de gent deffensavle’^^. -| ar le consel des haus hommes fu chele tours assise^ f.

et tant qu’ele fu prise par forche, et de kief en kief de le caaine, avoit galies de Grieus qui aidoient le caaine à deffendre, et quant le tours fu prise, et le caaine fu route, si entrèrent li vaissel dedens le port, et furent mis à sauveté, et prisent des gaiies as Grieus, qui estoient dedens le port, et des nés ; et quant les nés et tout U autre vaissel furent mis dedens le port à sauveté, s’asanlerent toutli pèlerin etli Venicien, si prisent consel entr’aus, comment il asserroient le vile, et tant qu’il s’acorderent entr’aus, que li Franchois Taserroient par tere, et li Venicien par mer, et dist li dux de Venice qu’il feroit faire engiens en ses nés, et eskieles, parcoi on asaurroit as murs. Adont s’armèrent li chevalier et tout li autre pèlerin ; si alerent passer à un pont qui estoit presque desit à ij. liuves, ne n’avoit passage à aler en Coustantinoble, à mains de iiij. liuves d’illuec, fors à chu pont ; et quant il vinrent au pont, li Grieu y vinrent qui leur contredisent le passage, tant comme il peuvent, et tant que li pèlerin lesencachierent par forche de bataille, et passèrent ; et quant il vinrent à le chité, si se logierent li haut homme, et tendirent leur tentes devant le palais de Blakerne qui estoit Tempereur ; et chis palais estoit tout droit u kief de le chité’^^ Adont iist li dux de Venice moult merveillex engiens faire et moult biaus : car il iist prendre les antaines, qui portent les voiles des nés, qui bien avoient xxx. toises de lonc ou plus ; si les fist très bien loïer et atakier à boines cordes as mas, et fist faire boins pons par deseure, et boins puis’^^ en costé de cordes ; si estoit li pons si lés que iij. chevalier armé i pooient aler de front ; et fist li dux les pons si bien warnir et couvrir as costés d’esclavinnes et de toilC ;, que cil qui i montassent pour assalir n’eussent warde, •

ne de quarriaus darbalestes, ne de saietes ; et lanchoit ii pons tant avant outre le nef qu’il avoit bien de hauteur du pont dusques à tere près de xl. toises ou plus, et à cascun des vissiers, avoit i. mangonnel qui getoient ades as murs et en le vile. Quant li Venicien eurent leur nés apareilliés, si comme je vous ai chi conté, li pèlerin d’autre part qui assailloient par tere, avoient leur perrieres et leur mangonniax si atornés qu’il getoient bien dusques u palais l’empereur, et traioient —, et chil

de dedens retraioient bien ensement dusques as tentes as pèlerins. Après, il parlèrent ensanle li pèlerin et li Venicien et prisent jor à lendemain d’assalir le chité, et par tere et par mer tout ensanle. Quant che vint lendemain par matin, que li Venicien s’apareilloient et ordenoient leur vaissiax, et se traisent au plus près des murs pour assalir, et ensement li pèlerin d’autre part avoient ordenées leur gens. Este me vous que li empereres de Coustantinoble, Alexes, issi hors de la chité, par une porte que on apele la porte Roumaine’^9^ à toute se gent toute armée, et ordena illueques se gent, etfist xvij. batailles ; en ches x^/ij. batailles esmoit on bien près de c. m. hommes à cheval. Après, si envoia le plus de ches xvij. batailles ^entour l’ost as Franchois environ, et les autres retint avec lui et toute le gent à pié de le chité qui armes peuvent porter, fist issir hors, et si les fist rengier de kief en kief les murs, entre Fost des Franchois et les murs. Quant li Franchois se virrent si enclos à le reonde de ches batailles,

si en furent moult

espoenté, et ordenerent dont leur batailles, et ne fisent que vij. batailles de vij. c. chevaliers, que plus n’en n’avoient ; et de ches vij. c, en estoient li 1. à pié.

près, quant eurent si faitement leur gent ordenée. Les croisés se rangent si demanda li cuens de Flandres le première ba(vniei ! ^ÏÏiÏLxx.)

taille, et on li otria-, l’autre bataille eut li cuens de Saint Pol, et mesires Pierres d’Amiens ; le tierche bataille eut mesires Henris, li frères le conte de Flandres, et li 1203

Alemant ;, et après, estavlierent que li serjant à pié sivirroient les batailles à cheval, si que iij. compaingnies ou iiij. sivoient une bataille à cheval, et cascune des batailles avoit chiax de sen pais après lui. Après, quant il eurent atiré les iij. batailles qui se combateroient à l’empereur, si atirerent les autres iiij. qui Tost garderoient, si que li marchis, qui estoit sires de lost, eut Tarière w^arde, et w^arda Fost par deriere, et li quens Loeis eut Tautre emprès, et li Champenois eurent le tierche, et li Borguegnon eurent le quarte, et ches iiij. batailles warda li marchis. Et après, prist on tous les garchons qui les chevax gardoient, et tous les cuisiniers qui armes peurent porter ; si les fist on trestous armer et de keutes pointes, et de peniax, et de pos de coivre, et de piletes, et de pestiax’^°, si k’il estoient si lait et si hideus, que le menue gent à pié Tempereur, qui estoient par dehors les murs, en eurent grans peur et grant hisde, quant il les virrent. Et ches iiij. batailles que je vous ai chi nommées par devant v^arderent Tost, pour peur que les batailles l’empereur qui estoient entor lost, ne perchaissent, et ne damaissent Fost, ne les tentes ; et les garchons et les cuisiniers mist on par devers le chité, encontre les gens à pié l’empereur qui estoient rengié contreval les murs. Quant le piétaille l’empereur virrent no menue gent si laidement armée, si en eurent si grant peur et si grand hisde, que onques ne s’osèrent mouvoir, ne venir vers aus, ne onques de chele part n’eut l’ost vv^arde. f.112V », C.I.

Les Vénitiens mettent

le feu à Constanti nople.

(Villeh., Lxxvii-Lxxx.)

près, si kemanda on que li quens de Flandres, et li quens de Saint Pol, et mesires Henris, qui eurent les iij. batailles, se combatissent à l’empereur-, et defendi on bien que, pour nul besoing que eles eussent, les autres iiij. ne se meussent de si, à tant que eles veissentqu’eles eussent ausi comme tout perdu, qu’il ne fussent enclos, ne assali des autres batailles qui entour l’ost estoient. Entrementiers que li Franchois estoient si faitement ordené, li Venicien, qui en le mer estoient, ne s’oublièrent mie, ains traisent leur nés près des murs de le chité, par les eskieles, et par les pons qu’il avoient fait seur les nés, et traisent et lanchie

1203

rent, et fisent geter leur mangonniax, et assalirent si durement que trop, et tant qu’il misent le fu en le vile-, si que bien en i eut ars le grandeur de le chité d’Arras’^’, et ne s’osèrent mie espardre, ne mètre en le chité, car trop estoient peu gent, et il n’i eussent durée, ains se remisent ariere en leur nés. i haut homme qui d’autre part estoient, qui se de— Dissensions entre us voient combatre à l’empereur, avoient estavli que on avoit eslit de cascune bataille ij. des plus preudommes et des plus sages que on i savoit, et i

12v^c.2.

quanke il kemandoient, estoit fait ; s’il kemandaissent : « Pongniés », on pongnoit ; s’il kemandaissent : « Aies le pas », on aloit le pas. Licuensde Flandres, qui avoit l’avantgarde, chevaucha premiers encontre l’empereur tout le pas, et li empereres estoit bien le quarte part d’une liuve loins du conte de Flandres, et faisoit chevauchier ses batailles encontre le conte ; et li cuens de Saint Pol, et mesires Pierres d’Amiens qui avoit l’autre bataille emprès, chevauchoient un petit en sus par en costé ; et mesires Henris de Hainaut, et li Alemant qui avoient le tierche bataille, chevauchoient après, ne n’i avoit cheval qui ne fust couvers de couvretures d’armes ou de dras de soie par deseure toutes les autres couvretures ;, et iij. compaingnies ou iiij. ou V. de serjans à pié sivoient cascune des batailles as kewes des chevax, et chevauchoient si rengié et si serré qu’il n’estoit nus si hardis qui osast chevauchier devant l’autre^ et li empereres chevauchoit encontre no gent à tout ix. batailles, ne n’i avoit chelui de ches ix. batailles, où il n’eust iij. m, , chevaliers, ou iiij., ou V. en tele i avoit il ; et quant li cuens de Flandres eut l’ost eslongié bien ij. arbalestées, si conseillier li disent : « Sire, vous ne faites mie bien qui vous aies conbatre à l’empereur si ensus de l’ost ; car se vous i conbates et « vous i aies mestier d’aiv^e, chil qui v^ardent l’ost ne vous « porront aidier ; mais, se vous nous en crées, vous retorneres « as lisches, et illueques atenderes l’empereur plus seurement, ’(

s’il se veut combatre.

Li cuens de Flandres retorna 1203

ariere as liches, si comme on li loa, et le bataille monseigneur Henri ausi ; et li cuens de Saint Pol, ne mesires Pierres d’Amiens ne vaurrent retorner, ains se raasturent emmi le camp tout coi à toute leur gent. Quant le bataille le conte de Saint Pol et monseigneur Pierre d’Amiens virrent le conte de Flandres retorner, si disent tout ensanle que li cuens de Flandres faisoit grant honte qui retornoit, qui Tavantgarde avoit, et disent tout ensanle : « Sire, sire, li quens de Fiance

dres retorne ; puisqu’il retorne, il vous laisse Tavantgarde : t( or, le prenons de par Dieu. « Si s’acorderent li baron enf. ii3i°, c.i.

sanle, et disent qu’il prenderoient l’avantgarde. Quant li quens de Flandres vit que li quens de Saint Pol, ne mesires Pierres d’Amiens, ne retorneroient mie, si leur manda par i. message, et pria qu’il retornaissent ; et mesires Pierres d’Amiens li remanda qu’il ne retorneroient nient ; et li quens de Flandres li manda de rekief par ij. messages, que, pour Dieu, cheste honte ne li fesissent, mais retornaissent, que che li avoit on loé. Et li quens de Saint Pol, et mesires Pierres d’Amiens li remanderent que nensi, nensi, ne retorneroient il ; adonques vint njesires Pierres d’Amiens, et mesires Wistasses de Canteleu qui estoient maistre meneeur de la bataille, si disent : « Seigneur, chevauchies, de par Dieu tout le pas. » Et tout chil de l’ost qui estoient demoré ariere, commenchierent à crier après : « Vees, vees, li cuens de Saint Pol et mesires « Pierres d’Amiens veut assanler à l’empereur ; sire Diex « (commenchierent il à dire et à crier), sire Diex, soies hui (( w^arde d’aus et de toute leur compaingnie : vees, il ont l’a(( vantgarde que li cuens de Flandres devoit avoir ; sire « Diex, conduis les à sauveté. » Et les dames et les damoiseles du palais estoient montées as fenestres, et autres gens de le chité, et dames, et damoiseles estoient montées as murs de le chité, et eswardoient chevauchier chele bataille, et l’empereur d’autre part, et disoient entr’ax que che sanloit des noes, que che fussent angles, si erent il bel, pour chou qu’il estoient si bêlement armé, et le cheval si bêlement couvert. Quant li chevalier de le bataille le conte de Flandres virrent que li cuens de Saint Pol et mesires Pierres d’Amiens ne retorneroient en nule fin, si vinrent au conte, se li disent : « Sire, vous faites grant honte qui ne vous mouves, « et sachies que, se vous ne chevauchies, nous ne nous « tenrons plus à vous. » Quant li cuens de Flandres oï chou, si feri cheval des espérons et tout li autres après, et poinsent tant qu’il atainsent le bataille le conte de Saint Pol et monseigneur Pierre d’Amiens, et quant il eurent ateinte, si chevauchierent en costé aus tout de front, et le bataille monseigneur Henri chevaucha deriere, et les batailles l’empereur et les noes batailles s’estoient jà si aprochiés que li arbalestier l’empereur traioient bien en nos gens, et nostre arbalestier ensement es gens l’empereur ; et n’avoit que i. tertre à monter entre l’empereur et nos batailles ; et montoient les batailles l’empereur d’une part et les noes d’autre, et quant no gent vinrent en son le tertre et li empereres les vit, si s’aresta, et toute se gent ausi, et furent si abaubi et si esbahi de chou que nos batailles chevauchoient si de front encontre aus, qu’il ne se seurent conseillier. Entrementiers qu’il estoient illueques si* abaubi, les autres batailles Fempereur qui avoient esté envoies entour Tost as Franchois, repairierent ariere et s’asanlerent toutes ensanle avec l’empereur u val, et quant li Franchois virrent trestoutes les batailles l’empereur assanlées ensanle, si s’aresterent en son le tertre tout coi, et se merveillierent que li empereres voloit faire, et envolèrent li conte et li haut homme des iii. batailles li uns as autres, pour prendre conseil que il feroient, s’il iroient dusques à l’ost l’empereur, ou non, et n’eurent mie consel qu’il alaissent, car il estoient moult en sus de l’ost, et s’il se combatoient là où li empereres estoit, chil qui wardent l’ost ne les vesroient mie, ne ne leur porroient aidier, se mestiers en estoit, et, d’autre part, entr’ax et l’empereur avoit uns grans caneus, un grans conduis par où l’iawe venoit en Coustantinoble, que s’il i passaissent, il eussent grant damage de leur gent, et par chou n’eurent il mie consel qu’il i alaissent. Entrementiers que li Franchois parloient ensi ensanle, este me vous que li empereres se mist 1203


Les Croisés regagnent leur camp. (N’illull., L.XXXII1 .)


ariere en Coustantinoble, et quant il fu venus, si fu moult blasmés durement et de dames et de damoiseles et d’uns et d’autres, de chou qu’il ne s’estoit combatus à si peu de gent comme li Franchois estoient, à tout si grant pule comme il avoit mené . uant li empereres fu ensi faitement retornés, si s’en revinrent li pèlerin à leur tentes et se désarmèrent , et quant il furent desarmé, li Venicien qui estoient passés en nés et en barges, si vinrent demander de leur nouveles, et disent : « Par foi nous aviemes oï dire que X vous vous combaties as Grieus, si aviemes moult grant peur (c de vous, si veniemes à vous. » Et li Franchois leur respondirent, et disent : « Par foi , le grâce Dieu, nous avons bien fait, « car nous alames encontre l’empereur, et li empereres n’osa « assanler à nous. » Et li Franchois redemandèrent des nouveles as Veniciens, et il leur disent : « Par foi, fisent-il, nous <( avons durement assali, et entrâmes dans le chité par deseur « les murs, et meismes le fu en le chité, si comme moult en (c i eust d’arse de le chité. » Ftiite nocturne d’Alcxi !! III l’Ange. Restauration d’haac II l’Ange (Villeli., i.xxxiv.) i comme li Franchois et li Venicien parloient ensanle, si leva moult grans mumures en le vile, et disent chil de le vile à l’empereur qu’il les delivrast des Franchois qui les avoient assis, et que, s’il ne se combatoit à aus, qu’il iroient pour le jone vaslet, que li Franchois avoient amené , s’en feroient empereur et leur f. seigneur. Quant li empereres oï chou, si leur créanta que il se combateroit lendemain à aus, et quant che vint vers mienuit, si s en fui li empereres hors de le vile, à tout tant de gent comme il peut mener avec lui "’^ , uant che vint lendemain par matin, et que chil de le vile seurent que li empereres se estoit fuis, si ne font il mais el ; si viennent il as portes, si les ouvrirent, et si issirent hors , et si vinrent à l’ost des Franchois, et demandèrent et enquisent Alexe, le fil Kyrsaac, [i3 V 1203

et on leur enseingna que à le tente le marchis le trouveroient. < « > :’

