Livre des Lamentations - Crampon

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Livre des Lamentations
Version Chanoine Crampon - 1923


Note de Wikisource


Ce texte de la Bible dans la traduction d’Augustin Crampon, édition révisée de 1923, comporte quelques déviations et inexactitudes. Il est remplacé par un texte dont la conformité à l’édition papier a été contrôlée, et le lecteur est invité à s’y référer : Bible Crampon 1923.



Après que le peuple d’Israël eut été emmené en captivité et que Jérusalem fut demeurée déserte, Jérémie le prophète s’assit en pleurant et il fit cette lamentation sur Jérusalem ; soupirant dans l’amertume et poussant des cris, il dit :

Chapitre 1[modifier]

  1. ALEPH. Comment est-elle assise solitaire, la cité populeuse ! Elle est devenue comme une veuve, celle qui était grande parmi les nations ; La reine des provinces a été rendue tributaire.
  2. BETH. Elle pleure amèrement durant la nuit, et les larmes couvrent ses joues, De tous ses amants pas un ne la console ; Tous ses compagnons l’ont trahie, ils sont devenus ses ennemis.
  3. GHIMEL. Juda s’en est allé en exil, misérable et condamné à un rude travail ; Il habite chez les nations, sans trouver le repos ; Ses persécuteurs l’ont atteint dans d’étroits défilés.
  4. DALETH. Les chemins de Sion sont dans le deuil, parce que nul ne vient plus à ses fêtes ; Toutes ses portes sont en ruines ; ses prêtres gémissent, Ses vierges se désolent, et elle-même est dans l’amertume.
  5. HÉ. Ses oppresseurs ont le dessus, ses ennemis prospèrent ; Car Yahweh l’a affligée à cause de la multitude de ses offenses ; Ses petits enfants s’en sont allés captifs devant l’oppresseur.
  6. VAV. La fille de Sion a perdu toute sa gloire ; - Ses princes sont comme des cerfs qui n’ont pas trouvé de pâture, Et s’en vont sans force devant celui qui les poursuit.
  7. ZAÏN. Jérusalem se souvient, aux jours de son affliction et de sa vie errante, de tous ses biens précieux dès les jours anciens. Maintenant que son peuple est tombé sous la main de l’oppresseur, et que personne ne vient a son aide, Ses ennemis la voient, et ils rient de son chômage.
  8. HETH. Jérusalem a multiplié ses péchés ; c’est pourquoi elle est devenue une chose souillée ; Tous ceux qui l’honoraient la méprisent, car ils ont vu sa nudité ; Elle-même gémit et détourne la face.
  9. TETH. Sa souillure apparaît sous les pans de sa robe ; elle ne songeait pas à sa fin, Et elle est tombée d’une manière étrange, et nul ne la console ! "Vois, Yahweh, ma misère, car l’ennemi triomphe !"
  10. JOD. L’oppresseur a étendu la main sur tous ses trésors ; Car elle a vu les nations entrer dans son sanctuaire, Les nations au sujet desquelles tu avais dit : "Elles n’entreront pas dans ton assemblée."
  11. CAPH. Tout son peuple gémit ; ils cherchent du pain ; Ils donnent leurs joyaux pour des aliments qui leur rendent la vie. "Vois, Yahweh, regarde l’abjection où je suis tombée !"
  12. LAMED. "Seriez-vous insensibles, vous tous qui passez par le chemin ? Regardez et voyez s’il y a une douleur comme la douleur qui m’accable, Moi que Yahweh a frappée au jour de son ardente colère !
  13. MEM. D’en haut il a lancé dans mes os un feu qui les dévore ; Il a étendu un filet devant mes pieds, il m’a fait reculer ; Il m’a jeté dans la désolation, je languis tout le jour.
  14. NUN. Sa main a lié le joug de mes iniquités ; Unies en faisceau, elles pèsent sur mon cou ; il a fait chanceler ma force. Le Seigneur m’a livré à des mains auxquelles je ne puis résister.
  15. SAMECH. Le Seigneur a enlevé tous les guerriers qui étaient au milieu de moi ; Il a appelé contre moi une armée pour écraser mes jeunes hommes ; Le Seigneur a foulé au pressoir pour la vierge, fille de Juda.
  16. AÏN. C’est pour cela que je pleure, que mon œil, mon œil se fond en larmes ; Car il n’y a près de moi personne qui me console, qui me rende la vie ; Mes fils sont dans la désolation, car l’ennemi l’emporte."
  17. PHÉ. Sion a tendu les mains... Personne qui la console ! Yahweh a commandé aux ennemis de Jacob de l’environner de toutes parts ; Jérusalem est devenue au milieu d’eux comme une chose souillée.
  18. TSADÉ. "Yahweh est juste, car j’ai été rebelle à ses ordres. Oh ! écoutez tous, peuples, et voyez. ma douleur : Mes vierges et mes jeunes gens sont allés en captivité !
  19. QOPH. J’ai appelé mes amants, ils m’ont trompée ; Mes prêtres et mes anciens ont péri dans la ville En cherchant de la nourriture pour ranimer leur vie.
  20. RESCH. Regarde ; Yahweh, quelle est mon angoisse ! Mes entrailles sont émues, Mon cœur est bouleversé au dedans de moi, parce que j’ai été bien rebelle. Au dehors l’épée a tué mes enfants ; au dedans, c’est la mort !
  21. SIN. Oui entend mes gémissements ; personne qui me console ! Tous mes ennemis, en apprenant mon malheur, se réjouissent de ce que tu as agi. Vienne le jour que tu as annoncé, et ils deviendront tels que moi !
  22. THAU. Que toute leur méchanceté soit présente devant toi, Et traite-les comme tu m’as traitée à cause de toutes mes offenses ! Car mes gémissements sont nombreux, et mon cœur est malade !"

