Lou Cathechisme Roüergas

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Collectif
Texte établi par Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron (p. 1-25).
LOU
CATÉCHISME ROÜERGAS
FACH EN VERSES
Par l’abbé BOUSQUET, curé de Buseins.

Ce catéchisme[1] fut publié, en 1656, par Grandsaigne, imprimeur à Rodez, avec approbation de M. de Patris, vicaire-général du diocèse. Le nom de l’auteur est inconnu. On en voit seulement les initiales à la fin de l’épître dédicatoire. Cette épître, admirable de simplicité, est un chef-d’œuvre dans son genre. Chose rare ! car on peut dire que l’épître dédicatoire est très souvent l’écueil d’un écrivain. Mais que le lecteur daigne juger lui-même du mérite de l’épître dédicatoire qui m’a paru si belle, si éloquente :

« A Monseignovr l’lllvstrissime, et Reuerendis. Payre en Dieu, Messire Hardovin de Perefixe, Auesque, et Seignour de Roudez, Preceptour del Rey, et son Conselié-d’Estat.

» MONSEIGNOVR,

» Aqueste liuret es vn efan del Pays de Roüergue, nascut sous la costellaciu de vostros armos[2], que nou pod pas sorti del Bres, ny veyre lou jour que per lou regard fauorable d’aquel bél Astre, qu’a Presidat à sa naycenso, et per aquo, Monseignour, son Payre lou porto as pez de vostro grandour, per ly demanda sa Benedicciu : se vous l’y fasez la gracio de lou veyre de bon-vël, el nou crenhero pas laul-visto de toutsez lous autrez. El a be paur, Monseignour, estan habillat à la Roüergasso, et parlan vn patois, que vous n’entendez pas, d’éstre rebutat, et cassat hontousomen de vostre sale commo lou Gus de l’Euangéli, que séro mes a la taulo del Rey, sans la raubo de las nopços : Mas aco que l’y douno couratgé, Monseignour, ez que la pluspart de las Fedos, et dels Aniels de vostre troupél belou de la sorto, et que l’amour que vous lour pourtas, et lou zéle qu’auéz per lou salut, et per la glorio de Dieu, vo’ dounara lou desir et l’euejo de l’entendre : car commo las Fedos se rejouyssou d’ausi la voux et l’estifle de lour Pastre, atabe lou Pastre pren plaze d’ausi lou bél de sas Fedos, per las counoyse : Aquelle esperanço, Monseignour, l’y donno l’ardiesso de se presenta dauan vous, et de vous demanda la Benedicciu, et la permissiu d’ana per las Parroquios de vostre dioeeze trouua vostres tramajourals[3], et lous ajuda a enseigna lous efans, et lou poble innocent, et ignorent las Crezenços et la Doctrino Crestiano, necessario per lour salut, et lour apenre qualque Cansou spiritualle, al luoc de las prophanos et deshonéstos que lou monde lour enseigne, sans laquallo permissiu el nou vol pas entreprenre de dubry la bouquo, et son Payre l’estoufario sel éro tan ausard que d’ana pel païs sans vostro licenço. Lou deuer, et lou respect, Monseignour, quel a voudat à sous Prelats, l’y commando aquello soubmissiu quel desire de vous randre en aqueste rencontre, en attenden qu’en de milhoures occasius, el vous puésco fa veyre per son obeysssenço, qu’el ez de tout son cor et an touto sinceritat,

» Monseignovr,

» Vostre tres-humble, tres-obeyssen et tres-fidel seruidou,

» F. C. P. R. D. S. F.

Ne serait-ce pas frère C., prêtre, religieux de Saint-François ? Le prélat dut trouver charmante cette épître, du moment qu’on lui eût donné l’intelligence de la langue rouergasse. Cette langue renferme tant de beautés, elle est si riche d’expressions que, lorsqu’on la connait, on est étonné de la voir frappée d’anathème, comme si elle était une langue barbare. Encore quelques années, et on pourra la placer parmi lee langues mortes, et je ne sais trop si le jargon qui lui succèdera, dans nos villages, aura la naïveté, la poésie et les charmes du patois. Conservons, du moins, dans les fastes de l’histoire les productions de l’esprit de nos ancêtres.

