éléments Wikidata

Livre:Grave - L’Individu et la société.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grave - L’Individu et la société.djvu
TitreL’Individu et la société
AuteurJean Grave Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionP. V. Stock
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1897
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

TABLE DES MATIÈRES


Antagonisme de l’individu et de la société. — Déviation du progrès. — L’âme : conscience de soi. — L’association spontanée. — Infiltration de l’autorité, de l’exploitation. — Apparition de la révolte. — L’autorité assise. — Le mal découlant de l’exercice de l’autorité attribué à ceux qui la détiennent. — On change ensuite les formes. — Plus d’autorité. — Les détenteurs de l’autorité doutent de la légitimité de leur rôle. — La peur de l’inconnu. — L’idée marche.
L’individu sacrifié à la société. — Qui a l’antériorité, de l’individu ou de là société ? — À quelle époque s’est faite l’association dans l’espèce humaine ? — L’individu n’est pas une cellule. — L’association s’opère à tous les degrés de l’évolution. — Diversité des formes de groupements. — Diversité des institutions gouvernementales. — Unité de la matière. — L’association doit suivre l’évolution individuelle. — L’autorité s’établit par le manque d’initiative. — L’habitude façonne les caractères à la servitude. — Commune origine de l’autorité et de la propriété. — Asservissement des faibles. — L’autorité se fortifie par la guerre. — La religion lui prête son appui. — La hiérarchie se complique. — Les revendications deviennent aussi économiques. — Nouvelles idoles. — Les maîtres changent, mais l’autorité reste.
L’esprit critique naît avec la compression. — D’instinctive, la révolte devient consciente. — Elle est justifiée par les maladroits défenseurs de l’autorité. — L’astuce, la force et le nombre étaient le pouvoir. — La flagornerie aux puissances donne naissance à l’économie politique. — On s’occupe de l’origine des sociétés. — La légende se crée, et l’entité se forme. — Le contrat social ! — D’aucuns trouvent que les privilégiés l’ont faussé. — L’imprévoyance du pauvre. — L’immuabilité sociale contredite par ses transformations continuelles. — La religion se montre. — Influence néfaste du Christianisme. — Souffrez sur la terre pour gagner le ciel ! — Matérialisme du spiritualisme. — L’esprit réhabilité avec la matière. — Agonie de l’esprit religieux.
Le peu de consistance des arguments tendant à la justification de l’oppression. — On appelle la science à l’aide. — La Métaphysique. — La Société marâtre. — Il faut des riches pour faire travailler les pauvres. — Ce sont ceux qui travaillent qui sont des fainéants ! — Le triomphe de l’entité. — L’individu réduit au rôle d’abstraction. — Antériorité de l’Unité. — Adaptation naturelle et compression ne sont pas la même chose. — Les bienfaits de la révolte.
Page:Grave - L’Individu et la société.djvu/315Page:Grave - L’Individu et la société.djvu/316Page:Grave - L’Individu et la société.djvu/317Page:Grave - L’Individu et la société.djvu/318Page:Grave - L’Individu et la société.djvu/319Page:Grave - L’Individu et la société.djvu/320Page:Grave - L’Individu et la société.djvu/321