Chapitre 2[modifier]

  1. ALEPH. Comment le Seigneur, dans sa colère, a-t-il couvert d’un nuage la fille de Sion ? Il a précipité du ciel sur la terre la magnificence d’Israël ; Il ne s’est plus souvenu de son marchepied, au jour de sa colère.
  2. BETH. Le Seigneur a détruit sans pitié toutes les demeures de Jacob ; Il a renversé dans sa fureur les remparts de la fille de Juda ; Il les a jetés par terre ; il a profané sa royauté et ses princes.
  3. GHIMEL. Dans l’ardeur de sa colère, il a brisé toute force d’Israël ; Il a retiré sa droite devant l’ennemi ; Il a allumé dans Jacob comme un feu ardent qui dévore de tous côtés.
  4. DALETH. Il a bandé son arc comme fait un ennemi ; sa droite s’est levée comme celle d’un assaillant ; Et il a égorgé tout ce qui charmait les yeux. Dans la tente de la fille de Sion il a versé son courroux comme un feu.
  5. HÉ. Le Seigneur a été comme un ennemi, il a détruit Israël, Détruit tous ses palais, abattu ses remparts ; Il a amoncelé sur la fille de Sion douleur sur douleur.
  6. VAV. Il a forcé son enclos, comme un jardin ; il a détruit son sanctuaire. Yahweh a fait oublier dans Sion les solennités et les sabbats ; Dans l’ardeur de sa colère il a rejeté avec dédain le roi et le prêtre.
  7. ZAÏN. Le Seigneur a pris en dégoût son autel, en abomination son sanctuaire ; Il a livré aux mains de l’ennemi les murs des palais de Sion ; On a poussé des cris dans la maison de Yahweh, comme en un jour de fête.
  8. HETH. Yahweh a médité de renverser les murs de la fille de Sion ; Il a étendu le cordeau ; il n’a pas retiré sa main qu’il ne les eût détruits ; Il a mis en deuil le mur et l’avant-mur ; ils gisent tristement ensemble.
  9. TETH. Ses portes sont enfoncées en terre ; il en a rompu, brisé les barres ; Ses rois et ses princes sont dispersés parmi les nations ; il n’y a plus de loi ; Même ses prophètes ne reçoivent plus de vision de Yahweh.
  10. JOD. Les anciens de la fille de Sion sont assis par terre, en silence ; Ils ont jeté de la poussière sur leur tête ; ils sont vêtus de sacs ; Les vierges de Jérusalem inclinent leur tête vers la terre.
  11. CAPH. Mes yeux se consument dans les larmes, mes entrailles sont émues ; Mon foie se répand comme l’eau sur la terre, à cause de la blessure de la fille de mon peuple, A la vue des enfants et des nourrissons qui tombent en défaillance sur les places de la ville.
  12. LAMED. Ils disent à leurs mères : "Où y a-t-il du pain et du vin ?" Et ils tombent comme frappés du glaive dans les rues de la ville, Et rendent l’âme sur le sein de leurs mères.
  13. MEM. Que puis-je te dire ? Qui trouver de semblable à toi, fille de Jérusalem ? A qui te comparer pour te consoler, vierge, fille de Sion ? Car sa plaie est grande comme la mer : qui te guérirait ?
  14. NUN. Tes prophètes ont eu pour toi de vaines et folles visions ; Ils ne t’ont pas dévoilé ton iniquité, afin de détourner de toi la captivité ; Mais ils t’ont donné pour visions des oracles de mensonge et de bannissement.
  15. SAMECH. Tous les passants battent des mains à ta vue ; ils sifflent, Ils branlent la tête sur la fille de Jérusalem ; "Est-ce là cette ville qu’on appelait la parfaite en beauté, la joie de toute la terre ?"
  16. PHÉ. Tous tes ennemis ouvrent la bouche contre toi ; ils sifflent, Ils grincent des dents ; ils disent "Nous l’avons engloutie ! C’est là le jour que nous attendions, nous y sommes arrivés, nous le voyons !"
  17. AÏN. Yahweh a exécuté ce qu’il avait résolu ; il a accompli la parole Qu’il avait prononcée, dès les jours anciens ; il a détruit sans pitié ; Il a réjoui l’ennemi à ton sujet, il a élevé la corne de tes oppresseurs.
  18. TSADÉ. Leur cœur crie vers le Seigneur ! O muraille de la fille de Sion, Laisse couler, comme un torrent, tes larmes jour et nuit ; Ne te donne aucune relâche ! Que ta prunelle n’ait point de repos !
  19. QOPH. Lève-toi, pousse des cris pendant la nuit, au commencement de chaque veille ; Epanche ton cœur comme de l’eau devant la face du Seigneur ! Lève les mains vers lui pour la vie de tes petits enfants, qui défaillent de faim aux coins de toutes les rues !
  20. RESCH. "Vois, Yahweh, et considère ! Qui as-tu jamais traité ainsi ? Se peut-il que des femmes mangent le fruit de leurs entrailles, les petits enfants qu’elles portent dans leurs bras ? Que le prêtre et le prophète soient égorgés dans le sanctuaire du Seigneur ?
  21. SIN. L’enfant et le vieillard sont couchés parterre dans les rues ; Mes vierges et mes jeunes hommes sont tombés par l’épée ; Tu as égorgé au jour de ta colère, tu as immolé sans pitié.
  22. THAU. Tu as convoqué, comme à un jour de fête, mes terreurs de toutes parts, Au jour de la colère de Yahweh, il n’y a eu ni réchappé ni fugitif ; Ceux que j’avais portés dans mes bras et élevés, mon ennemi les a exterminés !"

Chapitre 3[modifier]