L’auteur voulent que son lecteur profite du fruit de ses labeurs, lui donne dans la préface tres mouts d’auist :

« 1. Covmo l’home n’es pus nascut que per couneyce, ayma, et serui Dieu, en aqueste monde, et per ioüy de sa glorio dins l’autre, atabe lou liuret n’es pas fach que per enseigna aquellos tres causos al poble d’aqueste païs, et per aco parle Roüergas, à l’exemple des Apostouls, que parlabou lou lengatge del païs, et del poble qu’enseignabou, act. 2. Vnusquisque audiuimus linguam nostram in qua nati sumus, Et à l’imitaciu delz autrez Royaumez et Prouinços, dins lasqualos lous Perdicayrez parlou lengatge del païs, lous Italiens Italiens, etc. et certos feu Monseignour lou Cardinal d’Armaignac penden qu’ero Auesque de Roudez, faguét imprima lou Prône et lou douctrinal de sapienco en Roüergas, pertat que lou poble l’entendesso milhour[4].

» 2. Lou liuret ez fach en vérses, à couplets de diuersez ers, et mesuros, pertal que lous efans e lou poble des Vilatgez, lous aprengou pus facilomen, et retengou milhour, à may que d’auegados en trauailhan, ne cantou qualque verset ....... Et certos coumo las cansous deshonestos sous la grano del pecat, que lou Diables ietto dins lou cor del monde per lou perdre : dememo las spiritualos sous la semenço de la vertut que los sanet Esprit met dins lou nostre per nous sauua, et Sozomeno rapporto que sanet Ephren et sanct Chrisostome faguerou dels Hymnez, et cansous spiritualos, sur lous Mysteris de la Fe, per contre- carra lous Arriens, que fasieu aprene et canta lours Here- sios al poble.

» 3. Aysi lous mouts sous escrits... coumo lousc al pre- noncia, sans aue esgard se venou del Grec, del Laty ou del Frances. Toutos las lettros se prenonciou sans ne layssa cap, et toutos las consounos coumo en Laty. Las voyalos. A se prenonço de dos faysous, claromen, ou vn pauc obscur... l'O se prenonço obscuromen coumo en Laty, et vn pauc plus claromen approchant de l'A, et per aco trouuarez que lou méme mout es vn cop escrich an l'A : et l'autre en l'O, coumo sacramen, sacromen, et toujour la prenonciaciu es de méme.

» L'E se prenoncio en tres faysous , 1. Claramen coumo l'E Laty, ou Frances marcat é, ou coumo l'E ques sous- entendut en la prenonciaciu d'aquestos letros f, l, m, n, r, s, et per aco lou trouuares marcat é. 2. Obscuramen, comme lou Que et De en frances, et coume l'E qu'es en- tendut quand on dis aquestos letres b, c, d, g, t, et aquelle prenonciaciu es la plus ordinario. 3. Comme l'O en las terminasous feminines deméme qu'en frances Dame Damo...

» Lous I, et lou v sous consounes et voyéles coume en lati, et se prononciu de méme sorte. Las diphtongues au, eu iu se prenonciu coume fau en aquestes mouts latis , autem, audi, leuca, Eurus. Ny a pas d'exemple de l'iu, mas la permieyre lettre attire l'autre : et aquelle diphton- gue es fort ordinario à la fi, et per aco dauegados la trou- uares escriche per iëu, principalomen lou mot de Dieu... Lou ç marcat dejoust se prononce comme vn s.

» Se trouuas de fautes al sens, à las rimes, as mouts, à las mesuros des verses , courrijas las, excusas l'Autour : é fazés milhour à la glorie de Dieu, et à l'estrucciu del poble quel ou desire de bon cor.

» Adesias. »

Ces préliminaires remplis, l'auteur donne la table des matières renfermées dans son ouvrage divisé en dix chapitres, ou divisés en plusieurs paragraphes. Les chapi- tres V, VI et VII contiennent des traductions des proses et hymnes en usage dans le rit romain, et quelques can- tiques dits noëls. Les chapitres VIII, IX et X contiennent diverses instructions.

Mais l'auteur n'a pas cru suffisant pour le succès de son ouvrage de l'avoir mis sous la protection de M. Hardouin de Péréfixe; en homme prudent il a pensé que le caté- chisme Rouergas avait besoin encore d'un passe-port, et il a eu le soin de lui en faire un pour lui dans l'occasion. Le voici :

PASSE-PORT.

Vayten Liuret à la venture , Per lou Pays, fa la Missiu : Se qualque Douctour te censure : Pren de bon grat sa correcciu : É digos l'y, qu'en bon Chrestié , Corrige tout se n'a mestié.

N'ayant plus rien à craindre pour son ouvrage, il an- nonce lou subiét et divisiu del Liuret.