Quant il vinrent là, si le trouvèrent, si en fisent si ami "’^ moult

grant feste, et moult grant goie, et merchierent moult les barons, et disent que moult avoient bien fait et grant barnage, qui si faitement avoient ouvré, et disent que li empereres s’en estoit fuis, et qu’il venissent en le chité et u palais comme u leur. Adonques s’assanlerent tout li.haut baron de Ibst, et prisent Alexe, le fil Kyrsaac, si Tenmenerent u palais à grant goie et à grant feste, et quant il furent venu u palais, si fisent Kyrsaac sen père mètre hors de prison et se femme, que ses frères qui avoit tenu Tempire i avoit fait mètre ; et quant Kyrsaac fu hors de prison, si eut moult grant goie de sen fil, et acola loi et baisa, et merchia moult tous les barons qu’illueques estoient, et dist que, par Taiwe de Dieu avant et de le leur, estoit il hors de prison. Adonques si furent aportées ij. caiieres d’or’*’^, et

assist on Kyrsaac en Tune, et Alexe, sen fil, en l’autre par deles, et fu Kyrsaacs saisis du siège emperial. Adonques dist on à l’empereur : « Sire, il a chaiens i. haut homme en prison : « Morchofies’^ ^

a à nom, qui bien i a esté vij. ans ; se vostre « volontés i fust, il fust boin que on le mesist hors de prison. » Adonques si fu Morchofies hors de prison, puis en fist li empereres sen maistres bailliv, dont li empereres eut puis après moult mal w^erredon, si comme nous vous dirons après. r avint, après que li Franchois eurent si faitement te suuan a’iconium

! • 

1

j /--<

./ ^(^

j*

implore le secours

ouvre, que li soudans du Corne’^^ 01 dire que si ^/^ croisés.

faitement avoient fait li Franchois ; si vint parler à aus là où il estoient encore logié dehors Coustantinoble, si leur dist : « Chertés, seigneur, fist-il, vous aves fait ’( moult grant barnage et moult grant proeche, qui si grant « cose comme Coustantinoble est, qui est li kiés du monde, « aves conquis, et aves remis le droit oir de Coustantinoble c( en sen siège, et corouné Taves à empereur, (che disoient il, « u pais, que Coustantinoble estoit li kiés du monde). Seigneur, « fist li soudans, je vous vaurroie proier d’une cose que je « vous dirai : jou ai i. mien frère mainsné "^^ de mi qui m’a 1203

« soustraite me tere et me seignorie du Coine par traïson, « dont j’estoie sires, et dont je sui drois oirs ; se vous me volies c( aidier à conquerre me tere et me seignorie, je vous donrroie moult grant plenté de men avoir ; et si me feroie crestiener et tous chiax qui à mi se tenroient, si je ravoie me « seignorie, et se vous me volies aidier. » Et li baron respondirenl qu’il s’en conseilleroient, et fu mandés de Venice li dux et li marchis et tout li haut baron, et s’en assanlerent à moult grant consel, et tant que leur consaus ne leur aporta mie qu’il fesissent chou que li soudans leur requeroit, et quant il vinrent de leur consel, si respondirent au Soudan quïl ne pooient mie faire chou qu’il leur requeroit ; car il avoient encore leur convenanches à avoir de l’empereur, et que che seroit uns perix de laier si grant cose comme Coustantinoble est, en tele point comme ele estoit, si ne l’osseroient laissier. Quant li soudafts oï chou, si en fu tous corchiés, si s’en râla. f. 114f, C. 2.

Les barons retrouvent

l’impératrice Agnès

de France.

près, quant li baron eurent mené Alexe u palais, si demandèrent de le sereur le roi de Franche que on apeloit Tempereris de Franche, se ele vivoit encore ; et on dit ouil, et que ele estoit mariée, que uns haus lions de le chité (li Vernas ""^ avoit à nom) l’avoit espousée-, simanoiteni. palais près d’illuec. Là si l’alerent veir li baron, et si le saluèrent, et moult li promissent à faire lui servige, et ele leur fîst moult m.auvais sanlant, et moult estoit corchié de chou qu’il estoient là aie, et de chou qu’il avoient chelui Alexe corouné, ne ne voloit parler à aus, ains i faisoit parler i. latinier, et disoit h latiniers qu’ele ne savoit nient de franchois "^9— mais H cuens Loeis’^°, chis estoit ses cousins, si s’acointa à lui.

Les Croisés voient

un roinubieiu

près, il avint i. jour que li baron alerent esbanier u palais pour veir Kyrsaac, et l’empereur sen fil. Si comm.e h baron estoient laiens u palais, si vint illueques i. rois qui toute avoit la char noire ’^i,

et avoit

une crois enmi le front qui li avoit esté faite d’un caut fer ; chis rois si sejornoit en une moult rike abeie en le chité, où Alexes, qui avoit esté empereres, avoit kemandé que il fust, et en fust sires et damoisiaus tant comme il i vausist sejorner. Quant li empereres le vit venir, si se leva encontre lui, et s’enfist moult grant feste ; si demanda li empereres as barons : « Saves vous « ore, fist-il, qui chis bons est ? » — « Sire, nennil, fisent li baron. »

« Par foi, fist li empereres, ch’est li rois de Nubie qui est « venus en pèlerinage en cheste vile.)^ Et fist on parler latiniers à lui, et fist on lui demander où se tere estoit-, tant qu il respondi as latiniers, en sen langage, que se tere estoit encore c. journées delà Iherusalem, et de là estoit il venus en Iheru-, salem en pèlerinage ; et si dist que, quant il mut de son païs, qu’il mut bien xl. hommes de se tere avec lui, et quant il vint en Iherusalem, ne n’i eut il de vis que x. —, et quant il vint de

Iherusalem en Coustantinoble n’en n’avoit-il que ij. vis ; et si dist qu’il voloit aler en pèlerinage à Rome, et de Rome à Saint Iake, et puis revenir s’ent ariere en Iherusalem, s’il pooit tant vivre, et puis illueques morir. Et si dist que tout chil de se tere estoient crestien. et quant li enfes estoit nés, et on le baptisoit, que on li faisoit une crois enmi le front d’un caut fer ausi comme il avoit. Si eswarderent li baron chu roi à moult grant merveille.

près, quant li baron eurent corouné Alexe si faitement, comme je vous ai dit, si atira on que mesires Pierres de Braichoel, et il, et se gent, manroient u palais avec l’empereur, et puis après si atirerent li baron comment il se herbergeroient, et n’osèrent mie manoir du tout en le chité pour les Grieus qui traiteur estoient, ains s’en alerent herbergier outre le port par devers le tour de Galatha, et se herbergierent illueques tout ensanle en une mansion qui i estoit, et traisent leur navie, et ariverent devant aus, et aloient en le chité quant il voloient-, et quant il voloient aler par iawe, si passoient en barges, et quant il voloient aler à cheval, il passoient au pont’72. Adonques quant il furent herbergié, si prisent consel ensanle, et li Franchois et li Les Croisés

établissent à Galatha. 1203

Venicien, que il feroient abatre 1. toises des murs de le vile, car il doutoient que chil de le chité ne revelaissent encontre aus.

Alexis IV paie une

partie de la subvention

promise aux Croisés.

près, s’assanlerent i. jour toutli baron u palais Tempereur, et demandèrent leur convenanches à l’empereur ; et respondi qu’il les tenroit bien, mais il voloit anchois estre corounés, et puis si atirerent et prisent i. jour de li corouner ; et à chel jour il fu corounés hautement comme empereres par le volenté de sen père qui li otria boinement, et quant il fu corounés, li baron requisent leur paiement, et il dist qu’il paieroit moult volontiers chou qu’il porroit, et paia adonques bien cm. mars ; et de ches cm. mars, rechurent li Venicien le moitié, car il dévoient avoir le moitié des conquestes ; et des 1. m. mars qui remesent, leur paia on xxxvj. m. mars, que li Franchois leur dévoient encore de leur navie, et des autres xx. m. mars qui remesent as pèlerins, rendi on à tous chiaus qui avoient preste de leur avoir au paiage du passage ^^.

Campagne d’Alexis IV

hors de Constanti

nople.

(Villeh., xc.)

près, li empereur requist les barons, et si leur dist que il n’avoit nient fors Coustantinoble, et que peut li vaurroit s’il n’avoit autre cose, car ses oncles tenoit toutes les chités et les chastiax qui siens dévoient estre —,

et requist les barons que il li aidaissent à conquerre de le tere entor, et il leur donroit encore du sien moult volen tiers. Adonques respondirent que che voloient il moult volentiers, que tout chil [qui] gaingnier voloient, i alaisf sent. Adont si i ala bien le moitié de chiax de l’ost avec Alexe, et l’autre moitié remest en Coustantinoble pour rechevoir le paiement, et Kyrsaacs remest pour faire le paiement as barons, et Alexes s’en ala à toute s’ost, et conquist de le tere bien XX. chités et bien xl, chastiax ou plus, et Alexes li autres empereres ses oncles s’en fuioit tous dès avant, et furent bien li Franchois avec Alexe largement iij. mois’7^. Et entrementiers

que Alexes fist chele chevauchie, firent chil de Coustanti1

1

5r", c.

I. noble leur mur refaire plus fort et plus haut qu’il n’estoit devant, que li Franchois avoient fait abatre bien 1. toises, quant il eurent le vile prise, pour chou que il doutoient que li Grieu ne revelaissent encontre aus ; et quant li baron qui estoient demoré pour le paiement rechevoir, virrent que Kyrsaacs ne leur paioit nient, si mandèrent as autres barons, qui estoient aie avec Alexe, qu’il s’en revenissent, que Kyrsaacs ne les paioit nient, et qu’il s’en fussent tout venu dedens le feste Tous Sains. Quant li baron oïrent chou, si disent à l’empereur qu’il s’en retorneroient —,

quant li empereres oï chou, si dist qu’il s’en retorneroit, puisqu’il s’en retornoient, car il ne s’osoit mie fier en ches Grieus ; si s’en revinrent ariere en Coustantinoble, si s’en ala l’empereres en sen palais, et li pèlerin s’en alerent à leur her berges outre le port. i2o3

près si s’asanlerent li conte et li haut homme et li Les croisés réclament jj.

1-1 i’^ reste de la siib ûuxde Vemce, et h empereres ensanle ; si demande rent H Franchois leur paiement à l’empereur, et li empereres respondi qu’il avoit si se chité raiencé, et ses gens, qu’il ne leur avoit que paier, mais donnaissent lui i. terme, et, par dedens, il se pourvesroit qu’il les paieroit ; il li donnèrent. Et quant li termes fu passés, il ne les paia nient, et li baron redemandèrent de rekief leur paiement, et li empereres redemanda encore un respit, et on li donna ; et par dedens, si homme et ses gens et chis Morchofles qu’il avoit geté de prison, vinrent à lui, et se li disent : « Ha ! Sire, « vous leur aves trop paie, ne leur paies plus, vous estes tous a raiens tant leur aves vous paie, mais faites les ent aler, et « si les congées hors de vo tere. » Et Alexes si creï chu consel, si ne leur vaut nient paier, quant chus respit fu passés, et li Franchois virrent que li empereres ne les paioit nient. Si s’asanlerent tout li conte et H haut homme de l’ost, si s’en alerent u palais l’empereur, et demandèrent de rekief leur paiement, et li empereres leur respondi qu’il ne les pooit paier en nule fin, et li baron li respondirent que s’il ne les paioit, il pourcacheroient tant du sien qu’il seroient paie. vention.

(Villeh., xcn-xciv.) 1203

•Le doge de Venise va

trouver Alexis IV.

ches paroles, se partirent li baron du palais, et s’en revinrent à leur herberges, et quant il furent revenu, si prisent consel ensanle qu’il feroient, tant qu’il renvoierent à l’empereur ij. chevaliers, et se lui mandèrent derekief qu’il leur envoiast leur paiement, et il respondi as messages qu’il ne les paieroit nient, qu’il leur avoit trop paie, et qu’il ne les doutoitnule créature ; ains leur manda qu’il s’en alaissent et widaissent se tere, et bien seussent il que, s’il ne le widoient auques par tans, qu’il leur feroit anui. A tant li message s’en revinrent, et lisent savoir as barons chou que li empereres avoit respondu : li baron, quant il oïrent chou, si se conseillierent qu’il feroient, tant que li dux de Venice dist fqu’il voloit aler parler à lui ; si prist i. message, si li manda qu’il venist à lui parler seur le port, et li empereres vint à cheval, et li duxfist armer iiij. galies ; si s’en entra en l’une, et les iij. fist aler avec lui pour li warder, et quant il vint vers le rive du port, si vit l’empereur qui i estoit venus à cheval, si parla à lui, et se li dist : « Alexe, que cuides tu faire, (fist.li (( dux), preng w^arde que nous t’avons geté de grant caitiveté ; « si t’avons fait seigneur et corouné à empereur ; ne nous « tenras tu mie, (fist li dux), nos convenanches, ne si n’en feras « plus ? » — (( Naie, (ïist li empereres), je n’en ferai plus que (( faitenai. »

« Non, dist li dux, garchons malvais, nous « t’avons, (fist li dux), geté de le merde, et en le merde te remeterons, et je te defïi, et bien saches tu que je te’pourcacherai mal, à men pooir, de ches pas en avant ’^s.

»

ii5 V », c. I.

Les Grec » cherchent à

incendier la flotte.

(Villeh., xcv-xcvi.)

ches paroles, s’en parti li dux, et s’en revint ariere -,

si s’asanlerent li conte, et tout li haut homme de l’ost, et li Venicien, pour prendre consel que il feroient ; et disent li Venicien qu’il ne pooient mie faire leur eskieles ne leur engiens seur leur nés, pour le tans qui trop estoit fres —,

si estoit le saisons entre feste Tous Sains et Noël. Entrementiers qu’il estoient illueques si esmari, si ne fait mais el li empereres et si traiteur qui entour li estoient. si se pourpenserent d’une grant traïson qu’il voloient.