  1. ALEPH. Je suis l’homme qui a vu l’affliction sous la verge de sa fureur.
  2. Il m’a conduit et m’a fait marcher dans les ténèbres et non dans la lumière ;
  3. Contre moi seul il tourne et retourne sa main tout le jour.
  4. BETH. Il a usé ma chair et ma peau, il a brisé mes os ;
  5. Il a bâti contre moi ; il m’a environné de fiel et d’ennui ;
  6. Il m’a fait habiter dans les ténèbres, comme ceux qui sont morts depuis longtemps.
  7. GHIMEL. Il m’a entouré d’un mur pour que je ne puisse sortir, il m’a chargé de lourdes chaînes.
  8. Lors même que je crie et que j’implore du secours, il ferme tout accès à ma prière.
  9. Il m’a barré les chemins avec des pierres de taille, il a bouleversé mes sentiers.
  10. DALETH. Il a été pour moi comme un ours aux aguets, comme un lion dans son embuscade ;
  11. Il m’a ôté toute issue et m’a mis en pièces ; il m’a réduit à la dévastation ;
  12. Il a bandé son arc et m’a placé comme but à ses flèches.
  13. HÉ. Il a fait pénétrer dans mes reins les fils de son carquois ;
  14. Je suis la risée de tout mon peuple, leur chanson tout le jour ;
  15. Il m’a rassasié d’amertume, il m’a abreuvé d’absinthe.
  16. VAV. Il a fait broyer du gravier à mes dents, il m’a enfoncé dans la cendre,
  17. Mon âme est dégoûtée, parce qu’elle n’a plus de paix ; j’ai oublié le bonheur ;
  18. Et je disais : Ma force est perdue, je n’ai plus d’espérance en Yahweh !
  19. ZAÏN. Souviens-toi de mon affliction et de ma souffrance, de l’absinthe et du fiel !
  20. Mon âme s’en souvient sans cesse, et elle est abattue en moi.
  21. Voilà ce que je veux me rappeler en mon cœur ; c’est pourquoi j’espérerai.
  22. HETH. C’est une grâce de Yahweh que nous ne soyons pas anéantis, car tes miséricordes ne sont pas épuisées ;
  23. Elles se renouvellent chaque matin ; grande est ta fidélité !
  24. Yahweh est mon partage, a dit mon âme ; c’est pourquoi j’espérerai en lui.
  25. TETH. Yahweh est bon pour qui espère en lui, pour l’âme qui le cherche.
  26. Il est bon d’attendre en silence la délivrance de Yahweh ;
  27. Il est bon à l’homme de porter le joug dès sa jeunesse.
  28. JOD. Quand Dieu le lui impose, qu’il s’asseye à l’écart, en silence !
  29. Qu’il mette sa bouche dans la poussière ; peut-être y a-t-il de l’espérance !
  30. Qu’il tende la joue à celui qui le frappe ; qu’il se rassasie d’opprobres !
  31. CAPH. Car le Seigneur ne rejette pas à toujours ;
  32. Mais, quand il afflige, il a compassion selon sa grande miséricorde ;
  33. Car ce n’est pas de bon cœur qu’il humilie et qu’il afflige les enfants des hommes.
