Méthode d’équitation basée sur de nouveaux principes/Emploi par le cavalier des forces du cheval aux différentes allures

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

XV

EMPLOI PAR LE CAVALIER DES FORCES DU CHEVAL POUR LES DIFFÉRENTES ALLURES.


Lorsque le travail qui précède aura disposé les forces du cheval au point de nous les soumettre, l’animal sera entre nos mains un instrument docile attendant, pour fonctionner, l’impulsion qu’il nous plaira de lui communiquer. Ce sera donc à nous, dispensateurs souverains de tous ses ressorts, à combiner leur emploi dans les justes proportions des mouvements que nous voudrons exécuter.

Le jeune cheval, roide d’abord et maladroit dans l’usage de ses membres, aura besoin, pour les développer, de certains ménagements. Ici, comme toujours, nous suivrons cette progression rationnelle qui veut que l’on commence par le simple avant de passer au composé. Nous avons, par le travail qui précède, assuré nos moyens d’action sur le cheval ; il faut nous occuper maintenant de faciliter ses moyens d’exécution, en exerçant l’ensemble de ses ressorts. Si l’animal répond aux aides du cavalier par la mâchoire, l’encolure et les hanches ; s’il cède par la disposition générale de son corps aux impulsions qui lui sont communiquées ; si le jeu de ses extrémités est facile et régulier, le mécanisme de tout l’ensemble aura une harmonie parfaite aux différentes allures. Ce sont ces qualités indispensables qui constituent une bonne éducation.