1203

il prendre en le chité par nuit nés, si les font il toutes emplir (.1.3 V", c. 2. de bien seske lengne et de lardons dedens le lengne, si font il bouter le fu ens ; quant che vint vers mienuit, et les nés furent bien esprises, (si ventoit moult durement), si laissent li Grieu illueques ches nés toutes ardans pour ardoir le navie as Franchois, et li vens les acachoit grant aleure vers le navie. Quant s’aperchoivent li Venicien, si salent sus, si entrèrent en barges et en galies, si fisent tant que onques, le grâce Dieu, leurnavies n’en eut warde. Ne demora mie après plus de xv. jours que li Grieu refisent autre tel, et quant li Venicien les raperchurent, si râlèrent encontre, et defFendirent moult bien leur navie de chu fu, si que onques, le grâce Dieu, n’en eurent warde, fors une nés markaande qui lueques estoit venue ; chele fu arse. Et le kiertés estoit si grans en l’ost, que on i vendoiti. sestier de vin, xij. sols ; xiiij. saus, xv sols, tele eure fu ; et une geline, xx sols, et i. oef ij. deniers ; mais du bescuitni avoit il mie tele kierté, ains en avoient auques à leur ost maintenir une pieche’7(5,

ntrementiers qu’il sejornoient illuec Tyver, si se w^arnirent moult bien chil de le chité et fisent leur mur rehauchier, et leur tours, et fisent faire par deseure les tours de pierre boines tours de fust, et fisent ches tours de fust bien hourder par dehors de boines ais^ et bien couvrir par deseure de boins cuirs, si qu’il n’eussent vv^arde des eskieles des nés as Veniciens ; et avoient bien li mur Ix. pies de haut et les tours c ; et fisent bien xl. perrieres rengier par dedens le chité, de kief en kief les murs, en chel endroit où on cuidoit que on assausist, et ne fu mie merveille se il fisent chou, car moult en eurent grant loisir. Entre ches entrefaites li Grieu, li traître l’empereur, et Morchofîes que li empereres avoit geté de prison s’asanlerent i. jour et pourparlefent une grant traïson, qu’il voloient autre empereur de Assassinat d Isaac II

et d’Alexis IV l’Ange.

(Villeh., xcvii-xcviii.) chelui faire, qui les délivras ! des Franchois, car Alexes ne leur sanloit mie boins, tant que Morchofles dist : « Se vous me « volies, (fist il), croire, et vous me volies faire empereur, je « vous deliverroie si bjien des Franchois et de T empereur, « que jamais warde n en aries. » Et il disent que, s’il les en pooit délivrer, qu’il le feroient empereur, et Morchofjes leur creanta qu’il les en deliverroit dedens viij. jours, et il li otriierent qu’il le feroient empereur. Adont ala Morchofles, ne s’evlia mie, si prist serjans avec lui, si s’en entra par nuit en le cambre où ses sires li empereres, qui le geta de prison, se dormoit, si li fist lachier une corde u col, si le fist estranler, et sen père Kyrsaacausi’"^

Quant il eut chou fait, si vint ariere à chiaus qui le dévoient faire empereur, si leur dist, et chil alerent, si le corounerent, et s’en fisent empereur. Quant Morchofles fu empereres, si s’en ala le nouve le par le chité : « K’est qu’en est, par c( foi, Morchofles est empereres, s’a [sen] seigneur mordri. « Après on traist de le chité unes letres en l’ost as pèlerins, qui disoient que Morchofles avoit ainsi ouvré. Quant li baron le seurent, si dist aucuns que dehait eust qui en caloit de chou que Alexes estoit mors, pour chou qu il ne vaut les convenanches as pèlerins tenir-, li autre disent qu’il leur en pesoit qu’il avoit esté si faitementmors. Après, ne demora mie grandement, quantMorchofles demanda au conte de Flandres, au conte Loeis, aumarchis et à tous les autres haus barons qu’il s’en alaissent, et que ilwidaissentsetere, etque bienseussentil qu’il estoit empereres, ,

et que, s’il les i ataingnoit dedens viij. jours, qu’il les ochirroit tous. Quant li baron oïrent chou que Morchofles leur avoit mandé, si respondirent : « Qui ? (fisent il), chis qui sen seigneur a (( mordri par nuit en traïson, si nous a mandé chou. » Se li mandèrent ariere que ore le deffioit il, et qu’il se wardast d’aus, et que il n’en partiroient du siège, s’aroient chelui vengié que il avoit mordri, et si raroient pris autre fois Coustantinoble, et si raroient tout plainement les convenanches que Alexes leur avoit en convenant. Quant Morchofles oï chou, si kemanda que on wardast moult bien les murs et les tours, et les hourdast on, si que il n’eussent warde des assaus as Franchois, et il si fisent moult f.

IM)r", c.2 bien^ si que li mur et les tours furent plus fors et plus deffensavles que devant.

ii>o-3

1 avint après, en chu tempore que Morchofles li ^i’-’^^<is<^dejohannicL%

rot de Valachte.

traître fu empereres, et que Tost de Franchois estoit si povre comme jou vous ai par devant dit, et qu’il ratornoient durement leur nés et leur engiens pour assalir, que Jehans li Blakis ’^s

manda as haus barons

de Tost que, se il le voloient corouner à roi à estre sires de se tere de Blakie, que il tenroit se tere et sen roiaume d’aus, et qu’il venroit en leur aiwe pour aidier à prendre Coustanf. ii6 V", c. I. tinoble à tout c. m. hommes à armes. Or est Blakie une tere qui est du domaine Fempereur, et estoit chus Jehans uns serjans Fempereur qui wardait une huiriere Fempereur, si que, quant li empereres mandoit Ix. chevaus ou c, que chis Jehans li envoioit, et venoit à court chascun an devant chou qu il fust par mal de le court ; et tant qu’il i vint à i. jour, et que uns escoulliés, uns des vissiers Fempereur, li fist un lait fait, qu’il le feri d unes corgies parmi le visage, dont il eut moult grand duel ; et pour chu lait fait que on li fist, si s’en parti Jehans li Blakis par mautalent de le court, et s’en râla en Blakie ; si est Blakie une moult fort tere qui toute est enclose d’unes montaingnes, si que on n’i puet entrer ne issir, fors par i. destroit. Quant Jehans fu venus, si commenche à atraire les haus hommes de Blakie comme chis qui estoit rikes hons, et qui auques pooir i avoit, si leur commenche à promettre et donner et as uns et as autres, et fist tant que tout chil du pais furent tout subjet à lui, et tant que il fu sires d’aus. Quant il lu sires d’aus, si traist il as Commains’^9, si fait il tant que par un que par el, qu’il fu leur amis et que il furent tout en s’aiw^e, et que il fu ainsi comme tous sires d’aus. Or est Commanie une tere qui marchist à Blakie ; si vous dirai quel gent chil Commain sont : che sont une gent sauvage qui ne erent, ne ne semment, ne n’ont borde ne maison, ains ont unes tentes de feutre, uns habitacles, où il se muchent et se vivent de lait et de formage et de char. Si v a en esté tant de mouskes et de mouskerons que il n’osent issir hors de leur tentes, waire preu devant en Tyver’^°

; enyversiissenthorsde’• • lOv", c. 2. 

leur tentes et de leur pais, quant ils voellent faire leur chevauchié. Si vous dirons que il font:cascuns d’aus a bien x. chevax ou xij ; si les ont si duis qu il les sivent partout là où il les voellent mener, si montent puis seur Tun et puis seur l’autre ; si a cascuns des chevax, quant ilsoirrent, i.sakelet pendu au musel là où se viande est, si menjue si comme il suit sen maistre, ne ne cessent d’esrer et par nuit et par jour, si vont si durement que il vont bien en une nuit et en i. jor vj. journées ou vij. ou viij. desrive ; ne jà, tant comme il vont, riens ne carkeront, ne ne prenderont devant au repairier-, mais quant ils repairent, dont si acueillent proies, si prennent hommes, si prennent chou qu’il pueent ateindre ; ne jà n’iront, autrement armé, for qu’il ont unes vesteures de piax de mouton, et portent ars et saietes avec aus ; ne ne croient autrement, fors en le première beste qu’il encontrent le matinée, et chis qu’il encontre, si i croit toute jour, quele beste che soit. IchisCommains avoit Jehans li Blakis en s’aiwe, et venoit cascun an preer le tere l’empereur dusk’àmeesme de Coustantinoble ; ne n’avoit li empererestantde pooir qu’il s’enpeustdeffendre. Quant li baron de l’ost seurent chou que Jehans li Blakis leur mandoit, si disent qu’il s’en conseilleroient, et quant il se furent conseillié, si eurent malvais consel, si respondirent que de ne lui, ne de s’aiwe n’avoient il cure, mais bien seust il que il le greveroient, et que il mal li feroient, s’il pooient, et il leur vendi puis moult kier; che f— 1 17r°, c1.

fu moult grans deus, et moult grans damages, et quant il eut fali à aus, si envoia à Rome pour se coroune. Et li apostoiles ’^’

y envoia i. cardounal pour lui corouner, si fu corounés à roi. Henri de Hainautran

çonne la Filée ( Plii nca) et s’empare de

l’Anscoinne.

(Villeh, xcix.)

r vous dirons d’une autre aventure qu’il avint à monseigneur Henri, le frère le conte de Flandres. Entre ches entrefaites que li Franchois avoient assis Coustantinoble, il avint que mesires Henri, et il, et chil de se compaingnie, n’esfoient mie moult rike, ains avoient bien mestier et de viandes et d’autres coses, tant que on endita une chité, (la Filée avoit à nom)’^% à x. liuves loins de Tost : icheles chités estoit moult rike et moult plentive. Si ne fist mais el mesires Henri, si atorna sen oirre et s’en parti de Tost à chelée par nuit, li trentisme de chevaliers, et asses serjans à cheval avec lui, que waires de gens ne le seurent. Quant il vint à le chité, si fist sen fait, si i sejorna i. jour, et entrementiers que il i ala, fu espiés, et endités à Morchofles. Quant Morchofles le seut, si fist monter bien dusques à iiij. m. hommes à armes, etfist porter TAnsconne’^^ avec lui, (i. image de Nostre-Dame que li Grieu apeloient ensi, que li empereur portent avec aus, quant il vont en bataille, et si grant fianche ont en chel Ansconne que il croient bien que nus qui le port en bataille ne puet estre desfis, et pour chou que Morchofles ne le portoit mie, à droit créons nous qu’il fu desconfis) —, et li

Franchois avoient jà leur v^aaing envoie à Tost, si les waita Morchofles au repairier, et quant il vint à une Uuve près de nos gens, si mist ses gens en await et fist ses embuskemens, et nos gens n’en seurent mot, si s’en revenoient durement, ne ne seurent mot de chel await. Quant li Grieu les virrent, si s’escrierent, et nos Franchois se regardèrent ; quant il les virrent, si eurent moult grant peur, et moult commenchierent à reclamer Dame Dieu et Nostre Dame, et furent si esmari qu’il ne se seurent conseillier, et tant qu’il disent entr’aus : « Par « foi ! se nous fuions, nous sommes tout mort ; miex nous vient c( mourir en deffendant que en fuiant ». Adont si s’aresterent tout coi, et prisent entour viij, arbalestiers que il avoient, si les misent devant aus ; et li empereres Morchofles, li traitres, et li Grieu leur vienent moult très grant aleure, si se fièrent en aus moult rudement ; mais onquesnu des Franchois, le merchi Dieu, ne misent à pié. Quant li Franchois virrent que li Grieu leur couroient si sus de toutes pars, si laissierent les lanches caïr jus, si traient coustiaus et miséricordes qu’il avoient, si s’acueillent à deffendre moult vigeureusement, si en ochient moult. Quant U Grieu virrent que li Franchois les desconfisoient si, si se commenchent il à esmaier, si tornent il en fuies, et nos Franchois les acueillent, si en ochisent moult, et moult en retinrent, et moult y waaingnierent, et cachierent l’empereur Morchofles largement demie liuve qu’il le cuidoient tous vis prendre, et si le hasterent et lui et chiaus de se compaingnie, que il laierent caïr TAnsconne, et sen capel emperial, et l’enseingne, et FAnsconne qui toute estoit d’or et toute carkie de rikes pierres précieuses, et estoit si bêle et si rike, que onques si bêle ne si rike ne fu veue. Quant li Franchois le i. nyv" virrent, si laiserent leur cache, si furent moult lié durement, si prisent l’image, si l’en aporterent à moult grant goie et moult grant feste. Et entrementiers qu’il se combatoient, vinrent nouveles à l’ost qu’il estoient encontre des Grieus, et quant chil de l’ost oïrent les nouveles, si s’armèrent et poinsent encontre seigneur Henri, pour lui secorre, et quant il vinrent là, si s’en estoient jà li Grieu fui, et nos Franchois en amenoient leur w^aaing, et l’Ansconne en aportoient qui si estoit bêle et rike comme je vous ai dit ; et quant il vinrent près de l’ost, si alerent li vesque et li clerc, qui en l’ost estoient, à pourcession encontre aus, et rechurent l’Ansconne à grant goie et à grant feste, et le bailla on au vesque de Troies ; si l’emporta li vesques en l’ost, à une église où il repairoient, et canterent li vesque, et fisent ent moult grant feste, et, très chu jour qu’ele fu conquise, otrierent tout li baron que ele seroit donnée à Chistiax’% et puis y fu ele portée. Et quant Morchofles vint ariere en Coustantinoble, si fist acroire qu’il avoit desbareté et desconfit seigneur Henri et se gent, et demandoient aucun des Grieus tout bêlement:« Où est l’Ansconne et l’enseingne ? » ; et li autre disoient que on avoit tout mis en sauf ; tant alerent ches nouveles amont et aval, que li Franchois seurent k’ensi faitement avoit fait Morchofles acroire qu’il avoit les Franchois desconfis; et li Franchois ne fisent mais el, si font il armer une galie et fisent prendre l’Ansconne, et lever bien haut en le gaUe, et l’enseingne de l’empire, et fisent nagier chele galie à tout l’Ansconne et à tout l’enseingne, de kief. en kief les murs, si que chil qui à murs estoient, et moult de gens de le chité, le virrent et le connurent bien que ch’estoit l’enseingne et l’Ansconne l’empereur.. Quant U Grieu virrent chou, si vienent à Morchofles, si l’acueilient moult à liounir et à blasmer de chou qu’il avoit Tenseingne de l’empire et FAnsconne perdue, et de chou qu’il leur avoit fait acroire qu’il avoit les Franchois desconfis-, et quant Morchofles oï chou, si se rescoust le plus bêlement qu’il peut, si commencha à dire : « Or ne vous esmaies mie, car je leur vendrai moult kier, et « moult bien me vengerai d’aus. »

I203

près, avint que tout li Franchois et tout li Venicien convention entre les Croisés et les Véni s’assanlerent pour prendre consel entr’aus, comment il ouverroient, et que il feroient, et de qui il porroient faire empereur, s’il avoient le chité prise, tant qu’il eswarderent entr’aus que on prendroit x. Franchois des plus preudhommes de i’ost, et x. Venicien ensement des plus preudhommes que on i saroit ; et chou que chil xx, en atierroient seroit tenu, et par si que, se li empereres estoit des Franchois, que li patriarches seroit des Veniciens. Et atira on que chis qui seroit empereres aroit le quarte partie de l’empire et le quarte part de le chité en son demaine, et les autres iij .

parties partiroit on, si que li Venicien en aroient le moitié et li pèlerin l’autre, et tout tenroiton de l’empereur ^^ Quant il eurent tout chou atiré, après si fist on jurer seur sains à tous chiaus de I’ost que les waains d’or et d’argent et de nuef drap, à le vaillanche de v. sols et de plus, aporteroient tout à I’ost à droite partie hors euxtuis et viande, et que il à femme forche ne feroient, ne ne despouilleroient de drap que ele eust vestu ; car qui en esteroit atains, il seroit destruis. Et se leur fist on jurer seur sains, que il main ne meteroient seur moine, ne seur clerc, ne seur prestre, s’il n’estoit en deffense, ne qu’il ne froisseroient église, ne moustier ^^^, .

tiens pour lepartag

de l’Empire.