  34. LAMED. Quand on foule aux pieds tous les captifs du pays,
  35. Quand on fait fléchir le droit d’un homme à la face du Très-Haut,
  36. Quand on fait tort à quelqu’un dans sa cause, est-ce que le Seigneur ne le voit pas ?
  37. MEM. Qui a parlé, et la chose s’est faite, sans que le Seigneur l’ait commandé ?
  38. N’est-ce pas de la bouche du Très-Haut que viennent les maux et les biens ?
  39. Pourquoi l’homme vivant se plaindrait-il ? Que chacun se plaigne de son péché.
  40. NUN. Examinons nos voies et scrutons-les, et retournons à Yahweh.
  41. Elevons nos cœurs, avec nos mains, vers Dieu qui est au ciel.
  42. Nous, nous avons péché, nous avons été rebelles ; toi, tu n’as pas, pardonné.
  43. SAMECH. Tu t’es enveloppé dans ta colère, et tu nous as poursuivis ; tu as tué sans épargner ;
  44. Tu t’es couvert d’une nuée, afin que la prière ne passe point ;
  45. Tu as fait de nous des balayures et un rebut au milieu des peuples.
  46. PHÉ. Tous nos ennemis ouvrent la bouche contre nous.
  47. La frayeur et la fosse ont été notre part, la dévastation et la ruine.
  48. Mon œil se fond en un ruisseau de larmes, à cause de la ruine de la fille de mon peuple.
  49. AÏN. Mon œil pleure et ne cesse point parce qu’il n’y a pas de répit.
  50. Jusqu’à ce que Yahweh regarde et voie du haut des cieux,
  51. Mon œil fait mal à mon âme, à cause de toutes les filles de ma ville.
  52. TSADÉ. Ceux qui sont mes ennemis sans cause m’ont donné la chasse comme a un passereau.
  53. Ils ont voulu anéantir ma vie dans la fosse, et ils ont jeté une pierre sur moi.
  54. Les eaux montaient au-dessus de ma tête ; je disais : "Je suis perdu !"
  55. QOPH. J’ai invoqué ton nom, Yahweh, de la fosse profonde ;
  56. Tu as entendu ma voix : " Ne ferme point l’oreille à mes soupirs, à mes cris de détresse ! "
  57. Au jour où je t’ai invoqué, tu t’es approché et tu as dit : " Ne crains point !"
  58. RESCH. Seigneur tu as pris ma défense, tu m’as sauvé la vie.
  59. Tu as vu, Yahweh, la violence qu’ils me font ; fais-moi ,justice !
  60. Tu as vu toute leur rancune ! tous leurs complots contre moi.
  61. SIN. Tu as entendu leurs outrages, Yahweh, tous leurs complots contre moi,
  62. Les propos de mes adversaires et ce qu’ils méditent contre moi tout le jour,
  63. Quand ils s’asseyent ou qu’ils se lèvent ; regarde, je suis l’objet de leurs chansons.
  64. THAU. Tu leur rendras, Yahweh, selon l’œuvre de leurs mains ;
  65. Tu leur donneras l’aveuglement du cœur ; ta malédiction sera pour eux.
  66. Tu les poursuivras avec colère et tu les extermineras de dessous les cieux de Yahweh !

