Lied normand

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dernières chansonsMichel Lévy Frères (p. 193-196).


Sous le chèvrefeuil,
Je vidais bouteille.
Trois amis en deuil
M’ont dit à l’oreille :

— Eh ! bon ! bon ! bon ! ― qu’on nous verse encor !
Le vin, c’est du sang ! ― le cidre, de l’or !

« prends bien garde à toi,
On te fauche l’herbe. »
— « Je n’ai pas d’effroi,
J’ai rentré ma gerbe ! »

— Eh ! bon ! bon ! bon ! ― qu’on nous verse encor !
Le vin, c’est du sang ! ― le cidre, de l’or !


Il prend son cheval,
Sa bride et sa selle,
Et court, par le val,
Au seuil de sa belle.

— Eh ! bon ! bon ! bon ! ― qu’on nous verse encor !
Le vin, c’est du sang ! ― le cidre, de l’or !

Y trouve un garçon,
Qui faisait ripaille,
Lequel eut frisson,
De peur de bataille.

— Eh ! bon ! bon ! bon ! ― qu’on nous verse encor !
Le vin, c’est du sang ! ― le cidre, de l’or !

— « Reste désormais
Près de cette femme ;
Tu n’auras jamais
L’orgueil de mon âme ! »

— Eh ! bon ! bon ! bon ! ― qu’on nous verse encor !
Le vin, c’est du sang ! ― le cidre, de l’or !


— « Au fond de son cœur,
J’ai cueilli naguère
Une belle fleur
Qu’on ne trouve guère.

— Eh ! bon ! bon ! bon ! ― qu’on nous verse encor !
Le vin, c’est du sang ! ― le cidre, de l’or !

« J’ai couché trois ans,
La nuit avec elle,
Dans de beaux draps blancs,
Garnis de dentelle.

— Eh ! bon ! bon ! bon ! ― qu’on nous verse encor !
Le vin, c’est du sang ! ― le cidre, de l’or !

« Reste et sois joyeux ! »
— J’ai trois enfants d’elle
L’un est à Bayeux,
L’autre à la Rochelle !


— Eh ! bon ! bon ! bon ! ― qu’on nous verse encor !
Le vin, c’est du sang ! ― le cidre, de l’or !

« Le troisième, ici,
Dessous les charmilles !
Fait tout son souci
De courir les filles !…

— Eh ! bon ! bon ! bon ! ― qu’on nous verse encor !
Le vin, c’est du sang ! ― le cidre, de l’or !

« ― Reste, beau vainqueur !
— Moi qui suis leur père,
J’ai noyé mon cœur
Au fond d’un grand verre ! »

— Eh ! bon ! bon ! bon ! ― qu’on nous verse encor !
Le vin, c’est du sang ! ― le cidre, de l’or !