(Villeh., CI.)

près, quant tout chou fu fait, si fu li Nœux passés, Les croisés se prépasi fu près de l’entrée du quaresme, et li Venicien et ’^""(ViiLh^’cn.)

li Franchois se rapareillerent et ratornerent leur nés ; si fisent U Venicien refaire les pons de leur m mars (vers le)

nés, et li Franchois fisent faire uns autres engiens que on 1204

apeloit cas, et carchloies, et truis, pour miner as murs ; et prisent li Venicien marien de maisons et en couvrirent leur nés, si qu’il jounoient le marien, et après prisent sarment de vingne, si en couvrirent le marien, que les perrieres ne peussent confondre ne drooichier leur nés’^7. Et li Grieu renforchierent moult durement leur chité par dedens, et fisent moult bien couvrir de boins cuirs par dehors les breteskes qui estoient pardeseur les tours de pierre ; ne n’i avoit breteske, où il n’eust 16 avril.

vij. estages, ou vj., ou v. au mains. Après, avint par i. devenres, entor x. jours devant Pasques Flouries, que li pèlerin et li Venicien eurent leur nés et leur engiens atornés, et qu’il s’apareilloient d’as salir ^ si arangierent leur nés, Tune en costé l’autre, et li Franchois fisent carkier leur engiens en barges, et en galies, et se misent à le voie à aler vers le chité, et duroit bien h navies une grandesme liuve de front ; et estoient tout li pèlerin et li Venicien moult bien armé. Si avoit i. monchiel dedens le chité, en chel endroit où on devoit assalir, que on pooit bien veir des nés pardeseur les murs, si estoit il haus ; et en chelmonchiel’^^ estoit venus Morchofles, h traîtres li empereres, et de se gent avec lui ; si i avoit fait tendre ses vermeilles tendes, et faisoit ses buisines d’argent sonner, et ses tymbres, et faisoit moult grant beubant, si que li pèlerin le pooient bien « veir, et Morchofles pooit bien veir es nés as f— us r », c 2. pèlerins.

-.

Les Croisés donnent [^^^^^uant H uavlcs dut arivcr, si prisent boins caauvles, l’assaut ; il est re ^^^^^^^

poussé par les Grecs.

lI^^%J SI traiscnt Icur ucs au plus près qu’il peurent des murs, si fisent li Franchois leur engiens drechier, leur cas, leur carcloies et leur truis, pour miner as murs, et li Venicien montèrent sur les pons de leur nés, et assalirent durement as murs, et li Franchois assalirent ensement par leur engiens. Quant li Grieu virrent que li Franchois les assaloient si, si descendent à geter grandesme quarriaus seur ches engiens as Franchois, si grans que trop ; si commenchent à craventer, et à despechier, et à esmier tous ches engiens, si que onques nus n’osa demorer dedens ne desous ches engiens, ne li Venicien d’autre part ne peurent avenir as murs, ne as tours ; si erent eles hautes ; ne onques chu jour h Venicien, ne U Franchois riens ne peurent forfaire, ne as murs, ne à le chité. Quant il virrent qu’il n’i peurent nient forfaire, si furent moult dolent, si se traisent ariere ; quant U Grieu les virrent traire ariere, si s’acueillent à huer et à escrier si durement que trop, et montèrent sur les murs, et avaloient leur braies, et monstroient leur eus. Quant Morchofles vit que li pèlerin furent retorné, si akeut à faire sonner ses buisines et tymbres, et à faire i. si grand beubant que trop, et manda se gent, et commencha à dire : « Vees, Seigneur, sui je boins « empereres, onques mais n’eustes vous si boin empereur-, « ai le jou bien fait ? Nous n’avons mais warde, je les ferai c( tous pendre et tous hounir. »

uant li pèlerin virrent chou, si furent moult cor— comeu d.— guerre, ie%

évêques exhortent

chié et moult dolent, si s en revinrent ariere d’autre l’arméi.’

part du port à leurs her berges. Quant U baron furent revenu, et il furent descendu des nés, si s’asanlerent, et furent moult abaubi, et disent que ch’estoit par pechié qu’il riens ne pooient faire ne forfaire à le chité tant que li vesque et li clerc de l’ost parlèrent ensanle, et jugierent que le bataille estoit droituriere, et qu’i leur devoit bien assalir, car anchiennement avoient esté chil de le chité obedient à le loi de Rome, et ore en estoient inobedient, quant il disoient que le loi de Rome ne valoit nient, et disoient que tout chil qui i croient estoient chien ; et disent U vesque que par tant les devoit on bien assalir, et que che n’estoit mie pechiés, ains estoit grans aumosnes. Adont cria on par l’ost que tout venissent au sarmon ^ et Venicien, et un et autre, le diemenche par matin, et il si fisent. Adont sarmonerent h vesque par l’ost, li vesques de Sessons, li vesques de Troies, li vesques de Hanetaist, maistres Jehans Faicete, et li abbes de Los, et monstrerent as pèlerins que le bataille estoit droituriere, car il estoient traiteur et mordrisseur, et qu’il estoient desloial, quant il avoient leur seigneur droiturier mordri, et qu’il estoient 8

12 avril. 1204

pieur que Juis, et disent li vesque qu’il assoloient de par r. ns Dieu et de par Fapostoile tous chiaus qui les assàurroient-, et kemanderent li vesque as pèlerins qu’il se confessaissent et kemeniaissent tout moult bien, et qu’il ne doutaissent mie à assalir les Grieus, car il estoient enemi Dame Dieu ; et kemanda on que on quesist et que on ostast toutes les foies femmes de Tost, et que on les envoiast bien loins en sus de Fost-, et on si fist que on les mist toutes en une nef, et les envoia on bien loins de Fost.

Deuxième assaut.

i3 avril

près, quant li vesque eurent preechié et monstre as pèlerins que le bataille estoit droituriere, si se confessèrent moult bien tout, et furent kemenié. Quant che vint le deluns par matin, si s’atornerent moult bien tout li pèlerin, et s’armèrent, et li Venicien, et relisent les pons de leur nés, et leur vissiers, et leur galies ; si les arengierent coste à coste et se misent à le voie pour assalir aler ; et avoit li navies bien une grandesme liuve de front ; et quant il furent arivé, et il se furent trait au plus près qu’il peurent des murs, si geterent ancres. Et quant il furent à ancre, si commenchierent durement à assalir, et à traire, etàlanchier et àgeter fu Griois’^9 as tours, mais ne s’i pooit prendre li fus, pour les cuirs dont eles erent couvertes —, et dedens se deffendoient

moult durement et faisoient bien geter Ix. perrieres, et getoient à cascun caup sur les nés ; mais les nés estoient si bien couvertes de marien, et de sarment de vingne,. k’er ne leur faisoient mie grant mal, et estoient les pierres si grans que uns bons n’en peust mie une lever de le tere ; et Morchofles li empereres estoit en son monchiel, si faisoit ses buisines d’argent sonner, et ses tymbres, et faisoit moult grant beubant, et renheudissoit se gent, et disoit : « Aies là, aies chà, » et les renvoie là où il veoit que li grain des besoins estoit*, et n’avoit mie en tout le navie plus haut de iiij. nés ou de v. qu’il peussent avenir as tours, si erent eles hautes, et tout li estage des tours de fust qui erent faites sur les tours de pierre dont il i avoit bien v., ou vj, ou vij, et estoient toutes warnies de serjans qui les tours deffendoient. f. 119r », c.I. 1204

t tant i assalirent que le nef le vesque de Sessons s’ahurta à une de ches tours par miracle de Dieu, Prise de deux luun

si comme le mers qui onques n’est coie, le porta ; et sur le pont de chele nef, avoit i. Venicien et ij. chevaliers armés. Si comme le nef se fu ahurtée à chele tour, si se prent li Veniciens à pies et à mains au miex qu’il peut, si fait tant qu’il fu ens. Quant il fu ens, et li serjant qui estoient en chel estage, Engles, Danois’9° et Grieus, que il i avoit, si w^ardent, si le voient, se li keurent il sus à haches et as espées, si le decauperent tout ; si comme le mers reporta avant le nef, si se rahurta à chele tour ; si comme ele si fu rahurtée, si ne fait mais el li uns des ij chevaliers (Andriex de Dureboise avoit à nom), si se prent il à pies et as mains à chele breteske, et fait tant qu’il se mist ens à genouillons. Quant il fu laiens à genouillons et chil li keurent il sus à haches, as espées, si le ferirent durement ; mais qu’il estoit armés, le grâce Dieu, si ne le navrèrent mie, si comme iiyr, c. 2.

Diex lewardoit, qui ne voloit mie consentir qu’il duraissent plus, ne que chil i morust mie, ains voloit pour le traïson d’aus, et pour le murdre que Morchofles avoit fait, et pour le desloiauté d’aus, que le chités fust prise, et que il fussent tout houni, [et] que li chevaliers fut en pies ; et quant il fu en pies, si traist s’espée ; quant chil le virrent en pies, si furent si esbahi, et si eurent grant peur qu’il s’enfuirent en l’autre estage desous. Quant chil de l’autre estage virrent que chil de deseure aus s’en afuioient si, si rewidierent chelui estage, ne onques n’i osèrent demorer, et li autres chevaliers i entra après, et si i entra asses gens après ; et quant il furent ens, si prenent boines cordes, si loient moult bien chele nef à le tour, et quant il l’eurent loié, si i entrèrent asses gens ; et quant le mers reportoit le nef ariere, si branloit chele tours si durement que il sanloit bien que le nés le deust traire jus ; si que par forche et par peur, leur convint le nef desloier, et quant chil des autres estages par desous virrent que le tours emploit si des Franchois, si eurent si grant peur que onques nus n’i osa demorer, ains widierent toute le tour. Et Morchofles veoit bien tout chou, si Pierre d’Amiens s’em pare d’une poterne.

renheudissoit se gent, et les envoioit là où il veoit que li graindes assaus estoit. Entre ches entrefaites que chele tours fu par tele miracle prise, si se rahurte le nés seigneur Pierron de Braichoel à une autre tour, et quant ele si fu rahurtée, si commenchent chil qui estoient seur le pont de le nef à assalir durement à chele tour, et tant que, par miracle de Dieu, que chele tours fu prise.

uant ches ij. tours furent prises, et eles furent warnies de nos gens, et il furent es tours, ne ne s osoient mouvoir pour le grant plenté de gent qu’il veoient seur le mur entour aus, et dedens les autres tours. f. 119V°, C. I.

et jus des murs, c[ue ch’estoit une fine merveille tant en i avoit il ; quant mesires Pierres d’Amiens vit que chil qui estoient es tours ne se mouvoient, et il vit le convine des Grieus, si ne fait mais el, si descent il à tere à pié, et se gent avec lui en i. peu d’espace de tere qui estoit entre le mer et le mur. Quant il furent descendu, si wardent avant, si veoient il une fause posterne dont li vis avoient esté osté, si estoit murée de nouvel ; si vient il là, si avoit avec lui bien x. chevaliers et bien Ix. serjans. Si i avoit i. clerc, (Aleaume de Clari avoit à nom), qui si estoit preus en tous besoins, que ch’estoit li premiers à tous les assaus où il estoit —,

et à le tour de Galatha prendre,

fist chis clers plus de proesches, par sen cors un pour un, que tout chil de l’ost, fors seigneur Pierron de Braiechoel : (che fu chis qui tous les autres passa, et haus, et bas, qu’il ne n’i eut oncques nul qui tant i fesist d’armes, ne de proesches de sen cors comme fist Pierres de Braiechoel). Quant il furent venu à chele posterne, si commenchierent à pikier moult durement, et c^uarrel voloient si dru, et tant i getoit on de pierres de lassus des murs que il sanloit en aises k’il y fussent enfoi es pierres, tant en i getoit on ; et chil de desous avoient escus et targes dont il couvroient chiaus qui pikoient à le posterne ; et getoit on leur de lassus pos plains de pois boulie, et fu Griois, et grandesmes pierres, que ch’estoit miracles de f. Dieu que on ne les confondoit tous ; et tant i souffri mesires 119 V », C. 2. Pierres et se gent, d’ahans et de grietés que trop ; et tant pikie^04

rent à chele posterne de hasches, et de boines espées, d’ès debous et de pis, que il i fisent i. grant pertuis, et quant chele posterne fu perchie, si eswarderent parmi, et virrent tant de gent, et haut et bas, que sanloit que demis li mondes i fust, •

si qu’il ne s’osoient enhardir d’entrer i. uant Aleaumes li clers vit que nus n’i osoit entrer, Auaume de ciari pé

-Il

nètre le premier dans

SI sali avant, et dist qu il 1 enterroit : si avoit illuec la vuie.

un chevalier, i. sen frère, (Robers de Clari avoit à nom) qui li deffendi, et qui dist quil n’i enterroit mie, et li clers dist que si feroit ; si se met ens à pies et à mains, et quant ses frères vit chou, si le prent par le pié, si commenche à sakier à lui, et tant que, maugré sen frère vausist ou ne dengnast, que li clers i entra. Quant il fu ens, se li keurent sus tant de ches Grieus que trop, et chil de deseur les murs li acueillent à geter grandesmes pierres ; quant li clers vit chou, si sake le coutel^ si leur keurt sus, si les faisoit aussi fuir devant lui comme bestes, si disoit à chiaus de defors, à seigneur Pierron et à se gent : « Sire, entres hardiement, je voi qu’il « se vont moult desconfisant et qu’il s’en vont fuiant. » Quant mesires Pierres oï chou, et se gent qui par dehors erent, si entra ens mesires Pierres et se gent, si ne fu mie plus que li disime de chevaliers, mais bieni avoit Ix. serjans avec lui, et tout estoient à pié laiens. Et quant il furent ens, et chil qui estoient seur les murs et en chel endroit, les virrent, si eurent tel peur qu’il n’osèrent demorer en chel endroit, ains widierent grant partie du mur, si s’enfuirent qui miex miex ; et li empereres Morchofles li traitres estoit moult près d’illuec, à mains de le getée d’un cailleu, et faisoit sonner ses buisines d’argent, et ses tymbres, et faisoit un moult grant beubant. Quant il vit monseigneur Pierron et se gent qui estoient ens à pié, si fist moult grant sanlant de lui corre sus, et de ferir des espérons, et vint bien dusques en mi voies ; quant mesires Pierres le vit venir, si commencha à reconforter se gentetàdire :

« 

Or, Seigneur, or du bien faire, nous arons 1204

« jà le bataille ; veschi Fempereur, où il vient ;, wardes qu’il

« n’i ait si hardi qui refust ariere, mais or penses du bien c( faire. »

Fuite d’Alexis Ducas

Muritiphlc.