Chapitre 4[modifier]

  1. ALEPH. Comment l’or s’est-il terni, l’or pur s’est-il altéré ? Comment les pierres sacrées ont-elles été dispersées au coin de toutes les rues ?
  2. BETH. Les nobles fils de Sion, estimés au poids de l’or fin, Comment ont-ils été comptés pour des vases de terre, ouvrage des mains d’un potier ?
  3. GHIMEL. Même les chacals présentent les mamelles à leurs petits et les allaitent ; La fille de mon peuple est devenue cruelle, comme l’autruche dans le désert.
  4. DALETH. La langue du nourrisson s’attache à son palais, desséchée par la soif ; Les petits enfants demandent du pain, et personne ne leur en donne.
  5. HÉ. Ceux qui se nourrissaient de mets délicats meurent de faim dans les rues ; Ceux qu’on portait sur la pourpre, embrassent le fumier.
  6. VAV. L’iniquité de la fille de mon peuple a été plus grande que le péché de Sodome, Qui fut renversée en un instant, sans qu’aucune main se fût levée contre elle.
  7. ZAÏN. Ses princes surpassaient la neige en éclat, le lait en blancheur ; Leur corps était plus vermeil que le corail, leur figure était un saphir.
  8. HETH. Leur aspect est plus sombre que le noir même ; on ne les reconnaît plus dans les rues ; Leur peau est collée à leurs os, sèche comme du bois.
  9. TETH. Heureux ceux que l’épée a tués, plus que ceux qu’a tués la famine ; Car ceux-ci se sont épuisés lentement, blessés par la privation des produits des champs !
  10. JOD. Des femmes compatissantes ont de leurs mains fait cuire leurs enfants ; Ils leur ont servi de nourriture dans le désastre de la fille de mon peuple.
  11. . Yahweh a épuisé sa fureur ; il a répandu l’ardeur de sa colère, Et a allumé dans Sion un feu qui en a dévoré les fondements.
  12. LAMED. Ils ne croyaient pas, les rois de la terre, ni aucun des habitants du monde, Que l’adversaire, l’ennemi, entrerait dans les portes de Jérusalem.
  13. MEM. C’est à cause des péchés de ses prophètes, des iniquités de ses prêtres, Qui répandaient dans son enceinte le sang des justes.
  14. NUN. Ils erraient comme des aveugles dans les rues, souillés de sang, De sorte qu’on ne pouvait toucher leurs vêtements.
  15. SAMECH. "Ecartez-vous ! Un impur !" leur criait-on. "Ecartez-vous ! Ecartez-vous ! Ne le touchez pas !" Quand ils fuyaient, ils erraient ça et là, et l’on disait parmi les nations : "Qu’ils ne séjournent point ici !"
  16. PHÉ. La face irritée de Yahweh les a dispersés ; il ne les regarde plus. L’ennemi n’a eu ni respect pour les prêtres, ni pitié pour les vieillards.
  17. AÏN. Et nous, nos yeux se consumaient encore à attendre un vain secours ; Du haut de nos tours, nous regardions vers une nation qui ne pouvait pas nous sauver.
  18. TSADÉ. Ils épiaient nos pas, nous empêchant de marcher dans nos places. "Notre fin approche, nos jours sont accomplis ; oui, notre fin est arrivée !"
  19. QOPH. Ceux qui nous poursuivaient ont été plus légers que les aigles du ciel ; Ils nous ont pourchassés sur les montagnes ; ils nous ont dressé des embûches dans le désert.
  20. RESCH. Le souffle de nos narines, l’oint de Yahweh, a été pris dans leurs fosses, Lui dont nous disions : "Nous vivrons sous son ombre parmi les nations."
  21. SIN. Réjouis-toi et sois dans l’allégresse, fille d’Edom, qui habite au pays de Hus ! A toi aussi passera la coupe ; tu t’enivreras et tu te mettras à nu.
  22. THAU. Ton iniquité a pris fin, fille de Sion, Yahweh ne t’enverra plus en captivité. Il visite ton iniquité, fille d’Edom ; il met à découvert tes péchés.