Cresés, pregas, fasés, prenés : tel est l'objet des quatre premiers chapitres du catéchisme : la foi, l'espérance, la charité et la vertu de religion.

Cresés.

La fe principale vertut, Es vn don de Diu, qu'illumine L'Entendemen d'vne Doctrine Necessario per lou salut.

Elle nous esclayre l'esprit, D'vn lun del Cél, que lou dispause, A creyre tout ço que perpause La Gleyso, escrit, ou non escrit. Et nous met dins l'entendemen

Vne science, qu'es be oscure Mas veritable , é plus segure, Qu'aquelle del rasounamen.

Nous ensenhe que n'y a qu'vn Dieu Tres persounes, en vn'Essence L'Humilitat et l'excellence Del secret de l'Incarnaciu.

Nostr'esprit nes pas prou subtil, Per aue de Diu counoycence , Sans aquel lun de la cresence , Tant que sén dins aquest'exil.

Diu donc a fach revelaciu Des mystéris que la nature Nou sauio pas per l'Escriture Ou de bouque per tradiciu.

E ço que Diu à reuelat,

E que la Gléyse nous atetste

Que Diu à dich, sans autr'enqueste ,

Ou cal creyre d'vn cor zelat.

Diu qu'es la premieyre bertat, Co quel dis es cause segure , E quan la Gléyse assegure Que ve del, es pla concertat.

L'Home qu'es d'aquel lun conduch Tombe pas dins lou precipice , Séc la vertut, fugis lou vice : Amo lo pax : haïs lou bruch.

L'auteur développe ensuite les articles de foi que tout chrétien doit croire , et il s'exprime ainsi au sujet de Dieu et de ses divines perfections :

Diu es vn Esprit Eternal,

Tout bou , tout poysant, et tout satge .

Que na besoun per son vsatge

De res : son Ess'es immortal. La grandour, et la Majestat Souuéréne de la nature , Es sans bornes, et sans mesure, Toutjour d’vn ess’é d’un estat.

El es tout glori’é tout bontat, El vey tout per sa couynoycence , El es en tout per son essence, Son pouder es sa volontat.

Payre , Fil, sant Esprit, vn Diu Sous tres Persounes , vne essence Sans diuisiu, ny diference, Que d’origine é relaciu.

Lou Payr’en son entendemen Per lacte de sa counoycence , Engenr’é doune la naycence A son Fil eternalomen.

Lou Payr’é lou Fil d’vn’ acciu D’amour mutual, et complasence , Comunicou la mesm’essence Al sant Esprit, per processiu.

Vne soule diuinitat Vn vouler, vn’intelligence, Vne nature, vn’existence En tres, s’apéle Trinitat.

Que a creat tout l’Vniuers, D’vn soul fiat de sa poysance Sans qu’y agués res de per auance, E souste lous Esses diuérs.

Lou Cél, Layse[5], lous Elemens É tout quant es e la nature Pren del l’Esse , la noyriture , L’operaciu, lous mouuemens : Las Fournises, lous Elefans, Las Balenes, é las Louquetes, Lous Reypetits, las Alausetes, É las Églos sous sous Efans.

Lous viéls garrics, lou Pé-tourtut, Lous bous fruchiés, las maioufetes , Lous blats, las flours, é las herbetes Au del la vid' é la vertut.

Las Plejos, las Neus, et lous Vens, Lous Gels, lous Trones, las Tempestes, Lous Mals , las Fievres et las Pestes , Nou fau que sous Commandamens.

El à fach toutsez lous Angéls : É lous homes à sa semblance, Per lou fa part de sa Poysance , E de sa glorie, dins lous Celz.

Voila bien l'Être divin, expliqué autant que peut le sai- sir l'intelligence de l'homme, et sa puissance sur toutes les choses créées. Je ne suivrai pas l'auteur dans l'explica- tion qu'il donne des autres mystères ; mais je ne puis résis- ter au plaisir de rapporter son poème avec prologue sur les quatre fins dernières de l'homme. Son tableau était bien propre à faire impression sur l'esprit de l'habitant de la campagne !

PROLOGUE.

Per se garda de fa mal, Cal aue dins la memorie, Lou grand Iutjamen final : La Mort, l'Ifer, et la Glorio,

Et s'en cal plo souueni,

Car aquo diu aueni. § I.

De la Mort.

Ha qu'es tarrible la mort ! Coussi met tout en alarme , Quand ve d'vn cruel efort Separa lou cors de l'arme , Et que met encontimen : Tout quant es à perimen.

