100 percent.svg

Mélite/Acte 3/Scène 1

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Mélite
(Édition Marty-Laveaux 1910)
◄   Acte II Acte III Scène II   ►


SCÈNE PREMIÈRE.


PHILANDRE.



Tu l’as gagné, Mélite ; il ne m’est pas possible 180
D’être à tant de faveurs plus longtemps insensible.
Tes lettres où sans fard tu dépeins ton esprit,
Tes lettres où ton cœur est si bien par écrit,
Ont charmé tous mes sens par leurs douces promesses 181.
Leur attente vaut mieux, Cloris, que tes caresses.
Ah ! Mélite, pardon ! je t’offense à nommer
Celle qui m’empêcha si longtemps de t’aimer.
Souvenirs importuns d’une amante laissée,
Qui venez malgré moi remettre en ma pensée
Un portrait que j’en veux tellement effacer 182
Que le sommeil ait peine à me le retracer,
Hâtez-vous de sortir sans plus troubler ma joie,
Et retournant trouver celle qui vous envoie,
Dites-lui de ma part pour la dernière fois
Qu’elle est en liberté de faire un autre choix ;
Que ma fidélité n’entretient plus ma flamme,
Ou que s’il m’en demeure encore un peu dans l’âme,
Je souhaite en faveur de ce reste de foi
Qu’elle puisse gagner au change autant que moi 183.
Dites-lui que Mélite, ainsi qu’une Déesse,
Est de tous nos désirs souveraine maîtresse,
Dispose de nos cœurs, force nos volontés,
Et que par son pouvoir nos destins surmontés
Se tiennent trop heureux de prendre l’ordre d’elle ;
Enfin que tous mes vœux…


Acte II

Acte III, scène I

Scène II


180. Var. Tu l’as gagné, Mélite ; il ne m’est plus possible
D’être à tant de faveurs désormais insensible. (1633-57)

181. Var. Ont charmé tous mes sens de leurs douces promesses. (1633-60)

182. Var. Un portrait que je veux tellement effacer. (1660)

183. Var. [Qu’elle puisse gagner au change autant que moi.]
Dites-lui de ma part que depuis que le monde
Du milieu fin chaos lira sa forme ronde.
C’est la première fois que ces vieux ennemis,
Le change et la raison, sont devenus amis ;
[Dites-lui que Mélite, ainsi qu’une Déesse.] (1633)