Chapitre 5[modifier]

  1. Souviens-toi, Yahweh, de ce qui nous est arrivé, Regarde et vois notre opprobre.
  2. Notre héritage a passé à des étrangers, Nos maisons à des inconnus.
  3. Nous Sommes orphelins, sans père ; Nos mères sont comme des veuves.
  4. Nous buvons notre eau à prix d’argent, Nous n’avons de bois qu’en payant.
  5. Nos persécuteurs nous pressent par derrière ; Nous sommes épuisés ; plus de repos pour nous.
  6. Nous tendons la main vers l’Egypte et vers l’Assyrie, Pour nous rassasier de pain.-
  7. Nos pères ont péché, ils ne sont plus, Et nous, nous portons la peine de leurs iniquités.
  8. Des esclaves dominent sur nous ; Personne ne nous délivre de leurs mains.
  9. Nous recueillons notre pain au péril de notre vie Devant l’épée du désert.
  10. Notre peau est brûlante comme un four, Par suite de l’ardeur de la faim.
  11. Ils ont déshonoré les femmes dans Sion, Les vierges dans les villes de Juda.
  12. Des chefs ont été pendus par leurs mains ; La face auguste des vieillards n’a pas été respectée.
  13. Des adolescents ont porté la meule ; Des enfants ont chancelé, chargés de bois.
  14. Les vieillards ne vont plus à la porte ; Les jeunes gens ont abandonné leur lyre.
  15. La joie de nos cœurs a cessé, Nos danses sont changées en deuil.
  16. La couronne de notre tête est tombée ; Oui, malheur à nous, parce que nous avons péché !
  17. Voici pourquoi notre cœur est malade, Pourquoi nos yeux sont obscurcis :
  18. C’est parce que la montagne de Sion est désolée, Et que les chacals s’y promènent en liberté.
  19. Toi, Yahweh, tu règnes éternellement ; Ton trône subsiste d’âge en âge.
  20. Pourquoi nous oublierais-tu à jamais, Nous abandonnerais-tu pour toute la durée de nos jours ?
  21. Fais-nous revenir à toi, Yahweh, et nous reviendrons ; Donne-nous de nouveaux jours comme ceux d’autrefois.
  22. Car nous aurais-tu entièrement rejetés ! Serais-tu irrité contre nous sans mesure ?