Les Croisés campent

dans la ville.

(Villeh., cvi.)

uant Morchofles li traîtres vit qu’il ne fuiroient nient, si s’arresta, et puis se retorna ariere à ses tentes. Quant mesires Pierres vit que li empereres fu retornés, si envoie il i. troupe desesserjans à une porte qui près estoit dlUuec, et kemanda que on le despechast, et que on Touvrist ; et chil alerent, si commenchent à buskier et à ferir à chele porte et de haches et d’espées, tant qu’il rompirent les verax de fer qui moult estoient fort, et les flaiaus, et qu’il ouvrirent le porte. Et quant le porte fu ouverte, et chil de dehors virrent chou^ si font atraire leur vissiers avant, et les chevax amener ; hors si montèrent, si commencherent à entrer grant aleure en le chité, parmi le porte, et quant li Franchois furent ens tout monté, et quant li empereres Morchofles li^ traîtres les vit, si eu si grant peur qu’il laissa ses tentes et ses juiaus illuec, si s’enfui avant en le chité qui f. moult estoit grande, et longe, et lée ; (car on dit là que à aler entourlesmursabienix. liuves, tant ont li mur d’achainte, qui en tour le vile vont, et a bien largement le chités par dedens ij. liuves franchoises de lonc, et ij. delé)’9’; et si ke sires Pierres de Braiechoel eut les tentes Morchofle, et ses coffres, et ses juiaus qu’il illuec laissiés avoit. Quant chil qui deffendoient as tours et as murs, virrent que li Franchois estoient entré en le chité, et leur empereres s’en estoit fuis, si n’i osèrent demorer, ains s’enfuirent qui miex miex:ensi fu le chités prise.

uant le chités fu si faitement prise, et li Franchois furent ens’, si se tinrent tout coi. Adont si s’asanlerent li haut baron et prisent consel entr’aus que il feroient; tant que on fist crier par Fost qu’il n’i eust si hardi qui avant alast en le chité : car che seroit uns perix d’aler i, que on ne leur getast pierres des palais qui 120 r", c. f. 120V », C.I.

moult estoient grant et haut, et que on ne les ochisist es rues qui trop estoient estroites, ne il ne se porroient mie deffendre, ou que on ne leur boutast le fu par deriere, et que on ne les arsist ; et pour ches aventures et pour ches perix, si ne se osèrent mie mètre ne espardre, ains demorerent esluec tout coi. Et si s’acorderent li baron à chest consei que, se li Grieu se voloient combatre lendemain, qui estoient encore c. tans plus de gent armes portans, que li Franchois n’estoient, qu’il s’armeroient lendemain par matin, et ordeneroient leur batailles, et qu’il les atenderoient en unes plaches’92 qui enluec devant estoient en le chité ; et s’il ne se voloient combatre, ne il ne voloient le vile rendre, qu’il eswarderoient de quel part li vent venroit, si bouteroient le fu seur le vent, si les arderoient : ensi si les prenderoient par forche. A chest consei s’acorderent tout li baron —,

quant che vint au vespre, si se désarmèrent li pèlerin, si se reposèrent, si mangierent, si jurent illuec le nuit devant leur navie par dedens les murs. 1204

uant che vint vers mie nuit, que li empereres Morchofles li traitres seut que tout li Franchois furent en le chité, si en eut moult grant peur, ne onques Jn’i osademorer, ainss’enfui à mie nuit, que on n’en seut mot’9^.

Quant li Grieu virrent que leur empereres s’en estoit fuis, si traisent il à un haut homme de le chité (Laskers avoit à nom)’94 chele nuit meesme ; tantost si en font il empereur. Quant chis fu fais empereres, si n’i osa demorer, ains se mist en une galie, anchois que il fu jours, si s’en passa outre le bras Saint Jorge, et s’en ala à Nike le grant qui une boine chités est, illuec s’arresta, s’en fu sires et empereres. Election et fuite

de Théodore Lascaris.

uant che vint lendemain par matin, si ne font mais Reddition deconstan1

1

/ ! -->

1

tinople.

el prestre et clerc revestu ( Engles, Danois estoient, et gens d’autres nations), si vienentil à l’ost as Franchois à pourchession, si leur crient il merchi, si leur disent tout ensi, comme li Grieu avoient fait, et si disent que tout li Grieu s’en estoient fui, ne n’avoient remes i4avril. 1204

Réunion el premier

partage du tu tin.

(Villeh., cviii.)

en le chité fort pauvre gent. Quant li Franchois oïrent che, s’en furent tout lié, et puis après fist on crier par Tost que nus ne presist ostel^ devant là que on aroit atiré comment on les prenderoit. Adontsi s’asanlerent lihauthomme, lirike homme, et prisent consel entr’aus (que le menue gent n’en seurent mot, ni le povre chevalier de Tost), que il prenderoient les meilleurs ostex de le vile et très, dont commenchierent il à traïr le menue gent, et à porter leur maie foi et maie compaingnie, que il » • compererent puis moult kier, si comme nous vous dirons après ; si envolèrent saisir tous les meilleurs ostex, et les plus rikes de le vile, si qu’il les eurent tous saisis, anchois que li povre chevalier, ne le menue gent de Tost, s’apercheussent ; et quant li povre gent s’apercheurent, si alerent dont qui miex miex, si prisent chou qu’il atainsent, asses en i trouvèrent, et asses en prisent, et asses en i remest, car le chités estoit moult grans et moult pueplée. Si fist li marchis prendre le palais de Bouke de Lion, et le moustier Sainte Souphie, et les maisons lepatriarke-, etli autre haut homme, si comme li conte, fisent prendre les plus rikes palais et les plus rikes abeïes que on i peut trouver, car puis que le vile fu prise, ne fist on mal n’a povre n’a rike, ains s’en ala qui aler s’en vaut, et qui vaut si remest ; si s’en alerent li plus rike de le vile’9 près, si kemanda on que tous li avoirs des waains fust aportés à une abeïe’o’^

qui en le chité estoit ;

illuec fu aportés li avoirs, et prist on x. chevaliers haus hommes des pèlerins, et x. Veniciens que on cuidoit à loiaus, si les mist on à chel avoir warder. Si comme li avoirs fu là aportés, qui si estoit rikes, et tant i avoit de rike vaisselemente d’or et d’argent et de dras à or, et tant de rikes juiaus, que ch’estoit une fine merveille du grant avoir qui luekes fu aportés-, mais puis que chis siècles fu estorés, si grans avoir, ne si nobles, ne si rikes, ne fu veus, ne conquis, ne au tans Alixandre, ne au tans Charlemaine, ne devant, ne f. après —,

ne je ne quit mie au mien ensient^ que es xl. plus rikes chités du monde eust tant d’avoir, comme on trouva u cors de 121 r », c. I. f. 121r", C.2.

Coustantinoble ; et si tesmoingnoienl li Grieu que les ij. pars de 120+

ravoir du monde estoient en Coustantinoble, et le tierche estoit esparse par le monde ; et chil meesme qui Tavoir dévoient warder, si prenoient les juiaus d’or, et chou que il voloient et embloient Favoir, et prenoient cascuns des rikes hommes, ou juiaus d’or, ou dras de soie à or, ou chou que il amoit miex, si Temportoit ; ensi faitement si commenchierent Favoir à embler, si que on ne départi onques au kemun de Fost, ne as povres chevaliers, ne as serjans qui Favoir avoient aidié à waaingnier, fors le gros argent, si comme des païeles d’argent que les dames de le chité portoient as bains’97et li autres

avoirs qui remest à partir fu cachiés si maies voies que je vous ai dit ; mais toutes eures en eurent li Venicien leur moitié ; et les pierres précieuses, et li grans trésors qui remest à partir, ala si maies voies comme nous vous dirons après. uant le chitésfu prise, et h pèlerin se furent herbergié, sainte chapeiie du pa.

,.

,.

,

r

lais de Bticoléon.

si comme je vous ai dit, et li palais furent pris, si trouva on tant de rikeches es palais que trop. Si estoit li palais de Bouke de Lion si rikes et si fais comme je vous dirai:il avoit bien dedens chu palais, que li marchis tenoit, v.c. mansions qui toutes tenoient Fune à Fautre, et estoient toutes faites à oremusike’^s, et si avoit bien xxx.

capeles, que grans, que petites ; si en i avoit une que on apeloit le Sainte Capele, qui si estoit rike et noble qu’il n’i avoit ne gons, ne verueles, ne autres membres qui à fer apartenissent, qui tout né fussent d’argent ; ne si n’i avoit colombe qui ne fiist ou de jaspe, ou de pourfile, ou.de rikes pierres précieuses, et li pavemens de le capele estoit d’un blanc marbre si liste et si cler, qu’il sanloit qu’il fust de cristal ; et estoit chele capele si rike et si noble, que on ne vous porroit mie aconter le grant biauté, ne le grant nobleche de chele capele ’99. Dedens chele capele, si trouva on de moult rikes saintuaires, que on i trouva ij. pieches de le Vraie Crois ^°° aussi grosses comme le gambe à i. homme, et aussi longes comme demie toise; etsi i trouva on le fer de le lanche ^°’dont Nostre 1204

Sires eut le costé perchié, et les ij. cleus ^’^^ qu’il eut fichiés parmi les mains, et parmi les pies. Et si i trouva on en une fiole de cristal grant partie de sen sanc^°^ ; et si i trouva on le tunike ^°^ qu’il avoit vestue, que on li despouilla quant on Teut mené au mont de Cauvaire ; et si i trouva on le beneoite coroune ^°^ dont il fu corounés, qui estoit de joins marins ausipougnans comme fers d’alesnes : et si i trouva on de le vesteure Nostre Dame^°^, et le kief monseigneur saint Jehan Baptistre^"^, et tant d’autres rikes saintuaires illuec (que) ne le vous porroie mie aconter, ne dire le vérité. Or avoit encore autres saintuaires en chele capele que nous vous aviesmes evliés à dire ; car il i avoit ij .

rikes vaissiaus d’or qui pendoient enmi le capele à ij. grosses caaines d’argent:en l’un de ches vaissiaus si i avoit une tuile, et, en l’autre, une touaile ; si vous dirons dont chil saintuaire estoient venu. Il eut jadis un saint homme en Coustantinoble ; t. 121 v », c. i. si avint que chus sains hons recouvroit de tuile le maison à une veve femme pour l’amour de Dame Dieu ; si comme il le recouvroit, si s’aparut Nostre Sires à lui, si parla à lui; or avoit li boins hons une toaile entour lui:« Cha donne, fist Nostre Sires, chele toaile » ; et li boins hons li bailla, et Nostre Sires en envolepa sen visage, si que se forme i fu empientée, puis se li rebailla, se li dist qu’il l’emportast, et qu’il la toucast as malades, et qui creanche i aroit, si seroit netiés de se maladie. Et li boins le prist, si l’emporta; mais, devant chou qu’il l’emportast, quant Dieus li eut rendue se toaile, si le prist li boins hons, si le mucha sous une tuile dusques au vespre:au vespre, quant il s’en ala, si prist se toaile ; si comme il leva le tuile, si vit le forme empientée en le tuile ausi comme en le toaile ; si emporta le tuile et le toaile, puis en varirent maint malade ; et chil saintuaire pendoient enmi le capele, si comme je vous ai dit^°^. Or avoit encore en chele Sainte Capele i. autre saintuaire ; car il i. avoit i ymage de saint Dimitre ^°9 qui estoit painte en une ta vie; chis ymages si rendoit tant d’oile que on n’en savoit tant oster comme il decoroit de chel ymage. Si i avoit bien xx. des capeles, et si i avoit bien ce. mansions, ou ccc, qui toutes tenoient ensement l’une f.121", C.2.

à l’autre, et estoient toutes faites à oremusike, et estoit chis palais sirikes et si nobles que on ne le vous saroit mie descrire, ne aconter le grant nobleche, ne le grant rikeche de chu palais. En chel palais de Blakerne-’° trouva on moult grant trésor et moult rike ; que on i trouva les rikes corounes qui avoient esté as empereurs qui par devant i furent^", et les rikes juiaus d’or, et les rikes dras de soie à or, et les rikes robes emperiaus, et les rikes pierres précieuses, et tant d autres rikeches que on ne saroit mie nombrer le grant trésor d’or et d’argent, que on trouva es palais, et en moult de lieus ailleurs en le chité.