Lou cors qu'éro ta perfet, Ta gailhard, et tan agréable : Dins vn nonres, es infét, Tout poyrit, tan efroyable,

Qu'a lou veyre, fa hourrour :

Et esfetjo de pudour.

Lous amics, et lous parens , Las hounours, et las caresses, Lous plasez, lous passotens, Lous tesaurs, et las richesses, Las terres, et lous hostals : Tout n'anat d'vn cop de fals.

Coume la mort n'a pas d'uëls, Elle nou counoys persoune : Siu gens jouues, siu gens viels, An sa fais tout ou missoune. Noble , riche, paure gus, Elle n'esparnhe degus.

Elle ve coum'vn Layrou, Sans dire paro, n'y garo, Sus camis , al fougayrou, N'agacho pas vël ni caro.

Mas d'vn reuers per detras Cope col, cambes, et bras. Aprés aquel cop fatal,

Et de tout ineuitable :

S'enséc l'estat immortal,

A tout iamay perdurable : D'vn Paradis per lous Sants, Et d'vn lfer pes missans.

Se voulés dong empacha, Que la mort nou vous surprengo, Quado iour vous cal tacha, D'ess' en boun estat quand vengo Garda lous Coumandamens, Frequenta lous Sacramens.

§ 2.

Del Iutjamert.

Mas es sans entendemen , Aquel que iamay nou pense A n'aquel gran Iutjamen , Que diu douna la sentence, Per toute l'Etérnitat, Selon qu'auren meritat.

Sul poun del damé badal, Que duerp à l'arme la porte : Per sorti del corps mortal, Iesu-Crit l'aten que sorte , Per l'y douna pagamen , De ço qu'a fach en viuen.

Al même luoc es vuért, Lou libre de sa conscience : Que fa veyre à descuuert, L'estat despieys la naycence. A qui dins aquel Parquet Se desplego lou paquet. Lou bon Angél al coustat, Et lou Diables à m'a gauche , Que te son fét apoustat, Per reproucha la debauche, A l'arme, qu'es entre-dous, Prés del Iutge rigourous.

Mas al Iutge tout poysant Tout iuste , tout bou, tout sage , Per condamna lou missant, L'y cal pas de temouniatge : Cadu vey, dins son Miral, Ço qu'a fach , de be de mal.

A qui dong dins vn momen, Se fa l'enqueste, e la probe, Et se doune Iutjamen, Que lou criminel aprobe : Et recau an confusiu, Sa propre condamnaciu.

Terrible condamnaciu ! Que contrepese , é qu'ajuste, Lous tourmens à quad'acciu, Paraul' et pensad' iniuste : D'où s'enséc l'execuciu, Sans delay ny remissiu.

Lou Diables, de gran furour, Se iétte sus aquel'arme, Toute transide d'hourrour, L'encadene, la desarme. Et an sas arpes de fér, La tirgosse dins l'Ifer.

Mas ben-hurous lou Chrestié, . Qu'ausira per sa Sentence , Venés, mon choeretié , Intras en la iouyssence :

Des bes, qu'aués meritat,

En fazen la Charitat § 3.

De l'Ifér.

L'Ifér es vn magazy ,

De tourmens espouuentables,

Que n'au, ny pause, ny fi :

Ou lous dannats, et lous Diables,

Sous punits à proporciu,

De quade mauués'acciu.

Dieu a mes dins à quel luoc,

Qu'es al fin fons de la Terre :

Un cruel sacal de Fuoc,

Que tourment' é desespére : Per de terribles effors, Tant l'esprit, coume lou cors.

Aquel Fuoc es ta violent, Qu'el surpasse la nature, Del nostre qu'es doux et lent : A l'esgard de sa brullure.

Dieu augmente sa calour,

Coume vol fa la doulour.

Dins à quel luoc de tormen

Toutses lous mals haïssables

Y sous sans soulatjomen,

Cal, frech, fan, set, nuéch é Diables,

Ratge , plours, crits , hurlamens,

L'y trouou toutses essens.

Lou Payr' y maudis l'efan, La filh' y strangle la mayre, Lous dannats s'entregafan , Dins àquel Pous sans esclayre : Al luoc de se secouri Se tuau sans poude mouri. Mas lous tormens Inférnals, Sous de tant plus effroyables , Que toutses sous éternals, Lous Demons infatigables : Nou se lassarau iamay, De tormenta toutjour may.

E nou vous cal pas sonja Qu'en Ifér la coustumance, Lous puésco brio soulatja, L'arme pért pas sa poysance : Son sentimen, sa vigour Ny lou tourmen sa rigour.

