Méthode d’équitation basée sur de nouveaux principes/De la bouche du cheval

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
De la bouche du cheval.

Le langage a été donné à l’homme pour dissimuler sa pensée, a dit le prince de Talleyrand. Plus loyal que l’homme, le cheval ne peut pas dissimuler ses impressions. Est-il content de son cavalier, il lui témoigne sa satisfaction par la mobilité moelleuse de sa mâchoire. Surprend-il une faute, un oubli (le meilleur cavalier peut se tromper), l’ami fidèle semble s’attrister ; il perd sa légèreté, son enjouement ; si le cavalier comprend cet avis donné à voix basse, s’il répare sa faute, le cheval se hâte de reprendre son air de gaieté, et, par la mobilité de sa mâchoire, remercie son maître d’avoir écouté l’humble remontrance de son serviteur. Mais la faute s’aggrave-t-elle, l’ignorance et la vanité dédaignent-elles d’écouter les reproches discrets qui lui sont adressés, alors le cheval retire sa confiance à ce maître dont il n’est pas compris ; il cesse tout échange de pensées et proteste par le mutisme contre l’ignorance de son cavalier. On peut contraindre un esclave à marcher, on ne peut l’obliger à vous témoigner sa satisfaction.

J’ai dit que toutes les résistances du cheval proviennent de son mauvais équilibre. A qui la faute ? Au cavalier ! toujours au cavalier !