1204

f.122r », c.I.

près, li pèlerin eswarderent le grandeur de le vile, et les palais et les rikes abeïes, et les rikes moustiers, et les grans merveilles qui estoient en le vile ; si s’en merveillerent moult durement, et se merveillierent moult du moustier Sainte Souphie et de le rikeche qui i estoit. Or vous dirai du moustier Sainte Souphie comme fais il estoit (Sainte Souphie en grieu, ch’est Sainte Trinités en franchois) —’^

Hmoustiers Sainte Souphie estoit trestous reons ;

siiavoitunes vautes par dedensle moustier entour à le reonde, qui estoit portées d’unes grosses colombes moult rikes, qu’il n’i avoit colombe qui ne fust ou de jaspe, ou de porphile, ou . de rikes pierres précieuses, ne si n’i avoit nul de ches colombes qui ne portast medechine ; tele i avoit qui warissoit du mal des rains, quant on s’i frotoit, tele qui w^arissoit du mal du flanc, et teles qui warissoient d’autres maladies ^’^•, ne si n’i avoit vis en chu moustier, ne gons, ne verueles, ne autres membres qui à fer apartenissent, qui tout ne fussent d’argent. Li maistres auteus du moustier estoit si rikes que on ne le porroit mie esprisier, car le tavle qui seur l’autel estoit, ert d’or et de pierres précieuses esquartelées et molues, tout jeté ensanle, que uns rikes empereresfist faire; si avoit bien chele tavle xiiij. pies de lonc^’4. Entour l’autel avoit unes colombes d’argent qui portoienti. abitacle seur l’autel qui estoit aussi fais comme uns clokiers^’^ qui tous estoit d’argent massis, qui estoit si rikes Sainte Sophie. 1204

que on ne peut mie nombrer Favoir que il valoit. Li lieus là (où ; on lisoit Fewangile-’*’estoit si rikes et si nobles que nous ne le vous sariemes mie descrire, comme fais il estoit. Après, contreval le moustier pendoit bien c. lampiers-, si n’i avoit lampier qui ne pendistàune grosse caaine d’argent, aussi grosse comme le brach à i. homme ; si i avoit en cascun lampier bien xxv. lampes ou plus, et si n’i avoit lampier qui ne vausist bien ce. mars d’argent ^’7. a Fanel du grant huis du moustier, qui tous estoit d’argent, si i pendoit uns buhotiaus que on ne savoit de quele despoise il estoit ; si estoit du grant à une fleuste dont chil pasteur fleustent ; ichis buhotiaus si avoit tele vertu que je vous dirai : quant uns enfers bons qui avoit mal dedens le cors, si comme d’enflé qui dedens le ventre estoit enflés, le metoit en se bouche, jà si peu ne li eust mis, quant chus buhotiaus le prenoit, se li suchoit toute chele maladie, et chu venin li faisoit corre hors parmi le geule, si le tenoit si fort qu’il le faisoit esruuUier, et li faisoit les iex torner en le teste, ne ne s’en pooit partir devant là que li buhotiaus li avoit suchié chele maladie toute hors-, et avec tout chou qui estoit plus malades, si le tenoit plus longement, et quant uns bons qui f. i2 2r’ n’estoit mie malades^ le metoit à se bouque, jà ne le tenist, ne peu, ne grant ^’^.

.Colonne de Justinien.

près, devant chu moustier de Sainte Souphie, avoit une grosse colombe qui bien avoit iij. brachiés à un homme de groisseur, et si avoit bien 1. toises de haut-, si estoit faite de marbre et puis de coivre par deseure le marbre, et estoit moult bien loiié de boines bendes de fer. Lassus, seur le bout de chele colombe, si avoit i. pierre qui bien avoit xv. pies de lonc, et autant de lé ; seur chele pierre, si avoit un empereur geté de coivre, seur i. grant cheval de coivre, qui tendoit se main vers païenisme, et avoit letres seur lui escrites, qui disoient, « quejuroit que jà li Sarrasin n’aroient triwes de lui », et, en s’autre main, tenoit une pume d’or, et une crois seur le pume, et disoient li Grieu que chou estoit Eracles li empereres ; et avoit bien, que seur le crupe du cheval^ que sur le teste, que entour, x. aires de haïrons, qui illuec aaroient cascun an —’9,

près, ailleurs en le chité, avoit i. autre moustier que on apeloit le moustier des VII Apostres"° :, si disoit on qu’il estoit encore plus rikes et plus nobles que li moustier Sainte Souphie, et tant i avoit de rikeches et de nobleches, que on ne vous saroit mie aconter le nobleche ne le rikeche de chu moustier. Si i gesoient en chu moustier, vij. cors d apostres, et si estoit le colombe-" de marbre où Nostre Sires fu loiés, anchois qu’il fu mis en le crois ; et si disoit on que Coustentins, li empereres, i jesoit, et Helaine, et asses autres empereurs —".

I20|

Eglise des Apôtre

f. l.’2 V", C. I.

r avoit ailleurs en le chité, une porte que on apeloit Portes de la viiie. le Mantiau d or "^ ; seur chele porte, si avoit un pumel d’or, qui estoit fais par tele encantement que li Grieu disoient que, jà tant comme li pumiax i fust, caus de lounoirre ne carroit en le chité ^^4^. Seur chu pumel,

avoit i. ymage geté de coivre qui avoit un mantel d’or afulé, si le tendoit avant seur sen brach, et avoit letres escrites seur lui qui disoient : « Que tout chil, fait li ymages, qui mainent en (( Coustantinoble i. an, doivent avoir mantel d’or, ausi comme « jou ai^^^ » Ailleurs, en le chité, a une autre porte que onapele Portes ore"^ ; seur chele porte, avoit ij. olifans getés de coivre, qui si estoient grant que ch’estoit une fine merveille. Ichele porte n’estoit onques ouverte devant là que li empereres rêve- noit de bataille, et que il avoit tere conquise. Quant il revenoit de bataille, et il avoit tere conquise, dont si venoit li clergiés de le chité à pourchession encontre l’empereur, si ouvroit on chele porte, se li amenoit on un courre d’or qui estoit ausi fais comme uns cars à iiij. roes, que on apeloit courre ; ens enmi chu courre, avoit un haut siège, et seur le siège, avoit une caiiere, et entour le caiiere, avoit iiij. colombes qui portoient i. habitacle qui aombroit le caiiere, qui sanloit qu’il fust tous d’or ; si seoit li empereres en chele caiiere, tous corounés, si Hippodrome.

entrait en chele porte, si le menoit on seur chu courre, à grant goie et à grant feste, dusques en sen palais ^^^ re en i. autre lieu en le chité, avoit i. autre merveille, que il i avoit une plache qui près estoit du palais de Bouke de Lion, que on apeloit les Jus l’empereur 228

.

i^hele plache si a bien arbalestée et f. 122 vdemie de lonc et près d une de lé ; entour chele plache si i avoit bien XXX. degrés ouxL, là où H Grieu montoient pour esw^arder les jus, et par deseure ches degrés, si i avoit unes loges moult cointes et moult nobles, où li empereres et Fempereris se seoient, quant on juoit, et li autre haut homme et les dames "9. Se i avoit ij. jus ensanle^^°, quant on juoit ; si se wagioient ensanle li l’empereres et Tempereris, que li uns des jus juieroit miex de Tautre, et tout chil ensement qui les jus eswardoient. Du lonc de chele plache, si avoit une masiere qui bien avoit XV.piesdehautetx. delé-,

deseure chele maisiere^ si avoit il

ymages d’hommes, et de femmes, et de chevaus et de bues, et de cameus, et de ors, et de lions, et de moult de manières de bestes getées de coivre, qui si estoient bien faites et si natureument formées, qu’il n’a si boin maistre en païenisme, ne en crestienté qui seust mie pourtraire, ne si bien former ymages comme chil ymage estoient formé ; et soloient cha en ariere juier par encantement, mais ne juoient mais nient ; et ches jus l’empereur eswarderent li Franchois à merveille, quant il les virrent^^’.

Statues de l’Argyro

pratia.

V avoit ailleurs en le chité une autre merveille:il avoit ij. ymages getés de coivre en forme de femme ^^ —, si bien faites, et si nateurement, et si bêles que trop ; si n’i avoit chelui [qui] n’ait bien xx. pies de haut; si tendoit li uns de ches ymages se main vers Occident, et avoit letres escrites seur lui qui disoient:« Devers Occident venront « chil qui Coustantinoble conquerront. » Et li autres ymages tendoit main en un vilain lieu; si disoit : « Ichi, (fait li ymages), « les boutera on. » Ches ij. ymages si seoient devant le cange^-^ f.123r », c.I. qui moult soloit estre rikes illuec, et si i soloient estre li rike cangeeur qui avoient devant aus les grans mons de besans, et les grans mons de pierres précieuses, devant chou que le chités fust prise ; mais il n’en i avoit tant adont quant le chités fu prise.

1204.

f.123r", c. 2.

ncore, i avoit il ailleurs en le chité, une greigneur co’.onnes de Théodoie merveille, que il y avoit ij. colombes —^4 ; si avoit bien ’ « ’'^<’^ » ^ cascune iij. brachiés à homme de groisseur, et si avoit bien cascune 1. toises de haut, et seur cascune de ches colombes manoit uns hermites lassus, en petis habitacles qui i estoient ; et si i avoit vis par dedens les colombes par où on i mon toit ; par dehors ches colombes, si estoient pourtraites et escrites par prophétie, toutes les aventures et toutes les conquestes qui sont avenues en Coustantinoble, ne qui avenir i dévoient. Ne ne pooit on savoir l’aventure devant là qu’ele estoit avenue ; et quant ele estoit avenue, dont si i avoit muser le gent, si veoient et aperchevoient, dont aprismes Taventure tous [que] cheste conqueste que li Franchois le conquisent, i estoit escrite etpourtraite, et les nés dontonassali par coi le chité fu prise ne ne le peurent li Grieu savoir, devant là que che fu avenu, et quant che fu avenu, si ala on warder et muser en ches colombes, si trouva on que les letres qui estoient escrites seur les nés pourtraites, disoient, « que devers « Occident venroient une gent haut tondue, à costeles de fer, « qui Coustantinoble conquerroient. »

outes ches merveilles que je vous ai chi acontées, Éguse de sainte-Marie des Blachernes.

et encore asses plus que nous ne vous poons mie aconter, trouvèrent li Franchois en Coustantinoble, quant il l’euren-t conquis, ne je ne quit mie, par le, mien ensient, que nus hons conteres peust nombrer mie toutes les abeïes de la chité, tant en i avoit il, que de moines, que de nonnains, estre les autres moustiers de le vile hors ; et si nombroit on qu’il avoit bien largement en le chité xxx.m. prestres, que moines, que autres — ^

Des autres gens, des haus, des bas, Préparatifs de l’élec tion d’un empereur.

de povres, de rikes, de le grandeur de le vile, des palais, des autres merveilles qui istent, vous lairons nous ester à dire ; car nus hons teriens qui tant eust mes en le chité, ne le vous porroit nombrer, ne aconter ; que qui vous en conteroit le chentisme part de le rikeche, ne de le biauté, ne de le nobleche qui estoit es abeïes et. es moustiers et es palais et en le vile, sanleroit il que che fust menchoingne, ne ne cresries vous mie. Et entre ches autres, en eut i. autre des moustiers que on apeloitmedame Sainte Marie de Blakerne ^^ *^, oùli sydoines,

là où Nostres Sires fut envolepés i estoit, qui cascuns des venres se drechoit tous drois, si que on i pooit bien veir le figure Nostre Seigneur, ne ne seut on onques, ne Grieu, ne Franchois, que chis sydoines devint, quant le vile fu prise^^^. Et si en i avoit une autre des abeïes où li boins empereres Manuaus jesoit ^^^, qu’il ne nasquit onques cors seur tere, ne sains, ne sainte, qui si rikement, ne si noblement jeust en sépulture, comme faisoit chis empereres en chel abeïe ; si estoit letavlede marbre ^^^ où Nostre Sires fu estendus, quant il fu despendus de le crois, et si i paroient encore les lermes que Nostre Dame avoit plouré deseure.

près, avint que tout li conte et tout li haut homme s’asanlerent un jour u palais de Bouke de Lion que li marchis tenoit, et disent entr’aus qu’il fesissent 1 empereur, et qu’il esleussent leur x., et disent au duc de Venice qu’il esleut les siens x.. Quant li marchis oï chou, si i vaut mètre les siens, et chiax qu’il cuidoit qui l’esleussent à empereur, et voloit estre empereres entresait. Et li baron ne si acorderent mie que li marchis i mesist les siens, mais il s’acorderent bien qu’il en i eust aucun des siens. Quant h dux de Venice, qui moult ert prerudons et sages vit chou, si parla, oïanttous^ et dist : « Seigneur, or m’entendes, (fistli dux), « je voel que anchois que on eslise empereur, que li palais « soient v^ardé de le kemune w^arde de l’ost ; car, se on m’eslit (( à empereur, que jou juoise tout maintenant sans nul conte

tredit et que je sois saisis des palais, et ensement, se on eslit f. 11-3 f. 123V », C.2.

« le conte de Flandres, qu il ait les palais, sans nul contredit, <( ou, se on eslit le marchis, ou le conte Loeis, ou le conte de (( Saint Pol, ou se on eslit un povre chevalier, que chis qui ert « empereres ait les palais sans nul contredit, ne du marchis, « ne du conte de Flandres, ne dun, ne d’autre. » Quant li marchis oï chou, si ne peut mie estre encontre, ains wida le palais que il tenoit ; et on ala^ si mist on wardes es palais de le kemunité de Fost, qui les palais warderoient. Quant li dux de Venice eut si faitement parlé, après si dist as barons qu’il esleussentles leur x., que il aroit moult tost eslit les siens X. ; et quant li baron oïrent chou, si i vaut mètre cascuns les siens ; li cuens de Flandres i vaut mètre les siens, h cuens Loeis, li cuens de Saint Pol et li autre rike homme, et tant que onques à chele voie ne se peurent acorder quex il i mesist ;, ne eslisissent, ainsi prisent un autre jour d’eslirre ches x., et quant che vint au jour, si ne se peurent acorder quex il esleussent de rekief, ains i voloit tous jours mètre U marchis chiax que il cuidoit qui Tesleussent à empereur, et voloit estre empereres, ausi comme parforche-, et dura bien cheste descorde XV. jours qu’il ne se pooient concorder ; si n’estoit jour qu’il n’assanlaissent pour chestui afaire, et tant que au deesrain se concordèrent que li clergiés de l’ost, li vesque, li abbe qui i estoient, en fussent esliseeur.

1204

dont quant il se furent acordé, si ala li dux de Venice, si esleut les siens x. en tele manière comme je vous dirai : il apela iiij. des plus preudommes que il cuidoit en se tere, si leur fist jurer seur sains que, à leur ensient, eslirroient x. des plus preudommes de se tere, qui en l’ost estoient, et il si fisent, si que, quant il en apeloient i,. qu’il l’estouvoit venir avant, ne ne li s’osoit puis parler ne con-seiller ànului, ains le metoit on tantost eni. moustier ^’^’^, et tout

ensement les autres, tant que li dux eut les siens x. ; et quant il furent tout en chu moustier, li x. Venicien et li vesque ^’^’, si canta on une messe du Saint Esperit, que li Sains Esperis les conseillast, et qu’i les donnast à tel homme assener, qui boins Election.

(Villeh., ex.) 1204

Proclamation du ré sultat de l’élection.

(9 mai.)

i fust et pourfis. Quant le messe fu cantée, s asanlerent li esliseeur, et parlèrent en leur consel, et parlèrent d uns et d’autres, et tant queVenicien, et vesque, etabbe, et tout li xx. esliseeur omniement s’acorderent que li cuens de Flandres le fust, f.

ne onques ne n’i eut nul qui en fust encontre. Quant il furent si acordé ensanle, et leur consaus dut départir, si carkierent le parole à dire au vesque de Sessons. uant il furent départi, si s’asanlerent tout chil de Fost pour oïr et pour escouter qui on nommeroit à empereur. Quant il furent asanlé, si furent tout coi, si avoient li pleuseur grant peur et grant doute que on ne nommast le marchis, et chil qui se tenoient devers le marchis, avoient grant doute que on ne nommast autrui que le marchis. Si comme il estoient si coi, si se leva li vesques de Sessons en pies, si leur dist : « Seigneur

« 

(fist li vesques), par le kemun assentement de vous tous, (( fumes nous envoie à ceste eslection faire ; nous i avons « eslut tel comme nous saviemes à notre ensient, qui boins « i est, et en qui empires est bien emploies, et qui bien est « poissans de tenir loi, et gentix hons, et haus hons ; nous le « vous nommerons : ch’est Bauduins, li cuens de Flandres. » Quant le parole fu oïe, si en furent tout liFranchois moult liés, et teus autres i eut qui en furent moult dolent, si comme chil qui devers le marchis se tenoient ^4 —. 124 r°, c. 1,

Couronnement de Bau douin de Flandres.