N'autres vezen qu'ade iour, Que tout lou monde redoute : Vne fort courte doulour, De la peyr'ou de la goute. E degus nou cren lou mal, De l'Ifer, qu'es étérnal.

§ 4.

Del Paradis.

Nostre Senhe souuen dis, Que se ly fazen seruice, Nous dounaro Paradis, Qu'es vn luoc ple de delice, E d'vn tal contentamen, Que passe l'entendemen.

Vël d'home n'a iamay vist : Ny nes intrat en aurelhe ; Ny cap d'esprit n'a preuist, Ou pensat la gran meruelhe : De ço que sa Majestat Nous a lassus aprestat. Agachas vn pauc lous Céls , Coussi sous claufits d'Estéles : Que rauissou nostres vèls, Quand n'y a tantes de tant bélos , E sur toutes lou Souleil, Qu'es vn Astre sans pareil.

Aquelses Astres luzens

De la Céléste demoro ,

Nou sous que lous paromens.

Per enrechi lou defore, Lou didins d'aquel Palays, Luzis cent mille cots mays.

E se Dieu iust'é poysant, A fach ta bel aquest monde, E permet que lou missant, Mayt que lous bous y abonde, Qu'auro fach per sous amics, Quand fa tant pels ennemies.

Sous amies sous dins lous Céls D'ampereurs et de Monarques, Sous Companhous dels Angéls, Des Profétes, des Patriarcos. A la suite del Tres-Haut, Au tout qu'an cal sans defaut.

Au la santat, sans doulour, Au la joye , sans tristesse, La glorio , sans deshounour, Tout bon-heur, toute richesse : Toute pax, an tout amour E tout repaus per toutjour.

Vn cors bél, resplandissent, Subtil, agil, impassible, Coume l'esprit agissent Immortal, incorruptible : Remplit en toutses sous sens, De toutses contentamens. Vn'arme, que vey son Dieu , Sas persounes, son Essence, Son pouder, sa Perfecciu , Intrad'en la iouyssence :

De la Glorio del Senhour,

De son gauch , de son amour.

Vey la Verges, et lous Sants, Vey sous parens, et sa race, Sous Amies toutses poysans , E sans boutja de la place ,

S'entrete, coume l'y play

Amb'aquelses qu'ame may.

Es toutjour dins lous festins, E mange la même viande, Que Dieu sert as Seraphins , E iamay non aprehande :

De sorti d'aquel Palays

Ny de perdr'aquel repays.

2° Pregas.

L'auteur commence par définir la vertu d'espérance qui est l'âme de la prière :

L'Esperanc'es vne vertut

Que pren del Cél son origine,

Reléue l'esprit abatut,

L'y promet la gracio diuine : Lous moyens d'aue Paradis , En fazen ço que Dieu nous dis.

Lou soul motif de l'Oraciu ,

Es la vertut de l'esperance,

Que nous doune l'inclinaciu

D'ana vers Dieu : et l'assurance D'obtene de sa Majestat Tout ço que cal per nostr'estat. Après cette courte explication, il parle de diverses prières vocales , telles que l'Oraison dominicale, la Salu- tation angélique, le Salve Regina, les quinze mystères du Rosaire. Voici comment il s'exprime au sujet de l'Annon- ciation :

La Verges er'en sa Cambrete De Nazarét toute soulete, Que pregaue de ginoulhous, Quand vn Angél, dauan sa facie,

La saludét plene de gracie,

Disen lou Senhour es an vous.

Verges Mario, n'ajas pas crente, Sans home vous venres encente , E efantares Iésu-Crit, Nou perdres pas lou pieuselatge :

Car vostr'Efan sero l'Ouuratge

De la vertut del sant Esprit.

Quelle naïveté! et comme ces dernières paroles pei- gnent l'esprit de l'époque !

Sous ce titre Fazés, objet du 3e chapitre, l'auteur traite de la charité, des commandements de Dieu et de l'Eglise , des vertus théologales, des huit béatitudes, des oeuvres de miséricorde , du péché, de ses diverses espè- ces , etc.

Lous Coumandamens de Dieu.

1 Vn Dieu, Payre, Fil, sant Esprit, Tres Persounes, en vn'Essence. An grand amour et reuerence, Adore de cors et d'esprit.

2 Non iures pas en va son Nom, Blasphemes poun, te l'y promesse :

3 Lous Dimenges del traval cesse, Per lou serui miéls aquel iour.

4 Al Payr'et Mayre port'amour, Respét, secours, obeyssence. 5 Nou nozes pas par maluolence , Al cors d’autruy, ny a l’hounour.

