Mozilla.svg

Lyriques grecs/Alcmane/Fragments

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Traduction par Ernest Falconnet.
Lyriques grecs, Texte établi par Ernest FalconnetLefèvre, Charpentier (p. 163-164).
I.
Dans la salle se voyaient sept lits, et sept tables couvertes de beaux tapis, chargées de lin et de sésame. Sept jeunes filles y étaient assises : dès qu’elles nous aperçurent, abandonnant leur ouvrage imparfait, elles s’élancèrent comme de faibles poules qui cherchent à échapper par la fuite au vautour qui fond sur elles.

II.

Quand l’oiseau du printemps annonce la fin des rigueurs de l’hiver, la multitude s’assemble sur le coteau échauffé par le soleil. Là, dans de solennels concerts, le peuple joyeux fait circuler à la ronde la coupe d’or, profonde comme celle des pasteurs : cependant l’Amour, suivant les ordres de Cypris, distille goutte à goutte l’amour dans mon sein. Mégalostrata, nymphe charmante aux blonds cheveux, vient me réciter des vers que lui ont inspirés les Muses bienfaisantes. Ô Calliope ! fille immortelle de Jupiter, inspirez-moi de même des chants aimables, un hymne qui lui plaise et soit digne d’être chanté par ses jeunes compagnes. Ô la plus belle des Lydiennes ! les Grâces vous reçurent dans leur sein charmant, quand vous êtes tombée du sein de votre mère. Tendre Cythérée, vous abandonnez toutes les délices de Chypre et de Paphos que les flots environnent : votre aimable Adonis n’est plus ! Que faire pour vous consoler ? Pleurez, ô jeunes files de Lydie ! déchirez vos tuniques. Qui rendra à Vénus son Adonis ! qui attendrira pour moi Mégalostrata !