(23 mai.)

uant li empereres fu eslus, si le prenent li vesque, et tout li haut baron, et li Franchois, qui moult en furent liés, si l’enmainent il u palais de Bouke de Lion, à mouh grant goie et à moult grant feste, et quant li haut homme furent trestout laiens, si prisent jour de Tempereur corouner, et, quant che vint au jour^+^, si montèrent, et li vesque, et li abbe, et trestout li haut baron, et Venicien et Franchois, si s"en alerent u palais de Bouke de Lion ; adont si en amenèrent Tempereur au moustier Sainte Souphie, et quant f. ,

ils furent venu au moustier, si mena on Tempereur en i. des24r", c. 2. tour du moustier, en une cambre ; là si le desvesti on de ses dras, et si le descaucha on, si li caucha on unes vermeilles cauches de samit’^% seli cauchaon uns sauUers tous carkiés de rikes pierres par deseure^^s^ puis se li vesti on une cote moult rike, qui toute estoit cousue à boutons d’or, par devant, et par deriere des espaules, etdusques au chaint^^^ ; et puis se li vesti on le palle^^7 ^ (une manière d’afulement estoit qui batoitseur le col du pié par devant, et par deriere estoit si Ions que il s’en chaingnoit, et puis se li reversoit en ariere par deseure le senestre brach, ensement comme i. fanol ; et estoit chus pâlies moult rikes et moult nobles, et tous carkiés de rikes pierres précieuses. Après, se li afula on par deseure i. moult rike mantel qui tous estoit carkiés de rikes pierres précieuses, et li aigle, qui par dehors erent, estoient fait de pierres précieuses, et resplendissoient, si que che sanloit que li mantiaus fust alumés- ^^. Quant il fu si faitement vestus, si Tamena on devant Tautel ; si comme on le mena devant Fautel^ se li porta li cuens Loeis sen gonfanon emperial, et li cuens de Saint-Pol li porta s’espée^, et li marchis li porta se coroune^^g^ et doi vesque soustenoient les deus bras le marchis qui le coroune portoit, et doi autre vesque adestroient Tempereur ; et estoient li baron trestout moult rikement vestu, ne si n’i avoit Franchois^ ne Venicien, qui n’eust robe, ou de samit, ou de drap de soie ; et quant li empereres vint devant Tautel, si s’agenouilla, et puis se li osta on le mantel, et puis le palle ; si remest en pure le cote, se li descousi on le cote des boutons f.124V", c.I.

d’or, par devant et par deriere, si qu’il fu tous nus puis le chaint en amont ; et puis si l’enoinst on. Quant il fu enoins, se li recousi on le cote as boutons d’or, et puis se li revesti on le palle, et puis le mantel li frema on seur l’espaulle, et puis, quant il fu si vestus, et doi vesque tenoient le coroune seur l’autel, si alerent tout li vesque, si prisent le coroune tout ensanle, se le beneirent, et si le prinseignierent, se li misent u chief, et puis après, se li pendi on au col une moult grant rike pierre en lieu de fremal, que li empereres Manuaus acatalxij.m. mars’^^. Quant il l’eurent coroune, si l’assisent en une haute 1204

caiiere, et fu illuec tant que le messe fu cantée-, et tenoit en se main sen septre, et en Tautre main une pume d’or, et une croisete par deseure ; et valoient miex li warnement qu il avoit seur lui, que li trésors à i. rike roi ne faiche. Et quant il eut messe oie, si li amena on i. blanc cheval où il monta, si len ramenèrent li baron en sen palais de Bouke de Lion, si le fist on seïr en le caiiere Coustentin-^’. Adont quant il eut sis en le caiiere Coustentin, se le tinrent tout pour empereur, et tout li Grieu qui illuec estoient Taouroient tout comme saint empereur ^’"— ; et puis si furent les tavles mises, si menjiali empereres, et tout li baron avec lui, u palais ; quant on eut menjié, si se départirent li baronet alerent s’enttoutàleurostex, et li empereres remest en sen palais.

Deuxième partage

du butin.

près, avint à i. jour"^ que li baron s’asanlerent et disent entr’aus que on partesist Tavoir, si n’en départi on fors le gros argent, qui i estoit^, les païeles d’arf . I2^v^

gent seulement, que les dames de le chité portoient as bains —,

si en dona on à cascun chevalier, à cascun serjant à cheval, et à toutes les autres menues gens de Tost, as femmes et à enfans, à cascun ; tant que Aleaumes de Clari, li clers, dont je vous ai parlé par devant, qui si i fu preus de sen cors, et qui tant i fist d’armes, comme nous vous avons dit par devant, dist qu’il voloit partir comme chevaliers, et aucuns dist que che n’estoit mie drois que il partesist comme chevaliers, et il dist que si estoit, que ausi avoit il eu cheval et haubert comme uns chevaliers, et que autant i avoit il fait d’armes, et plus que teûx chevaliers i avoit il ; tant que li cuens de Saint-Pol fist le jugement que ausi devoit il partir comme uns chevaliers, que plus i avoit il fait d’armes et de proesches (che li tesmoingna li cuens de Saint-Pol), que teux ccc. chevaliers en i eut il ne fisent, et partant devoit il bien partir comme uns chevaliers ; là si desraisna li clers que li clerc partiroient tout ausi comme li chevalier. Adont fu partis tous li gros argens, si comme je vous ai dit, et li autres avoirs, li ors, li drap de soie, dont il i avoit tant que ch’estoit une fine merveille, se remest à partir, f. 125 r", c.

et fu mis en kemune warde de Tost, en le warde à teux gens que on cuidoit qui loialment le vardaissent. 1204

f. ii ; 5 r", c. i.

près, ne demora mie granment quant li empereres L-empereur pan pour manda tous les haus barons et le duc de Venice^ et le conte Loeis, et le conte de Saint Pol^, et tous les haus hommes, et dist qu’il voloitaler conquerre de le tere, et tant que on atira qui avec l’empereur iroit, et atira on liquel remanroient pour le chité warde, et atira on que li dux de Venice demora, et li cuens Loeis, et de leur gens avec aus ; et si demora li marchis, si espousa le femme Kyrsaac qui empereres fu, qui estoit suers le roi de Honguerie^^^. Quant li marchis vit que li empereres dut mouvoir pour aler conquerre le tere, si vint, si demanda à l’empereur que il li donnast le roiame de Salenike, une tere qui estoit bien xv. journées loins de Coustantinoble, et li empereres li respondi qu’ele n’estoit mie siwe à donner, car li baron de l’ost et li Venicien i avoient le greigneur partie ; mais tant comme à lui en afferoit, li donnoitil moult volentiers et moult ameement ; mais le partie as barons de l’ost, ne as Veniciens, ne li pooit il mie donner ^" ; quant li marchis vit qu’il n’en pooit mie avoir, s’en fu tous corchiés. Après, li empereres s’en ala là où il eut pouFposé à aler à toute se gent ; si comme il venoit as chastiausetas chités, se lirendoit on sans contredit, et aportoit li on les clés encontre lui, et venoient li prestre et li clerc revestu à pourchession encontre lui, et le rechevoient, et l’aouroient li Grieu tout comme saint empereres, et metoit li empereres ses wardesès chastiaus et es chités partout si comme il venoit —, et tant que il conquist

bien de le tere de si à xv. journées loin de Coustantinoble, et tant que il vint à une journée près de Salenike ^^*’. Entre ches en trefaites que li empereres conquerroit si le tere, si estoit h marchis esmus à toute se femme, et à toute se gent, à venir après l’empereur, et si qu’il atainst l’ost l’empereur, anchois que li empereres venist à Salenike ; et quant il eut l’ost atainte, si s’ala logier bien une liuveensus, et quant il sefulogiés, si prist messages, si les envoia à l’empereur, et se li manda qu’il n’alast mie lés avec le marquis.

CVilleh., cxvi.) 1204 en se tere de Salenike que on li avoit donnée, car bien seust il que, s’ili aloit, qu’il n’iroitplus avec lui, ne il plus ne se tenroit à lui, ains s’en retorneroit ariere en Coustantinoble, et feroit le miex qu’il porroit. Quand li baron de le compaingnie T empereur oïrent chut mant que li marchis avoit mandé, si en eurent moult grant engaingne, et moult grant duel ; se li remanderent ariere au marchis que, pour lui, ne pour sen mant, n’i lairoient il mie à aler plus que pour nient ; car le tere n’estoit mie siwe. Le marquis assiège [ fe g u^-^MUM] uaut H marchis oï chou, si s’cu retoma ariere, si Andrinople

;

— l’emrAsS^m^J

pereur s’empare de ^^^BéI ^ ^^ ^^^"^ ^ ^^^ chite OU 11 empereres avoit mis de ses Thessalonique. gens pour le chité warder ; si le prent il par traïson -^^ . Quant il eut chele chité prise, si i mist w^ardes de se gent, et puis quant il eut che fait, si s’en vint à une autre chité, (Andernople avoit à nom), où li empereres avoit mis de se gent, | si l’assist, et fist drechier ses perrieres et sesmangouniaus pour assalir à le chité, et chil de le chité se contretinrent bien encontre lui, et quant il vit que il ne les porroit prendre par torche, si parla à chiaus qui estoient as murs, et si leur dist : « Ba, f. 125 v », c. i. « seigneur, de^^*^ ne connissies vous que che fust chi femme. c( Kyrsaac Tempereur ? » Si amenoit sa femme avant, et disoit se femme : « Ba, de ne me connissies vous que je sois empereris, et de ne connissies vous mes ij. enfans, que jou euch « de Kyrsaac l’empereur ? » ; si amenoit avant ses enfans, tant que uns sages hons de le chité respondi : « Ouil, (fist chis), nous (( connissons bien que che fu femme Kyrsaac, et que che « furent si enfant. » — « Ba, fist li marchis, pourcoine connissies « vous dont l’un des enfans à seigneur ? » — « Je le vous dirai, « fistchis^ aies en Coustantinoble, et faites loi corouner, et « quant il ara sis en le caiiere Coustentin, et nous le sarons, « adont si en ferons chou que faire en deverons ^^9. » Entre ches entrefaites que li marchis ouvra ainsi, si ala li empereres à Salenike, si l’assist, et, quant il l’eut assise, si fu l’os si pvre qu’il n’i avoit mie pain à paistre plus de c. hommes, mais char et vin avoient il asses, et n’i sist mie longement li empereres ; quant on li rendi le chité, et quant le chités li fu rendue, si eut puis asses chou que mestier li fu, et pain, et vin, et char, et puis si i mist li empereres ses wardes, et puis n’eut mie consel d’aler avant, ains s’en retourna ariere à revenir s’ent en Coustantinoble °.

1204

dont si avint moult grans damaches et moult grans deusen Tost, que mesires Pierres d’Amiens, li biaus et li preus, morut au repairier, à une chité (le Blanche Tapeloit on) qui estoit moult près de Phelipe^, là ou Alixandres fu nés, et si i morurent bien 1. chevaliers ^^^ en chele voie ; et si comme li empereres s’en revenoit, si oï les nouveles que li marchis avait prise une de ses chités partraïson, et qu’il i avoit mises ses wardes de se gent, et avoit assise Andernople.

Mort de Pierre d’A viiens.

f.125v"c.2.

uant li empereres et li baron de l’ost oïrent chou, si soumission dumarquis.

furent si corchié et si tormenté que trop, et mane(vnieh., cxxiv.)

chierent le marchis et se gent, que s’il les ataingnoient, qu’il les decauperoient tous, ne ne le lairoient pour homme vivant. Quant li marchis seut que li empereres revenoit, si eut moult grant peur, si comme chis qui moult avoit meffait, si que à paines se seut il conseillier, et tant que il manda en Coustantinoble au duc de Venice et au conte Loeis et as autres barons qui i estoient remes, qu’il se meteroit en leur eswart, et qu’il amenderoit par aus chou qu’il avoit meffait ; tant queli dux, et li cuens, etli autre baron, quant il oïrent que li marchis voloit amender par aus chou qu’il avoit meffait et entrepris, si envolèrent iiij. messages à l’empereur, et mandèrent lui ken si faitement leur avoit li marchis mandé, et que il ne li fesist mal, ne à lui, ne à se gent. Quant li baron et li chevalier de l’ost oïrent chou, si respondirent que chou ne valoit riens, qu’il ne hounesissent le marchis et se gent, et qu’il ne les decaupaissent tous, s’i les pooient ataindre ; et tant que à grans paines les en apaisa on, mais que toutes eures donnèrent il triw^es le marchis K r20iil

Réclamations sur t’e

partage du butin.

Pierre de Bracheul

clie^ Johannice.

près, si demandèrent li baron as messages des nouveles de Coustantinoble, et que on i faisoit ; et li message respondirent que on i faisoit bien, et que il avoient Tavoirparti qui estoit demorés, et le vile ^^’^ .