6 Estan membre del Fil de Dieu, Te souilhes pas de palhardise.

7 Nou trompes pas en marchandise : Contente-te, de ço qu’es tiu ;

8 Nou mentes pas en ton perpaus, Nou digos pas fals temoniatge :

9 Desires pas al visinatge ,

10 Fennes, ny bes, auras repaus.


Lous Coumandamens de la Gléyse.


1 Lous Dimenges, et iours coulens, Auzis deuotamen la Messe :

2 Et toutses tous pecats coufésse, Vn cop l’annade per lou mens :

3 Fay à Pascos ta Coumuniu.

4 Garde la féste coumandade.

5 Manges poun car, penden l’annade, Venrez , Saddes, cy Rogaciu.

6 Cal dejuna lous Quatre-tens, Las Vigiles et la Crantene.

7 Pago lou déyme pla, sans rene[6].

8 Fascos poun Noces hors lou tens.

9 L’excumeniat expressamen, Quand es estat nommat al Prone,

Te cal fugi coume lou trone (tonnerre). 10 Et te fa absolre prontamen.

Enfin le 4e chapitre, Prenés, est consacré à la vertu de religion : à expliquer les sacrements en général et en particulier, les dispositions qu’il faut apporter à leur réception, et le caractère que quelques-uns impriment à l'àme. En parlant du sacrement du mariage, l'auteur s'exprime avec sa naïveté ordinaire :

Lou mariatge fa santamen « La coioncciu de dos persounes,

E a tres causes que sous bounes La fe, lou Fruch, lou Sacramen.

Lou Sacramen marque l'vniu De Iésu-Crist an son Espouse , Lou Fruch doune l'ignad'hurouse, La fe, loyale dilecciu.

Mais déjà c'est assez de citations pour faire apprécier l'utilité del Catechisme Roüergas. Il dût être accueilli avec reconnaissance et par le pasteur et par le troupeau ; car, à ce dernier, il faut un enseignement plein de simplicité pour qu'il lui soit profitable, et le catéchisme rouergas pouvait dire avec l'apôtre : Non veni in sublimitate sermonis.

Aujourd'hui on ne veut plus de patois dans nos écoles de campagne , et il s'en suit une confusion de langues bien plus barbare que le patois. En apprenant aux enfants à lire en français, tous les instituteurs n'ont pas le soin de leur faire comprendre ce qu'ils lisent, et ce défaut d'intelligence produit dans les élèves une ignorance crasse. Je voudrais qu'ils pussent rendre raison, dans l'idiome patois, de ce qu'ils ont appris dans l'idiome français.

Un jour, dans une de mes promenades, je rencontrai un vieillard avec qui j'entrai en conversation. Je tenais dans mes mains l’Histoire du B. François d'Estaing que M. Bion de Marlavagne venait de publier. Mon vieux me demanda quel était ce livre ? Je le lui offris, aussitôt de mettre ses lunettes et de lire en patois. Je l'écoutai attentivement. Aucune expression française ne l'arrêtait dans la traduction. Quand il eût terminé sa lecture, je lui demandai pourquoi il n'avait pas lu en français. Lou patoués, me répondit-il, en nostro lenguo ; lou fronces es aquello des moussurs. Mais, si vous lisiez en français, comprendriez-vous ce que vous lisez? Oui, sons doute; mès, quan lize a l'oustal, aqueles que savou pas lizi me coumprendriou pas. Il faudrait que les enfants pussent tenir le même langage ; par ce moyen ils initieraient leurs parents dans l'usage de la langue française.

Ici, il me semble entendre cette réponse : « Mais c'est aux curés de campagne à initier dans l'usage de la langue française leurs paroissiens en leur prêchant en français. »

Mais qui donnera à nos auditeurs l'intelligence d'une langue qu'ils n'ont jamais apprise et qu'ils comprennent à peine ? Oui, quand la génération qui grandit aura remplacé celle qui s'en va, la prédication en français n'aura pas autant d'inconvénients. Vouloir la faire aujourd'hui, ce serait une chose prématurée , prêcher dans le désert et favoriser l'ignorance. Aussi ai-je admiré la prudence de notre vénérable évêque qui s'est contenté, dans un de ses mandements, de faire l'éloge de la langue française, d'engager les prêtres de son diocèse à favoriser son usage, mais qui s'est bien gardé de leur ordonner de prêcher toujours en français !