« Qui ? fisent li chevaliers et li joule bachelers de Tost, nostre « avoir aves vous parti ? dont nous avons souffert les grans « paines et les grans travaus, les fains et les sois, et les frois « et les caus, si Taves parti sans nous ; tenes, faisoient il as c ( messages, veschi men wage (faisoit liuns) ; que je vous c( monstrerai que vous estes tout traiteur, resaloit uns autres f-’

« avant » ; si disoit ausi et li autres ausi si que il furent si iré durement qu il vaurrent les messages tous decauper, et si que pour un peu qu’il ne les ochisent, et tant que li empereres et li haut homme de Tost i misent consel, et plus bêle concorde que il peurent, et qu’il s’en vinrent ariere ensanle en Coustantinoble ; et quant il furent revenu, si n’en i eut onques nul qui seust rassener à sen ostel, car li ostel dont il estoient parti ne leur estoient mie demoré, pour chou que on avoit le chité partie, et leur maisnies avoient pris leur ostex ailleurs en le chité, si que il leur convenditquerre leur ostex en sus de chiaus dont il estoient parti, bien une liuve ou deus. r aviemes evlié à conter une aventure qu’il avint à monseigneur Pierron de Braiechoel : il avint que li empereres Henris estoit enost, et Jehans li Blakis et li Commain si estoient corut en le tere à l’empereur, et s’estoient logié bien ij. liuves ou mains loins de l’ost l’empereur ^""^ et avoient moult oï parler de monseigneur Pierron de Braiechoel et de se boine chevalerie, et tant qu’il mandèrent i. jour monseigneur Pierron de Braiechoel par messages qu’il parleroient moult volentiers à lui i. jour et par conduit —, et me sires Pierres respondi que^ s’il avoit sauf conduit, qu’il i iroit volentiers parler à aus, et tant que li Blak et li Commain envolèrent boins ostages à l’ost l’empereur, tant que mesires Pierres fust revenus. Adont si i ala mesires Pierres, lui quart de chevaliers, si monta seur un grant cheval, si comme il vint 2Or", c.I. 126 r », c. 2.

près de Tost asBlakis, et Jehans li Blakis seut qu’il venoit, si ala encontre lui, et des haus hommes de Blakie avec ; si le saluèrent et bienvignierent^ et si Teswarderent à moult grant paine, car il estoit moult grans, et parlèrent à lui d’unes coses et d’autres, et tant qu’il li disent : « Sires, nous nous merveillons « moult de vo boine chevalerie, et si nous merveillons moult « que vous estes quis en chest pais, qui de si loingtaines teres ((

estes, qui chi estes venu pour conquerre tere ; de n’aves « vous (fisent-il), teres en vos païs dont vous vous puissies (( warir ? » Et mesires Pierres respondi : « Ba (fist il), de « n’aves vous oï comment Troies le grant fu destruite, ne par « quel tor ? ^^ » — « Ba, ouil, fisent li Blak et li Commain, nous « l’avons bien oï dire, moult a que che ne fu. »

« Ba, fist

« mesires Pierres, Troies fu à nos anchiseurs, et chil qui en « escaperent, si s’en vinrent manoir là dont nous sommes « venu, et pour che que fu à nos anchiseurs, sommes nous « chi venu conquerre tere. » A tant si prist congié, si s’en revint ariere.

1204

f.126V, c.I.

uant li empereres fu revenus, et li baron qui avec in/éodati luialerent, et il eurent conquis grant partie de le tere et bien Ix. chités ^""^ estre les chastiaus et les viles hors, et le chités de Coustantinoble fu partie, si que li empereres en eut le quarte partie franke, et les autres iij. parties furent départies, si que li Venicien en eurent le moitié des iij. parties et li pèlerin l’autre. Si devisa on après à partir le tere qui estoit conquise : si départi on avant as contes et puis après as autres haus hommes, et eswardoit on selonc chou qu’il estoit plus rikes hons et plus haut hons, et qu’il avoit eu plusdegentdese maisnie en l’ost, se li donnoit on plus tere ^^^

siieuttelàcuiondonnace.fiésàchevalier ; àtelieutc, à teli eut lxx., àtelieutlx., àtelieutxl., àtelieutxx., àtelieut x., et chil qui le mains en avoient si en avoient vij. ou vj., et valoit li fiés ccc. livres d’angevins ^^9 ^

et disoit on à cascun des haus

hommes : « Vous ares tant de fiés, et vous tant, et vous tant ; (( s’en fieveres vos hommes, et chiaus qui de vous vaurront ondel’em pire. 1204

« tenir, et si ares chele cité, et vous chelui^ et vous chel autre, « et les seigneries qui i apendoient. » Quant on eut si faitement donné à cascun se partie, si aloient li conte et li haut homme veir leur teres, et leur chités, et y metoient leur bailli vs et leur wardes.

’i’hierri de Los sur prend Muruphle.

(Villeli., cxxvii.)

Mort de Murvphlc

ant qu il avint un jour que mesires Tierris, li frères le conte de Los ^7"^ aloit veir se tere, si comme il en aloit, si encontra par aventure i. jour Morchofie le traiteur, à i. destroit, qui s’en aloit ne sai où-, si avoit en se compaingnie dames et damoiseles, et asses autre gent, et chevauchoit cointement et noblement comme empereres, à tout tant de gent comme il pooit ; et mesires Tierris ne fist mais el, si li keurt il sus, et fist tant, et il, et se gent, qu il le prist par forche, et quant il Teut pris, si Fen amena en Coustantinoble, si le rendi à Tempereur Bauduin ; quant li empereres le vit, si le fist mètre en prison, et Fi fist bien warder.

uant Morchofles fu en prison, si manda li empereres Baudoin un jour tous ses barons, et tous les plus haus qui estoient en le tere de Coustantinoble, qu’il venissent u palais, le duc de Venice, le conte Loeis, le conte de Saint-Pol, et tous les autres-, et f. n6v, c. j. il i vinrent ; et, quant il furent venu, si leur dist si faitement li empereres Bauduin, qu’il avoit Morchofie en prison, et leur demanda qu’il l’en looient qu’il en fesist, tant queli i. disent que on le pendist, et li autres disent que on le trainast, tant que li dux de Venice dist que trop estoit haus hons pour pendre:« Mais de haut homme, fist li dux, haute justiche; je « vous dirai (fist li dux) que on en fâche:il a en chele vile ij .

« hautes colombes ; n’i a chelui qui n’ait tost Ix. toises ou 1. de « haut; si le fâche on monter en som l’une et puis si le fâche K on tresbukier jus à tere. » Or estoit chou de ches ij. colombes où sus li hermite manoient, et là où les aventures de Coustantinoble estoient escrites, si comme je vous ai dit par devant. A chou que li dux dist s’acorderent li baron ; si prent on Morchofle, si le maine on à une de ches colombes, si le fait on monter en som par les degrés qui dedens estoient ; quant Morchofles fu lassus, si le bouta on jus tere, si que li fu tous esmiés : tele venjanche prist on de Morchofle le traiteur ^7>. près chou que les teres furent si départies, comme Division de rcmpire

entre les hauts barons.

je vous ai dit, si avint que le pais lu laite du mar(viiieh., cxxvi.)

chis et de l’empereur, si que li empereres en fu blâmés, pour chou que n’i apela mie tous les haus f.i27r., c. I. barons ; toutes eures si demanda li marchis le roiame de Salenike et toutes eures Teut il, et U donna li empereres ; et, quant li roiames li fu otriiés, si i ala le marchis à toute se femme et à toute se gent, et quant il vint là, si en prist les warnestures, s’en fu sires et rois^7 Après, mesires Henris, li frères Fempereur, demanda le roiame Landremite qui estoit outre le brach Saint— Jorge, s’il le pooit conquerre, et on li donna ^73. adonques i ala mesires Henris à toute se gent, si conquist grant partie de le tere. Après, li cuens Loeis demanda un autre roiame, et on li donna —7^ ; et li cuens de Saint Pol redemanda un autre roiame, et on U donna ^75^ après, mesires Pierres de Braiechoel, un autre roiame qui estoit en tere de Sarrasins vers le Coine, s’il le pooit conquerre, et on li otria^^e— et mesires Pierres i ala à toute se gent, si conquist chu roiaume moult bien, et s’en fu sires. Si faitement demandèrent U rike homme les roiame qui n’estoient mie encore conquis ; et li dux de Venice et li Venicien eurent l’isle de Crète, et l’isle de Corfaut, et Tisle de Mosson^^y^ et encore autres asses que il i aamerent. Après si avint moult grans damaches en Tost : que U cuens de Saint Pol morut, ne demora waires^^s. uis si avint après que une chités que li empereres Révolte et siège d-Anavoit conquise révéla encontre lui ; Andernople ^’•’ « o ; avoit à nom chele chités. Quant li empereres le seut, si manda le duc de Venice, le conte Loeis et les autres barons, si leur dist qu’il voloit’ aler asseïr Andri1 2o5—1206

nople qui estoit révélée encontre lui, et qu’il li aidaissent à conquerre chele chité, et li baron respondirent que si feroient il volentiers, et tant que li empereres s’apareilla, et li baron, dealer à chele chité. Quant il vinrent à chele chité, si Tassisent^9 f. 127. », c.

si comme il seoient esluec, este me vous un jour où Jehans li Blakis, et il, et li Commain, à tout moult grant gent, venoient le tere de Coustantinoble, si comme il avoient autrefois fait, si trouvèrent l’empereur à toute s’ost séant à Andernople. Quant chil de Tost virrent ches Commains à ches plichons vestus, si ne les doutèrent, ne ne prisierent nient plus que un troupe d’enfans ; et chil Commain et chele gent venoient grandesme aleure, si keurent sus as Franchois, si en ochisent moult, si les desconfisent il tous^^°.

Disparition t/i ? l’empe reur Baudouin.

(i5 avril i2o5.)

n chele bataille, si fu perdus li empereres que on ne seut onques que il devint, et li cuens Loeis, et moult d autres haus hommes, et tant d’autre gent que nous n’en savons le nombre, mais que bien i perdi on ccc. chevahers ; et qui escaper peut, si s’en vint fuiant en Coustantinoble, si que li dux de Venice s’en vint fuiant, et asses gens avec lui, et laissierent leur tentes et leur harnas tout si comme il seoient à chele chité, que onques n oserent vertir chele part, si i fu le desconfiture grans. Ensi faitement se venja Dame Dieu d’aus, pour leur orgueil, et pour le maie foi qu’il avoient portée à le povre gent de l’ost, et les oribles pekiés qu’il avoient fais en le chité, après chou qu’il Feurent prise^^’.

Avènement et mariage

de Henri, frère de

Baudouin.

uant li empereres fu perdus par si faite mésaventure, si en furent li baron qui remessent moult corchié ; après si s’asanlerent i. jour pour faire . empereur ; si manda on monseigneur Henri, le frère l’empereur Bauduin qui fu, pour faire ent empereur, qui f 127 >", c. i. estoit en se tere qu’il avoit conquise outre le bras Saint Jorge. Quant li dux de Venice et li Venicien virrent que on vaut faire empereur de monseigneur Henris, si en furent encontre, ne si ne le vaurrent mie souffrir, s’il neussent i. ymage de Nostre Dame qui estoit peinte en une tavle^^^ ; si estoit chis ymages si rikes que moult, et estoit tous carkiés de rikes pierres précieuses ; si disoient li Grieu, que chou estoit li premiers ymages de Notre Dame qui onques fust fais ne pourtrais. En chel ymage si avoient li Grieu si grant fianche, que il l’aouroient seur toute rien, et si le portoient cascun de mars à pourchession ; si Faouroient li Grieu, et donnoient lui moult grans dons. Ore ne voloient nient li Venicien souffrir que mesires Henris fust empereres, s’il n’eussent chel ymage, tant qu’on leur donna chel ymage. Puis si corouna on monseigneur Henri à empereur —^^ Quant mesires Henris fu empereres, si parlèrent tant ensanle après, entre lui et le marchis qui estoit rois de Salenike, que li marchis li donna se fille, et que li empereres Tespousa ; et puis si ne veski mie longuement l’empereris, ains morut ^^ — +.

1206 — 1207

I

f. IÎ7V », c.2.

iK^sssassstl^ demora mie lonc tans après que Jehans li Blakis’^ ^o’— ^ ’^"

marquis de

Montferrat et de

et li Commain coururent en le tere le marchis de johannice.

Salenike, et li marchis estoit en se tere, et tant qu’il se combati à ches Blaks et à ches Commain, et que il fu ochis en chele bataille^*^^, et se gent desconfite. Si va Jehans li Blakis, et chil Commain, si assient il Salenike, si font drechier leur engiens pour assalir à le chité, et le femme le marchis estoit remese en le chité, et chevaliers et autres gens avec lui qui le vile deffendoient. Or jesoit li cors monseigneur Saint Dimitre en le chité, qui ne vaut onques souffrir que se chités fust prise par forche ; si decouroit si grans pientés d’oile déchu cors saint, que ch’estoit une fine merveille. Si avint, si comme Jehans li Blakis se jesoit une matinée en se tente, que mesires Saint Dimitres vint, si le feri d’une lanche parmi le cors, si l’ochist^^. Quant se gent et li Commain seurent qu’il fu mors, si se deslogierent, si s’en râlèrent en leur tere ; et puis après, si escaï li roiames de Blakie à un neveu Jehans, Burous avoit à nom’^7. chus Burous si fu après rois de Blakie, et avoit une bêle fille. 1207— 1216 L’empereur Henri demande en mariage la fille du roi de Valachie.

Après, avint que li empereres Henris, qui moult fu boins empereres, se conseilla à ses barons que il porroit faire de ches Blaks et de ches Commains qui si faitement wexioient Tempire de Coustantinoble, et qui Tempereur Bauduin sen frère li avoient mort ; tant que li baron li loerent qu’il envoiast à chelui Burous qui estoit rois de Blakie, et que il li mandast qu’il li donnast se fille à femme, et li empereres respondi ke femme de si bas parage ne prendroit il jà, et li baron disent : « Sire, si feres ; « nous vous loons bien que vous vous acordes à aus, car che « sont le plus fort gent et le plus doutée de l’empire, ne de le « tere. » Et tant parlèrent li baron que li empereres i envoia ij. chevaliers haus hommes, et si les fist atorner moult bêlement, et s’en alerent li message moult doutanment en chele f. sauvage tere, et quant il vinrent là, si les vaut on destruire, et toutes eures parlèrent tant il message à chelui Burous, que il leur respondi que il envoieroit volentiers se fille à l’empereur.

f. 128 i°, c. i.

Mariage de l’empereur Henri ; sa mort.

Adonques si fist atorner Burous li rois se fille moult rikement, et moult noblement, et asses gent avec lui ; si l’envoia à l’empereur, et li fist baillier Ix. sommiers tous carkiés d’avoir, et d’or, et d’argent, et de dras de soie, et de rikes juiaus ; ne n’i avoit sommier qui ne fust couvers d’un vermeil samit, qui si estoit Ions qu’il trainoit bien vij. pies ou viij. à cascun par deriere, ne jà tant n’alaissent par boe, ne par laides voies, que jà en fust nus des samis escorchiés, tout par cointise et par nobleche. Quant li empereres seut que le damoisele venoit, si ala encontre lui, et li baron avec lui, et si en fist moult grant feste de lui et de se gent, et puis après si l’espousa l’empereres 288. Ne demora mie grant tans après que on manda l’empereur à Salenike, pour corouner le fil le marchis à roi 289 ; et li empereres i ala, et quant il eut corouné le fil le marchis, si amaladi là, et si i morut (ii juin 1216.), dont che fu moult grans damaches et moult grans pitiés 290. f. 128 i°, c. 2.


Clari-Imp15-LetO.jpg
Ore aves oï le vérité, con faitement Coustantinoble

fu conquise, et con faitement li cuens de Flandres, Bauduins en fu empereres, et mesires Henris ses

frères après, que chis qui i fu, et qui le vit, et qui
l'oït, le tesmoingne, Robers de Clari, li chevaliers ; et a fait

metre en escrit le vérité, si comme ele fu conquise ; et jà

soit chou que il ne l'ait si bêlement contée le conqueste,

comme maint boin diteeur l’eussent contée, si en

a il toutes eures le droite vérité contée, et

asses de vérités en a teuts, qu’il ne

peut mie toutes ramembrer.


Explicit.


Clari-Imp87b.jpg