Et même quand la nouvelle génération aura succédé à celle qui commence à disparaître, il sera encore bon que les pasteurs donnent dans nos églises une instruction en patois, ne fût-ce que pour conserver l'usage de la langue de nos ancêtres? Cette instruction sera toujours la plus utile au peuple, et l'homme savant ne dédaignera jamais d'entendre « un langage énergique, naïf, abondant en saillies et en tours heureux , que le français pourrait lui envier[7] ». Et qui ne sait que la vaste enceinte de notre cathédrale peut à peine contenir toutes les conditions , tous les âges, tous les sexes, quand aux mois de novembre et de décembre le digne pasteur de cette paroisse prêche en patois ses éloquentes instructions matutinales ? « Je n'aurais jamais cru, disait, en sortant du prône , un homme distingué par ses talents, qu'on peut s'élever à ce degré d'éloquence en employant la langue patoise. »

Mais l'auteur du catéchisme rouergas a donné encore une traduction des proses qu’on chanta dans l’Eglise catho- lique. Je vais en rapporter une, et, pour mieux faire sen- tir la beauté de la traduction, je la place à côté du texte.

PROSA PENTECOSTES. LA PROSE DE PANTACOUSTE.
Veni, Sancte Spiritus, Venés del Cél Sant-Esprit,
Et emitte coelitus E gitas dins nostr’esprit
Lucis luae radium. Vn rayon de vostr’esclayre:
Veni, Pater pauperum, Venés donnur depresens,
Veni, dator munerum , Bél lun dels entendemens,
Veni, lumen cordium. Et des paures lou bon Payre.
Consolator optime, Venés gran Consouladou,
Dulcis hospes animae, Venés Doux refresidou
Dulce refrigerium. L’Hoste graciux de las armes,
In labore requies, Lou repaus dins lou traual,
In oestu temperies , La frescour dins lou gran cal,
In fletu solatium. E lou soulas dins las larmes.
O lux beatissima, O lumiere de bon-heur,
Reple cordis intima Remplices tout l’interieur
Tuorum fidelium. De las Espouses fidéles :
Sine tuo numine, Sans vostre Diuinitat
Nihil est in homine, L’Home n’es qu’iniquitat :
Nihil est innoxium. Sas vertuts sous vermenelles.
Lava quod est sordidum ; Netejas la saletat :
Riga quod est aridum, Arrousas l’aridetat,
Sana quod est saucium. Guerisses la blassadure,
Flecte quod est rigidum ; Ço qu’es tors fasés ou drech ,
Fove quod est frigidum , Escaufas aco qu’es frech,
Rege quod est devium Adoubas la fouladure.
Da tuis fidelibus, Dounas a vostres fidéls
In te confitentibus, Que vous seruou, lous douréls
Sacrum septenarium. De sét fauours especiales :
Da virtutis meritum, Lous merites de vertut,
Da salutis exitum, La sourtide de salut,
Da perenne gaudium. E las loyes Eternales.
AMEN. ATAL SIO.
Un héritier du talent du prieur de Pradinas avait fait à

un prélat un compliment en vers patois. A côté de ceux- ci il avait placé la traduction en vers français, au bas desquels il avait écrit : « Les vers patois sont préférables. » Je pense qu'il en dirait autant si, à côté de la traduction de la prose ci-dessus, on en mettait une autre en vers français.

Enfin je termine en transcrivant un de ces cantiques dits noëls. J'en ai lu plusieurs, mais celui que je vais rapporter leur est infiniment supérieur. On ne saurait mieux imiter la simplicité , la naïveté, la bonhomie des bergers :

LOU MAJOURAL.

Hola ! vesés vn grand esclayre Que pares lay, non pas fort luén, A lou veyre mes auejayre Qu'es sur la Vile de Bethlem : Ou sur l'Estable descuuert Que demore toutiour d'vuert.

TOUTSES LOUS PASTRES.

Anen ley huey, Huey veyren la Magnificence :

Car vn Dieu, Diu Penre de l'Home nayssence.

L'ANGÉL.

Loüange à Dieu, pax sur la Terre A gens de bonne volontat, Fi de malhur, fi de la guerre Lou fil de Dieu, per sa bontat, Ve repara tout aquel dam , Que faguét lou pecat d'Adam.

Refren. MEMORIAL.

Chut ! escoutas qualque Musique, Quantes de voux ! n'y a may de cent, Helas ! mon Dieu lou bel Cantique ! Qu'aquel Concert es rauissent! Mas qualque siu qualques Angéls, Que siu venguts ayci des Céls.

Refren.

L'ANGÉL.

Pastres que ses dins la Cabane, Quitas aqui vostre troupél, Et segués la voux que vous sone , Per vous moustra quicon de bel, Vn Efantou qu'es Dieu cachat, Nascut huey per vostre rachat.

Refren.

L'ANGÉL.

Lou trouuarez dins vne Greche Enueloupat dins lou Malhol, La Verges sa Mayre à man dreche , D'autre coustat lou bon Auiol, Jeseph , que porte lou renom D'estre Payre , mas non es poun.

Refren.

L'ANGÉL.

L'Efan es Fil de Dieu lou Payre , Son Fil vnique Iesu-Christ, E la Verges Mario sa Mayre La Concegut del Sant-Esprit, Sans couneyssence d'home viu : Perço qu'el es vn home Dieu.

Refren. LOU MAIOURAL.

Anen donques iusqu'à la Vile, Veyren aquel Verbe Home-fach E la Verges en sa jacilhe, Porten lour vn presen de lach, De froumatjous, qualqué regourt, Anen toutses lour fa la cour.

Refren.

LOU MAIOURAL SALUDE.

Hurousamen sias acouchade, Verges Mario del Fil de Dieu, Ta paraumen vous ses loutjade Dins aqueste luoc ta caytiu , Se sias vengud'al nostr'houstal, Nou serias pas de tout ta mal.

TOUTSES LOUS PASTRES.

Anen ley huey Faren gran reiouyssence,

Pieys que Dieu , Diu Aue pres de vous nayssence.

LOU MAIOURAL.

Del Cél es vengut vn messatge, Per nous condur'ayci tout drech, Per adoura vostre Maynatge. Ont l'aués mes amb'aqueste frech Per lou garda d'aquest mal-tens, N'autres ly portan de presens.

Refren ci-dessus. LOU MAIOURAL.

Mas lou vise dessus la palhe, Que tramble de frech al cantou, Aqui n'a pas res que l'y calhe : Helas qu'es bel vostr'Efantou, Anen entretan que nou dor, L'adoura toutses de bon cor.

LOUS PASTRES.

Anen ley huey, Que n'auen la counoyssence :

Car à tal cal Rendre hounour à sa nayssence.

LOU MAIOURAL.

N'autres venen vous rendr'houmatge, Nene , que ses nostre Senhour, E nostre Dieu, en temoniatge Vous venen rendre tout hounour, Receués nostre soumissiu, E prenés nous en protectiu.

LOUS PASTRES.

Vostre ley, huey Que n'auen la couneyssence !

O gran Dieu, Diu Vous fa rendre obeyssence.

VOT PEL REY.

Que nostre Rey qu'es en bas-atge , Regne son tens pasiblamen, Que son Consel prudent et satge Doun'al poble soulatjamen, Que lous Estats et lous Elus De tailhes nou l'accablou plus. Il est donc vrai le vœu du peuple, dans tous les temps , a été de voir diminuer les impôts. Ici ce ne sont pas les grands de la terre, mais de pauvres bergers qui poussent, au nom du peuple, ce soupir aux pieds de la crêche où reposait le Dieu-enfant, et le peuple, au milieu de cette fête qui lui faisait crier : Noël ! Noël ! offrait des voeux pour son roi encore mineur et demandait à son Dieu de n’être pas écrasé d’impôts!...

Avant de se séparer de la Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, un de ses plus illustres membres, M. Duval, m’avait prié de lui procurer tous les noëls et cantiques patois que je pourrais trouver. Il s’était proposé d’en publier la collection, pour faire suite à sa belle collection de proverbes patois. A l’époque de sa demande lou Catechisme Roüergas m’était inconnu. Si j’avais pu le découvrir plustôt, je me serais empressé de le lui envoyer, et son élégante plume nous en aurait donné un compte-rendu, que celui que j’offre à la Société fera regretter plus vivement encore.



  1. In-16, 188 pages.
  2. Les armes de M. de Péréfixe étaient d’azur à neuf étoiles d’or, 3, 3, 2 et 1.
  3. 0n appelle majoural le chef des bergers, et tramajourals ceux qui l’aident dans la garde des brebis et qui sont sous ses ordres.
  4. Il serait à désirer qu’on découvrit un exemplaire de cet ouvrage, publié par le cardinal d’Armaignac.
  5. L’eau.
  6. Aujourd’hui la loi ordonne au cultivateur de payer de fortes impositions qui tiennent lieu de la dîme, mais elle ne lui défend pas de murmurer, en payant.
  7. Mandement de Mgr Croizier, évêque de Rodez, sur la langue française.